Galaxy in Flames

Un forum pour les passionnés de Warhammer 40.000 dans son ensemble
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Renaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zylvos



Messages : 3225
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : :noitasilacoL

MessageSujet: Renaissance   Mar 4 Mai 2010 - 18:28

Bon bon bon, voilà une fiction du médiocre Zylvos...que je suis ! Bref, j'espère arriver jusqu'au bout (en priant que les idées ne me manquent pas pour compléter celles que j'ai déjà). Ce n'est qu'une V1, je la réécrirai peut être après l'avoir finie.
Bon, les critiques, encouragements, félicitations, avertissements, jurons sont les bienvenues.

___________________________________________________________________________

Prologue

La scène prend place dans une maison noble, richement décorée de ses ses jolies dorures, de ses meubles antiques, de ses pièces de valeur, adulée par sa réputation, bien éduquée par d'honorables parents et toujours souriante. Nous sommes de nuit, la pénombre règne en maître depuis son long et sinistre manteau, voilant toute couleur. Une ombre bouge lentement dans le grand couloir de cette maison, donnant sur la terrasse du jardin. L'ombre est fine et frêle mais silencieuse et discrète, avançant la pointe de ses pieds, tenant sa robe dans ses deux petites mains. Elle semble se baisser pour ramasser quelque chose, alors qu'elle arrive dans le coin de la pièce, quelque chose ressemblant à quelques pantoufles. Elle s'arrête alors, tend l'oreille, vérifie si personne ne l'a entendue et seul le pesant silence lui répond. Elle reprend donc sa silencieuse marche vers son objectif qui est de sortir.

Elle arrive finalement devant une porte, ne lui reste là qu'à l'ouvrir silencieusement. Soudain, une lampe se pointe vers elle et l'aveugle, elle fait tomber ses chaussons et porte ses mains à ses yeux pour se cacher.

-Où vas-tu ? demande l'individu venant de surgir.
-Me promener. Dehors, tout est si gris, si frais. J'aime me promener de nuit, cela me détend.
-Je me lève quand il est fait encore nuit, je vais à ta chambre pour voir si tu ne t'es pas découverte en dormant et te voici là.
-Je m'en vais quêter pour voir si le jardin est encore endormi, veillant à ce que je ne réveille personne. J'étais sur le point de sortir quand tu m'as surprise.
-Ne mens pas. Tu as un rendez-vous, n'est-ce pas ? Dis moi non peut être !
-Oui, j'ai un rendez vous.
-Tu as un amoureux ?
-Oui, nourrice, j'en ai un.
-Et bien, c'est du joli ! Toi, fille d'un haut noble ! Donnez vous du mal pour les élever ! Tu n'étais pourtant pas comme les autres, toi, à être toujours devant une glace, à te mettre du rouge à lèvre, à chercher à te faire remarquer. Je me suis souvent dite : "Cette petite n'est pas assez coquette, elle porte toujours la même robe et est toujours mal peignée, les garçons ne verront que sa jolie soeur et il me la laisseront de mes bras." Tu es bien comme ta sœur, ne nies pas. Qui est-ce ? Un voyou de la basse ruche ? Un garçon que tu ne pourras pas dire à te famille "Je l'aime, c'est lui que je veux épouser." C'est cela ? Réponds donc !
-Oui, nourrice.
-Ah non, non. J'ai l'ai eue toute petite, j'ai promis à sa mère d'en faire une honnête fille et voilà ! Cela ne se passera pas comme ça ! Je ne suis que ta nourrice, mais que diras ton oncle ? Il le saura, je le promets !
-Oui, nourrice, il le saura. Laisse moi s'il te plait.
-Et que dira ton fiancé ? Car tu est fiancée, ne l'oublie pas ! Que dira-t-il si il sait que celle qu'il aime sort de son lit à deux heures du matin pour courir avec un autre ? Je devrais te frapper, comme lorsque tu étais petite.
-Tu ne devrais pas t'énerver de si bon matin, nounou.
-Et que dirais ta mère si elle était là ? "Tu m'a promis d'en faire une honnête et jolie fille, et à deux heures du matin, tu dors et elle, tu la laisse filer dehors !" J'aurais honte de mourir, et si je venais à mourir, qu'aurais-je à lui répondre ?
-Ne pleure pas nounou. Quand tu iras retrouver maman, elle dira "Bonjour, nounou, merci de s'être occupé de la petite Lucie, tu as bien pris soin d'elle." Elle sait pourquoi je sors se soir.
-Tu n'as donc pas d'amoureux ?
-Non, nounou.
-Tu te moques de moi ? Je suis trop vieille, c'est cela ? Tu as toujours été ma préférée, malgré ton mauvais caractère. Même si ta sœur était plus douce, tu étais celle que je chérissais le plus. Si tu m'aimais, tu m'aurais dit la vérité ?
-Ne te lamente pas, nounou. Ne laisse pas couler de larme pour de petites bêtises, pour des plaisanteries, pour rien. Je n'ai d'autre amoureux que Jonas, je le jure. Gardes tes larmes nounou, tu en auras peut être besoin encore.

Puis elles se séparèrent. L'ombre que nous suivions depuis tout à l'heure ouvrit la porte donnant sur le jardin encore endormit, puis vint s'asseoir sur un banc. Elle laissa sa tête retomber en arrière, contemplant les étoiles lointaines. La fraicheur nocturne la faisant frisonner agréablement. Elle se sentait bien dans cet environnement, elle rêvait toujours de cet instant et à chaque fois qu'elle pouvait y assister, elle le savourait.

Elle resta dans cette extase pendant une heure tout au plus, puis décida de retourner se coucher. Elle rouvrit ainsi la porte silencieusement. Devant elle se trouvait pointer deux lampes...fixées au bout de deux fusils laser sans doute. Elle fit face ainsi à deux hommes vêtu d'une armure noir principalement et grise sur les genouillères et aux coudes. Leurs casques laissaient paraitre une visière rouge en forme de triangle dont le sommet était tourné vers le bas. Une autre bandelette rouge parcourrait leur bassin, comme une ceinture et enfin, deux pointes de la même couleur se trouvait ainsi sur leurs genouillères. On pouvait voir gravé sur leurs épaulières gauches un obélisque sur lequel se trouvait une insigne de soldat, tandis que sur la droite se trouvait une insigne triangulaire avec au centre une lance pointée vers les cieux. Dans leur dos se trouvait un sac de la même couleur que armure, à leur ceintures des grenades ou munitions : ces hommes ne semblait pas faire partie de la garde impériale, comme le montrent leurs uniformes.

Deux autres soldats de même tenue sortirent de l'angle du couloir, tenant en joug la nourrice et quatre majors d'hommes. Sortit ensuite de la chambre où notre damoiselle dormait il y a une heure un homme portant une armure bien contrastée avec celle des autres. Elle était elle pourpre, décorée de diverses gravures n'appartenant pas au culte de l'Empereur. Son heaume formait quant à lui était plus grande de hauteur, formant comme un obélisque de sommet noir, mais demeurait commun à ceux des autres. Il portait une grande cape noire elle aussi, sur laquelle se trouvait un symbole pourpre, signifiant peut être son grade, peut être qui il était.
Enfin, quatre hommes sortirent des chambres latérales, devant eux la sœur de notre héroïne et son fiancé, surpris dans leur sommeil et réveillé plutôt brutalement. Ils laissaient tous paraitre sur le visage un air étonné, cette attaque nocturne était quelque chose d'inattendue comme son toutes les attaques nocturnes, mais celle là ne semblait n'avoir aucune raison d'être. L'un des intrus s'approcha alors de l'homme à l'armure qui devait être celui qui commandait cette attaque.

-Préfet, les alarmes ont été supprimées comme les gardiens. Le personnel de la maison, ainsi que les objectifs ont été capturés.
-Bien. Brûlez tout.

Les soldats emmenèrent les nouveaux captifs dehors, puis les firent monter dans un véhicule antigrav ressemblant à un camion de prisonnier. Ils ne purent jeter leur dernier regard que pour voir la demeure s'enflammer de toute part et le "préfet" en sortir, la cape volant ainsi à une brise légère, tandis que derrières des colonnes de feu se dressaient. Tout partait en fumée, rien ne semblait pouvoir arrêter ces flammes dévastatrices qui venaient ravager leur maison, comme leur vie. Maintenant, ils avaient leur rôle dans un plan qui les dépasse et qui pourtant ne fait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
http://zylvos.blog.jeuxvideo.com/
Jarlaxle
Bregan d'Aerthe.


Messages : 9304
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Renaissance   Mar 4 Mai 2010 - 18:36

Très chargé, surement trop même, et pourtant il manque quelques descriptions essentielles. Essaye peut-être de moins t'égarer dans les sentiments et les détails pour le début, histoire que ça soit clair.

Sinon c'est intéressant, continue.

_________________
Choisissez Jarlaxle pour de meilleurs lendemains.
Un petit pas pour Bregan d'Aerthe, un grand pas pour l'humanité.



Avatar tiré d'une image de syarul.

Revenir en haut Aller en bas
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.


Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Renaissance   Mar 4 Mai 2010 - 19:02

Alors...
Premièrement, je te félicite d'être passé à l'acte et d'avoir posté ta fic, ça fait toujours plaisir de voir que les écrivains sont de retour :)

Ensuite, pour ma critique en elle même elle risque d'être un peu moins élogieuse mais j'espère qu'elle sera constructive.

La première chose: le choix des temps. Tu as commencé ton récit au présent ce qui était un pari audacieux et intéressant à prendre mais tu es ensuite passé sur du passé simple/imparfait ce qui marque un manque de cohésion dans le récit. Tente de garder le même référentiel tout au long de ton histoire, les changements de temps sont toujours très perturbants.

Aussi, le style est alourdi par une surexploitation d'adjectifs. Dans le but de montrer le travail, on ne fait que le rendre assez brouillon. Essaye de te restreindre un minimum sur les figures de styles et décrit peut être un peu mieux tes protagonistes principaux.

Pour ce qui est de l'intrigue en revanche c'est intéressant car on ne s'attend pas au coup de la nourrice au 41eme millénaire! Tu as finit ton prologue sur une incertitude ce qui pousse à vouloir lire la suite et ça, c'est plutôt bien joué :ok:

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Zylvos



Messages : 3225
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : :noitasilacoL

MessageSujet: Re: Renaissance   Dim 20 Juin 2010 - 19:04

Chapitre 1, Partie 1

Un homme était assis sur son fauteuil de cuir, dos à son bureau, observant droit devant lui, à travers la baie vitrée donnant sur la cour du bâtiment. Dehors, la pluie se déversait depuis plusieurs jours, sans cesse et venait rendre boueux le sol. L'homme regardait ce tableau d'un air rêveur, semblant se laisser aller au rythme des gouttes d'eau touchant la vitre, puis se laissant couler lentement vers le sol.
L'homme avait des cheveux relativement courts et châtain, des yeux bleus et une barbe bien rasée, un homme qui ne semblait ni trop gros, ni trop maigre dans son costume d'officier avec sa petite aquila impériale et ses couleurs de son régiment. Il se nommait Jefferson Talian, haut officier de la garde impérial à ce jour. Il ne porte pas beaucoup de cicatrices, ce que certains pourraient considérer comme un manque de preuve de courage, mais il obéit à la simple devise qu'est d'essayé d'abattre son adversaire avant qu'il ne vous abatte. Jefferson est donc un homme ayant bien vécu des batailles, endurer des souffrances, et non un fils de général.

Il attendait depuis trois heures. Ces trois heures ont dû être les plus longues de sa vie, tellement son impatience était grande. Il n'avait pas chercher à s'occuper, mais ne pensait qu'à cela, qu'à cette lettre qu'il avait reçu quelques jours plus tôt. Cette lettre, il l'avait lu des milliers de fois et la connaissait pas cœur comme une poésie. Jefferson sortit alors la lettre en question, puis se remit à la lire encore une fois, buvant chaque parole couchée sur ce papier, savourant chaque mot, rythmant presque le texte à la manière d'une pièce de théâtre.

<< M. Talian,

Je soussigné Commandant Phylleus Drianis, à la tête du 25 régiment d'Alphia Thonius, vous informe qu'une personne particulière sera bientôt placée sous votre responsabilité.
Cette personne, ou plutôt cette jeune femme qui va désormais vous assister devra recevoir une instruction particulière de votre part, à savoir le courage. En effet, elle a souvent été sollicitée dans des opérations nécessitant des capacités morales assez communes dont elle ne disposait pas. Elle s'effraye de tout, tremble à chaque bruit et s'angoisse pour la moindre petite chose, ce qui vient à sollicité vos compétences afin de que cela cesse. Cette personne s'avère être spéciale, et la seule capable de passer inaperçu mieux que nous, ou alors à n'être pas soupçonner, ce que nous cherchons à développer.
M. Talian, étant donné la bravoure dont vous avez fait preuve lors de multiple bataille, je vous prie de bien vouloir accepter cette requête. Je vous demande aussi de prendre soin de cette jeune femme, elle est unique en elle même et bien trop précieuse.

Je vous prie d'agréer monsieur le plus vite à ma requête. >>

Jefferson s'impatientait toujours plus, jusqu'à ce qu'il vit la voiture entrer dans la cour du bâtiment et se rapprocher de l'entrée. Il ne put voir qui en sortait, ce qui renforçait encore ce sentiment qui l'animait depuis des jours. Il se retourna face à son bureau, replaça la lettre dans un tiroir, puis fixa la porte du regard, l'observant intensément. C'était la première fois qu'on lui confiait une femme sous sa responsabilité, ce qui le rendait à la fois nerveux et heureux. Il espérait se montrer à la hauteur, car jamais aucun homme ne l'avait habitué à la douceur, qu'elle soit celle des femmes ou autre. Cette rencontre allait être pour lui l'espoir de changer de compagnie, car peut-être aurait-il autant à apprendre à cette jeune femme qu'elle à lui apprendre.
Il continuait de fixer nerveusement la porte, conscient que bientôt une belle inconnue viendrait y frapper, sollicitant pourvoir entrer. Le suspens était à son comble, les espérances de l'homme prenaient toujours plus de poids au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient. Pour lui, cette femme était plus particulièrement l'espérance de connaître une vraie femme, pas une de ces greluches avides d'argent, de compliments et de bijoux.

Puis enfin, alors qu'il n'y tenait plus, on frappa. Un petit toquement hésitant se risqua à la porte, Jefferson cherchait à prendre l'air le plus ordinaire qu'il soit, puis ordonna d'entrer.
Une silhouette fine et frêle, pâle mais gracieuse entra d'une démarche hésitante. Ses longs cheveux d'un blanc immaculé cascadaient élégamment jusque dans le bas de son dos, donnant, avec ses yeux d'un bleu profond, un air si angélique et innocent. Son visage juvénile lui donnait tout ces airs de douceur et de tendresse qu'on les femmes. Elle semblait fragile par sa peau trop pâle pour une humaine, ou peut être trop douce. Vêtue d'une jolie robe noire et pourtant bien simple, ne masquant que ses frêles jambes jusqu'aux genoux, d'élégantes bottines protégeant ses petits pieds, on eut presque crut qu'elle cachait aussi des ailes dans son dos.
Les yeux de l'homme croisèrent les siens, leur regard se touchèrent, ne se détachaient pas, restaient intensément fixe. Ils ne pouvaient bouger, prit dans cette enchevêtrement qui les retenait, non contre le gré, non, ils ne voulaient s'en détacher. Ils sentaient tout deux une flamme intérieur naître, une chaleur se propagé, le sentiment de ne plus vouloir détacher leur ardent regard l'un de l'autre...un sentiment que tout deux n'avaient jamais connus jusqu'alors, un sentiment, une impression qui leur était étrangère et qui les perdaient dans les méandres de sentiments qui naissaient.

Ce qui frappait Jefferson chez cette personne, c'était la grande simplicité dont elle faisait preuve. Elle n'était pas venue parée de bijoux, croulant sous des tonnes d'or jusqu'aux bouts des doigts, une robe hors de prix, mais sans le moindre bijoux et une robe de grande simplicité, donnant ainsi à l'observateur tout le plaisir de savourer sa beauté naturelle.
Cette jeune femme...non, cette fille sublime...était parfaite.
Mais cette extase le faisait manquer à toute politesse, surtout celle dont on fait preuve à la gente féminine. Il se leva, fixant toujours la belle inconnue, puis se rapprocha d'elle et baisa sa main.

-Bonsoir Mademoiselle. dit il simplement.

Elle ne dit rien, comme totalement envoutée. Dans son regard se lisait un profond désarroi, comme si elle ne savait pas quoi faire, préférant peut-être continuer de se laisser aller au regard de l'homme lui faisant désormais face. Son cœur battait à toute vitesse, totalement désordonné, une douce chaleur l'emplissant. Elle n'y comprenait plus rien à ce qui lui arrivait, elle ne l'avait pas souhaiter et ne l'avait jamais connue jusqu'à maintenant. Elle était totalement perdue.

-Mais je vous en prie, asseyez vous, vous devez être fatiguée par un tel voyage.

Elle marcha machinalement vers le fauteuil faisant face au bureau, parvenant enfin à détourner son regard, ce qui lui semblait être à contre-coeur. Elle marchait d'une démarche surnaturelle, totalement différente de celle d'une humaine normale, avec plus de retenue mais une grâce angélique. Jefferson alla s'asseoir juste sur le fauteuil d'en face, et à nouveau leurs regards se croisèrent dans une folle étreinte, douce et passionnée.

-Je me présente, je suis l'officier Jefferson Talian qui sera votre tuteur, mais je pense que vous le savez déjà. A qui ai-je l'honneur d'être ce tuteur ?

Elle resta silencieuse un moment, dans l'impossibilité de prononcé un mot ou d'articulé la moindre syllabe, prise de cet inextricable enchevêtrement dont son interlocuteur semblait s'être déjà sortit.

-Solange. parvint-elle à articuler, de sa voix douce et frêle.

En elle naissait un mal aise. Cette position était pour elle inconfortable, les sentiments qu'elle éprouvait étaient pour elle totalement inconnus. De toute sa vie, elle n'avait connu que la peur, l'effroi, l'angoisse...mais aujourd'hui, elle se sentait bien, presque trop bien, ce qui la rendait nerveuse. Qu'était ce sentiment ? De la folie ? Ou...l'amour ? Non, elle frissonnait à cette idée, pour elle, connaître l'amour lui était tout simplement impossible...mais pourtant...

-N'avez vous pas nom ? demanda-t-il.
-N...Non.
-Quel dommage, peut-être votre joli prénom ne parvient-il pas à s'unir au moindre nom ? Dans ce cas, je vous appellerai Solange, si cela ne vous dérange pas.
-Non...cela ne me dérange pas du tout...

Jefferson gardait son calme, alors que son interlocutrice semblait le perdre, perdre tout ses moyens. Il devait l'intimidé pensait Jefferson, elle ne devait pas être très habituée à ce genre de discussion en tête à tête. Il réalisait dès lors que ce qui avait dit dans la lettre était bien réel, elle n'avait aucune confiance en elle, se laissait aisément impressionner et ne pouvait absolument pas tenir tête à quelqu'un. Elle était fragile, mais il espérait pouvoir la rassurer, la priorité étant de sortir de ce climat trop sérieux et pesant.

-Solange, dit-il de la manière la plus rassurant possible, je pense que vous connaissez la raison de votre venue, aussi je pense qu'il n'est pas nécessaire de vous pousser à bout. Vous êtes sans doute fatiguée, et je m'excuse de m'être précipité dans cette conversation trop sérieuse. Voudriez-vous que je vous emmène dans vos quartiers et que nous discutions tout deux de cela demain ?

Solange ne répondit pas, se contentant de regarder dans les yeux de Jefferson comme totalement perdue, incapable de répondre et toute tremblotante. Jefferson se leva, puis prit son manteau juste derrière avant de le poser sur les épaules de la jeune femme.

-Vous tremblez, avez-vous froid ?

C'est quand il eut posé le manteau que Solange se retourna vers lui, le regardant toujours du même air. L'homme sentit soudainement une flamme toujours plus forte naître en lui, s'animer alors que leurs regards s'entremêlaient. Les mêmes sentiments que lors de leur premier regard renaissaient étrangement, leurs cœurs s'emballaient soudainement. Jefferson rougit soudainement, comme à son tour déstabilisé par le regard de Solange et son doux visage...est-ce cela l'amour ?

Puis elle ferma les yeux, et tomba évanouie.

(Suite en rénovation :( )
Revenir en haut Aller en bas
http://zylvos.blog.jeuxvideo.com/
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.


Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Renaissance   Mar 3 Aoû 2010 - 9:50

Alors...

Le style d'écriture en lui même est assezp laisant, bien moins lourd que pour le premier extrait, garde cette voie là et tes textes iront en s'améliorant.
En revanche, je trouve les personnages un peu (beaucoup) trop enfantins. L'officier gradé et donc vétéran qui n'a jamais connu l'amour et qui frémit à la vue d'une fille qui si j'ai bien compris semble deux fois moins agée que lui... c'est spécial :noel: Et notre mignonette toujours aussi timide, plus faible semble il encore qu'à l'accoutumée... C'est un style que tu as et je suppose qu'il a son public mais ce genre de texte un peu rose bonbon m'exaspère un poil :noel:
Il s'agit toutefois d'un avis purement personnel et tout à fait subjectif. Le texte en lui même n'est pas transcendant mais loin d'être mauvais. Continue sur cette voix là :ok:

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Zylvos



Messages : 3225
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : :noitasilacoL

MessageSujet: Re: Renaissance   Mar 31 Aoû 2010 - 12:31

Zomg, je pensais que personne n'avais lu. Shocked Dire que j'allais supprimer ce chapitre au profit d'un autre chapitre 1 , mais en fin de compte, je crois que je vais combiner un peu les deux. :o))

En même temps, 3 Août... :noel:

Merci pour le commentaire. :o))
Revenir en haut Aller en bas
http://zylvos.blog.jeuxvideo.com/
Zylvos



Messages : 3225
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : :noitasilacoL

MessageSujet: Re: Renaissance   Mer 1 Sep 2010 - 15:49

Chapitre 1 - Partie 2

L'eldar ouvrit doucement ses yeux, peinant à reprendre conscience et à réintégrer couleurs et sons. Son regard encore fatigué balaya le monde l'entourant, là où la couleur pourpre était omniprésente. Autour d'elle, tout n'était que Chaos et anarchie. D'épais nuages toxiques étaient partout partout présent, des éclairs jaillissant un peu plus bas d'elle pour s'élever plus haut qu'elle, et d'autre chutaient : tout sens de l'orientation avait disparu. Elle pouvait aussi voir dans les quelques endroits où les nuages étaient les moins épais, ou encore quand elles perçaient les nuages, ces véritables masse solide, comme arracher à même une planète, se déplacer de manière irrégulière, sur elle se dressant d'infâmes bâtiments, des cathédrales de douleur que les impies dressaient en l'honneur de leurs Dieux maudits. Des chants infernaux s'en élevaient, scandant la gloire des Dieux Noirs, et reniant l'Empereur et ses fidèles.
Sur les nuages se dessinèrent des formes humaine, s'avançant un peu, des rires s'élevèrent d'elle, des rires qui glaceraient de peur n'importe qui, puis ils disparurent aussi vite qu'ils étaient apparu.
Solange paniqua, son corps prit de tremblements, paralysée par la terreur que lui imposaient ces cris et ces chants diaboliques. Très vite, elle vit qu'elle n'était pas debout sur un sol ferme, mais qu'elle flottait. Cette découverte lui fit perdre l'équilibre, en contraste avec la peur qui l'avait paralysée, et elle cherchait une manière de retrouver une posture adéquat, mais cela semblait impossible alors qu'elle tournait sur elle même. Des rires se firent entendre quant au désarroi de l'eldar, des rires qui firent pâlir l'eldar en quelques secondes.
L'eldar sembla se stoppé net, ou alors le temps autour d'elle s'était ralentit. Une ombre se dessina d'abord devant elle, alors que les rires cessaient subitement. les nuages se percèrent, révélant une créature vaguement humaine, sur la tête deux cornes colossales et garnies de pointes, son corps recouvert de symboles impies et d'une croix à huit branches bien significative, des doigts crochus, et une langue fourchue. La chose fixait l'eldar de ses yeux ardents, puis s'approcha d'elle, elle qui semblait totalement incapable de bouger. En temps normal, elle n'aurait tout de même pu bouger, paralysée par la vue d'une telle créature, mais ironiquement, elle ne pouvait rien faire, même plus parler ou crier, seuls ses yeux pouvaient encore bouger.
La chose s'approcha d'elle, ricanante, puis passa sa langue sur la joue de l'eldar, puis dans le cou, sentant le frisson de peur de la jeune femme comme la plus douce des sensations. Solange sentait son esprit défaillir, prêt à s'évanouir.
Soudain, elle sembla tomber vers le vide, et réintégrait alors sa capacité à bouger, pour mieux découvrir vers quoi elle chutait inexorablement : une immense gueule garnie de crocs, et au fond, un abîme de ténèbres. Ironiquement, le temps se ralentit, pour mieux contempler l'horreur de l'eldar de tomber vers ce gouffre. Elle ferma ses yeux.

Solange se réveilla brusquement, poussant un véritable cri de terreur alors qu'elle portait ses mains sur ses joues, puis son front en sueur. Son cœur battait à une vitesse folle, se heurtant à sa poitrine, comme voulant fuir. Le désarroi s'emparait d'elle, elle ne parvenait pas à savoir où elle se trouvait, totalement envahit par la peur qu'avait pu lui inspirer un tel cauchemar. Une mèche de ses cheveux blancs lui retomba sur le visage, la rappelant à la réalité. Elle balaya avec une rapidité folle la pièce où elle se trouvait : une chambre, comportant deux armoires, un lavabo, une table de nuit et un lit, dans lequel elle se trouvait maintenant assise. Plus de nuages, plus de démons, plus rien de tout cela. Elle était en sécurité maintenant, et elle soupira à cette découverte, bien que toujours aussi choquée par un tel rêve.
La porte de la chambre s'ouvrit soudainement, et un homme en blouse blanche entra, l'air affolé.

-Tout va bien ?! demanda-t-il, mais il n'eut d'autre réponse que le silence de l'eldar qui semblait peiner à réintégrer le monde réel, vous avez cauchemarder ?
-L...le...warp... parvint-elle à articuler de son voix tremblotante.

L'homme s'autorisa un soupire de soulagement, le cri qu'elle l'avait poussé lui avait se précipité vers la chambre, craignant le pire. Mais elle allait bien, presque bien. Cauchemarder du Warp était peu commun, mais cette expérience devait être très désagréable. Il se dirigea vers une des armoires, puis en sortit un flacon plein de cachets dont il en tira deux, et les déposa sur la table de nuit.

-Tenez...cela devrait pouvoir vous détendre un peu. Vous devriez vous reposer encore un peu, après ce que semblez avoir vu...L'officier Talian veut vous voir une fois que vous serez pleinement reposée. Si vous avez encore besoin de moi, appelez moi.

Puis il quitta la chambre, et en ferma la porte. L'eldar resta immobile un moment, elle n'arrivait pas à se dire que ce n'était qu'un rêve, un simple rêve. Et pourtant, elle l'avait déjà fait plusieurs fois, mais il semblait si réel qu'elle ne pouvait se faire à cette idée. Elle prit, de sa main encore tremblante les deux cachets, puis les avala avec une gorgée d'eau, et se laissa retomber sur l'oreiller. Ses deux mains se cramponnèrent à la couette, et elle ferma les yeux, essayant d'oublier ce qu'elle avait vu.
Mais il était passé maintenant, elle était plus tranquille. Solange sentait son cœur rebattre normalement, ses tremblements s'arrêter progressivement, son calme revenir en partie, car elle était toujours inquiète qu'elle s'évanouisse une nouvelle fois et que ce rêve se répète. Elle quitta son lit, puis la chambre.
Solange marcha vers le bureau de son nouveau tuteur, qu'elle avait pur repérer à son arrivé, de sa démarche bien eldar qui la caractérisait, et hésitante comme elle l'était toujours. Elle arriva devant la porte du bureau, puis y toqua et entra.
Dedans, Jefferson attendait sur son bureau, l'air anxieux de ce qui avait pu arriver à sa nouvelle protégée.

-Solange ! cria-t-il à la vue de l'eldar, puis il se leva et se dirigea vers elle, prenant une de ses mains entre les siennes, vous semblez avoir cauchemarder, vous sentez vous mieux ?
-Oui...un cauchemar, voilà tout...je ne veux pas vous embêter plus avec et...je m'excuse de m'être évanouie tout à l'heure...
-Vous êtes toute excusée, j'ai attribué la cause à la chaleur, mais je pense que vous deviez être anxieuse quand nous nous présentés. Moi non plus, je ne veux pas vous embêter plus avec ce protocole trop noble pour se présenter. Vous a-t-on dit pourquoi on vous a placer sous ma tutelle ?
-Non...on ne me dit que peu de chose...pardon...
-Vous n'avez pas à vous faire pardonner, c'est plutôt à moi. On m'a demandé de vous apprendre à avoir confiance en vous, que vous êtes spéciale et qu'il est dommage voir une si jolie femme s'angoisser pour rien.

L'eldar rougie soudainement, se sentant flattée par de tels mots dont elle n'avait pas l'habitude. L'homme prit à son tour un air un peu plus paniqué.

-Je ne voulais vous mettre mal à l'aise ! J'ai tendance à en faire trop, veuillez m'excusez.
-Ce n'est pas grave...j'en ai pas l'habitude pour ainsi dire...
-Je ne voulais pas non plus vous mettre mal à l'aise tout à l'heure, je m'en excuse. Je veux vous aider à prendre confiance en vous, et pour cela, je veux que vous me considériez comme un ami.
-Un...ami ?
-Oui.
-C'est la première fois qu'on me fait cette proposition...je ne sais pas quoi dire...
-C'est tout à fait normal, je comprends mieux que votre anxiété, et je suis sûr que cela nous aidera à la combattre.
Mais il est tard, et je pense que votre cauchemar ne vous a pas permit de vous reposer convenablement. Et comme nous sommes maintenant amis, je vais vous conduire là où vous dormirez, c'est à dire chez moi.
-Je...ne sais pas si je mérite cet honneur...
-Si jamais vous veniez à faire un autre cauchemar, je serais là pour vous aider à l'oublier, ne vous en faites pas. Et surtout, je veux vous offrir mon hospitalité.
-M...merci beaucoup...

Jefferson ferma la porte derrière Solange, comme soupçonneux qu'on vienne à les entendre.
Il poursuivit :

-Solange, j'ai cru comprendre que vous étiez plus spéciale que vous n'y paraissiez, puis je vous demander en quoi ?
-Je comprends...de toute manière, vous l'auriez découvert par vous même, dit elle en montrant l'une de ses deux oreilles pointues, je suis une eldar...
-Je suis ravi que vous me l'ayez dit, vous n'êtes pas humaine, vous êtes ange, un ange venu pour que je le protège. N'ayez crainte, je garderai ce secret comme le plus précieux qu'il puisse exister. Venez, je vous emmène chez moi.

Puis ils sortirent du bureau, et on fit emmener les bagages de l'eldar dans une voiture antigrav, celle de Jefferson. Ce dernier fit prendre à l'eldar la place arrière, l'aidant à monter dans la voiture, puis ils s'installa au volant. La voiture démarra, puis fila à travers les voies de circulation de la ruche.

Une demi heure passa, et ils arrivèrent devant une demeure de la Spire, assez jolie en apparence et semblant bien vaste. La voiture s'arrêta juste devant, puis Jefferson aida l'eldar à sortir avant d'aller chercher ses bien léger bagages. Solange commençait à comprendre quelle personne allait être son tuteur, un officier et un noble qui plus est, voilà qui faisait sentir à l'eldar tout l'honneur qu'il y avait de lui offrir l'hospitalité.
Elle pénétra dans un hall plutôt grand, comportant deux armoires sculptée dans l'entrée, preuve d'une certaine aisance. La pièce donnait sur un escalier et sur deux pièces latérales : l'une était la cuisine, l'autre le salon., qui faisait le double de la taille de la cuisine, avec au fond une grande table, et sur les murs des tableaux. L'homme posa alors les bagages dans l'entrée, puis invita l'eldar à boire quelque chose. Ils entrèrent alors dans le salon, puis Solange remarqua alors que sur la table était posé une multitude de livre et de piles de feuilles, et que quelqu'un était assis, le dos tourné aux deux arrivant, entrain d'écrire semble-t-il frénétiquement. Solange se tint un peu en retrait, de peur que sa présence ne fasse tache.

-Sherlotta, encore le nez dans tes livres ?

Aussitôt, la dénommée Sherlotta se leva, adressa un sourire à l'eldar qui se tenait en arrière, puis vint embrasser la joue de l'homme.
La jeune eldar détailla donc la jeune fille. On aurait pu la prendre pour sa copie conforme, si ce n'est les cheveux prenant une très légère teinte rousse, donnant ainsi un léger rose qui lui tombait jusque dans le haut de son dos, et ses traits bien plus épais montrant bien qu'elle était humaine. Elle portait une robe blanche s'arrêtant juste avant de ses genoux et des bats noirs.
Elle vint devant Solange, puis lui adressa un autre sourire et s'apprêta à parler quand Jefferson la doubla.

-Solange, je vous présente ma nièce, Sherlotta. Elle vit avec moi depuis que ses parents ont divorcés, et aussi pour ses études.

La nièce se retourna alors vers lui, l'air un peu vexée.

-Tu sais, je peux me présenter toute seule maintenant, j'ai 18 ans après tout, dit elle en s'adressant à lui, un sourire espiègle sur les lèvres, puis se retourna vers l'eldar, je pense que mon oncle vous a dit à peu près tout, j'espère que vous vous plairez bien ici, Solange.

L'officier décida de les laisser discuter seules, il leur devait bien cela. Il se dirigea donc vers la cuisine pour y préparer le repas.
La soirée passa tranquillement, les discussions tournant principalement autour des études de la nièce, et quelques unes sur l'eldar. Cependant, un passage de cette discussion l'interpella :

-...et, as-tu des nouvelles de Lucie ? demanda Sherlotta.
-Je ne voulais pas te l'annoncer tout de suite, mais je crois que je n'ai plus le choix. Elle a disparu.
-Disparu ? Comment ? demanda-t-elle, l'air soudainement affolée.
-Nous n'en savons rien, la maison à brûlée, mais il n'y a pas de trace de corps brulé, ou quoi que ce soit. Les voisins nous ont dit qu'ils avaient vu une voiture antigrav arrêtée à proximité partir, et c'est tout ce que nous savons.
-Mais...je croyais qu'il y avait des gardes depuis le cambriolage...
-Eux aussi ont disparu, mais on les a retrouvé...
-Vous les avez interrogés ? coupa-t-elle.
-Ils étaient morts, et c'était du travail de professionnel. Des balles pleines d'acide, juste de quoi dissoudre le corps en une heure après le tir.

Sherlotta s'arrêta soudainement, comme affligée par une telle découverte. Elle semblait soudainement plus anxieuse et plus méfiante.

-Arrêtons nous là, je ne veux pas en savoir plus.

Le reste de la soirée de déroula normalement, et on emmena l'eldar à la chambre qui lui était attribuée avec ses bagages. Après s'être souhaité mutuellement une bonne nuit, l'eldar pu profiter un peu du calme.
La chambre était toute simple, bien que charmante : un grand lit, deux tables de nuits, une commode, une armoire, un fauteuil et un bureau. C'était beaucoup plus qu'elle n'espérait, et elle se sentait flattée d'être arrivé chez quelqu'un d'aussi amical avec elle, ce qui était chose rare. Elle eut presque cru qu'on oubliait totalement qu'elle était eldar, et qu'on ne considérait que la personne en face. Elle se sentait rassurée face à cela, et elle en louait l'Empereur.
Elle ouvrit sa balise, et en tira une robe de nuit qu'elle enfila. Cependant, alors qu'elle passait devant une glace, elle remarqua une ombre bougé au fond de sa chambre. Elle resta immobile un instant, le regard fixé dans la glace, mais elle y attribua comme raison qu'elle était fatiguée, que toutes les émotions de cette journée l'avait épuisée, et qu'elle devait se reposer. Elle tourna sa tête devant elle, son visage se crispa de peur une fraction de seconde, le temps qu'un objet s'abatte sur sa tête et ne l'assomme.
Revenir en haut Aller en bas
http://zylvos.blog.jeuxvideo.com/
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.


Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 4 Sep 2010 - 8:53

Pour le coup on retombe dans la lourdeur du style, j'ai eut beaucoup de mal à venir à bout de cet extrait. Tente de te relire une ou deux fois et prend bien garde aux répétitions (cauchemarder, au hasard). De même les reprises pronominales sont un peu trop nombreuses à mon gout, la périphrase c'est le bien tu sais?
Sans quoi toujours cet univers enfantin en décalage avec ce qu'on est habitué de voir du 41eme, c'est très original mais peut être un peu trop >< je ne suis pas du tout habitué à ce genre de lecture et ça m'irrite un poil mais encore une fois c'est un avis personnel.

Du coup les autres seraient bien sympas de venir te commenter un poil histoire d'avoir un autre angle de vue, je pense que je suis l'un des critiques les plus difficiles du fofo et même en tentant d'être gentil je ne dois pas être des plus encourageant... une bonne âme pour notre Zylvos?

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Zylvos



Messages : 3225
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : :noitasilacoL

MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 4 Sep 2010 - 10:11

Je sais pas si tu sais, mais t'es mon unique lecteur. :noel:

Bon, je comprends que cela soit un peu exaspérant que je sois resté dans le registre "enfantin", mais je voulais mettre en place les principaux personnages avant d'entrer dans quelque chose se rapprochant plus de 40k. :o)) M'enfin, je pense que vous avez compris que la fin de ce chapitre 1 (car oui, ce n'est que le premier !) prépare quelque chose d'un peu plus musclé pour la suite. :oui:

(Oui, j'aime bien mettre "vous", ça me donne l'impression d'être lu par plusieurs lecteurs :noel: )
Revenir en haut Aller en bas
http://zylvos.blog.jeuxvideo.com/
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.


Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 4 Sep 2010 - 10:16

Justement, je tente d'appâter les autres :noel:

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Sylvanas



Messages : 2054
Date d'inscription : 09/05/2010
Age : 21
Localisation : Dans une Waaagh party!

MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 4 Sep 2010 - 11:53

C'est faux je te lis depuis longtemps (Depuis le moi de juin), mais je pensais avoir posté quelque chose non ? -_-' :noel:

Moi j'aime bien se style un peu pesant, et ça change du macabre qu'on li tous le temps dans toutes les fics ou nouvelle 40k .Par contre fais gaffe aux répétions Arax à raison, voilà je trouve ça originale et j'aime beaucoup :)
Revenir en haut Aller en bas
Zylvos



Messages : 3225
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : :noitasilacoL

MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 4 Sep 2010 - 15:31

Merci pour ces (nombreux :noel: ) commentaires, j'en prends note pour la suite. :o))

D'ailleurs, vous pensez que ma fic' aurait une chance sur JVC ? Il y a un Aleieus berserk (pléonasme :noel: ) qui traine dans les environs, alors bon... :(
Revenir en haut Aller en bas
http://zylvos.blog.jeuxvideo.com/
Arghit
Roi de Bretagne


Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 4 Sep 2010 - 15:38

Ouai vas y, ta fic est très sympa et sur JVC, ça mord pas tant que ça (malheureusement :noel:).

_________________



20:10 - [GiF] Melcor: je suis un papillons
Revenir en haut Aller en bas
Zylvos



Messages : 3225
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : :noitasilacoL

MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 4 Sep 2010 - 17:07

J'ai pas confiance, venant de toi... :noel:

(surtout que t'es en fac, comment t'as pu faire pour lire ? + pas l'excuse du "J'ai lu avant" :noel: )
Revenir en haut Aller en bas
http://zylvos.blog.jeuxvideo.com/
Arghit
Roi de Bretagne


Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 4 Sep 2010 - 17:32

Comme je l'ai dis sur la fic d'Arax, je connais tous mes cours par cœur et en plus, je viens de faire vacciner ce qui me met à plat. J'avais donc rien d'autre à faire que de lire ta fic et elle es très sympa. :oui:

Non franchement, envoi ça sur JVC, e plus Al ne lit ps tous, la preuve il a pas lu la mienne defic.

_________________



20:10 - [GiF] Melcor: je suis un papillons
Revenir en haut Aller en bas
Sylvanas



Messages : 2054
Date d'inscription : 09/05/2010
Age : 21
Localisation : Dans une Waaagh party!

MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 4 Sep 2010 - 17:34

Et puis que veux tu qu'il dise de péjoratif, à part ce qu'on a déjà dit ? :noel:
Revenir en haut Aller en bas
Zylvos



Messages : 3225
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : :noitasilacoL

MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 4 Sep 2010 - 17:49

Bon, aller, qui ne tente rien n'a rien. :noel:
Revenir en haut Aller en bas
http://zylvos.blog.jeuxvideo.com/
Jarlaxle
Bregan d'Aerthe.


Messages : 9304
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Renaissance   Sam 4 Sep 2010 - 18:11

Ou alors il n'as pas commenté (comment ça impossible :noel: )

_________________
Choisissez Jarlaxle pour de meilleurs lendemains.
Un petit pas pour Bregan d'Aerthe, un grand pas pour l'humanité.



Avatar tiré d'une image de syarul.

Revenir en haut Aller en bas
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.


Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Renaissance   Dim 5 Sep 2010 - 9:11

Steal==> il a lu la mienne et il n'a pas commenté :oui:
Les fics qu'il commente habituellement il ne les lit pas What a Face

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Zylvos



Messages : 3225
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : :noitasilacoL

MessageSujet: Re: Renaissance   Lun 29 Nov 2010 - 12:05

Une suite devrait arriver bientôt, si les cours me le permettent. :o))
Revenir en haut Aller en bas
http://zylvos.blog.jeuxvideo.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Renaissance   Aujourd'hui à 4:29

Revenir en haut Aller en bas
 
Renaissance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galaxy in Flames :: Librarium :: Fanfic et créations perso-
Sauter vers: