Galaxy in Flames

Un forum pour les passionnés de Warhammer 40.000 dans son ensemble
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Jeu] Maître du destin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aleieus Gaevran



Messages : 92
Date d'inscription : 16/02/2009
Localisation : Au plus profond du Warp.

MessageSujet: [Jeu] Maître du destin   Dim 8 Aoû 2010 - 13:05

C'est un jeu sous forme de fiction.... ou une fiction sous forme de jeu, je ne sais pas. A la fin de chaque poste un choix vous est laissé, votez pour celui qui vous parait le meilleur. Gardez à l'esprit que le but du jeu est de faire survivre le personnage.

Les règles sont simples. Je donne diverses propositions, quelque soit le nombre, l'une d'elle est toujours mortelle. Votre rôle est de voter en priant très fort pour ne pas avoir fait une grosse boulette. Notez que si ça me chante je peux laisser une petite chance de survie... ou pas. Si vous tuez un personnage, j'en refais un différent, à un autre endroit.

Parfois il y aura des énigmes à résoudre pour débloquer un équipement ou passer une porte, échouer signifie généralement handicaper le personnage ou sa mort à brève échéance, voir les deux.

Bonne chance, soyez clairvoyant.




Rouge, chaque recoin, les murs, les gens, le sol, le plafond, tout était rouge. Les ombres mouvantes semblaient rouges elles aussi. Janero se retint contre le mur alors qu’une autre secousse avait manqué de le mettre à terre. Les alarmes étaient déchainées, hurlants comme un vent furieux, un torrent tumultueux, hors de son lit. L’éclairage de secours était plus effrayant que les lumières incertaines qu’il précédait. Toute les coursives paraissaient avoir été repeinte avec du sang frais. Janero vérifia son arme et pris une grande inspiration. La porte devant lui était celle de l’armurerie. Il pressa la rune qui commandait l’ouverture de la porte qui libéra le passage dans un chuintement affreux aux oreilles du soldat. Il pénétra furtivement à l’intérieur, son fusil défiant d’un œil noir l’obscurité qui y régnait. Quand les générateurs avaient lâché tout les éclairages n’avaient pas pris le relais. Dans l’armurerie, diverses lumières crachaient des gerbes d’étincelles en tentant toujours de s’allumer. Janero scruta les ombres avant d’entrer totalement, non sans jeter un regard prudent en arrière.

Ses mains tremblèrent un peu mais il parvint à agripper sa lampe torche dont le puissant faisceau balaya la pièce. Le petit comptoir était vide, le serviteur qui se chargeait d’enregistrer sorties et entrés d’équipements, gisait, désarticulé dans un coin, son regard de poisson mort fixait le plafond. Janero n’était pas certain que la mort violente du serviteur fut pour beaucoup dans le regard de noyé qu’il présentait. L’homme s’en désintéressa bien vite et décida de faire le tour de la pauvre pièce. Ce n’était là qu’une armurerie de petite importance pour équiper le personnel de sécurité du vaisseau. La seule pour laquelle il possédait l’autorisation. Mais ce qu’il trouverait là ferait plus l’affaire que son arme pratiquement déchargée et son armure fatiguée. Un bon quart d’heure lui fut nécessaire pour réunir tout l’équipement dont il avait besoin. Il se sentait prêt à accomplir son deuxième objectif. Se rendre au réfectoire, la faim le tenaillait depuis des heures. Ce qu’on pourrait considérer comme un luxe pour s’avérer d’une grande utilité et lui sauver la vie. Sans la faim pour lui embrouiller le cerveau et lui apporter un certain réconfort il savait qu’il pourrait affronter tout ce qu’il y avait de l’autre coté de cette porte. Il lui suffisait juste d’un peu de nourriture et du soutient de l’Empereur-Dieu.

Finalement Janero se résolu à s’accorder quelques instants de répit, manger devrait attendre. Le besoin de faire le point, d’enfin digérer tout ce qui c’était passé lui ferait surement beaucoup de bien, presque autant que se nourrir. Il se demanda comment on avait pu en arriver là. Ce vaisseau transportait plus de trois milles soldats de la Garde Impériale, sans compter le personnel navigant. Avec cette si forte présence militaire le bâtiment ne pouvait avoir succombé de la sorte. Il c’était pourtant agit d’un banal saut Warp, comme il en avait vu des dizaines de milliers, ce vaisseau était grand et puissant, c’était inimaginable de le voir dans cet état actuel. Et lui-même, il était un loyal serviteur de l’Imperium à une mission de la retraite. Il avait assuré la sécurité et défendu les passerelles du Galliliea pendant trente-cinq ans et gravit à la dur les échelons hiérarchiques un par un. Même les officiers commandants et le capitaine de barre reconnaissaient sa valeur. Les Navigators eux-mêmes savaient qu’on pouvait se fier à Janero, qu’il était un homme de confiance. Et même après l’incident il était resté fidèle et n’avait pas cédé à la peur, son devoir et son honneur lui avait commandé de rester et de faire face, de ne pas tourner le dos comme tant d’autres, cet acte méprisable de lâcheté été, selon lui, une trahison envers l’Empereur-Dieu, et ces couards avaient eut la fin qu’ils méritaient, une mort violente et douloureuse. Janero savait fort bien qu'à lui aussi le destin arracherait la vie.

Mais, grâce à son courage il vivait encore alors que les autres non. Il savaient également qu’il pourrait rejoindre la droite de l’Empereur sans honte et la tête haute. Mais avant d’aller affronter son trépas il avait une mission à remplir, un objectif qu’il c’était fixé de son propre chef. Il devait se rendre dans la salle machine et voir de ses yeux l’état des réacteurs et les générateurs du champ Gellar en priorité. Il n’était pas membre du Mechanicus, ni ingénieur ou un mécanicien. Mais après tout ce temps passé à l’inspecter de la poupe à la prou il savait faire la distinction entre ce qui allait et ce qui n’allait pas. Dans un premier temps il voulait voir de ses yeux les générateurs et voir s’il ne parviendrait pas à rétablir un semblant de réseau énergétique viable. Certaines zones avaient été condamné sans explications et sans raisons valables. Il était également presque sûr que le vaisseau n’avançait pas, ce qui relevait du suicide pur et simple s’il restait coincé dans le Warp avec le champ de galler défaillant. Ce dernier point l’inquiétait tout particulièrement, il n’aurait jamais dû lâcher, surtout pas aussi soudainement. Janero craignait qu’il s’agisse d’un sabotage. Cela le révulsait au plus au point, imaginer qu’un être soit assez vil pour porter la main sur ce vaisseau vénérable le mettait hors de lui.

Alors que Janero ruminait sa juste colère un coup furieux le sorti de ses pensées. Quelque chose ou quelqu’un avait cogné contre la porte de l’armurerie « ça » l’avait donc suivit jusqu’ici. Il ne c’était guère fait d’illusions, il se doutait bien que « ça « allait revenir. Un coup fur porté sur la paroi d’adamentium, un assaut puissant, nul doute que de l’autre côté « il » y mettait toute sa force et sa rage. Mais jamais il ne pourrait entrer, du moins Janero l’espérait. Un cri terrible retentit et la porte résonna encore d’un coup de bélier magistral, il était totalement fou pour frapper avec un tel aveuglement. Mais il fallait agir, Janero observait déjà des bosselures qui déformaient la porte, « s’il » n’entrerait jamais, le soldat risquait de ne plus pouvoir sortir, à moins « qu’il » ne se lasse.




A] Janero ouvre la porte et affronte son destin.

B] Il attend et remet son sort entre les mains de l’Empereur-Dieu.

_________________
Chapitre 7 de ma fic "Un Garde ordinaire" posté.

http://dowmod1.forumactif.com/fanfic-f18/un-garde-ordinaire-t275.htm


Dernière édition par Aleieus Gaevran le Dim 8 Aoû 2010 - 13:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Crom
Mon barbare favoris !


Messages : 3560
Date d'inscription : 16/06/2009
Age : 24

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Dim 8 Aoû 2010 - 13:22

Je vote pour la A.

Fais gaffe par contre, j'ai repéré plus de fautes que d'habitude, ça gâche par moment :(
Revenir en haut Aller en bas
Arghit
Roi de Bretagne


Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Dim 8 Aoû 2010 - 19:16

Vu la situation, y a des chances qu'en face ça soit un démon.
Du coup, rester enfermer ne servira à rien, A donc.

_________________



20:10 - [GiF] Melcor: je suis un papillons
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Dim 8 Aoû 2010 - 20:30

A ,autant en finir avec la chose.
Revenir en haut Aller en bas
Schultzy



Messages : 3818
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Sous la pluie

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Dim 8 Aoû 2010 - 21:51

A

Je veux savoir!

_________________
« Hier nous obéissions aux rois et nous prosternions devant les empereurs. Mais aujourd'hui, la vérité est notre seul guide. »

— Khalil Gibran
Revenir en haut Aller en bas
Harkan
Heros de l'Empereur


Messages : 2768
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : Si tu veux savoir la vérité à ce sujet, choisis la pillule rouge.

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Lun 9 Aoû 2010 - 14:23

A

De toutes façons, il a pas vraiment le choix...

_________________
J'ai massacré des milliers de gens pour l'Empereur et je n'ai eu que son maudit silence pour tout remerciement. Maintenant, ses laquais hurlent à chaque vie que je prends, tandis que les dieux m'offrent la galaxie.
Revenir en haut Aller en bas
Aleieus Gaevran



Messages : 92
Date d'inscription : 16/02/2009
Localisation : Au plus profond du Warp.

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Jeu 12 Aoû 2010 - 15:24

Il se redressa d’un coup et se mit debout presque mécaniquement. L’idée venait de s’imposer à lui comme une évidence, une vérité absolue qu’il ne pouvait ignorer d‘avantage. Il fallait qu’il sorte, rester ici ne l’aiderait pas à survivre bien longtemps. Mais il avait besoin d’un plan. Nul doute que s’il ouvrait la porte maintenant « ça » lui foncerait dessus pour l’écraser contre le mur en face. Il regarda autour de lui, bien qu’il avait parfaitement mémorisé chaque recoin de l’armurerie. Le comptoir où gisait le serviteur allait lui servir à se hisser en hauteur, il avait une idée, mais il avait besoin de quelque chose pour presser la rune d’ouverture à distance. Sinon il n’aurait jamais le temps d’ouvrir et de grimper sur le comptoir sans se faire rattraper par « lui ». Finalement il trouva ce qu’il lui fallait, une grande barre de fer qui venait de plafond mais qui pour l’heure avait roulé sous un râtelier.

Janero se jucha sur le comptoir et tendit sa barre en avant, mais il n’arrivait pas à atteindre la rune. Il se pencha en avant autant qu’il osa, la pointe de ses pieds dans le vide. Il lui manquait quelques centimètres. Il tenta de se pencher encore plus, la barre lui servirait d’appuie une fois contre le mur. Il n’avait pas le temps de réfléchir, les déformations de la porte l’inquiétait de plus en plus. Il murmura une brève prière et se laissa basculer en arrière. Le bip discret lui indiqua que l’ordre avait bien été pris en compte, Janero imprima une violente poussée inverse sur sa barre et retrouva son équilibre sur le comptoir. La porte grinça et ne s’ouvrit qu’à demie. Mais ce qui se trouvait de l’autre côté fit le reste du travail. Alors qu’elle administrait une autre charge féroce contre la paroi d’adamantium celle-ci c’était brusquement dérobée. Dans son assaut il arracha complètement ce qu’il restait de porte et emporté par son élan il continua sa course pour aller s’écraser violemment contre les râteliers qui rompirent avec force et fracas. Le soldat sauta du comptoir et s’élança vers la sortie.

- Reviens ! ce lamenta l’autre plein de tristesse.
Janero se retourna vivement.
- Laisse moi ! hurla-t-il au comble du désespoir.
- Je t’en pris, ne me laisse pas…

Seul la réponse cinglante du silence fit écho à son cri de détresse, le soldat avait pris la fuite. Lui regarda un instant la porte, comme s’il espérait le retour de Janero. Il se leva avec difficulté et se traina dans la coursive. Il examina les différents chemins, peut être qu’il aurait une idée sur la direction prise par le soldat. Mais il n’y avait rien. Le retrouver la première fois avait était simple mais là ce n’était pas si aisé. Il sentit la frustration monter sournoisement. Un bruit de pas, il se retourna bien plus vite que son apparence le laissait penser. Hélas l’intrus n’était pas Janero, mais un « autre ». Ce dernier posa un regard ardent sur ce qui lui faisait face, un grondement sourd monta dans sa gorge. Une longue épée de flamme qu’enserrait une main griffue.

- N’essais même pas.
- Tu penses me vaincre ? La puissance de Nurgle aurait bien grandie.
- Hors de ma vue ! explosa l’autre dont la voix plaintive semblait lui faire tout d‘un coup défaut.

La créature ne répondit rien et leva sa lame rougeoyante dans le but avoué de l’abattre avec rage sur son si impétueux interlocuteur. Ce dernier hurla et un vent nauséabond se leva. Le Sanguinaire grogna et avança. Mais le sol se déroba sous lui, du moins ce fut son impression première. Mais la vive douleur qu’il éprouva soudain le força à baisser la tête. Il remarqua alors le liquide verdâtre dans lequel il avait poser ses pattes griffues. Son adversaire profita de ce moment d’inattention pour le frapper de son bras terminé par une énorme excroissance osseuse hérissée de pointes luisantes d’un jus noir et purulent. Le démon s’en trouva éjecté sur un bon mètre, le visage disloqué. Il gargouilla un instant au sol et sur sa face enragé du pus commença à couler abondamment de ses blessures. Une flaque à l’odeur pestilentielle se forma sous la tête du Sanguinaire tandis que des vers obèses naissaient par grappes hideuses. D’horribles choses grasses et blanches qui se tortillaient sur la carcasse du démon. Il ne fallut que peu de temps avant que les restes ne soient entièrement consumés. Du démons il n’y avait plus qu’une bouillie infâme et des vers qui criaient famine.

- Rien ni personne ne peut se mettre en travers de ma route, je suis un Primera de Nurgle, cracha-t-il à la bouillie-Sanguinaire.

Il se désintéressa de son adversaire vaincu et se lança au hasard dans les coursives. Nurgle le guiderait sur le bon chemin. Mais au bout d’une heure d’errance il éclata en sanglots, il ne trouvait pas Janero, cela le dépita. Mais de par sa nature il ne pouvait abandonner, pas aussi facilement, il fouillerait ce vaisseau de fond en comble s’il le fallait mais il le trouverait même si ça devait lui prendre mille ans. Ce fut au hasard de ses pérégrinations qu’il trouva une grande porte. Il était presque sûr de savoir où il était. Depuis un moment les cadavres se multipliaient de même que la taille des coursives. Il était arrivé dans la partie habitable du vaisseau, les quartiers des troupes et leurs lieux de vie. Il ne savait pas lire l’inscription sur la porte mais il sentait des êtres vivants de l’autre côté. Sans prendre le temps de réfléchir il ramena son bras en arrière et assena un coup terrible de sa masse d’os. Il était presque certain d’avoir entendu des exclamations étouffées derrière la cloison. Il ne fallut guère de temps pour en venir à bout. Se découvrit alors à lui une grande salle largement occupée par des tables et des chaises, à en juger par les vastes comptoirs qui normalement servaient mécaniquement la nourriture aux troupes il s‘agissait sans doute du réfectoire. Mais pour l’heure tout était plongé dans une lumière incertaine et vacillante et un silence macabre.

Il y avait des hommes, impossible de dire combien, il ne les voyait pas tous mais il les sentait confusément. Les humains pour leur part, le moment de peur passée hésitaient sur la conduite à tenir, leur opposant semblait visiblement seul. Il était alors aisé de le tuer, de barricader la porte et prier l’Empereur que tout ce cauchemar cesse enfin.

- Tuez-le !

En poussant de farouches cris de guerre, plusieurs hommes s’élancèrent à travers le réfectoire, armés de tout et n’importe quoi. Le démon ne sourcilla pas et fit décrit un large arc de cercle à sa massue. Le premier visage sur sa trajectoire fut tout bonnement pulvérisé en une gerbe sanglante d’esquilles d’os et de cervelle qui aspergea abondamment son camarade et le démon qui y prit un plaisir véritable. Le corps inanimé alla s’écraser au sol comme une marionnette aux fils tranchés. Le second tenta d’esquiver la frappe mortelle mais dans son élan il ne put l’esquiver totalement et les pointes acérées lui lacérèrent le visage. L’homme recula vivement, un hurlement terrible s’échappant de sa gorge alors qu’il se tint brusquement le visage entre les mains. Il renversa plusieurs chaises avant de chuter lourdement à terre en beuglant de tout la puissance de ses poumons, la face fumante et grésillant comme brûlée par le plus terrible des acides. La douleur était telle et ses cris si forts qu’il peinait à reprendre sa respiration entre chaque hurlement de dément qui refroidit les ardeurs des plus téméraires.

Les humains, inconsciemment, resserrèrent les rangs pour ne former qu’un troupeau de brebis tremblantes face au loup sanguinaire descendu des froides montagnes de la mort par un matin hivernal pour se repaitre de la chaire chaude et sanglante de ses victimes terrorisées. Les mains crispées sur leurs armes qui apparaissaient d’un ridicule aberrant aux yeux cruels du démon. Ils avaient peur et ils priaient l’Empereur de tout la force de leur âme avec une ferveur redoublée lorsque le démon entama une progression à la lenteur calculée dans leur direction. De son côté le démons savourait à l’avance le massacre qui se profilait à l’horizon.



A] Hurler à s’en faire saigner les cordes vocales la plus pieuse des prières au démon avec la foi des véritables dévots de l’Empereur-Dieu et de la Sainte Terra.

B] Combattre pour la gloire et l’Empereur jusqu’au dernier et espérer vaincre un démon.

C] S’agenouiller face à lui et implorer la pitié de Nurgle.

_________________
Chapitre 7 de ma fic "Un Garde ordinaire" posté.

http://dowmod1.forumactif.com/fanfic-f18/un-garde-ordinaire-t275.htm
Revenir en haut Aller en bas
Schultzy



Messages : 3818
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Sous la pluie

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Jeu 12 Aoû 2010 - 15:30

toujours A

_________________
« Hier nous obéissions aux rois et nous prosternions devant les empereurs. Mais aujourd'hui, la vérité est notre seul guide. »

— Khalil Gibran
Revenir en haut Aller en bas
Harkan
Heros de l'Empereur


Messages : 2768
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : Si tu veux savoir la vérité à ce sujet, choisis la pillule rouge.

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Jeu 12 Aoû 2010 - 16:04

C) Nurgle est généreux normalement...

_________________
J'ai massacré des milliers de gens pour l'Empereur et je n'ai eu que son maudit silence pour tout remerciement. Maintenant, ses laquais hurlent à chaque vie que je prends, tandis que les dieux m'offrent la galaxie.
Revenir en haut Aller en bas
Shas'o'momo



Messages : 2427
Date d'inscription : 20/09/2009
Localisation : Quelque part en train de cramer un GI ou d'exploser un Leman Russ

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Jeu 12 Aoû 2010 - 17:29

C)
Revenir en haut Aller en bas
Arghit
Roi de Bretagne


Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Jeu 12 Aoû 2010 - 20:35

Dur de choisir mais on va dire A.
De toute façon, il ne pourrait pas vaincre un démon. :(

_________________



20:10 - [GiF] Melcor: je suis un papillons
Revenir en haut Aller en bas
Sergueï
Le Fondu Lustré Ultra Farfelu Frelaté


Messages : 4141
Date d'inscription : 07/02/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Jeu 12 Aoû 2010 - 21:35

C Nurgle > All
Revenir en haut Aller en bas
clonice



Messages : 6
Date d'inscription : 09/08/2010

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Jeu 12 Aoû 2010 - 21:53

C)
Revenir en haut Aller en bas
Arghit
Roi de Bretagne


Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Jeu 12 Aoû 2010 - 22:13

Non mais non quoi! ><

_________________



20:10 - [GiF] Melcor: je suis un papillons
Revenir en haut Aller en bas
Aleieus Gaevran



Messages : 92
Date d'inscription : 16/02/2009
Localisation : Au plus profond du Warp.

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Mer 1 Sep 2010 - 20:49

Il y a des moments dans le vie d’un homme même rendu insignifiant par l’immensité de la galaxie, emplie de haine et dévorée par la guerre, où il peut sentir à quel point il est unique et important. C’est cette sensation qu’éprouva le petit groupe apeuré qui allait périr devant un démon hideux. Envahis pas ce sentiment nouveau ils prirent également conscience de combien la vie de leurs camarades était précieuse, chacune, aussi infime soit-elle, était un grain de sable, mais unis ils devenaient une marée furieuse et gigantesque. Ils ne pouvaient pas rester là et mourir, pas eux, pas maintenant. Ensemble et d’abord doucement ils commencèrent à entonner un chant, une douce mélopée, un psaume qu’on apprenait aux enfants. Une comptine en faite, simple et pieuse. Face à eux le démon s’arrêta, comme surpris. Mais les hommes ne s’en rendirent aucunement comptent, il avaient les yeux clos et tentaient de prier avec toute la sincérité possible.

Le démon n’en resta pas là, il gronda et avança, au diable le délice du massacre, ces misérables humains allaient mourir de sa main et pas plus tard que maintenant. Mais à peine avait-il pris son impitoyable décision que le chant gagna en vigueur. Ils clamaient désormais à voix haute, vive et forte, une prière qu’on inculquait à ceux qui s’enrôlaient dans les régiments planétaires. Comme en réponse le Primera de Nurgle laissa échapper une plainte souffreteuse mais ne déviât pas sa route, des paroles, aussi terribles pouvaient-elles être, ne le ferait pas faiblir d’une once. C’est la rage au ventre qu’il tenta de parcourir les deux derniers mètres qui séparaient les humains de la mort purulente.
Ils hurlaient à présent le chant guerrier appris aux soldats qui recevaient l’insigne honneur de servir dans la Garde Impériale. Cette fois-ci, l’immondice du Warp n’y tint plus, il mugit quelque chose d’épouvantable et chargea. Peut être que la ferveur avait été assez grande, que leur sincérité avait plu ou que simplement la prière avait été entendu, la vérité pouvait être plus simple, l‘un des soldats avait un don latent que la peur ou la ferveur avait réveillé. Toujours est-il que le démon n’alla guère plus loin. L’air sembla se rigidifier et la température de la pièce déjà rendue froide par le système de survie vacillant, chuta brutalement. Une masse sombre se forma entre les protagonistes, elle était parcourue d’arcs d’énergie pure. Un observateur attentif aurait sans doute pu y discerner un visage, les traits tordus par la haine. Un vent d’une puissance inimaginable se leva, renversant tables et chaises, emportant tout les détritus qui jonchaient le sol et qui volèrent à travers le réfectoire pour rebondir avec force contre la moindre surface. Le souffle et les bourrasques étaient tels que les glapissements stridents du démon et le chant toujours vociféré par les soldats s’en trouvaient éclipsés. La forme obscure semblait grossir démesurément avant de s’arrêter brusquement, de même que le vent qui tomba sans crier gare. Puis un bruit, nul autre terme ne devait convenir pour qualifier un son qui transcenda la matière et le temps, résonna une fraction de seconde. Si un être avait été capable d’endurer pareil volume sonore il aurait pu saisir l’ordre intimé par la forme évanescente, qui d’une syllabe somma au démon de disparaître. Ce dernier s’en fut en gémissant, aussi vite que sa peur et sa douleur pouvaient l’y pousser.

Un battement de cœur plus tard et tout était fini. Evanoui, envolé, disparu, comme si rien ne c’était passé. Un voile irréel flottait encore, tout ces étranges évènements devaient forcement sortir d’un rêve, ce n’était pas possible autrement. Les pauvres hommes regardaient, éberlués leur œuvre involontaire, cherchant vainement à comprendre l‘inexplicable. Mais ce qu’ils savaient et ce dont-ils étaient sûr c’est le fait qu’ils soient en vie.

- Je… il faudrait barricader la porte, des fois qu’il revienne, balbutia l’un d’eux.

Les autre s’exécutèrent mécaniquement, ils tentèrent de fermer la porte autant que possible mais ils eurent beau presser la rune, les parois d’acier refusaient obstinément de se refermer complètement. Ils entassèrent alors tout ce qu’ils trouvèrent, tables, chaises et divers éléments de la cuisine dont-ils durent laborieusement trainer les lourdes machines rivetées au sol. Une tâche de longue haleine mais une fois achevée ils étaient fiers. Rien ni personne ne pourrait jamais espérer rentrer. C’est après cela et une fois la fatigue prenant place de l’adrénaline qu’ils retrouvèrent totalement leur esprit. Ils s’assirent confortablement et soupirèrent d’aise devant un repos bien mérité.

- Où est Galia ? s’interrogea soudainement quelqu’un.

Tout le monde bondis sur ses pieds, comme monté sur ressort. Galia était l’infortuné qui avait douloureusement succombé à l’attaque du démon et dont les cris résonnaient encore dans les voutes du vaisseau. Son cadavre avaient disparu, de lui ne restait plus qu’une flaque de sang et de fluides moins identifiables. Les survivants s’entreregardèrent, réalisant avec horreur ce que cela signifiait. Et pour confirmer leur crainte, un râle guttural de souffrance s’éleva et se répercuta dans tout le réfectoire. Il y eut ensuite un long silence et l’éclairage cessa de fonctionner.



Janero tenta de se faire aussi petit que possible. Il était coincé entre deux caisses de matériel dans une baie de chargement. Il n’était plus très loin de la salle machine mais certains couloirs condamnés. Ces imprévus l’avaient forcé à prendre d’autres chemins beaucoup moins directes, sans compter qu‘il n‘avait pu se rendre au réfectoire mais l‘Empereur avait favorisé sa route, il était tombé sur des corps de soldats qui portaient encore quelques rations mangeables et quelques cartouches débusquées sur des restes humains vraisemblablement dévorés. Mais à présent sa situation avait un aspect désespéré des plus déplaisant. En pénétrant dans la baie il avait bien pris garde à vérifier que rien ni personne de dangereux ne s’y trouvaient. Il l’avait presque traversé quand les lumières s’éteignirent sans prévenir. Et à en juger par le bruit parfaitement audible des générateurs dont les turbines perdaient de la vitesse, la panne devait avoir atteinte quasiment l’intégralité du vaisseau. Les générateurs auxiliaires de secours étaient de vieux modèles, pratiquement obsolètes qui n’était pas prévus pour fonctionner en continu aussi longtemps. Janero pris note mentalement d’essayer de remettre en route les générateurs plasma et peut être que les moteurs repartiraient d’eux-mêmes.

Puis l’éclairage était reparti après une bonne heure d’attente, ça c’était le point positif. Mais les bruits inquiétants qu’il avait entendu alors qu’il tremblait dans le noir constituaient le point négatif. Avec la lumière des choses étaient venues. Janero n’avait pas de certitude quant à leur nature véritable mais cela avait été humain, autrefois. Il risqua un rapide coup d’œil, pour s’assurer qu’ils étaient toujours là. Il en avait compté dix-sept, dix-sept créatures. Et ça faisait un moment que Janero se demandait que faire. Elles ne semblaient pas d’une grandes agilité ni particulièrement véloces. Mais l’Empereur savait combien son courage était grand, cependant il peinait à les regarder tant leur aspect lui glaçait le sang. Certaines trainaient avec une difficulté manifeste de lourds objets qui devaient servir de massues à en juger par les traces de sang.

Janero déglutit et fit un rapide inventaire de ses munitions. Il avait de quoi tirer moins d’une fois sur chaque créature. Jamais il les tuerait toute, mais même s‘il le pouvait, il ne le ferait pas. Cela serait revenu à s’attarder, risquer d’attirer d’autres monstres, ce faire encercler et mourir et il ne voulait pas mourir. Il avait convenu avec lui-même de foncer en tirant sur tout ce qui lui barrerait le passage. Un plan simple qui était sa seule option, surtout ne pas s’arrêter, quoiqu’il pouvait se passe. Le soldat respira un grand coup et se leva. Un petit changement mais pour Janero c’était l’exacte opposé, il se sentait dangereusement vulnérable. Cependant les créatures qui laissaient échapper des sons rauques de temps à autre ne l’avaient pas vu. Il inspira en chargea à travers la baie en criant pour se donner du cœur au ventre. Il passa au large de la première mais la seconde se retourna et tendait des bras décharnés pour le saisir. Janero braqua vaguement son fusil dans sa direction et pressa la détente. La détonation fut assourdissante dans ce calme feutré. Le flanc gauche ne fut plus qu’une bouille puante et le choc de l’impacte fit tomber sa cible en arrière. Un bref regard et il continua, déjà son adversaire tentait de se relever, mais en vain.

Janero fonça et tira encore, les projectiles d’acier arrachèrent la moitié du crâne du suivant qui s’écroula au sol pour ne plus y bouger. Il restait les trois quart du chemin à parcourir mais le soldat ne se découragea pas. L’Empereur le soutenait. Un monstre se jeta sur lui et l’aurait renversé si Janero ne l’avait pas esquivé et lui administra un solide coup de crosse alors que la créature essayait de lui attraper la jambe. Il dévora encore quasiment dix mètre en lâchant un tir d’une précision mortel sur un autre monstre quand il stoppa net. Quelque chose venait d’entrer, les créatures le sentirent aussi et se retournèrent, délaissant l’humain. Ce dernier était tétanisé et subjugué tout en même temps. Devant la porte anti explosion à demie fermée, une bête. Faite d’acier et de rage, une montage qui grondait et débordait de haine. Sur son dos, une chose humanoïde aux membres longs et musculeux teintés d’un rouge vif. Elle agitait une longue lame environnée de flammes vives et sombres comme la nuit. Sous lui, la monture écumait, grattant le sol de sa patte puissante, baissant la tête, exhibant des cornes d’adamentium effilées et faites pour éventrer n’importe quoi, humain ou tank. Parmi les cris abominables que vomissait ce qui ne pouvait être qu’une hérésie du Warp, Janero comprit vengeance. Ce mot, ce mot unique, chargé de colère et de signification brisa les barrages de son esprit et de sa ferveur. Un sentiment jusqu’alors méconnu l’envahit. Il avait le désir ardent de tuer, de charger en rugissant son plus farouche cri de guerre, hurler à la face de la galaxie combien il avait envie de répandre le sang. Il voulait, jusqu’à ses tréfonds, semer la mort que tous sachent que la guerre était le maître mot de l’univers.

A] Hypnotisé vous charger en vociférant les créatures qui se regroupe pour s’en prendre au démon et sa terrible monture.

B] L’Empereur est votre guide, jamais vous ne dévirez de Sa voie, reprenez votre chemin et profitez de cette diversion.

C] Comment faire un mouvement paralysé par tout ces sentiments aussi violents que contradictoires ?

_________________
Chapitre 7 de ma fic "Un Garde ordinaire" posté.

http://dowmod1.forumactif.com/fanfic-f18/un-garde-ordinaire-t275.htm
Revenir en haut Aller en bas
Harkan
Heros de l'Empereur


Messages : 2768
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : Si tu veux savoir la vérité à ce sujet, choisis la pillule rouge.

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Mer 1 Sep 2010 - 21:26

B), soyons, lucides.

_________________
J'ai massacré des milliers de gens pour l'Empereur et je n'ai eu que son maudit silence pour tout remerciement. Maintenant, ses laquais hurlent à chaque vie que je prends, tandis que les dieux m'offrent la galaxie.
Revenir en haut Aller en bas
Sergueï
Le Fondu Lustré Ultra Farfelu Frelaté


Messages : 4141
Date d'inscription : 07/02/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Mer 1 Sep 2010 - 22:27

B
Revenir en haut Aller en bas
Horus Lupercal
Le Maitre de Guerre.


Messages : 5130
Date d'inscription : 31/01/2009
Age : 24
Localisation : Vengeful Spirit

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Mer 1 Sep 2010 - 23:47

B, évidement, je suis loyal à moi même. :(

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://dowmod1.forumactif.com/forum.htm
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.


Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Jeu 2 Sep 2010 - 5:24

Réponse B :oui:

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Sylvanas



Messages : 2054
Date d'inscription : 09/05/2010
Age : 21
Localisation : Dans une Waaagh party!

MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   Jeu 2 Sep 2010 - 8:18

Réponse B!
Conformistes ! :noel:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Jeu] Maître du destin   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Jeu] Maître du destin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La campagne de l'été : la couronne du destin...
» Projet BD GiF: Le Destin de Tarkel Prime
» [Fan-Fiction] Le destin des mondes parallèles
» Campagne Mondiale! "la couronne du destin" [été 20
» [ Horde ] Le Nouvel Appel du Destin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galaxy in Flames :: Librarium :: Fanfic et créations perso-
Sauter vers: