Galaxy in Flames

Un forum pour les passionnés de Warhammer 40.000 dans son ensemble
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoires courtes du Vieux monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arghit
Roi de Bretagne
avatar

Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Histoires courtes du Vieux monde   Dim 17 Oct 2010 - 8:31

ce matin, au beau milieu de mon boulot, j'ai eu une subite envie d'écrire ce qui me passait par la tête. Voilà le résultat, écrit en une demi heure, absolument pas relu et totalement improvisé. Faudra quand même que je trouve un titre plus tard, meme si je suis pas sur de continuer.


-------------------------------------



-La nuit était impénétrable. Personne dans le convoi qui nous menais d'Altdorf à Nuln ne s'attendait à cela. J'étais moi même tranquillement en train de chevaucher au niveau de la carriole de tête lorsque j'entendis le son des cors résonner tout autour de nous. Je ne compris pas tout de suite ce qu'il se passait, ce ne fut que lorsqu'une flèche heurta la monture de l'homme devant moi que je compris que nous étions tombés dans une embuscade! Sur le coup, j'avoue avoir paniqué, chose qui n'est pas acceptable pour une femme telle que moi mais que voulez vous, je reste humaine. Je n’eus même pas la présence d’esprit d'ordonner à mon cheval de galoper, chose qu'il fit très bien seul à vrai dire. Heureusement pour moi, une flèche avait du siffler trop près de ses oreilles, cela l'avait effrayé et conduit à fuir, dommage qu'il n'eut pas le réflex de courir vers la route et non au beau milieu de la forêt comme il le fit!

A partir de ce moment la, mes souvenirs sont confus, je devais probablement être atteinte d'une tétanie passagère. Je me rappelle juste que des chiens me poursuivaient à travers bois. Ils aboyaient si fort que cela en devenait réellement horripilant! Mon fier destrier, un magnifique pur sang arabien, avait beau faire de son mieux, ces maudits canidés ne voulaient pas nous lâcher. Je repris tout de même mes esprit et entreprit de sortir de guet-apens en un seul morceau et je peux vous jurer que ce ne fut pas chose aisée! Je savais bien que je devais tout d'abord rejoindre une route, c'est toujours plus sur de voyager sur un sentier que dans les bois n'est ce pas? En plus, je me rassurais en me disant que je croiserais peut être fortuitement une compagnie de la reiksguard en patrouille qui accepterai volontiers de voler au secours d'une jeune damoiselle en détresse. Cependant, quand ce satané cabot embusqué parvint à saisir la patte de mon destrier de ses crocs pourris, je sentis le fétide souffle de Morr sur ma nuque.

Mes réflexes me sauvèrent et je parvint à sauter de mon cheval avant que celui ci ne se vautre lamentablement au sol. C'est là que commença mon calvaire. Seule, à pieds et presque désarmée, perdue au beau milieu d'une foret remplie d'hommes-bêtes belliqueux, je ne donnais pas chère de ma peau belle soit elle! Pourtant, je pris immédiatement mes jambes à mon coup, et laissais une meute de chiens enragés se repaitre de ce qui avait été un très bon compagnon de voyage et un couteux présent de mon père. Mon cœur de jeune fille pure saigna abondamment et une larme de cristal perla ma joue mais son sacrifice était nécessaire à ma survie et je ne pouvais pas le laisser mourir en vain!

Je ne saurais vous dire avec exactitude combien de temps j'ai couru à travers les fourrés, poursuivie par une poignée de ces engeances. Je ne comptais plus qu'un seul chien parmi mes poursuivant, probablement parce que les autres étaient rassasiés de leur repas. De plus, je me disais que les abondantes richesses qui étaient restées sur la carcasse de mon cheval avaient du retarder les humanoïdes, ceux ci désirant probablement se les partager. Après ce qui dura peut être une bonne heure, je pus enfin apercevoir une lueur salvatrice perçant les ténèbres étouffantes qui m’entouraient! Ce n'était pas top tôt, mes assaillants se rapprochaient très vite! Leur chien n'était plus qu'à quelques mètres de moi! J'espérais trouver un campement remplis de solides aventuriers prêts à défendre une frêle noble en vadrouille -ou tout du moins à lui servir de leurres- contre ces démons! Quelle ne fut ma déception quand je ne vis rien d'autre qu'un attirail impressionnant de lames en tout genre et un cheval endormis au coin d'un feu de camps. Mais je n'avais plus le temps de m’apitoyer sur mon sort, le chien m'avait rattrapé! Je me saisis en vitesse du petit pistolet que je garde en permanence à ma ceinture et, profitant de la clarté, je me retournais et pressais la détente! La balle se ficha pile entre ses deux yeux injectés de sang. Le chien, fauché dans sa course, vint mourir juste à mes pieds. Je me rendis compte que ce que j’appelais « chien » ressemblait plus à une sorte de loup ridiculement gros et poilu! J'étais heureuse, si heureuse que j'en oubliai mes autres poursuivants. En un instant je me retrouvais encerclée par pas moins de trois hommes-bêtes, deux petits et un plus gros. Sans attendre une seconde, je me retournai pour fuir encore, sauf que cette foi ci, mon nez délicat entra en contact avec quelque chose d'incroyablement dur et je tombai à la renverse; mon destin était scellé!

En levant les yeux vers ce qui m'avait fait tombé, je vis un homme particulièrement grand et menaçant. Jamais personne n'avait osé me regarder de si haut ainsi! Pourtant je ne pus m’empêcher de rougir de plaisir en voyant qu'un preux chevalier était venu à mon secours. L'homme ne dis mot et ne me décrocha même pas un regard avant de s'avancer en direction des trois abominations. Une des petite, armée d'une lance, vint à sa rencontre et tenta de l'embrocher sans autre forme de procès! Le sombre inconnu fut plus rapide et agrippa la hampe de l'arme pour tirer à lui d'un coup sec le monstre. De sa main libre, il lui agrippa la gorge au vol. J'eus un haut le cœur quand raisonna ce bruit d'os brisé si repoussant et que l'homme jeta le cadavre auquel il venait de broyer la gorge contre un arbre. Il dégaina ensuite la longue lame qui pendait à son flanc. Les deux hommes-bêtes restant, un peu apeurés, hésitèrent avant de finalement s'attaquer à lui, l'un armé aussi d'une lance, l'autre d'une sorte de hachoir à viande. En un habile mouvement, mon sauveur parvint à bloquer la lance au sol de son pied et à retenir l'autre lame contre son gantelet de métal.

Quand à moi, j'avais déjà repris ma course mais j'entendis clairement les hurlements de mort des deux abominations. Environs un quart d'heure de course effrénée plus tard, je parvins à rejoindre la route puis à apercevoir les lumières salvatrices de la civilisation!


Trisha Eichel vida un nouveau verre d'un vin bretonien somme toute banal mais dont la chaleur lui faisait le plus grand bien en cet instant.

-Et donc, vous êtes arrivée ici, dans mon auberge c'est bien ça? Demanda un homme joufflu et moustachu dont le crane luisait à la lumière des bougie.
-C'est tout à fait ça! Je ne sais pas ce que j'aurais fait si je n'avais pas trouvé votre auberge fortifiée mon bon monsieur! Répondit la jeune file.
-Et ben... vous en avez eu une chance! Dites, vous pourriez me décrire le type qui vous a sauvé dans la foret.

Trisha se resservit un verre dans la bouteille que lui avait si généreusement offert le tavernier avant de reprendre.

-Et bien, il était très grand, vêtu d'une cape noire... J'ai pu voir que son bras gauche était entouré d'un long gantelet d'acier qui lui remontait probablement jusqu'aux épaules et que ses bottes étaient renforcées de métal. Ah et, il portait des sortes des cuissardes aussi. Quand à son visage... Il était pâle, les traits tirés et fatigués... Ses cheveux étaient noirs eux aussi, noirs long et mal entretenus.
-C'est bien ce que je pensais -lança un des nombreux homme regroupés autour de Trisha- Vous avez eu l'immense honneur de croiser le chasseur.
-le chasseur? Demanda t elle. N'a t il pas de nom?
-Oh si surement. Rétorqua le tavernier. Mais il ne nous l'a jamais donné. Et pourtant ça fait des années et des années qu'il vient nous livrer du gibier tous les mois. D'ailleurs vous devriez pouvoir le remercier dès demain, si je ne me trompe pas c'est son jour. Il vient, nous livrer la marchandise et reste la journée entière ici avant de repartir. C'est bien ça Gertrude?

Une voix plus ou moins féminine répondit par l'affirmative depuis les cuisines.

-Oh oui, j'en serais ravie! Mais pour l'heure, puis je avoir une chambre s'il vous plait? Je suis si fatiguée...
-Pour sur! Je n'ai rien qui convienne à une dame de noble extraction comme vous mais je serais heureux de vous offrir une nuit dans mon humble établissement.

Dès qu'elle le put Trisha s'affala sur son lit un peu trop rude à son goût. Cette attaque avait été un imprévu très dangereux. Elle devait absolument être à Nuln d'ici deux jours, et ce n'étais pas la perte de la caravane qu'elle avait rejointe qui allait l'y aider... Au moins, dans cette auberge elle trouverait bien quelques aventuriers en quête de gloire prêts à aider la riche héritière de la famille Eichel à rejoindre son père mourant. Elle ne réprima pas un petit rire ironique à cette idée. Elle avait toujours adoré se faire passée pour une noble, c'était souvent si facile pour elle, elle en avait la prestance et l’éloquence. De plus, elle était plutôt jolie avec ses cheveux lisses et bien coiffés tombant jusqu'à son cou et son grain de beauté judicieusement placé a coin de ses lèvres. Ce qui impliquait que le hommes ne posaient en général pas trop de questions, cette soirée en était le parfait exemple. Elle vérifia le contenu de la bourse qui pendait à sa ceinture et contempla un moment la gemme qui gisait au fond. c'était un joyau magnifique, luisant un rouge profond et engoncé dans un écrin d'or fin. So éclat était s beau qu'elle avait du mal à détourner son regard de lui, pourtant, elle le remit à l'abri des regards indiscrets , dans sa poche. Elle avait prit de si gros risques pour l'obtenir qu'elle ne pouvait définitivement ps échouer maintenant! Elle ôta une à une ses bottines, délassa son corset avant de s'endormir encore à moitié habillée.


Dernière édition par Arghit le Sam 23 Oct 2010 - 20:47, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.
avatar

Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   Ven 22 Oct 2010 - 15:46

Je te commente ça dans la soirée si tout va bien.

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Arghit
Roi de Bretagne
avatar

Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   Ven 22 Oct 2010 - 16:49

Ah ben du coup, vais peut etre corriger un peu les fautes d'orthographe...

_________________



20:10 - [GiF] Melcor: je suis un papillons
Revenir en haut Aller en bas
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.
avatar

Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   Ven 22 Oct 2010 - 17:17

Sympathique mais pas non plus exceptionnel. L'action m'a semblé assez confuse, c'est justifié par le fait que la narratrice raconte son histoire plus ou moins à chaud sans avoir pu la travailler mais... je ne sais, le style oral (volontaire ou non) amoindri pas mal l'action je trouve.
Malgré tout notre perso principal est assez intéressant, bizarre mais intéressant, je suis intrigué, je ne serais pas contre un suite si un jour tu trouves du temps libre.

Et niveau orthographe, je n'en noterais qu'une (en partie par flemme, en partie par fun :noel:) l'usage de "raisonner" au lieu de "résonner" donne peut être un petit coté philosophique au récit mais dès la deuxième ligne c'est peut être un poil violent What a Face

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Sylvanas

avatar

Messages : 2054
Date d'inscription : 09/05/2010
Age : 21
Localisation : Dans une Waaagh party!

MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   Ven 22 Oct 2010 - 17:30

J'aime beaucoup ce style moi, puis comme l'a dit Arax les deux personnages principaux, sont intéressant.
Mis à part quel que petites incohérences: "Jamais personne n'avait osé me regarder de si haut ainsi! Pourtant je ne pus m’empêcher de rougir de plaisir en voyant qu'un preux chevalier était venu à mon secours. L'homme ne dis mot et ne me décrocha même pas un regard"
C'est bien :noel:
Revenir en haut Aller en bas
Arghit
Roi de Bretagne
avatar

Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   Ven 22 Oct 2010 - 17:35

Bizarre? Commet ça bizarre? Elle est pas bizarre...
Elle est juste un peu mytho sur les bords. :noel:

Et pour raisonner... je la fait tout le temps celle la! ><

Kam => Imagine la scène, il faisait noir, elle est troublée, elle est fatiguée elle raconte ça à chaud... les incohérence c'est elle qui les fait, ps moi! : :albino: :


'fin bref, je continuerais quand j'aurais le temps et surtout l'inspiration, parce que ça je l'ai écrit au feeling sans pnser au scénar, je verrais bien ce qui m viendra. :noel:

_________________



20:10 - [GiF] Melcor: je suis un papillons
Revenir en haut Aller en bas
Zylvos

avatar

Messages : 3226
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : :noitasilacoL

MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   Ven 22 Oct 2010 - 17:40

C'est sympa, mais je dois avouer une chose : ça manque cruellement de naturel. :(
"Mon cœur de jeune fille pure saigna abondamment et une larme de cristal perla ma joue mais son sacrifice était nécessaire à ma survie et je ne pouvais pas le laisser mourir en vain!"
Dans un dialogue, une phrase comme ça, ça le fait absolument pas je trouve. :( Tu aurais pu dire "Mon cœur me brûlait de l'abandonner, moi qui l'aimait tant ! Je ne pouvais m'empêcher de pleurer...moi qui suis une femme." Comme cela, on emploi "pleurer" qui est plus adapté à un discours oral. Ensuite, toujours dans la même phrase, suis-je le seul à trouver que "Oui, mon cheval, je l'aimais beaucoup, mais voilà, le fait qu'il se soit fait bouffer des chiens et que j'ai dû l'abandonné à son sort, je m'en fout un peu..." :(
En gros, faut que tu insistes sur certains points, au niveau des sentiments éprouvé, et qu'à certain endroit, tu relâches un peu, "Je repris tout de même mes esprit et entreprit de sortir de guet-apens en un seul morceau et je peux vous jurer que ce ne fut pas chose aisée!", un peu lourd à lire, et manquant de vécu je trouve, "et ce ne fut pas une chose aisée, vous pouvez en être tout à fait certain !" est beaucoup moins familier que "jurer" vois-tu. Faut trouver le juste milieu entre ce qui est trop "narration romanesque" et "langage trop familier".

Je pourrais reprendre tout le texte commence ça, mais j'ai la flemme. Je comprends bien que tu ai fait ça en plein cours, mais bon, il reste des points à développer. :noel:
Revenir en haut Aller en bas
http://zylvos.blog.jeuxvideo.com/
Arghit
Roi de Bretagne
avatar

Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   Ven 22 Oct 2010 - 17:46

Non mais ça... C'est fait exprès...
Le personnage est une voleuse qui veut se faire passer pour une noble après de gueux, elle emploi un langage entre le trop soutenu auquel o s'attend de la part d'un noble et le plus basique qu'elle à l'habitude d'utiliser.

Et son cheval elle en a rien à faire, elle insiste juste pour s'attirer un peu plus la sympathie de son auditoire. En gros, elle surjoue toute la scène à dessein.

_________________



20:10 - [GiF] Melcor: je suis un papillons
Revenir en haut Aller en bas
Zylvos

avatar

Messages : 3226
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : :noitasilacoL

MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   Ven 22 Oct 2010 - 19:26

Euh...d'un point de vue strictement personnel, soit elle est vraiment très bête, soit elle est une très mauvaise actrice... :(
Revenir en haut Aller en bas
http://zylvos.blog.jeuxvideo.com/
Arghit
Roi de Bretagne
avatar

Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   Ven 22 Oct 2010 - 19:37

Ben... T'es capable toi de faire une bonne impros après avoir passer une heure à fuir des hommes bêtes dans la foret?

_________________



20:10 - [GiF] Melcor: je suis un papillons
Revenir en haut Aller en bas
Zylvos

avatar

Messages : 3226
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : :noitasilacoL

MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   Ven 22 Oct 2010 - 19:45

Personnellement, je n'irais tout simplement pas conté ma mésaventures à tout le monde...après, on fait ce qu'on veut, mais si je devais le faire, j'éviterais de mettre autant de détails comme elle le fait. :noel:
Revenir en haut Aller en bas
http://zylvos.blog.jeuxvideo.com/
Arghit
Roi de Bretagne
avatar

Messages : 9096
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 24
Localisation : Le Sud...

MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   Sam 18 Déc 2010 - 1:45

Quand Trisha ouvrit les yeux, le soleil était déjà haut dans le ciel. Elle aurait voulu rester allongée encore un peu, elle était si fatiguée! Mais elle ne le pouvait pas, elle avait une tache à accomplir, une tache qui lui rapporterait gros. Elle prit son courage à deux mains et posa un pied puis l'autre au sol. Les planches étaient rugueuses, un peu trop à son goût. Bien loin des parquets raffinés d'Altdorf. Mais elle n'allait pas s'en plaindre, après tout elle n'avait rien eu à débourser pour cette chambre. Après une rapide toilette, Trisha se décida à rejoindre la salle commune, simplement vêtue d'un corsage lui laissant les bras nus et mettant en valeur sa délicieuse poitrine et de sa jupe serrée, tombant à ses genoux.

Les escaliers grinçaient à chaque marche, donnant l'impression à Trisha qu'elle avait prit du poids. Elle n'aimait pas ça, elle avait l'impression que ces satanées marches se moquaient ouvertement d'elle! Après une rapide réflexion, elle remarqua qu'elle n'aimait rien de cette auberge de campagne. Loin des fastes de la civilisation impériale, elle se sentait dépérir de jour en jour! Et Nuln était encore loin... Une douce odeur de lapin mariné la tira de ses introspections philosophiques. Elle avait faim.

La salle commune de l'auberge était tout ce qu'il y a de plus classique, une grande pièce rectangulaire parsemée de nombreuses tables, rondes pour la plupart. Elle pouvait facilement accueillir une centaine de voyageur, mais de qu'elle en voyait, Trisha ne dénombra pas plus de quinze occupants. Il n'y avait rien d'étonnant à cela, après tout, la Tempête du Chaos n'était pas si lointaine que ça. L'Empire pansait encore ses plaies, les routes n'étaient pas sures, la Drakwald et la Reikwald n'avaient pas été aussi dangereuses depuis des lustres. Cette auberge avait du être une étape importante pour le commerce entre Nuln et la capitale mais aujourd'hui, elle n'était plus qu'une réminiscence de la stabilité passée, attendant son heure pour renaitre à nouveau.

La jeune femme salua le tavernier de la main, passa devant la table où mangeaient les mercenaires qu'elle avait brièvement rencontré la nuit dernière, ignorant quelques sifflets non sans ressentir une certaine satisfaction, puis prit un siège à la table la plus mal éclairée de toute la salle. Des escaliers, elle avait repéré ce coin mais surtout l'homme attablé devant elle, mangeant un steak sans se soucier du moindre élément extérieur. Elle l'avait tout de suite reconnu, lui et la noirceur qui l'entourait. De longs cheveux noirs, une cape noire, des morceaux d'armure lourde noirs aussi, une épée longue comme un homme accolée au mur à coté de lui... Pas de doute, elle avait en face d'elle son sauveur.

-Hum... alors... C'est vous le... « chasseur » c'est bien ça? C'est vous qui m'avez aidé? Commença t elle timidement.

L'homme ne daigna même pas lever la tête de son repas. Trisha se sentait vexée, d'habitude elle faisait un tout autre effet aux homme qu'elle daignait aborder! Elle allait expédier ça en vitesse et passer à autre chose, elle se savait sur le point de s'énerver.

-Bon! Et bien merci pour tout! C'est pas tout ça mais j'ai du travail qui m'attend, au plaisir mon cher monsieur!

Elle allait se lever et partir quand l'homme leva enfin les yeux vers elle, des yeux si tristes, si fatigués, si... pitoyables. Il se redressa sur sa chaise et rejeta ses longs cheveux en arrière, dévoilant ainsi sa peau blafarde.

-C'était mon devoir damoiselle, rien de plus. Évitez toutefois de vous aventurer seule dans la foret ainsi, c'est trop dangereux pour une femme.

Trisha en restait bouche bée. Cette armoire à glace lugubre pouvait parler en fin de compte. En plus il avait une voix plutôt agréable. Grave, emplie de mélancolie, monocorde, mais tout de même charismatique. Elle en perdit presque son reikspiel.

-Ah... euh... Ou... Oui bien sur! Je... je ferais attention... Et... hum... puis je au moins m'enquérir du nom de mon bienfaiteur? Je suis Trisha, Trisha von Eichel de Nuln. Demanda t elle maladroitement.
-Jarod d'Azancourt. Répondit il le plus sèchement du monde.
-Et bien au plaisir de vous revoir Jarod d'Azancourt. Oh et, je suis un peu curieuse mais... votre accent, il est bretonien n'est ce pas?
-En effet. Fut la seule réponse qu'elle obtint.

Ce type était encore plus froid que les fjords de Norsca! Plus elle tentait de converser avec lui, plus elle se sentait la colère monter en elle!

-Bien, sur ce bonne journée à vous sieur d'Azancourt, je dois encore trouver un gentleman pour m'escorter jusqu'à Nuln.

L'idée de le proposer à ce Jarod lui traversa l'esprit mais elle se rendit rapidement compte qu'elle ne supporterai pas de passer plus d'un jour ou deux à voyager avec pour seule compagnie une pierre tombale. Partit sur sa lancée, elle s'éclaircit la gorge et demanda à toute l'assemblée soit quinze personnes si une âme généreuse -voir plusieurs dans l'idéal- était disposée à l'escorter jusqu'à Nuln. Les dix mercenaires employés par le tenancier étaient catégoriques, il ne délaisseraient pas le confort de cet endroit pour s'aventurer sur les dangereuses routes de forets, pas avant que l'empereur n'augmente le nombre de patrouilles. L'autre groupe, lui composé de chevaliers du loup blanc et d'un important dignitaire du clergé d'Ulric, allait vers Altdorf pour rejoindre Middenheim. De dépit, elle se retourna vers Jarod, les yeux larmoyant. Celui ci la fixa un moment avant de détourner le regard et d'ingurgiter le dernier morceau de viande de son assiette.

Trisha était désespérée. Elle n'avait plus beaucoup de possibilités désormais, soit elle restait ici à attendre une éventuelle caravane, soit elle accompagnait les loups blancs vers la capitale. Dans les deux cas, elle ne pourrait pas remplir le contrat qu'on lui avait confié et qui devait lui assurer une douce retraite. Abattue, elle retourna dans sa chambre pour décider de la suite de son périple. Elle s'allongea sur son lit et ne mit pas longtemps à s'endormir; réellement exténuée par la journée qu'elle avait passé la veille.


Elle fut soudain réveillée en sursaut par un atroce grondement. Elle se leva, sachant ce qui provoquait ce sinistre bruit, un cor de guerre. Comme dans la matinée, elle descendit les marches menant à la salle principale, cette fois ci elle dévala littéralement l'escalier pour trouver en bas tous les combattants de cette auberge sur le pied de guerre. Tous se retournèrent vers elle.

-Qu'est ce qu'il se passe? demanda t elle affolée.
-Mademoiselle von Eichel... ne vous faites aucun soucis, tout va bien... déclara le tavernier, la voix hésitante.
-Dites pas n'importe quoi! On va tous crever oui! Hurla un des mercenaire.
-Bon sang la ferme Ulrich! Mademoiselle, depuis un moment on entend le son des cors dans la foret. Le soleil est déjà bas, la nuit ne devrait plus tarder, nous craignons une attaque à ce moment là.

L'homme qui avait parler se nommait Peter, il était le capitaine des mercenaires. Bien qu'il paraissait confiant, Trisha ne doutait pas qu'il ne donnait pas cher de leurs peaux à tous. Quinze guerriers contre une harde entière ne feraient pas long feu, malgré les maigres fortifications de l'établissement.

-On a des armes de tir au moins? Demanda quelqu'un.
-J'en ai deux, elles sont sur mon cheval, je vais les chercher. Avait répondu Jarod.

Le sinistre personnage ne mit pas longtemps à revenir, les bras chargé d'équipement.

-Voilà un arc, une arbalète, les munitions. J'ai aussi ramené mon écu, deux lames courtes et une claymore. J'ai en plus une lame longue et une main-gauche sur moi, une épée bâtarde sur le mur là bas, des couteaux de lancer et enfin un fauchon caché dans ma jambière.

Tout le monde le regardait étrangement. A lui seul, il avait presque plus d'arme que la compagnie de mercenaire entière! L'arc alla à une des serveuse de la taverne qui prétendait savoir s'en servir tandis que le tavernier prit l'arbalète. Trisha elle s'arma du fauchon, assez léger pour elle. Jarod ne garda que l'essentiel, l'épée longue et le bouclier. Il n'aurait de toute façon pas la force de se battre avec trop d'équipement sur lui.

Les heures suivantes furent extrêmement tendues. Les hommes s'affairaient à renforcer du mieux qu'ils pouvaient la muraille qui protégeait l'auberge, une simple palissade de trois épaisseurs de bois. Gertrude la cuisinière et femme du tenancier préparait de l'Huile bouillante, les disciple du dieu de l'hiver récitaient des prières de batailles, Jarod était simplement assis dans un coin sombre, apathique. Trisha, elle, fouillait l'auberge à la recherche de la meilleure cachette possible. Elle profita d'une bonne planque sous l'escalier de la cave pour vérifier son pistolet. Il lui restait encore une dizaine de balles, il lui faudrait les économiser jusqu'à Nuln, elle ne pouvait pas se permettre de les gaspiller. Trisha ne le remarqua pas de suite mais les cors s'étaient tus depuis un petit moment. Le calme avant la tempête pensa t elle.

Jarod était sur le pied de guerre. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait prit part a une vrai bataille, aussi réduit soient les effectifs de ses alliés. Habituellement, les hommes-bêtes lui tombaient dessus par hasard dans la foret et rarement à plus de cinq ou six en même temps. Cette fois ci, il devrait se battre bien plus longtemps si bien que son corps pourrait céder à tout moment. Ironiquement, il comptait bien plus sur les chevaliers et le prêtre que sur lui même. Soudain, les cors cessèrent. Les guerriers s'alignèrent dans la cour en ordre de combat, lui et les loups blancs en première ligne, les cinq mercenaires hallebardiers en retrait et les autres sur les flancs, avec pour objectif de juguler le flot de mutants qui s'engouffrerait dans une éventuelle brèche. En cas de débordement, tous devaient se réfugier à l'intérieur même de l'auberge, les portes avaient été renforcés et les fenêtres scellées. Jarod était toutefois sceptique quand aux possibilités de victoire de son groupe. Il aurait pu fuir, après tout sa monture était vive et la foret n'avait plus de secrets pour lui. Mais les gens d'ici l'avaient accueilli et bien traité, il se sentait obligé de faire tout son possible pour les aider en retour. Quitte à perdre la vie, autant que cela soit pour une cause qui en vaille la peine.

Un bruit sourd retentit soudain, accompagné des beuglements tribaux de plusieurs dizaines voir centaines de mutants. Les portes de bois tremblèrent un coup, puis un deuxième, puis un troisième avant de finalement rompre. Des copeaux de bois volaient tandis que la harde féroce se ruait sur les quelques défenseurs de l'auberge. La première bête chargea Jarod. Celui ci, fléchissant légèrement ses genoux, parvint à soulever son premier adversaire sur son bouclier et à le repousser sur le coté pour que son crane finisse broyé par un marteau du loup blanc. Jarod enchaina rapidement d'une estocade qui transperça le front d'un second mutant entre les deux yeux, le faisant tomber raide mort. L'épéiste dégagea sa lame en un rien de temps et faucha directement un nouvel ennemis qui arrivait sur sa gauche.

Sans prendre le temps de souffler, il enchaina encore trois coups, tous fatals avant qu'un gor ne parvienne à le forcer à parer de sa lame. Jarod fit plusieurs pas en arrière, non du fait de la force de son adversaire, mais juste pour l'amener à porter de la hallebarde d'un dénommé Jung qui se fit une joie de l'achever. Deux nouveaux adversaires se présentaient déjà à lui. Il para un coup de hachoir de son bouclier ainsi qu'un taille maladroite de sa lame. Un simple moulinet lui permit de désarmer une des créature avant que les deux ne perdent leurs têtes dans un magistral tourbillon de mort.

L'ardeur presque surnaturelle de Jarod renforçait le moral de tous les défenseurs. Déjà une dizaine de bêtes gisaient à ses pieds et l'épéiste semblait bien parti pour en massacrer toujours plus. Même les guerriers teutogens d'élites ne purent qu'admirer les talents martiaux du bretonien. D'un coup de bouclier, il percuta le museau d'un homme à tète de chien, son épée fendit en deux un autre mutant, faisant jaillir une fontaine de sang de ses entrailles. Jarod n'en avait cure, son visage pale était déjà rougi par la bataille une expression extatique avait même commencé à déformer ses traits d'habitude si rudes. Il été transcendé par la bonheur du guerrier. Il en voulait plus, plus de sang!

Une ombre s'entendit sur lui. Un puissant bestigor le dominait de toute sa hauteur. Dans un grognement bestial, celui ci, abattit sa hache à deux mains sur l'épéiste qui ne put rien faire d'autre que parer de son bouclier. La francisque se planta dans le bois de l'écu, et malgré la puissance de l'impact, Jarod ne sourcilla pas. Il allait riposter quand soudain, du plus profond de son être, quelque chose résonna. Il ressentit plusieurs spasmes le déstabilisant et le forçant à reculer. En l'espace d'un instant, la furie avait quitter son corps, le laissant vidé de toutes ses forces. Le bestigor en profita pour dégager son arme et lui asséner un second coup qui fit cette fois voler le bouclier en éclat, projetant Jarod au sol, à la merci de son ennemi.

Trisha observait le déroulement du combat derrière une meurtrière improvisée. Les choses se passaient mieux que ce qu'elle avait espérer, notamment grâce à ce Jarod d'Azancourt. Il avait fait une percé dans la masse des hommes-bêtes, parvenant presque jusqu'aux portes. Les teutogens s'en sortaient eux aussi très bien. Ils avaient beau avoir du mal à suivre le rythme imposé par le chasseur, de nombreux mutant étaient tomber sous les coups de leurs marteaux. De même, les mercenaires avaient fait leur travail. Deux d'entre eux avaient perdu la vie mais les autres étaient restés stoïques, gardant leurs positions. Les défenseurs formaient désormais un anneau autour de la brèche. Peut être allait ils gagner finalement. Soudain, Trisha vit Jarod s'effondrer. Sans défense, le mutant allait l'achever. Sa main se posa instinctivement sur son pistolet et... Non. Elle devait garder les munitions pour elle. Elle n'en avait rien à faire que ce type crève. Affichant un visage neutre et froid, elle se ravisa et rangea son arme tandis que la hache à double tranchant s'enfonçait dans la poitrine de Jarod.

Le bestigor ne vécu pas plus longtemps. Un marteau de guerre vint lui fracasser les cotes, l'envoyant par la même occasion agoniser contre la palissade. Mais un autre homme-bête fit son apparition. Il était plus grand que les autres et sa fourrure était de jais. Le wargor portait de plus une armure lourde composé de diverses pièces d'équipement ainsi qu'une hache à tranchant unique, démesurée. Un des chevalier du loup blanc fonça à la rencontre de ce nouvel adversaire, intimant par la même occasion l'ordre aux autres de se replier vers l'intérieur. Le duel fut court. Le chef de la harde esquiva un coup de marteau vertical puis un second, avant d'abattre sa hache sur l'épaule de l'humain, broyant avec la même aisance armure, chaire et os. Le corps se scinda en deux parties distinctes qui tombèrent mollement sur le sol boueux.

Gisant dans un état de semi conscience, Jarod senti que quelqu'un le trainait par le bras. Il leva les yeux et vit un autre loup blanc tenter de le mettre à l'abri dans l'auberge, sa blessure n'ayant pas été mortelle sur le coup. L'instant d'après, il se retrouva sur le sol de l'auberge, entouré d'une mare de sang, son sang. Une hache de jet lui passa juste au dessus de la tête, percutant le visage d'une serveuse qui tentait de lui venir en aide. Il ne pouvait pas se tourner pour voir la porte, mais il en déduisit que les hommes-bêtes avaient réussis à entrer. Du coin de l'œil, il vit cette fille, Trisha von Eichel abattre un mutant à l'aide d'une arme à poudre, plus loin, le vieux prêtre, armé du même type de marteau que ses chevaliers chargeait le chef de guerre ennemi. Le combat fut rude, mais se termina sans surprise par la défaite du serviteur d'Ulric. Jarod ne pouvait rien faire d'autre que de rester allonger à attendre la mort. Après toutes ces années, tous ces pêchés, il allait enfin passé de vie à trépas. Enfin... Un homme-bête jeta le corps de la serveuse aux cotés du sien. Ils considéraient probablement la victoire comme déjà acquise et c'était le cas. Les survivants s'étaient sans doutes déjà réfugiés dans les étages, ne faisant que retarder l'heure fatidique de leur mort.

Jarod sentit quelque chose lui couler sur le visage. Le liquide dégoulina lentement sur la peau blanche du chasseur jusqu'à la commissure de ses lèvres. Du sang. Jamais, Ô grand jamais il ne pourrait oublier la saveur si particulière de ce nectar. Le goût se rependit rapidement dans sa bouche, éveillant en lui des sensations depuis trop longtemps réprimés. Cette petite goutte ne le satisfaisait plus, il avait soif, il en voulait plus, plus de sang! Rassemblant ses dernières forces, il parvint à se retourner vers le cadavre de la jeune femme. Il fit courir ses mains gantés le long de son corps encore chaud. Puis d'un coup sec, il planta ses crocs dans son cou si attirant. Les canines s'y enfoncèrent, perforant la jugulaire. Jarod y bu goulument le précieux liquide carmin. Depuis combien d'année n'avait il pas gouter un sang si délicieux? Il avait prit l'habitude de ne se contenter que du sang d'animaux, d'hommes-bêtes voir de cadavres quand il ne trouvait rien d'autre. Cela lui permettait généralement de survivre, mais cela ne le nourrissait jamais vraiment. Ce sang la était si riche, si savoureux. Plus il buvait, plus vite sa blessure se refermait, ses muscles se revigoraient, sa peau reprenait des couleurs, il revivait. La source se trouva rapidement tarie, Jarod essuya négligemment le rouge qui perlait sa bouche et se leva. Un rugissement bestial retentit alors dans l'auberge, un cri puissant et terrifiant, celui d'un vampire.


_________________



20:10 - [GiF] Melcor: je suis un papillons
Revenir en haut Aller en bas
Jarlaxle
Bregan d'Aerthe.
avatar

Messages : 9304
Date d'inscription : 25/11/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   Sam 18 Déc 2010 - 17:59

J'aime bien, même si le suspens n'est pas très important concernant Jarod :noel:

_________________
Choisissez Jarlaxle pour de meilleurs lendemains.
Un petit pas pour Bregan d'Aerthe, un grand pas pour l'humanité.



Avatar tiré d'une image de syarul.

Revenir en haut Aller en bas
Arax, Inquisiteur
Grand Inquisiteur.
avatar

Messages : 9992
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 24
Localisation : En voyage dans les désolation nordiques

MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   Mer 12 Jan 2011 - 6:37

Sympathique, la baston est assez prenante et les persos sont assez intéressants même si comme l'a dit mon voisin du dessus, nul suspens quand à la nature de notre chasseur.
En attente de la suite...

_________________
"Ceux qui se vautrent dans le péché ne méritent pas la miséricorde du bûcher"

L'Inquisiteur Arax, réveillé un peu trop tôt un matin...


Le chapitre 6 de ma fic La Campagne des Huit Eclipses est en ligne.
Le chapitre 3 de ma fic Inqusition Impériale a été mis à jour.
Le chapitre 8 de ma nouvelle fic Intérêts Croisés est en ligne.
Revenir en haut Aller en bas
Sylvanas

avatar

Messages : 2054
Date d'inscription : 09/05/2010
Age : 21
Localisation : Dans une Waaagh party!

MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   Mer 12 Jan 2011 - 10:47

Je suis du même avis que mes voisins, sauf que moi je n'avais aucune idée de la nature du chasseur, peut être à cause de mon manque de connaissance sur Battle :noel:

J'attends aussi la suite :)
Revenir en haut Aller en bas
Njarll
Prêtre des Runes
avatar

Messages : 3895
Date d'inscription : 01/07/2009
Age : 24
Localisation : Fenris.

MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   Mer 12 Jan 2011 - 19:38

:snif: Les prêtres d'Ulric.

J'ai bien aimé le texte :noel:

J'ai la flemme de dire autre chose :noel:

_________________
Listen closely Brothers, for my life's breath is all but spent. There shall come a time far from now when our chapter itself is dying, even as I am now dying. Then my children, I shall list'n for your call from whatever realms of death hold me, and come I shall no-matter what laws of life and death forbid. At the end I will be there. For the final battle. For the Wolftime.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Histoires courtes du Vieux monde   

Revenir en haut Aller en bas
 
Histoires courtes du Vieux monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Histoires courtes du Vieux monde
» Assaut sur le Vieux Monde
» Mordheim 2012 : la fin du (Vieux) Monde ?
» [FFG] Chaos dans le Vieux Monde
» Chaos dans le Vieux Monde - Un jeu qu'il est bien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galaxy in Flames :: Librarium :: Fanfic et créations perso-
Sauter vers: