Galaxy in Flames

Un forum pour les passionnés de Warhammer 40.000 dans son ensemble
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Fiction] L'Héritier Rhan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gulliman

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 22

MessageSujet: [Fiction] L'Héritier Rhan   Mar 17 Aoû 2010 - 9:55

L’Héritier Rhan
Par Hugo Decis

I - Le Deuil de Rancune :

Adam Skorge pénétra dans l’antichambre, qui, illuminée par de riches chandeliers dorés, rayonnait d’une couleur proche de celle du sable du Grand Désert de Sullivar, la province qui l’avait vu naître et vivre avant qu’il ne s’engage dans la Garde Impériale. Il était depuis devenu le colonel du peloton royal, un honneur que peu d’hommes de la planète avaient le plaisir de recevoir. Et, du petit garçon brun trainant dans le désert ne subsistait qu’une cicatrice qu’il portait au cou, souvenir d’une plante carnivore de Sullivar. Le cœur lourd, il repensa aux nombreuses fois où, traversant cette pièce aux couleurs chaudes, il était allé porter au Roi la nouvelle d’une grande victoire, plus écrasante encore que la précédente.
Mais aujourd’hui, ce n’était ni le plaisir, ni la joie qui l’emmenait en ce lieu. Pas même la fierté d’une bataille remportée ou d’un ennemi vaincu. Non, aujourd’hui, il faisait son devoir, son devoir d’officier et d’ami. Son devoir d’homme.
Il épousseta son uniforme gris et resserra le brassard noir noué autour de son bras droit en signe de deuil. Une larme dévala sa joue et alla se perdre dans sa fine barbe grisonnante, mais il l’ignora ; Il se devait d’être fier de sa tristesse. Il devait montrer ses faiblesses pour mieux les accepter.
Car aujourd’hui, Guillaume Rhan, vainqueur de la plaine aux temples, comte de la province du Grand Désert de Sullivar, héros du peuple des hommes et futur successeur du Roi-Gouverneur Alexandre Rhan était mort. Le fils du roi avait cessé de vivre.
« Accepte l’ombre pour pouvoir la vaincre. » récita silencieusement Adam Skorge en Sullivan, la langue de sa jeunesse, et il repoussa les lourdes portes de la salle du trône.
Sans le moindre bruit, les deux lourds battants en chêne massif s’écartèrent, révélant à l’officier une salle emplie de nobles, civils et militaires, grouillant autour du Roi-Gouverneur comme une vulgaire nuée de rapaces et de cafards pullulant. Du coin de l’œil, il aperçut Savena, une jeune Sullivan qui avait comme lui immigré à la cour d’Alexandre Rhan en qualité d’ambassadrice de la province. Elle lui adressa un des sourires merveilleux dont elle avait le secret mais il ne le lui rendit pas – ce qu’en d’autres circonstances, il n’aurait pas manqué de faire – il se figea dans un garde-à-vous impeccable et tonna d’une voix forte, mais tremblante d’émotion :
« - Le Colonel Adam Skorge réclame une audience auprès du Grand Roi-Gouverneur Rhan ! » et il laissa son bras retomber le long de son corps.
Sa voix de stentor, grave et puissante, suffit à faire taire tout les parasites qui peuplaient la salle, et le Roi Alexandre Rhan, assit sur son trône de marbre étincelant et de cuir précieux à l’autre de bout de la salle posa ses dents grands yeux gris sur lui.
D’un même mouvement, les nobles s’écartèrent, créant entre le Roi et le Colonel un couloir de silence et d’air, maigre reflet du calme de la mort. D’un pas strict, très militaire, Adam s’élança vers Alexandre Rhan, son seigneur et plus encore, son sauveur. Car en l’acceptant parmi sa garde, le Roi lui avait fait la promesse d’une vie meilleure et confortable, loin de l’aridité et de la stérilité des terres de son enfance. Ses pas résonnaient sur le sol de marbre blanc et noir, semblant rythmer le passage du temps, ou peut-être, la fuite de la vie. Et c’est le visage couvert de larmes qu’il parvint aux pieds de son suzerain.
« - Qu’y a-t-il donc de si grave pour voir des larmes recouvrirent votre si noble visage ? » s’inquiéta le Roi.
Et à Adam de répondre : « - Ma présence en ce lieu n’est que le pénible résultat d’un terrible malheur, Messer Rhan. »
« - Laissez donc tomber les formules de politesses, Adam. » répondit Alexandre Rhan brusquement, et dans sa voix grave et sage, le colonel Skorge put discerner une once de panique. « - Que ce passe t-il donc, mon ami ? »
« - Le Prince Guillaume a trouvé la mort, hier, dans la soirée, durant le siège de la forteresse rebelle d’Aras. » articula péniblement Adam en réponse, avant qu’un sanglot ne secoue son corps, toujours agenouillé devant le roi.
Un silence lourd s’abattit sur la salle. Parmi la foule des courtisant, un homme chuchota « l’Empereur nous garde. » et ce fut tout. Alors seulement, Adam releva la tête, et contempla le visage de son roi.
Ce dernier n’exprimait désormais que la tristesse, la surprise et peut-être même la honte. La honte de ne pas avoir assisté à la mort de son héritier, et pire encore, de ne pas avoir été le premier au courant. Il se mordait la lèvre et ses poings étaient crispés sur les appuies-coudes de son trône, ses ongles, renforcés de métal comme ceux de tout les Rois de sa lignée, mordaient si bien le cuir recouvrant son siège qu’ils finirent par le transpercer.
« - Comment ? » hoqueta finalement la Reine. « - Comment est-il mort ? »
Adam tourna son visage couvert de larmes vers elle, et retrouva un peu de son calme et de sa discipline militaire.
« - Les hommes qui se trouvaient avec lui assurent qu’il n’a pas souffert ma dame. Un obus d’artillerie l’aurait vraisemblablement atteint alors qu’il lançait l’assaut de la forteresse. » expliqua t-il, en veillant bien à ne pas préciser qu’il ne restait strictement rien du Prince, que l’explosion avait été si puissante qu’on avait rien retrouvé rappelant son existence. « - Il est mort, il a disparu dans un maelström de lumière et de feu, comme un Dieu de jadis. » ajouta une voix, et il fallut à Adam quelques secondes pour comprendre qu’il s’agissait de la sienne.
Et soudain, le Roi-Gouverneur Rhan se leva, fit quelques pas vers le colonel et hurla d’un ton qui se voulait sans réplique :
« - Dehors ! Dehors charognes puantes ! Que l’Empereur vous maudisse tous ! Allez-vous-en ! »
Et alors qu’Adam se relevait, il posa ses grands yeux gris – et rouges depuis peu – sur lui, et lui ordonna d’un ton plus calme, où la tristesse, plus que la colère, se faisait sentir :
« - Pas toi. Reste ici. »

Effrayés par la soudaine colère d’Alexandre Rhan, les nobles vautours s’enfuirent rapidement de la salle du trône en piaillant et en murmurant des remarques courroucées, livrant Adam Skorge à la fureur paternel du Roi.
Ce dernier alla d’un pas maladroit – car l’âge, plus que la politique, l’avait affaiblit – vers une des fenêtres et contempla le riche panorama qui s’offrait à lui. Loin à l’horizon, vers l’est, le soleil était en train de se lever, dispensant le monde de ses rayons lumineux, allongeant les ombres, reines éphémères des rues de Rancune, la capitale de la planète.
Il soupira.
« - J’aimerai, colonel, que vous me rappeliez le rôle de la garde royale. » souffla-t-il en inspectant lentement les toits de la ville qui s’étendait en contrebas.
« - Je vous demande pardon messire ? » hoqueta Adam, surprit.
« - Foutrerie, je vous ai seulement demandé de me rappeler quel est votre rôle colonel Skorge ! » éructa t-il violemment, sans même se retourner.
« - Obéir au Roi. Protéger, servir, accompagner et soutenir la famille royale. » récita calmement Adam, surprit par la tournure que prenait la discussion.
« - Pensez-vous, colonel Skorge, avoir défendu ma famille de manière efficace ? Avez-vous défendu ma femme ? »
« - Votre femme ? Il n’est, à ma connaissance, rien arrivé de mauvais à votre femme… »
« - Et moi-même, m’avez-vous bien protégé ? » le coupa Alexandre Rhan.
« - Je… oui… » balbutia Adam.
« - Alors, pourquoi avez-vous manqués à votre fonction en laissant mourir mon fils ? Qu’aviez-vous donc de mieux à foutre que de le protéger lorsqu’il est mort, loin de moi ! » explosa le Roi, et il se retourna, écumant de rage, le visage rouge de colère.
« - Je devrais vous faire exécuter ! » poursuivit-il. « Vous devriez mourir ! Disparaitre comme mon fils ! » Il se tourna vers sa femme, et lui hurla de sortir. Elle s’exécuta silencieusement, se traina dans la pièce voisine en gémissant et referma la porte derrière elle.
« - Me prenez-vous pour un idiot ? » chuchota le Roi, et en cela, il rappela vaguement à Adam les serpents-siffleurs de Sullivar, qui, à l’aide de leurs sombres murmures, hypnotisaient leurs victimes. « - Ma femme est peut-être une sotte, mais je n’ignore pas les dégâts qu’un obus cause à un corps, quand bien même il s’agirait de celui d’un Prince ! Il ne doit rien rester de lui… »
Et brusquement, il se laissa tomber à genoux, tremblant dans la pâle lueur de l’aube, gémissant et pleurnichant comme un enfant malheureux.
« - L’Empereur maudisse votre incompétence, mon ami… Puisse t-il prendre plus soin de l’âme défunte de mon héritier que de la mienne… »
Et Adam Skorge se sentit envahit par la pitié et la tristesse, par la culpabilité. Il s’élança vers son suzerain et le prit par les épaules en s’excusant, et, rouge de honte, murmura :
« - Que puis-je donc faire pour obtenir votre absolution ? »
Et au Roi de répondre :
« - Retrouvez Christopher. Retrouvez mon autre fils. »
Quelques secondes s’écoulèrent avant qu’Adam ne réponde poliment, avec toute la rigueur militaire que son grade d’officier lui imposait :
« - Je le trouverai, Roi-Gouverneur. Et je le ramènerai. »
Tout en se gardant bien de préciser que Christopher Rhan était porté disparu depuis maintenant seize longues heures de combats et de chaos, au sein même de la forteresse d’Aras.

_________________
« Il n’y a de bien en cette vie que l’espérance d’une autre vie. »
- Blaise Pascal
Revenir en haut Aller en bas
Crom
Mon barbare favoris !
avatar

Messages : 3560
Date d'inscription : 16/06/2009
Age : 25

MessageSujet: Re: [Fiction] L'Héritier Rhan   Ven 20 Aoû 2010 - 8:27

C'est tout bien, c'est tout beau, c'est...ah mais j'ai déjà commenté sur Jv ! :(

Pas grave, je ne le dirais jamais assez :noel:
Revenir en haut Aller en bas
Gulliman

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: [Fiction] L'Héritier Rhan   Ven 20 Aoû 2010 - 8:37

*Un Crom sauvage apparait*
Oh merci mon coquinou ! :bave:

La suite arrivera bientot je pense. Si j'arrive à me connecter dans la semaine à venir :noel:

_________________
« Il n’y a de bien en cette vie que l’espérance d’une autre vie. »
- Blaise Pascal
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fiction] L'Héritier Rhan   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fiction] L'Héritier Rhan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fan-Fiction] L'héritier de Shadow
» [Fan-Fiction] Dener, héros jusqu'au bout ! Chapitre 3
» [Fan-Fiction] Vous devez inventer avec votre imagination !
» [Fan-Fiction] Le destin des mondes parallèles
» [Fan-fiction] Il était une légende ... Sélène. Final Chapitre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galaxy in Flames :: Librarium :: Fanfic et créations perso-
Sauter vers: