Galaxy in Flames

Un forum pour les passionnés de Warhammer 40.000 dans son ensemble
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Inquisition Impériale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Jarlaxle
Bregan d'Aerthe.


Messages : 9304
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Ven 29 Oct 2010 - 16:03

J'abandonnerais pas Inquisition Impériale, t'inquiète :noel:

_________________
Choisissez Jarlaxle pour de meilleurs lendemains.
Un petit pas pour Bregan d'Aerthe, un grand pas pour l'humanité.



Avatar tiré d'une image de syarul.

Revenir en haut Aller en bas
Arghit
Roi de Bretagne


Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Ven 29 Oct 2010 - 19:15

C'est bon, très bon meme, t'as pas perdu la main, ça se voit.

Par contre, y a quelques tournure un poil pompeuse que j'apprécie pas trop, de meme que certains noms qui sont pas top.

_________________



20:10 - [GiF] Melcor: je suis un papillons
Revenir en haut Aller en bas
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.


Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Dim 5 Déc 2010 - 14:17

Voici venir la suite et fin du chapitre 1 d'Inquisition. C'est assez court, ce n'est pas top top mais je vais enfin pouvoir commencer à mettre en place mon intrigue ><



_____________________________

Le lendemain commençait le carnaval annuel d’Echor III. Tradition héritée des coutumes du peuple célébrant la fin de la saison des moissons, il avait autrefois pour thème l’inversion des rôles. Pour un jour les cultivateurs qui permettaient à la planète entière de vivre aurait le loisir de se vêtir comme les nobles et d’agir comme tel alors que l’élite dirigeante trouvait amusant de passer un jour parmi la roture.

Alors que la planète s’enrichissait, la tradition fut petit à petit changée, les nobles ne supportant pas ce qu’ils considéraient comme une humiliation annuelle et seul le concept de la journée déguisée fut gardée. Bien évidemment, les foules de touristes qui s’étaient mises à affluer à la surface depuis début M40 avaient trouvé l’idée excellente et le carnaval était devenu une attraction touristique majeure s’étendant désormais sur plusieurs mois.

Ravion peinait à croire qu’il allait pouvoir passer les fameuses festivités au bras de la plus belle femme qu’il avait jamais eut la chance de rencontrer.

Il connaissait Maria depuis près de dix ans et l’avait rencontré alors qu’elle n’était encore qu’une adolescente en crise dont l’esprit affuté lui avait valu une place dans une suite inquisitoriale et son sens de la comédie et de la manipulation lui avait permis de s’y maintenir sous l’égide d’un maître bien souvent de mauvais poil avec ceux qui ne prenaient pas assez en considération le sérieux de leur tâche.

Tous les membres d’équipage du Sin Nominem avaient toujours eut une certaine tendresse pour l’enfant qui avait grandi parmi eux pour devenir une inquisitrice au service de l’Empereur Dieu de l’Humanité. Cependant alors qu’il travaillait sous ses ordres durant les dernières années, la tendresse de Ravion s’était muée en admiration et plus récemment en adoration alors qu’ils vivaient leur rétablissement de concert.

En quelques semaines, il était devenu totalement fou d’elle, prêt à tout pour lui faire plaisir et prêt à la suivre partout où elle pourrait aller, à y combattre quelque adversaire que ce fut et même à se déguiser ! Le croisé portait en effet un blouson en cuir de ganger révélant ses pectoraux et avait eut la patience de laisser Maria lui imprimer un tatouage temporaire sur la joue avec son impressionnant nécessaire à maquiller. Il lui semblait avoir l’air d’un parfait guignol avec sa tenue de dur à cuir qui ne laissait pas les épaules assez lestes pour un combat à l’épée en règle et les pseudos lames liées à ses genoux qui ne se seraient même pas révélées capables de mettre un adversaire hors de combat de manière convenable.

C’était dans ce déguisement purement grotesque qu’il attendait devant la porte de sa compagne qui mettait la touche finale à son déguisement. L’épéiste ne pouvait s’empêcher de laisser son esprit vagabonder en se demandant ce qu’elle allait pouvoir revêtir. L’inquisitrice n’avait jamais eut de lourdes inhibitions et Ravion savait de sources sûres qu’elle disposait de quelques tenues Lincianes malgré la législature impériale à leur sujet. Il s’imagina, devant courir au devant de tout imbécile qui aurait la mauvaise idée de la reluquer trop intensément ou de se montrer trop tactile. Il en avait déjà la migraine.

La porte de la chambre de Maria finit par s’ouvrir et Ravion resta bouche bée.

La jeune femme sortit d’un pas lent et majestueux, toisant son compagnon de haut.

En ce jour elle n’avait pas décidé de jouer la libertine, elle n’avait pas choisit de jouer la libre marchande. En ce jour elle portait une armure énergétique complète et une épée longue était suspendue dans son dos. Les plaques de céramite blanches épousaient ses formes malgré leur épaisseur et le croisé se retrouva à devoir légèrement lever les yeux pour contempler les orbes d’argent de Maria. Une rosette inquisitoriale pendait à son cou, totalement à découvert et le pagne d’étoffe bleu ainsi que les nœuds de tissus qu’elle portait accrochés dans le dos portaient les bénédictions de bannissements d’une tenue conçue pour la chasse aux démons.

-Je… tu… qu’es ce que…
-Enfin Ravion, c’est une journée déguisée et je suis sûre que jamais personne me connaissant sous une vrai ou une fausse identité ne me reconnaitra si je joue l’inquisitrice !

Il était vrai qu’en plus de dix ans, Ravion n’avait jamais vu l’inquisitrice donner l’air qu’elle portait bien son titre. Là se trouvait sa force : personne n’irait soupçonner une jeune femme extravertie et frivole d’être un des terribles agents de l’inquisition impériale. Lui-même peinait à croire qu’elle avait simplement en sa possession une tenue si voyante et pire : qu’elle l’ait emporté en vacances !

-D’où sors tu une telle combinaison, je ne l’ai jamais vue !
-Arax a toujours voulu que je garde avec moi une armure énergétique… soit disant que c’est une sécurité supplémentaire si l’on devait en venir à affronter un prince démon… franchement tu me verrais affronter ce genre de monstruosité ? Mais je me suis dit que ce serait original !
-Et je suis en train de me dire que je vais avoir l’air ridicule ainsi habillé au bras d’une femme ainsi équipée… grogna le croisé. Je pourrai mettre mon armure, nous irions divinement bien ensemble non ?
-Tu as toi-même répondu à ta question ! Maintenant sortons, demain j’aurais un autre déguisement et tu regretteras celui d’aujourd’hui !



Les lueurs de centaines de lampions donnaient aux rues d’Echor III un aspect féérique et merveilleux. Chaque façade avait été décorée de banderoles chatoyantes et de fanions lumineux tandis que les avenues étaient envahies de centaines de badauds déguisés de mille et une façons discutant et riant au milieu de la liesse générale. Des chars imposants édifiés à la gloire de célébrités locales ou de saints impériaux avaient prit la place des habituels véhicules personnels. La musique résonnait désormais à chaque coin de rue et chaque enseigne était illuminée, tentant d’attirer le plus de clients possibles pour bien entamer la période la plus faste de l’année économique d’Echor.

Au milieu de cette liesse générale, Maria avançait avec la dignité d’une reine dans son armure énergétique étincelante. Tous ceux qui la croisaient s’inclinaient avec respect, la reconnaissant comme ce que son déguisement disait d’elle ou se contentaient d’ouvrir des yeux ahuris, ne pouvant croire qu’un tel objet de richesse puisse servir de costume. Ceux qui l’observaient un peu plus ne pouvaient s’empêcher de se trouver désorienté par son étrange compagnon au torse musclé et barré d’une large cicatrice mais au visage totalement rouge.

-Ne t’amuse tu pas follement Ravion ? Toute cette musique, tous ces gens ! Nous n’avions rien eut de tel depuis le triomphe d’Ethola il y a six ans.
-Je… j’ai un peu de mal à me mettre dans la peau de mon personnage dirons nous Maria… vraiment je ne suis pas digne en une telle tenue de marcher aux cotés d’une inquisitrice.
Ladite inquisitrice le dépassa d’un pas rapide et lui posa un doigt blindé sur les lèvres.
-J’aime te voir ainsi, cela devrait suffire à te rendre heureux non ?
-Je suis toujours heureux près de toi mais… je me sens d’un ridicule !
-Qui pourrait ne pas se sentir ridicule à coté de moi ainsi habillée ? Je commence à comprendre pourquoi Arax aime tant sa propre armure de bataille, il me semble être plus qu’une simple humaine ainsi vêtue !
-Mais tu es mille fois plus, tu es l’avatar de…
-Regarde !

Avant que Ravion n’ait pu finir son compliment qu’il pensait pourtant fort inspiré, sa compagne l’avait interrompu en pointant le ciel de son bras d’adamantium.

Des feux d’artifices se mirent à éclater dans le ciel et de la foule montèrent des cris d’émerveillement. Les déflagrations multicolores prenaient la forme de floraisons célestes, d’aigles victorieux ou de lys délicats. Ces explosions n’avaient rien à voir avec celles brutales et cruelles de la guerre, avec la détonation sourde d’une charge sismique, avec l’éclat meurtrier d’une attaque nova. Elles appartenaient à un monde tout autre que celui du croisé, un univers de joie et de futilités auquel seuls les nobles impériaux pouvaient aspirer, auquel Ravion avait du renoncer en même temps qu’à ses titres. Il se sentait terriblement étranger à l’univers qui l’entourait mais pourtant en voyant le visage émerveillé de Maria il sut qu’il désirait du plus profond de son cœur passer l’éternité en ces lieux ou en d’autres, à ses cotés. Son visage avait une candeur, une pureté qui n’était que plus mise en avant par sa tenue martiale. Alors que l’inquisitrice s’égayait en contemplant le ciel, son compagnon se perdait dans sa contemplation. Cette femme était si étrange, à la fois innocente et coupable de milliers de crimes au nom du bien supérieur de l’humanité. Elle ne désirait rien tant que de pouvoir jouir de sa jeunesse mais elle était également éprise de sa fonction tout en refusant de se l’avouer. Elle avait un sens du devoir enfoui au cœur d’une carapace de futilité elle-même restreinte par son esprit vif et sa dévotion.

Elle était une humaine astreinte à une tâche inhumaine et pour protéger sa complexité, Ravion irait combattre jusqu’au plus profond du warp.


Les feux d’artifice perdirent en intensité et la foule se remit lentement à parcourir les rues. Maria, des étoiles dans les yeux prit son amant par le bras et reprit à son tour sa marche, ne cessant de lancer des commentaires émerveillés sur les beautés alentours. Une heure passa et la nuit devint de plus en plus sombre bien que les lueurs des rues ne perdirent rien de leur intensité. Les rues se firent moins peuplées alors que la liesse collective retombait quelque peu et que chacun se concentrait sur ses propres célébrations.

-Que dirais tu d’un délicieux repas avant de rentre à l’hôtel pour finir notre soirée ? proposa Maria à son compagnon.
-Avec plaisir inquisitrice.

Le couple se dirigea vers une enseigne renommée. Ravion crut reconnaitre Nymphéla parmi les quelques couples encore dans les rues et il vit distinctement son regard effaré se poser sur l’armure de sa sœur qui l’ignora avec superbe. Alors que Maria et lui entraient dans leur restaurant il distingua la lueur d’envie et de tristesse dans les yeux de l’autre Valin qui bien que profitant des privilèges de sa naissance se trouvait également soumise à ses contraintes. Le croisé remercia l’Empereur que tel n’ait pas été le sort de Maria.


Le cadre du Fraulet, le restaurant choisit par Maria, était des plus agréables avec sa décoration chic mais non excessive. Des lustres de cristal fournissaient une lumière tamisée donnant à sa salle une ambiance intime et bien qu’une trentaine d’autres personnes étaient présentes Ravion se sentait seul avec son aimée.

On leur servit un vin raffiné et le couple échangea quelques plaisanteries entre deux gorgées. Cependant, assez rapidement leur conversation dévia sur le sujet de la politique impériale dans le secteur et des éventuelles pistes qui pourraient être exploitées pour tenter de retrouver l’Hédoniste. Le carnaval devait durer plusieurs mois mais l’équipe ne resterait plus qu’une petite semaine. Attelus semblait enfin remis, Dinor avait trouvé son partenaire, Maria avait suffisamment profité, il était temps que les choses reprennent leur cours.

Une fois de plus le croisé fut impressionné par sa maîtresse, capable d’envisager de telles possibilités dans le cadre le plus luxueux qui soit alors qu’il eut été si simple de remettre ce genre de pensées à un autre jour.
Maria semblait envisager un passage par Kelexos IV et prit son verre pour se laisser le temps de penser quand la fête du jour prit effectivement fin.


Depuis le Fraulet on put sentir le sol vibrer et une détonation assourdie par les champs de confinement de l’établissement se fit entendre mais partout ailleurs en ville il sembla que l’enfer se déchainait sur terre. A la même seconde une centaine de chars de parade explosèrent violement, tuant près de deux mille promeneurs se trouvant non loin. Plusieurs hôtels éclatèrent au même instant alors que des charges dissimulées explosaient suite à un signal coordonné. Dans les rues plusieurs dizaines de commandos armés sortirent de demeures de particuliers et prirent à parti les passants, leur ordonnant de les suivre sans résistance avant de les conduire en détention dans divers caches tout autour de la ville.

En moins de cinq minutes la nuit se transforma d’une joyeuse soirée de carnaval en une révolution sanglante. Tous les écrans de la ville se mirent à retransmettre un message porté par un vieil homme dans une tenue distinguée mais décorée sans excès. Il se prétendit meneur du mouvement de libération d’Echor III et exigeait que son monde cesse de n’être qu’une prostituée au service de la noblesse du secteur. Il détenait en otage plusieurs centaines de nobles et avait montré qu’il disposait de forces capables de frapper durement toutes les grandes villes de la surface. Son mouvement exigeait le départ de toutes les compagnies commerciales et la démission du gouverneur afin que ce monde retourne à ses habitants et non à de riches étrangers.

Les organisations mercenaires levèrent en quelques minutes leurs forces et ici et là dans la ville des escarmouche eurent lieu entre echorants et membres des compagnies décidés à libérer les nobles afin de leur extorquer quelques largesses, il semblait cependant qu’au moins deux d’entre elles avaient rejoint la cause des terroristes et tentèrent de prendre d’assaut le palais gouvernemental. L’arbites tenta de se mobiliser mais il ne disposait pas de l’effectif nécessaire pour assurer le calme dans la capitale et encore moins sur le reste de la surface.
L’opération avait été bien organisée, assez violente pour terroriser tous les nobles à la surface, suffisamment efficace pour capturer un bon nombre d’otages afin de dissuader les autorités du secteur de lancer une contre attaque par trop violente, elle aurait réellement pu espérer prendre le contrôle d’Echor III et même si à terme il eut été probable que les nécessités économiques poussent de nouveau les echorants à vendre leur planètes, ils auraient profité de quelques années de liberté sur leur petit éden.

Tout aurait pu se passer sans accrocs si il n’y avait eut un imperceptible détail.



A la seconde où retentissait la première explosion, Maria portait à ses lèvres un verre d’un amasec millésimé. Maitresse d’elle-même elle n’avait quasiment pas frémit lorsque la terre avait tremblé mais sa force décuplé par son armure avait suffit à faire voler en éclat la flute de cristal qu’elle avait en main, projetant du vin sur son visage, ses robes d’étoffe couteuse et pire que tout, sa chevelure.

Ravion vit s’allumer une flamme dans les yeux de l’inquisitrice, celle de sa colère froide et subite, celle qu’elle avait dans les yeux lorsque venait le temps de purger une cellule ou de venger un mort, celle qui ne l’avait quitté plusieurs jours durant lorsque Marcus était mort et qui lui avait permit de faire face à la colère de l’astartes la tête haute. Le croisé ne savait pas encore qui avait eut la mauvaise idée de déclencher une quelconque opération hostile en présence de l’inquisitrice la plus imprévisible de l’Impérium mais il allait s’en mordre violemment les doigts.

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Jarlaxle
Bregan d'Aerthe.


Messages : 9304
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Dim 5 Déc 2010 - 14:31

J'aime tout simplement *_*

Maria est vraiment ton meilleur personnage je trouve (Zuriel n'as pas été assez développé pour rivaliser :noel: )

_________________
Choisissez Jarlaxle pour de meilleurs lendemains.
Un petit pas pour Bregan d'Aerthe, un grand pas pour l'humanité.



Avatar tiré d'une image de syarul.

Revenir en haut Aller en bas
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.


Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Dim 5 Déc 2010 - 14:42

Je persiste à vraiment beaucoup aimer Fiora et ceux qui ont lu la campagne semblent d'accord avec moi.
Ensuite il est clair que Maria est une grande réussite, je compte également développer à fond un autre perso dans inquisition, on verra si il sera aussi bien.

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Jarlaxle
Bregan d'Aerthe.


Messages : 9304
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Dim 5 Déc 2010 - 14:52

j'ai pas lu la campagne :noel:

_________________
Choisissez Jarlaxle pour de meilleurs lendemains.
Un petit pas pour Bregan d'Aerthe, un grand pas pour l'humanité.



Avatar tiré d'une image de syarul.

Revenir en haut Aller en bas
Tenkaranpu
La chienlit c'est lui!


Messages : 2317
Date d'inscription : 08/12/2010
Localisation : Quelque part, en train de regretter Araxyrie, sniff sniff...

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Jeu 9 Déc 2010 - 13:12

Pas mal du tout. Le seul défaut, c'est qu'il n'y a pas de Chevaliers-Gris pour l'instant. ^^

J'ai l'impression que Ravion va s'en mordre les doigts. Ne jamais mélanger le sexe et le travail.
Sinon, on dirait qu'en fin de compte, son armure énergétique va lui être bien utile dans cette situation. Le croisé par contre va l'avoir profond...

Il y a un truc que je sens venir... spoiler pour tout le monde, sauf l'auteur.

Spoiler:
 

_________________
 


Les Primarques devaient être des exemples frappant d'hommes guéris de la souillure de la corruption. L'énergie du Warp non corrompue coulerait en eux comme elle coulait par l'Empereur lui-même, les fortifiant et leur conférant des pouvoirs comme en possédaient les anciens chamans (...) Employant ses pouvoirs psychiques, l'Empereur les localisa petit à petit et retrouva chacune de ces créations originales qui furent réunis avec les chapitres Space Marines créés à partir de leurs empreintes génétiques. Ils ne semblaient pas avoir été touchés par le Chaos (...) [Mais] En fait, leur apparence physique était décevante, nombre de Primarque furent souillés par leur contact précoce avec le Chaos.

- Realms of Chaos : The Lost and the Damned, page 174 et suivantes, extrait.

Russ avec de l'ADN canin, les Primarques crées avec l'aide des dieux du Chaos... la saga de l'Hérésie d'Horus de la BL est écrite par des hérétiques... ♪

Revenir en haut Aller en bas
Jarlaxle
Bregan d'Aerthe.


Messages : 9304
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Jeu 9 Déc 2010 - 16:28

Je me demande quand même s'il et bien prudent de laisser Maria en armure énergétique lors d'un combat, elle risque de faire plus mal que bien What a Face

de plus ton "spoiler" n'étant que supposition, je vois pas en quoi c'est un spoiler :noel:

_________________
Choisissez Jarlaxle pour de meilleurs lendemains.
Un petit pas pour Bregan d'Aerthe, un grand pas pour l'humanité.



Avatar tiré d'une image de syarul.

Revenir en haut Aller en bas
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.


Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Jeu 9 Déc 2010 - 16:41

Il ne devrait pas y avoir de chevaliers gris, enfin... peut être après le "oups" mais ce n'est pas garantit.
Pour ce qui est de Ravion... le simple fait de s'attacher à Maria est une garantie que l'on finira par s'en mordre les doigts What a Face

Pour ce qui est de Nymphéla... suspens bien évidemment.

Et enfin Ysmir, Maria sait se battre, bon elle risque d'être un poil insouciante comme à l'accoutumée mais elle devrait réussir à prendre l'épée du bon coté : :albino: :

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Jarlaxle
Bregan d'Aerthe.


Messages : 9304
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Jeu 9 Déc 2010 - 17:04

au pire en armure énergétique elle peut bien prendre du mauvais côté What a Face

m'enfin, comme d'hab j'attends la suite What a Face

_________________
Choisissez Jarlaxle pour de meilleurs lendemains.
Un petit pas pour Bregan d'Aerthe, un grand pas pour l'humanité.



Avatar tiré d'une image de syarul.

Revenir en haut Aller en bas
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.


Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Dim 9 Jan 2011 - 15:58

Chapitre 2 : Insurrection



Dinor avait passé un agréable début de soirée. Laissant de coté son nouveau partenaire il avait décidé de profiter au maximum des réjouissances, sachant fort bien que le départ suivrait peu de temps après. S’équipant de sa tenue sombre habituelle et gardant avec lui sa paire de pistolets lasers, il avait flirté avec plusieurs jeunes nobles en quête d’aventures d’un soir et alors que la soirée touchait à sa fin, il en avait attiré une dans une ruelle tranquille, décidé à vivre un peu de bon temps.

Alors qu’il était en train de déboutonner le corset de sa compagne, une explosion retentit dans l’avenue voisine et tout dérapa.

La noble cria lorsqu’elle entendit l’explosion, en premier lieu de surprise puis de terreur lorsqu’une deuxième détonation retentit. Dinor qui n’avait pas lésiné sur la boisson afin de passer une agréable soirée retrouva instantanément une conscience douloureusement précise de son environnement et avant même d’avoir compris ce qu’il faisait, il s’était dégagé de sa compagne, pistolet au poing. Il se rapprocha de la rue, frôlant les murs et vit des groupes d’hommes déguisés mais aux armes tout sauf factices sortant de la foule ou de bâtiments pour menacer les passants, les regroupant afin sans doute de les conduire en d’autres lieux. Le sniper fit quelques pas en arrière mais la noble l’avait suivit, ne faisant pas preuve de la même prudence que lui et quatre des hommes en armes se dirigèrent vers leur ruelle, prêt à les capturer à leur tour.

-Courrez ! eut il juste le temps de dire alors qu’il s’élançait dans la ruelle afin de semer ses poursuivants. La noble eut quelques secondes avant de le suivre, n’avançant pas bien vite en tentant de couvrir sa poitrine et gênée par ses talons hauts.

Deux de leurs poursuivants s’arrêtèrent dès qu’ils se trouvèrent au bout de la rue et épaulèrent leurs fusils alors que les deux autres continuaient à les poursuivre.

-Plus un geste ! lancèrent ils et, voyant qu’ils n’étaient pas écoutés, ils firent tirèrent un coup de semonce.

Terrifiée, la noble tomba à genoux, au bord des larmes et Dinor se jeta derrière le couvert d’un container d’ordures. Il ne ressentait pas réellement de pitié pour cette pauvre fille et le regard qu’il perçut dans les yeux des poursuivants se rapprochant ne le poussa aucunement à agir. Il fit s’effondrer les deux hommes de deux tirs précis de son arme uniquement car ils ne l’auraient jamais laissé fuir.

Les deux autres, ne comprenant pas bien ce qui venait de se passer ne réalignèrent leurs armes que lorsque les deux corps de leurs compagnons se furent effondré et que Dinor eut surgi de sa cachette, tenant son arme à bout de bras. Ils lâchèrent une première rafale qui rata et le sniper eut le temps d’atteindre les deux cadavres gisant dans la rue et de leur voler un fusil. Une nouvele salve de tirs partit mais il s’abrita dans un renfoncement de portes et lorsqu’il reparu il tua les deux derniers combattants de deux nouvelles balles.

L’action avait été rapide mais l’esprit du sniper tournant à plein régime avait déjà eut le temps de beaucoup conjecturer. De telles actions en un tel jour prophétisaient assez probablement un soulèvement massif, soit de la ville, soit de la planète. Les terroriste eussent ils simplement voulu prouver leur existence ou faire une revendication, ils ne se seraient pas ainsi montré à visage découvert. Cela signifiait donc que de tels groupes devaient se trouver dispersés un peu partout dans la ville et qu’il fallait envisager que l’inquisitrice évacue les lieux en vitesse. Il fallait donc également que Dinor retourne à sa cachette pour y récupérer son cher matériel qu’il ne quittait plus depuis les malheurs de Spykélis.

De nouveaux hommes arriveraient sous peu et il fallait donc reprendre la fuite, Dinor passa son fusil en bandoulière et allait s’en aller lorsque la noble se rappela à son bon souvenir :

- Sauvez-moi… par pitié…

Il perdait du temps mais une part de lui, celle qui n’était pas totalement morte quelques années plus tôt le força à répondre.

-Il me faut être rapide pour échapper à ces gens, je ne peut m’encombrer…
-Je vous en supplie, je vous donnerais tout ce que vous pouvez désirer… je…

Les larmes s’écoulaient librement de ses yeux et elle était secouée de sanglot. Quel âge pouvait-elle avoir ? Quelles choses avait elle pu vivre ? Lorsque les terroristes allaient mettre la main sur elle au milieu des cadavres des leurs ils n’allaient pas être tendres… Elle allait mourir et probablement cette fin serait une délivran, tout cela parce qu’elle l’avait rencontré.

-Bien…
Dinor prit la femme entre ses bras et commença à courir vers la première intersection venue. Il tourna dans plusieurs petites ruelles, tentant de son mieux d’établir un plan mental des environs. Quand il pensa que l’on ne le retrouverait plus avant quelques minutes de recherches au moins il déposa son lourd fardeau et s’adossa contre un mur pour souffler un instant.
-Enlevez vos chaussures, dit il en reprenant son souffle. Vous n’avez pas d’arme je suppose ?

La jeune femme sembla choquée que l’on puisse simplement supposer une telle chose. Une nouvelle fois le sniper se rendit compte qu’il ne savait rien d’elle si ce n’était qu’il l’aurait bien envoyé en l’air quelques heures plus tôt. Il envisagea un instant de la laisser ici, après tout, elle pouvait se cacher dans les ruelles en attendant que les choses se calment. Néanmoins il refoula cette pensée, l’avoir sauvée jusque là n’aurait aucun sens si c’était pour la laisser en plan au milieu de nulle part.

-Prenez ceci, finit-il par dire en lui tenant son pistolet. Ne vous en servez qu’en cas d’extrême urgence, tenez le à bout de bras, pointez le vers l’ennemi et appuyez sur la détente. Nous allons nous diriger vers mon hôtel, là j’aviserais de quoi faire de vous…

La femme hocha la tête, semblant comprendre qu’obéir serait sa seule voie de salut.

Les deux fuyards repartirent donc dans le dédale des ruelles. Ils ne virent pas trace de leurs poursuivants et le sniper supposa que ceux-ci avaient abandonné la traque, ne désirant pas tomber dans une éventuelle embuscade de la part de celui ou ceux qui avaient déjà vaincu quatre des leurs.

Se rapprochant d’une nouvelle artère, Dinor eut la mauvaise surprise de voir qu’elle était tenue par un barrage de soldats en arme et ne voulu pas faire le pari qu’ils étaient des forces de contre insurrection. Il entraina donc sa compagne à nouveau vers les profondeurs des pâtés de maison, croisant ici ou là un citoyen en fuite. Ils débouchèrent de nouveau sur l’artère une centaine de mètres plus loin, derrière le barrage. Les voitures personnelles et autres calèches antigrav étaient abandonnées partout sur la chaussé et pas une lumière n’était allumée. En observant un peu plus longtemps, le couple vit passer une patrouille des mêmes hommes que tout à l’heure, surveillant que personne ne sortait dans les rues. Ils étaient accompagnés d’une chenillette sur laquelle étaient montés des hauts parleurs :

« Ce quartier est désormais sous le contrôle du gouvernement libre d’Echor, par mesure de sécurité, le couvre feu est imposé à compter de la septième heure du soir. Le nouveau gouvernement vous prie de coopérer. Je répète, ce quartier est… »

C’était donc cela, des groupes indépendantistes avaient lancé leur révolution le premier jour du carnaval, sans doute pour profiter de l’occasion pour récupérer un maximum d’otages importants. S’ils avaient agi et s’étaient déclarés au grand jour, leur influence devait être grande et ils devaient penser pouvoir réellement prendre le contrôle total de la planète en très peu de temps. Raison de plus pour ne pas s’éterniser.
Dès que la patrouille fut suffisamment éloignée, Dinor entraina la noble dans un sprint à travers l’artère désertée, arrivant bien vite dans une ruelle de l’agglomération d’en face.

L’architecture Echorane reposait sur d’assez vastes quartiers de bâtiments resserrés les uns contre les autres traversés par de larges avenues. Ainsi le luxe de façade cachait ce qu’il pouvait y avoir de pauvreté derrière. Si la population soutenait au moins en partie cette révolte, l’intérieur des agglomérations devait y être bien plus favorable que l’extérieur ce qui expliquait l’absence de patrouille en ces lieux. Cela signifiait également que trop s’y enfoncer pouvait se montrer dangereux mais le sniper savait que son hôtel se trouvait à l’autre bout du bloc dans lequel il se trouvait désormais et il était hors de question qu’il s’éternise sans son précieux Finitem ni moyen de contacter les autres membres de la troupe.

-Nous ne sommes plus très loin de ma cachette, redoublez d’attention jusqu’à ce que nous y soyons.

La jeune noble s’était montré étonnement obéissante et réactive une fois le premier choc passé, elle semblait même s’amuser, comme si tout ce qui advenait ne parvenait qu’à l’enthousiasmer maintenant qu’elle avait eut le temps de remettre ses pensées en place.

-J’espère que nous aurons le temps de nous reposer un minimum une fois arrivés à destination, je ne tiendrais pas un tel rythme éternellement et vous n’allez tout de même pas m’abandonner avant que je vous aie remercié ?
-Je préférerais me savoir en sécurité que remercié.
-Enfin… ajouta la jeune noble en le regardant au fond des yeux, vous n’allez pas refuser un peu de bon temps et de repos ?

Une nouvelle fois Dinor la trouva particulièrement attirante et un bref instant il sentit se instincts remonter lui intimant d’abandonner toute prudence et de se satisfaire dès maintenant, quitte à l’abandonner par la suite afin d’oublier une fois de plus les horreurs de la réalité.

Il refoula rapidement cette pensée et s’étonna d’une telle attitude en un tel moment avant repartir en silence, la laissant le suivre si elle y tenait tant. Quelque part, elle lui rappelait Maria, imprévisible mais capable de trouver des ressources insoupçonnées si le besoin s’en faisait sentir et si il avait apprit quelque chose au cours des ans c’était bien qu’il était totalement inutile de tenter de discuter avec ce genre de femme lorsqu’elles avaient une idée en tête.

Ils s’enfoncèrent une nouvelle fois dans un dédale de ruelles et bien qu’ils n’y voyaient pas bien loin alors que la nuit s’assombrissait de plus en plus et qu’aucune lumière n’était allumée, ils ne firent aucune mauvaise rencontre. Ils atteignirent l’arrière de l’hôtel du sniper après une dizaine de minute de marche rapide et bien que le sniper commençait à fatiguer sous le poids de son arme de fortune, sa compagne continuait à le suivre avec entrain.

La porte était sensée toujours rester déverrouillée et gardée, afin que les clients rentrants tard dans la nuit puissent revenir discrètement si tel était leur désir. Pour le coup le battant était grand ouvert et le cadavre du garde gisait sur les escaliers y menant, nageant dans son propre sang. Dinor ne cilla même pas et si la noble sembla un instant choquée par une telle vision elle parvint à reconstruire une façade de décontraction très rapidement.

Le grand hall était désert et tous les lustres étaient éteints. En montant dans les étages, Dinor put voir que nombre de chambres avaient été ouvertes et que beaucoup présentaient des signes de lutte. Les insurgés étaient sans doute venus et avaient capturé tous les clients de l’hôtel déjà de retour à cette heure. Sa propre chambre était toujours verrouillée et ce fut presque avec soulagement qu’il retrouva l’atmosphère empuantie de son petit appartement. Une nouvelle fois, la petite lumière de l’enregistreur de messages clignotait et le sniper enclencha la lecture de messages.

Maria avait tenté de le contacter par trois fois en exigeant qu’il lui réponde aussitôt qu’il le pourrait, il enclencha donc son vox et appela l’inquisitrice. Celle-ci attendit quelques minutes avant de lui répondre et lorsqu’elle parla, elle semblait une nouvelle fois légèrement essoufflée mais bien plus heureuse de l’entendre en un tel moment.

-J’ai un don pour vous interrompre en plein exercice inquisitrice !
-Ce n’est pas le moment, répondit Maria avec le sérieux qui lui habituel lorsqu’elle traitait une situation d’elle-même. Je t’ai contacté il y a près de trois quarts d’heure déjà !
- Excusez-moi de ne pas prendre mon vox quand je sors en ville mais vous faites de même lorsque vous partez faire des emplettes.
-Dinor ce n’est pas le moment !

Elle semblait réellement agacée, comme si elle avait récemment vécu une forte contrariété. Une autre chose que le sniper avait apprit sur son employeuse était que ses colères étaient aussi absurdes que violentes et il se mit à avoir un assez mauvais pressentiment.

-Nous nous dirigeons actuellement vers mon hôtel pour y récupérer Attelus, nous avons de la chance, les rebelles n’ont pas encore prit le contrôle du quartier en question mais quelques uns nous bloquent la route. Je veux que tu contacte la compagnie de mercenaires et leur annonce qu’elle est réquisitionnée par l’inquisition pour mater cette révolte.
- Pouvez-vous répéter ?
-Nous allons mater cette révolte, c’est clair non ? Dans combien de temps pourra tu y être ?
-Je suis actuellement en zone occupée, rejoindre leur quartier général devrait me prendre entre une heure et une heure et demie.
- Très bien, contacte-moi dès que tu y seras.
-Entendu.

L’inquisitrice coupa d’elle-même la communication.

Mater une rébellion ? Vraiment ? Dinor ne savait pas ce qui avait put passer dans la tête de Maria mais il n’aimait pas du tout cela. Il devait récupérer sa tenue de combat, ses armes et partir immédiatement mais avant tout il lui fallait l’esprit totalement clair, libre à la fois de l’alcool et de la fatigue. Une bonne douche froide lui ferait du bien et il avait des stimulants dans sa trousse de toilette. Le sniper commença à se déshabillé et se dirigea vers sa salle de bain mais lorsqu’il ouvrit la porte il eut la surprise de découvrir que quelqu’un l’utilisait déjà.

Il avait totalement oublié la jeune noble dès son entrée dans l’hôtel et il semblerait que celle-ci ait profité que son hôte soit occupée pour se laver elle-même. Une fois de plus Dinor ne put s’empêcher de la trouver magnifique, sa peau clair était luisante sous l’eau de la douche et sa longue chevelure blonde cascadait dans son dos avec un effet saisissant. Une nouvelle fois il sentit en lui ce besoin primaire de sexe qu’il ressentait depuis quelques années, il fit un pas en avant, totalement hypnotisé et lorsqu’il vit que la fille, loin d’être effrayée lui rendait une sourire gourmand il se laissa allé, se disant que l’inquisitrice ne serait sûrement pas à une demi heure près…

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Jarlaxle
Bregan d'Aerthe.


Messages : 9304
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Mer 12 Jan 2011 - 19:37

J'aime toujours autant :oui:

Vraiment, aucune critique ne me vient à l'esprit, si ce n'est que c'est bien :noel:

_________________
Choisissez Jarlaxle pour de meilleurs lendemains.
Un petit pas pour Bregan d'Aerthe, un grand pas pour l'humanité.



Avatar tiré d'une image de syarul.

Revenir en haut Aller en bas
Arghit
Roi de Bretagne


Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Dim 16 Jan 2011 - 14:25

Rien a faire, je préfère cette fic là à la Campagne... Je sais pas, là c'est plus... naturel, plus normal et moins grobil (pas de psycker de niveau Omegaultramega plus). Pis Arax a pas vraiment de charisme je trouve de ce que j'ai lu, là les persos en ont.

_________________



20:10 - [GiF] Melcor: je suis un papillons
Revenir en haut Aller en bas
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.


Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Dim 16 Jan 2011 - 14:59

Question de point de vue pour les fics. Je suis content qu'Inquisition plaise autant, déçu que la campagne Fail, c'est la vie :noel:

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Arghit
Roi de Bretagne


Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Lun 17 Jan 2011 - 19:44

J'dirais pas que ça fail hein? C'est quand même mieux écris e plus intéressant que des bouquins qui ont été publiés donc bon. C'est juste que celle la est meilleure.

_________________



20:10 - [GiF] Melcor: je suis un papillons
Revenir en haut Aller en bas
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.


Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Mer 19 Jan 2011 - 21:12

Voici venir la suite pas encore bien fignolée. Elle devrait subir une édition demain soir.


________________________________



Ravion dégagea sa lame de coude du dos d’un nouvel insurgé et envoya un direct en pleine face d’un autre, l’envoyant au sol avant de lui écraser la trachée d’un coup de botte. Maria pour sa part évoluait au milieu des rebelles telle une déesse du champ de bataille. Les tirs ricochaient contre son armure blanche alors que son épée longue dansait en mouvements fluides, ne laissant qu’une trace flou par là où elle passait mais tranchant néanmoins tout ce qu’elle rencontrait. L’inquisitrice avait appris cette technique d’une calidus nommée Fiora Alsin et si depuis les chemins des deux femmes avaient divergé, son enseignement était toujours mit à contribution avec une mortelle efficacité.

La jeune femme se fendit alors qu’un homme tentait de lui donner un coup de crosse. Passant sous la garde de son opposant elle lui planta son arme en plein sternum. Levant un bras elle bloqua l’attaque d’un autre agresseur avant de lui saisir la tête de son bras libre et de lui faire éclater grâce à la force surhumaine que lui procurait son armure. Les quelques survivants de la patrouille fuirent, éperdus et ni l’inquisitrice ni son compagnon ne leur coururent après.

D’après ce qu’ils avaient pu retirer d’un rebelle, le quartier dans lequel ils se trouvaient avait été prit très rapidement par les émeutiers mais celui qui abritait les plus riches hôtels et le palais du gouverneur était encore libre bien que sous siège. La limite entre territoire insurgé et loyaliste n’était plus très loin et pour le moment les quelques accrochages qu’avaient eut le couple avec des echorants s’étaient bien déroulées, leurs adversaires ne s’attendant pas à affronter une bretteuse en armure énergétique.

-Tu es époustouflante Maria, dit Ravion alors même qu’ils reprenaient la marche ne se souciant guère de discrétion.
-Nous avons à faire face à une milice non professionnelle, une enfant pourrait les défaire… Je n’aime pas cette armure, malgré tout ce que l’on prétend sur les armures énergétiques, elle ne me permet pas ma souplesse habituelle, je me sens gauche…

Le croisé resta silencieux, il avait beau se savoir meilleur épéiste que l’inquisitrice, il devait reconnaitre que sa performance dans cet encombrant matériel était assez impressionnant et en temps normal elle s’en serait émerveillée mais elle était définitivement de mauvais poil ce soir. Elle se remit en marche sans plus parler, avançant d’un pas décidé vers ce qu’elle pensait être le quartier libre. Ravion soupira et la suivit.
Il se sentait dangereusement exposé, bien qu’ils avançaient dans des ruelles parallèles aux axes de communication principaux ils ne faisaient pas le moindre effort pour paraitre discrets. Bien que jusque là l’ennemi se soit montré très loin d’être à la hauteur, une mauvaise surprise pouvait arriver à tout moment. Toujours vêtu de son déguisement ridicule, il ne se sentait aucunement en sécurité et bien qu’il ait récupéré une arme de poing sur un cadavre, il n’aimait définitivement pas les armes à distance, sachant pertinemment qu’il visait relativement mal et qu’il avait une certaine tendance à les faire s’enrayer.

Au loin on pouvait entendre la fureur de fusillades sans doute engagées entre les forces de l’ordre en place et celles des insurgés. A en croire ses diverses observations depuis leur départ du restaurant, ils étaient parvenus à s’emparer de portions significatives de la ville en très peu de temps et une telle ampleur de soulèvement avait quelque chose d’assez gênant. L’inquisition aurait sans doute finie par mettre son nez dans cette affaire, à moins que l’administratum ne réussisse l’exploit de lancer une enquête avant la fin de l’année, le croisé était cependant contrarié que parmi tous les agents de ordos de cette galaxie ce fut celle qu’il aimait qui se chargeât de l’affaire.

Les deux amants continuèrent leur progression tout sauf romantique dans les rues de la ville. Alors que Ravion était aux affuts du moindre bruit, Maria se contentait d’avancer implacablement, réfléchissant bien plus à ses actions à venir qu’aux potentiels risques présents. Une nouvelle fois le croisé plaignit les rebelles, l’inquisitrice malgré ses airs d’enfant gâtée savait se transformer en un véritable cogitateur vivant aux plans retors et efficaces. Il s’était passé bien du temps depuis la révolte de Solus Prime et pour peu qu’elle parvienne à prendre le contrôle des forces locales, elle exterminerait sans pitié les meneurs des rebelles.

Cependant pour l’instant, tous deux étaient dangereusement exposés et malgré ses capacités de théoricienne, Maria tendait souvent à oublier les réalités de la guerre. Ravion pour sa part était attentif au moindre bruit et si il ne réagit pas de prime abord lorsqu’il entendit un camion passer dans l’avenue à coté, le léger bruit de quelqu’un marchant dans une flaque d’eau le prévint juste à temps.

-A terre !

Le croisé eut à peine le temps de crier qu’une rafale de balles à haute vélocité lui passa au dessus de la tête. Maria tomba à couvert par pur réflexe, agacée de ce nouveau contretemps. Elle se releva et fit feu du pistolet qu’elle utilisait depuis quelques heures mais les tirs de riposte l’obligèrent une nouvelle fois à baisser la tête. Un véhicule entra dans le dédale de ruelle et se plaça de sorte à bloquer toute avance des deux agents inquisitoriaux avant de faire feu de la mitrailleuse se trouvant sur sa plate forme arrière.

Ravion se dirigea du mieux qu’il put vers le large porche d’une maison nobiliaire. Se relevant, il fit signe à Maria de le rejoindre et l’inquisitrice rampa au sol, jurant et pestant contre le calvaire que représente une telle action équipé d’une armure énergétique. Voyant ses cibles à couvert, la mitrailleuse cessa le feu un instant et Maria en profita pour s’élancer avec toute la puissance de muscles synthétiques de son armure. Des tirs fusèrent de nouveau dans la seconde qui suivit mais elle eut néanmoins le temps de rejoindre le même couvert que le croisé.

-Il faut passer au travers, annonça le guerrier, j’espère que tu as une idée brillante ?
-J’ai toujours des idées brillantes, rétorqua l’inquisitrice d’une voix privée de son habituelle malice.

Elle prit un pas d’élan, restant à couvert du porche avant de frapper de son poing blindé la porte non loin de la poigné. Son bras passa au travers du battant de bois et elle fit s’ouvrir la porte de l’intérieur sans soucis. Ravion était réellement surpris par l’attitude de sa compagne, ce genre de méthodes brutales n’étaient définitivement pas son genre et une fois de plus il se demanda comment elle avait put changer d’attitude en si peu de temps. Non pas que le fait de travailler auprès de ce genre de combattant le gênât, bien au contraire mais il était soucieux de voir ce qu’était devenue aussi subitement celle qu’il aimait.

-Prend par le bâtiment, trouve une arme si tu le peux et attaque les de flancs, je vais les maintenir sur place.

Son ton ne souffrait aucune réplique et l’épéiste s’élança donc, entendant retentir les détonations d’un pistolet faisant feu au coup par coup. Au moins Maria n’avait elle pas cessé sa manière de combattre, préférant la subtilité d’un estoc à la facilité de la taille et les tirs uniques et précis aux rafales destructrices et aveugles.

La demeure était décorée avec un certain style, une claire volonté d’afficher une façade prospère même si elle n’était peut être pas aussi vraie que certains voudraient la croire. En passant par un grand hall, Ravion remarqua deux épées croisées au dessus d’une ancienne cheminée. Il prit l’une des armes et en éprouva le tranchant contre sa paume. La lame était émoussée, délibérément selon Ravion mais il n’allait pas faire la fine bouche, bien maniée, elle resterait mortelle.

Se dépêchant, il remonta la rue et vit par une fenêtre ses ennemis embusqués. Il se souvint de l’art qu’avait Zuriel d’apparaitre au travers des baies vitrées, incarnation de la mort s’abattant sur ses proies. Le moritat avait été un guerrier redoutable bien qu’un être détestable et en cet instant le croisé regrettait réellement son absence. Il se dit qu’il pouvait bien lui rendre un petit hommage.

L’ancien noble aldéran prit donc de l’élan avant de se précipiter contre la fenêtre, épaule en avant. Le verre céda sous son poids mais il le sentit lui griffer les cotes et les jambes. Il tomba deux mètres plus bas sur un rebelle qu’il écrasa au sol tout en chutant lui-même. Son adversaire était hors de combat mais lui-même avait un mal de chien, ses poumons s’étaient vidés sous le choc et il avait du légèrement se démettre l’épaule. Néanmoins il se releva aussi vite qu’il le put et effectua un huit majestueux de son arme qui vint ouvrir deux gorges et enfoncer un crâne avant de s’y ficher.

-Pas assez aiguisé ! jura-t-il alors qu’il dégageait sa lame.

La mitrailleuse qui n’avait cessé de faire feu sur la position de Maria se réorienta lentement et l’inquisitrice en profita pour sortir de son couvert et, de deux balles de son arme de poing, fit s’en écrouler l’artilleur. Un homme se tourna vers Ravion et fit feu en automatique de son arme, à cette distance cependant, il n’avait que peu d’espace de manœuvre et si le guerrier sentit quelque chose lui frôler la cheville il l’ignora et porta une estocade droit à la tête de son opposant, faisant gicler sa cervelle en retirant son arme émoussée.

Maria était désormais dans les lignes des echorants et, utilisant la puissance de son armure et son habilité à la lame comme au tir, elle fit le ménage autour d’elle. Son compagnon se releva et s’épousseta quelque peu. Il se sentait vraiment ridicule et mal équipé tandis que sa maîtresse jouissait de ce qui pouvait se faire de mieux en matière d’armement. Il en avait assez de combattre au coté d’une personne sensément joyeuse qui avait décidée d’être de mauvais poil dans des conditions à peine digne d’une rixe de rues.
-N’est pas Zuriel qui veut, dit l’inquisitrice en voyant son amant se masser l’épaule.

Ravion releva les yeux et perçut l’étincelle d’espièglerie coutumière dans le regard de l’inquisitrice. Il allait dire quelque chose lorsqu’il la vit reprendre contenance. Haussant les épaules le croisé grogna avant de reprendre la marche. Après quelques pas il lui sembla entendre à nouveau un gloussement mais en se retournant il ne vit qu’une envoyée de l’Empereur majestueusement enchâssée dans une armure blanche…



Un demi-kilomètre plus loin, une dizaine de minutes plus tard, Attelus faisait le guet sur un balcon de l’hôtel de la suite, cherchant des yeux à la fois trace de l’ennemi et de ses alliés. Il avait vécu un véritable calvaire lors de son début de séjour, incapable de bouger, contraint à l’inaction la plus totale alors qu’une bande de médecins timorés s’efforçaient de lui greffer le moins douloureusement possible la prothèse la plus élaborée qu’il n’avait jamais vu. Il était fils de noble, ancien membre des cataphractaires aldérans mais comme tous les fils impairs de son monde natal, il avait connu les rigueurs de la guerre, l’horreur des hôpitaux de campagne, la barbarie des opérations à vif. Il avait vu certains de ses amis se faire greffer des morceaux de métal, méritant à peine le nom de bras, en moins d’une demi-heure avant de repartir au front le lendemain. Les praticiens qui s’occupaient de lui avaient le sadisme de le garder sous séquestre « pour son bien ».

Il était un homme d’action, il avait servi une dizaine d’année dans la garde personnelle du gouverneur d’Enthelis et lorsqu’un culte hédoniste était né à la surface et qu’une inquisitrice au combien fantasque était venue pour le démanteler, il avait rejoint sa suite pour découvrir un peu la galaxie. Relativement renfermé sur lui-même, il avait néanmoins appris à s’ouvrir un minimum mais il restait néanmoins incapable de tenir en place trop longtemps. Maintenant qu’il avait enfin put se lever et tester sa nouvelle jambe il ne tenait plus en place.

A la seconde où il avait eut vent de l’insurrection, il s’était débarrassé de ses entraves, ignorant les avertissements de ses médecins. Ses touts premiers pas avaient été assez fastidieux mais il avait néanmoins pu revêtir sa vieille armure sans trop de soucis avant d’annoncer au capitaine de la garde de l’hôtel qu’il prenait le commandement. Fils d’Aldéran, il avait reçu aussi bien une formation de meneur d’homme que de fantassin de première ligne et le fait de répartir ses quelques hommes en divers points stratégiques et d’organiser les défenses de l’établissement avait été pour lui un grand bol d’air frais.

Maintenant qu’il avait accompli sa tâche de commandeur, il était redevenu le simple homme du rang en attente d’un nouveau développement et en voyant deux silhouettes bien atypiques il ressenti la joie habituel du garde voyant arriver une bonne nouvelle. Quoi que décide l’inquisitrice, il allait enfin pouvoir bouger !




Maria pénétra en trombe dans le grand hall de l’hôtel. Elle vit Attelus qui l’attendait au garde à vous mais salua chaleureusement en la voyant, elle se contenta de lui renvoyer un regard foudroyant. Alors qu’elle continuait son chemin, elle senti qu’il lançait un regard étonné à Ravion et que celui-ci haussait les épaules une fois de plus.

Elle gravit le vaste escalier de marche en quelques foulées bondissantes permise par son armure énergétique, forçant presque Ravion à courir pour maintenir l’allure. Les chambres étaient toutes fermées alors que les clients s’étaient calfeutrés autant qu’ils l’avaient pu. Personne ne vint se dresser sur son chemin et lorsqu’elle ouvrit la porte de sa suite elle la retrouva dans l’état dans lequel elle l’avait laissé au matin. Elle pénétra dans la pièce, laissant la porte ouverte et commença à retirer ses gantelets d’armure avant de les jeter dans un coin de la pièce. Lorsque le croisé arriva à son tour ce fut pour voir un poing de céramite s’écraser sur le sol dallé en faisant une marque nette.

-Inquisitrice… commença il d’une voix hésitante, y a il quelque chose que je puisse faire pour vous aider ?
-Cesse de me regarder béatement et débarrasse-toi de ces oripeaux ridicules !

Le visage de Ravion était totalement décomposé. Il ne comprenait pas comment, même en colère sa maitresse pouvait avoir changé à ce point. Il salua de manière relativement raide et allait se détourner quand il l’entendit.

Cristallin, tel était le mot. Il n’y avait rien dans le rire de l’inquisitrice de la bêtise que véhicule celui de certains ou la quasi hystérie que porte celui d’autres. A la voir ainsi rire sans retenue mais toujours avec une certaine élégance Ravion ne sut vraiment plus quoi faire. Maria se laissa tomber sur un canapé de sa suite et activa le désarrimage de son plastron. Ravion fit quelques pas dans la chambre et vit la poitrine de l’inquisitrice se soulever et s’abaisser au rythme de ses rires alors que des larmes lui montait aux yeux tant elle semblait s’amuser.

-Très bien je vois… je suis supposé trouver cela drôle moi aussi ?

Rien ne répondit au croisé hormis d’autres rires.

-Non mais vraiment… je… ho et puis… qui m’a… non je ne rirais pas !
-Il y a eut un moment où je me suis dit que je ne tiendrais pas dix minutes de plus avec les sourcils froncés, dit l’inquisitrice qui reprenait lentement son calme.
-Et madame peut elle me dire ce qui lui a pris de faire la tête une journée durant ? Je t’ai cru malade ! répondit le croisé avec un sourire en coin.
-Je me suis dit que pour une fois que j’avais l’air d’une inquisitrice, je pouvais me comporter comme tel. Je me suis dit « que ferais Arax à ta place » et à vrai dire je ne comprends même pas que l’on puisse aimer se battre dans ce genre d’armure, ou passer son temps à prendre la vie pour une affaire sérieuse.

Nullement gênée par la présence de son amant, Maria continua à se débarrasser de son armure, profitant de ne porter qu’un haut de combinaison moulante et un short de même nature pour jouir à nouveau de toute sa souplesse.

-Dois je comprendre que le projet de mater la rébellion n’était qu’une folie passagère et que nous allons quitter ce monde sous peu ?
-Pas du tout Ravion, dit l’inquisitrice en s’asseyant devant son cogitateur portable. Sache que les hommes se doivent de caresser ou occire car si aux grandes offenses ils ne peuvent réagir, face aux petites, ils se vengent. J’ai offensé les révolutionnaires et si ils prennent le pouvoir ils se vengeront, peut être la semaine prochaine, peut être dans dix ans mais un jour ils le feront. Non, je ne vais pas faire l’erreur de les laisser derrière moi, nous allons mater cette révolte et je vais en profiter pour accéder aux informations sectorielles afin de rechercher notre cher hédoniste. Une fois le sort d’Echor réglé et la piste retrouvée nous partirons.
-Entendu… y a il donc quelque chose que je puisse faire ?
-Me dire que je suis belle et aller me chercher un café serait une bonne idée.
-Entendu, maîtresse de mon cœur !

Alors que Ravion se dirigeait vers le bar de la suite, Maria se connecta rapidement aux réseaux informatifs de la ville. Rapidement elle se trouva face à des restricteurs d’information mais elle les balaya en quelques instants. Avant que la tasse de boisson chaude ne lui soit apportée, elle avait déjà accès à la majorité des moyens de surveillance de la ville ainsi qu’aux rapports des forces de l’ordre locales. Elle étudia notamment une liste des regroupements présumés des rebelles et de leurs prisonniers ainsi que la liste des noms.

Le gouverneur avait été prit en otage et l’inquisitrice envisagea de porter son premier coup à cet endroit mais une ligne d’information en particulier retint son attention.

-Que faisons nous donc ? demanda le croisé en apportant le café de sa maîtresse.
-Prépare toi à aller sauver ta belle sœur mon cher !

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.


Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Dim 23 Jan 2011 - 9:14

Un petit commentaire? :snif:

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Jarlaxle
Bregan d'Aerthe.


Messages : 9304
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Dim 23 Jan 2011 - 9:29

Maria est folle...

Sinon, toujours aussi bon :noel:

J'avais un peu la flemme de commenter le jour même ou je l'ai lu puis.... j'ai oublier :noel:

_________________
Choisissez Jarlaxle pour de meilleurs lendemains.
Un petit pas pour Bregan d'Aerthe, un grand pas pour l'humanité.



Avatar tiré d'une image de syarul.

Revenir en haut Aller en bas
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.


Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Dim 23 Jan 2011 - 9:34

Elle est fantasque :noel:

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Jarlaxle
Bregan d'Aerthe.


Messages : 9304
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Dim 23 Jan 2011 - 9:39

J'avais pas envie de chercher un mot aussi long :noel:

_________________
Choisissez Jarlaxle pour de meilleurs lendemains.
Un petit pas pour Bregan d'Aerthe, un grand pas pour l'humanité.



Avatar tiré d'une image de syarul.

Revenir en haut Aller en bas
Arghit
Roi de Bretagne


Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Dim 23 Jan 2011 - 9:54

Toujours aussi bon, rien à redire.

Juste, avais pas tilté avant mais le croisé j'imaginais ça plus chaste moi. :noel:

_________________



20:10 - [GiF] Melcor: je suis un papillons
Revenir en haut Aller en bas
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.


Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Dim 23 Jan 2011 - 9:57

Il n'y a pas de fluff officiel pour les croisé. Ils ne sont même pas gardes de l'éclésiarchie si on en croit le fait que dans la liste des "ennemis des chasseurs de sorcières" les gardes de l'agent du Ministorum compte comme des croisés mais n'en sont pas.
Du coup, j'ai fait des croisés du secteur Elonis des nobles ayant perdu leur héritage et partant en "croisade" pour maintenir leur honneur en s'illustrant au cours de la bataille ou en servant de gardes du corps à des personnes d'importance.
Du coup pas de motif de chasteté What a Face

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Arghit
Roi de Bretagne


Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Dim 23 Jan 2011 - 10:03

Mouai :noel:

_________________



20:10 - [GiF] Melcor: je suis un papillons
Revenir en haut Aller en bas
Njarll
Prêtre des Runes


Messages : 3895
Date d'inscription : 01/07/2009
Age : 24
Localisation : Fenris.

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Lun 24 Jan 2011 - 17:45

Me demande dès fois comment Maria a pu devenir Inquisitrice :fou:

J'ai aucune idée pour un commentaire constructif, alors fais la suite pour que je puisse en faire un :noel:

_________________
Listen closely Brothers, for my life's breath is all but spent. There shall come a time far from now when our chapter itself is dying, even as I am now dying. Then my children, I shall list'n for your call from whatever realms of death hold me, and come I shall no-matter what laws of life and death forbid. At the end I will be there. For the final battle. For the Wolftime.
Revenir en haut Aller en bas
Tenkaranpu
La chienlit c'est lui!


Messages : 2317
Date d'inscription : 08/12/2010
Localisation : Quelque part, en train de regretter Araxyrie, sniff sniff...

MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   Sam 26 Mar 2011 - 22:44

Citation :
Son ton ne souffrait aucune réplique et l’épéiste s’élança donc, entendant retentir les détonations d’un pistolet faisant feu au coup par coup. Au moins Maria n’avait elle pas cessé sa manière de combattre, préférant la subtilité d’un estoc à la facilité de la taille
La malotrue ! Nombre d'habitants du 41ème millénaire ignorent la parfaite beauté et la magnificence du katana, arme de taille entre toutes. Par ce que faire kashakunin pendant un seppuku ça demande pas de précision peut être ? Le coup doit trancher le coup (attaque localisée donc force et précision) mais doit s'arrêter juste avant de détacher la tête, n'épargnant qu'un bout de chair pour la retenir dans un premier temps, puis finaliser, et ce pour que la tête ne vole pas excessivement loin dans un geyser de sang ! Franchement, ces jeunes là on leur a jamais dis de prendre exemple sur les anciens ?! :banzai:

On sent l'influence d'un passage de Hereticus (à moins que ce ne soit Malleus ?) d'Abnet, qui dit que les maîtres carthéens préfèrent l'estoc au tranchant, pour les mêmes raisons qu'exposées par Maria. Pour ma part, je pense que c'est une opinion cohérente, car réaliste dans le cadre d'un style, d'un courant d'escrime. Mais qu'au demeurant, c'est du grand n'importe quoi.

Citation :
Il prit l’une des armes et en éprouva le tranchant contre sa paume. La lame était émoussée, délibérément selon Ravion mais il n’allait pas faire la fine bouche, bien maniée, elle resterait mortelle.
J'apprécie la touche de réalisme. Il ne faut jamais toucher un vrai acier avec le bout des doigts, pour ne pas laisser d'empruntes digitales dessus (celles-ci peuvent parfois devenir permanentes, souillant la lame et sa beauté plus ou moins définitivement). Bien sur, cela ne vaut pas pour les couteaux et pâles imitations en inox.

Citation :
L’ancien noble aldéran prit donc de l’élan avant de se précipiter contre la fenêtre, épaule en avant. Le verre céda sous son poids mais il le sentit lui griffer les cotes et les jambes. Il tomba deux mètres plus bas sur un rebelle qu’il écrasa au sol tout en chutant lui-même. Son adversaire était hors de combat mais lui-même avait un mal de chien, ses poumons s’étaient vidés sous le choc et il avait du légèrement se démettre l’épaule.
Càd une manoeuvre sentimentale, idiote et tout à fait dangereuse. Je sens venir l'engueulade... Qu'est-ce qu'il est méchant avec ses persos, ce Arax... x)

Citation :
Maria était désormais dans les lignes des echorants et, utilisant la puissance de son armure et son habilité à la lame comme au tir, elle fit le ménage autour d’elle.
Et les echorans, ils doivent quand même comprendre qu'ils sont dans la merde, non ? Je veux dire, il y en a aucun qui s'enfuit ou qui fait le mort ?
Je me souviens qu'une fois, j'avais rédigé un profile for the fun de moi même. Une de mes règles spéciales me permettait de supplier les figurines adverse de m'épargner. Un échec au test de Cd leur permettait de consolider comme s'ils avaient gagnés le CàC. Mais ils ne pouvaient pas attaquer au tour suivant ma figurine. La dite figurine pouvait ou non s'enfuir, et donc charger les ennemis au tour suivant. :rouge:

Citation :
Il était fils de noble, ancien membre des cataphractaires aldérans mais comme tous les fils impairs de son monde natal, il avait connu les rigueurs de la guerre, l’horreur des hôpitaux de campagne, la barbarie des opérations à vif. Il avait vu certains de ses amis se faire greffer des morceaux de métal, méritant à peine le nom de bras, en moins d’une demi-heure avant de repartir au front le lendemain. Les praticiens qui s’occupaient de lui avaient le sadisme de le garder sous séquestre « pour son bien ».
Et oui, c'est ça quand on s'engage après avoir vu un film de propagande, ou le soldat se prend une balle incapacitante dans le fion et se fait soigner par une infirmière sexy, qu'il épouse à la fin de la guerre. :oui:

Citation :
Alors qu’elle continuait son chemin, elle senti qu’il lançait un regard étonné à Ravion et que celui-ci haussait les épaules une fois de plus.
Moi aussi j'aurais été étonné. Ravion est toujours en vie, et l'espace tue à peine plus d'hommes que les femmes. :rire2:


Citation :
Elle gravit le vaste escalier de marche en quelques foulées bondissantes permise par son armure énergétique, forçant presque Ravion à courir pour maintenir l’allure.
Bien que la masse d'une armure énergétique soit énorme, elle ne pèse presque rien, à cause des compensateurs incorporés à l'intérieur.


Citation :
-Je me suis dit que pour une fois que j’avais l’air d’une inquisitrice, je pouvais me comporter comme tel. Je me suis dit « que ferais Arax à ta place » et à vrai dire je ne comprends même pas que l’on puisse aimer se battre dans ce genre d’armure, ou passer son temps à prendre la vie pour une affaire sérieuse.
Ouah... Comment Eisenhorn l'aurait engueulée... XD


Citation :
-Me dire que je suis belle et aller me chercher un café serait une bonne idée.
/me va chercher la carte.
Du 100% pur Khornabica, ça te dit ? Cultivé en serres-démons, nourris quotidiennement avec de la chair et du matos de gardes impériaux (eh oui, caféiers carnivores oblige). Seul les produits de luxe sont nourris avec du pro-impérial vivant, ça confer un arrière-goût cuivré très apprécié par les Seigneurs du Chaos et autres serviteurs de haut rang.


Citation :
Du coup, j'ai fait des croisés du secteur Elonis des nobles ayant perdu leur héritage et partant en "croisade" pour maintenir leur honneur en s'illustrant au cours de la bataille ou en servant de gardes du corps à des personnes d'importance.
Très bien vu, je trouve.


Citation :
Me demande dès fois comment Maria a pu devenir Inquisitrice
Comme toutes les femmes font pour se dégager du lot dans des milieux très masculins et concurrentiels, ou l'ingéniosité et la force de caractère prime. Càd avec un mélange d’intelligence impitoyable, de motivation de survie, de talent, de brutalité, de dévotion réelle ou feinte, et de tactiques plus ou moins malhonnête (sexe & corruption). Sans oublier que cela concerne surtout des milieux plus ou moins martiaux, la politique et les affaires, donc tout ce qui concerne le pouvoir (or, le pouvoir et le sexe font bon ménage bien que très volage). Sans oublier que la "virago" et apparentées sont des fantasmes récurrents bien qu'inavouées dans ces milieux là.
Ainsi donc, les gens ont tendance à éprouver un certain enthousiasme à l'idée de faire ou d'aider à faire la réputation d'une femme ayant réussie dans un milieu très masculin, tout comme on aime l'idée de faire un génie, un prodige. Preuve en est que ces gens là se démarquent jusque dans l'Histoire et conservent une renommée à très long terme, parfois à l'échelle mondiale.
Donc voilà, le grand méchant inquisiteur Arax a aussi ses faiblesses. Pas comme un Chevalier-Gris, quoi.


Citation :
Pis Arax a pas vraiment de charisme je trouve de ce que j'ai lu, là les persos en ont.
Pour l'instant, il est royal. C'est mon avis. Cela ne transparaît que peu pour l'instant, mais quand viendra le moment d'agir, si il vient, le perso manifestera ses capacités qu'il dissimulait dans la pénombre, les suggérant plutôt que de les montrer ouvertement.
Bon, c'est vrai qu'Araxyrie pourrait se permettre de le décrire dans quelques situations qui lui donnent du majestueux. Genre assis sur un trône de fer revêtu d'une armure énergétique de parade et d'une cape tombante, avec des acolytes récitant des textes saints dans le fonds, ou un servo-crâne diffusant un hymne impérial. C'est un "seigneur" inquisiteur, après tout.

_________________
 


Les Primarques devaient être des exemples frappant d'hommes guéris de la souillure de la corruption. L'énergie du Warp non corrompue coulerait en eux comme elle coulait par l'Empereur lui-même, les fortifiant et leur conférant des pouvoirs comme en possédaient les anciens chamans (...) Employant ses pouvoirs psychiques, l'Empereur les localisa petit à petit et retrouva chacune de ces créations originales qui furent réunis avec les chapitres Space Marines créés à partir de leurs empreintes génétiques. Ils ne semblaient pas avoir été touchés par le Chaos (...) [Mais] En fait, leur apparence physique était décevante, nombre de Primarque furent souillés par leur contact précoce avec le Chaos.

- Realms of Chaos : The Lost and the Damned, page 174 et suivantes, extrait.

Russ avec de l'ADN canin, les Primarques crées avec l'aide des dieux du Chaos... la saga de l'Hérésie d'Horus de la BL est écrite par des hérétiques... ♪

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Inquisition Impériale   

Revenir en haut Aller en bas
 
Inquisition Impériale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Flotte Impériale] Le Tribunal de l'Inquisition
» [1000 pts] Rangers de la Garde Impériale
» La Garde Impériale
» Ma petite vendetta de la garde impériale!
» La garde impériale au soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galaxy in Flames :: Librarium :: Fanfic et créations perso-
Sauter vers: