Galaxy in Flames

Un forum pour les passionnés de Warhammer 40.000 dans son ensemble
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Iron Thunder

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Milleuros
Sans Titre.bmp
avatar

Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Iron Thunder   Mar 13 Déc 2011 - 15:05

- T'as pas une clope ?
L'homme en face mit la main à sa poche, retira un paquet usé et tendit au fumeur l'objet convoité. Celui-ci sourit, le mit à sa bouche et gratta une allumette. Il la colla contre la cigarette, inspira une grande bouffée puis la recracha dans un nuage de fumée.
Les deux hommes étaient emmitouflés dans un habit militaire particulièrement épais. Ils se faisaient face autour d'un tonneau métallique, duquel sortaient quelques flammes particulièrement réconfortantes dans ces longues nuit d'hiver. Ils étaient au bord d'une route de montagne, juste devant une petite cabane faiblement éclairée. Le fumeur avait un fusil d'assaut appuyé contre sa jambe, tandis que son camarade gardait le sien en main. Aux couleurs de leurs habits, ils étaient russes.

- Mais pourquoi ils nous ont mis ici ? demanda le premier d'un ton râleur.
Son camarade haussa les épaules en guise de seule réponse.
- Sérieusement, continua-t-il, y a personne par ici. Ils s'attendent vraiment à que quelqu'un passe par cette route ? Y a pas le moindre bled dans la région ! Et je parle pas des axes routiers ... franchement, qui passerait la frontière ici ? Hé, tu m'écoutes quand je te parle ?
- Mais oui, je t'écoute râler ... il n'y a pas grand chose d'autre à faire de toutes manières.
- Je ne râle pas ! Je constate simplement ... Non mais t'es pas d'accord avec moi ?
- On a des ordres, on les respecte.
Ce dernier s'arrêta et se tourna vers la route.
- Écoute ... continua-t-il en sentant que son interlocuteur n'était pas convaincu. Il se dit des choses. C'est suffisamment silencieux pour pas qu'on comprenne, mais pas assez pour pas qu'on remarque. Je te dis, il va se passer un truc pas cool du tout.

Le fumeur s'apprêtait à répondre, mais il fut coupé par un grésillement venant de la cabane. Son camarade soupira, et entra pour répondre à l'appel radio.
- Poste de garde 109, répondez ! tonna une voix sortant de deux haut-parleurs.
- C'est bon, c'est bon, j'arrive. Ici poste de garde 109, que se ...
- Alerte rouge ! On a perdu le contact avec nos satellites, et tous nos radars sont HS dans votre région. Restez en alerte maximale, on envoie des chasseurs. Prévenez-nous dès la moindre activité !

La radio se coupa. Le soldat avait pâli d'un coup. Il se redressa rapidement, et arma son fusil avant de se ruer à l'extérieur. Il s'apprêtait à hurler, lorsqu'il vit son camarade étendu par terre, inerte. Il voulut se ruer sur lui, mais n'eût pas le temps d'esquisser la moindre réaction. La dernière chose qu'il sentit fut l'acier froid d'une lame contre sa gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp
avatar

Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Iron Thunder   Mar 13 Déc 2011 - 15:06




Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp
avatar

Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Iron Thunder   Mar 13 Déc 2011 - 15:06

Une lourde sirène d'alarme hurlait dans la ville de Vladivostok, tantôt recouverte par le son de puissantes explosions. Des combats d'une rare violence se jouaient dans toutes les rues, entre une 5e armée russe prise par surprise et un corps expéditionnaire chinois lourdement armé. Toute l'agglomération s'était transformée dès l'aube en un véritable champ de bataille, parcouru par des centaines de soldats et de véhicules blindés. Les habitants, surpris dans leur sommeil par la vitesse de l'attaque, s'étaient barricadés tant bien que mal chez eux. Ils n'avaient pas pu être évacués.


- 9e brigade d'infanterie mécanisée, 3e escouade, au rapport ! Nous avons atteint le marché, mais nous rencontrons beaucoup de résistance.
- Bien reçu, tenez bon, des renforts sont en route.
Le sergent-major Boyarkine rangea la radio, et vérifia son arme. Le chargeur était presque vide, mais il se refusa à recharger. Chaque tir comptait. Il examina encore une fois les environs, pour être sûr d'en connaître tous les détails. Lui et les dix hommes de son escouade s'étaient barricadés derrière une fontaine, au beau milieu du marché de la ville. Des balles sifflaient sans cesse au-dessus d'eux, mais allaient s'échouer sur les bâtiments derrière ou sur le blindé léger qui les soutenait. Le BMP-3 laissait son canon cracher des obus gros comme le point, qui filaient vers les positions ennemies, c'est-à-dire partout.
L'officier retint son souffle, et tenta une sortie dans une accalmie qu'il savait brève. Il mit son fusil en joue, et balaya rapidement le marché en ruines. Il crut voir un mouvement près d'un stand, et préféra ne pas laisser la place au doute. Il appuya rapidement sur la détente. L'arme cracha une brève rafale de plombs. Le sergent ne regarda même pas son tir. Il se plaqua immédiatement au sol, évitant ainsi d'être pris pour cible. Ses hommes faisaient de même, apparaissant l'espace d'un instant et tirant dans le vide, espérant atteindre une cible au hasard. Il leur était impossible de rester exposés trop longtemps, sous peine d'être rapidement abattus par les tireurs ennemis.
Le seul à pouvoir combattre sans riposte était l'artilleur du char. A l'abri derrière le blindage, il en manœuvrait sans cesses le canon et balayait d'obus toute la place du marché. Il traquait les fantassins cachés dans les bâtiments, ou ceux qui tentaient un contournement. Cependant, il sentait qu'il ne faisait que contenir l'ennemi, qui se jouait de ses rafales.

- Troisième escouade, crépita la radio de l'escouade, ici QG. Surveillez vos tirs, un groupe d'assaut arrive par l'est.

Presque en même temps, un rugissement motorisé couvrit le chaos sonore. Boyarkine regarda vers une ruelle à sa droite et vit un autre BMP qui en déboucha à pleine vitesse. Profitant de l'effet de surprise, le nouveau venu traversa la place, défonçant au passage les fragiles stands de bois. La mitrailleuse en tourelle arrosait les environs, pour s'assurer de faucher tout fantassin ayant eu la folie de se réfugier entre les étalages. Cette attaque poussa le premier blindé à sortir à son tour. Les moteurs hurlèrent alors que le véhicule se ruait à la rencontre du nouveau venu. Rapidement, les deux monstres d'acier combinèrent leurs tirs pour frapper les positions chinoises. En quelques secondes, le marché n'était plus qu'un amas de ruines fumantes. Les canons se turent, laissant place au vacarme lointain des sirènes.
Boyarkine sortit de sa cachette, fusil en joue. Il avança lentement, vérifiant prudemment chacun des bâtiments entourant la place. Aucune trace d'ennemis. Soit ils avaient été éliminés, soit ils se cachaient. Il baissa son arme, jugeant que le danger était écarté pour l'heure, et fit signe à son escouade de le rejoindre.
- Berzin, Gorban, Zharov ! appela-t-il avant de désigner un bâtiment de la main. Fouillez moi cette maison ! Tretyak, Rospev, Blücher ! Sécurisez celle juste à côté ! Les autres, nettoyez ces bureaux ! Attention aux civils !
Les soldats s'exécutèrent avant de se disperser vers les différents lieux désignés. L'officier, lui, se dirigea vers le blindé nouveau-venu, duquel sortait une escouade du 59e régiment, qui se dispersa à son tour. Certains hommes se dirigèrent vers d'autres bâtiments, tandis que le reste de l'escouade formait un périmètre de sécurité sur la place.
- Merci du coup de main ! hurla Boyarkine en rejoignant ses sauveurs.
- Pas de problèmes ! répondit un homme qui sortait du BMP, visiblement du même grade.
Les deux officiers se serrèrent chaleureusement les mains, comme s'ils se connaissaient depuis longtemps.
- Qui l'aurait cru ? se questionna Boyarkine. Attaqués, sur notre propre terre ...
Il regarda les alentours. Vladivostok, sa ville natale, celle qui l'avait vu grandir, était désormais un champ de bataille. L'animation du centre-ville, les discussions chaleureuses autour des stands de légumes, les rires des enfants, tout cela avait disparu. Seules résonnaient maintenant de lointaines explosions et les alarmes de la ville. Il se crispa, serrant encore plus fort son seul ami dans ce combat : son fusil. Ce geste n'échappa pas à l'autre homme, qui lui proposa une cigarette, espérant le détendre. L'officier l'accepta avec plaisir, car il savait que ce serait là sa seule douceur d'une journée qui s'annonçait encore longue. Il tira sur la tige de tabac, laissant la douce fumée envahir sa bouche, caressant son palet. Il la recracha lentement, en profitant jusqu'au dernier atome. Ce faisant, son regard se tourna vers le sol. Devant lui se trouvait un tas de planches encore fumantes, duquel dépassait une jambe ensanglantée.
- On va leur faire payer ...


Dernière édition par Milleuros le Lun 30 Sep 2013 - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp
avatar

Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Iron Thunder   Mar 13 Déc 2011 - 15:07

Boyarkine alluma la radio, et lança une demande de rapport sur les ondes.
- Ici Gorban, le bâtiment semble désert.
- Blücher au rapport, nous avons rencontré des civils qui se cachaient. On a déjà prévenu le QG.
- Ici Yazov, on a trouvé les corps des gars qui nous canardaient tout à l'heure, mais y a plus rien de vivant dans le coin.
- Parfait, on se regroupe vers les chars, conclut le sergent-major avant de changer de canal. QG, ici troisième escouade, nous avons sécurisé le marché et fait la jonction avec la 20e escouade. Nous attendons les ordres.
- Troisième escouade, fit une voix féminine, ici QG. Restez en attente pour de nouveaux ordres.
La communication se coupa. Boyarkine poussa un soupir de soulagement, ils allaient pouvoir souffler un moment. Il s'apprêtait à ranger la radio, lorsque celle-ci se ralluma :
- Euh troisième escouade, nos éclaireurs nous signalent trois chars d'assaut en approche de votre position, par le nord. Tenez la position, nous n'avons pas d'autres unités à proximité.

La voix se tut. Boyarkine poussa un profond juron, et commença à brailler des ordres dans toutes les directions. Les hommes de la 3e s'exécutèrent immédiatement et se ruèrent en trois groupes dans différents bâtiments de la place. Le sergent-major de la 20e brailla à son tour des ordres similaires, et ses soldats se séparèrent eux-aussi pour aller rejoindre d'autres constructions. Les deux BMP, quant à eux, quittèrent la place du marché par deux ruelles distinctes, au sud-est et au sud-ouest. Ainsi dispersés, les russes allaient compter sur l'effet de surprise pour pouvoir vaincre rapidement les blindés ennemis.

Boyarkine avait rejoint l'un des groupes de son escouade, au deuxième étage d'un bâtiment au sud de la place. Ils étaient entrés dans l'un des bureaux qu'ils avaient fouillés auparavant, et s'étaient dirigés vers les fenêtres. Ainsi, ils étaient pile en face de l'entrée nord du marché, l'endroit d'où allaient probablement venir les blindés ennemis.
L'officier examina ses hommes. Leurs corps étaient raides, les muscles tendus, et les regards restaient fixes. Leurs mains étaient crispées sur leurs fusils, qui ne leur seraient probablement d'aucune utilité. Il décela même des gouttes qui se formaient sur leurs visages pâlissant, avant qu'il ne sente à son tour la sueur perler sur sa peau. Personne ne parlait, personne n'esquissait le moindre mouvement, tout le monde attendait dans un calme effrayant qu'arrive l'ennemi.

Soudain, le bout d'un canon apparut entre deux immeubles, devant eux, rapidement suivi par d'imposantes chenilles et toute une armature blindée. Le Type 99 sortit d'une avenue, et tourna en leur direction. Derrière lui, deux autres chars d'assaut suivaient la même direction.
- Les voilà ... souffla Boyarkine à la radio. Attendez avant d'intervenir.
Alors que le canon principal restait parfaitement immobile, les mitrailleuses en tourelle balayaient les environs, probablement à la recherche des escouades russes. Le grondement des puissants moteurs diesel avait déjà envahi la place, et se faisait de plus en plus puissant. Déjà, le premier de la formation foulait des chenilles les ruines du marché
- Attendez ...
Le blindé de tête tourna vers l'est, sa tourelle continuant à scanner les environs. Les russes restaient cachés au maximum, car la puissance des blindés ne laissait pas vraiment de place à l'erreur. Le second blindé entra à son tour sur la place, et alla rejoindre son compagnon.
- Alignez le dernier. Visez l'arrière.
Enfin, le blindé de queue entra lentement sur la place du marché.
- Go !
Au même instant, deux roquettes se dégagèrent de fenêtres à chaque côté de la place, fusant droit sur l'armature blindée du Type 99. Ce dernier n'eut même pas le temps de réagir, que les deux armes antichars vinrent le frapper de plein fouet. Le véhicule explosa dans une gerbe de feu, projetant des plaques de métal dans toutes les directions. Les deux autres chars réagirent en un instant, et pivotèrent leurs tourelles vers l'un des bâtiments. L'air sembla se craqueler lorsque les deux canons entrèrent en action, mais ce n'était rien à côté de la détonation de fin du monde qui secoua la cible. Des plaques de béton furent éjectées dans toute la place, alors que la façade touchée avait disparu dans un nuage de fumée. L'instant d'après, les mitrailleuses ouvrirent le feu, délivrant leur cargaison de mort à une cadence infernale. Les balles frappaient les murs au hasard, espérant faucher les fantassins qui se cachaient derrière.

- Rapport ! hurla Boyarkine à la radio.
- C'est bon, on s'est éloignés à temps. Blücher a été touché par des éclats mais c'est pas méchant !

L'un des chars avait été détruit, et l'une des voies d'accès bloquée. C'était le bon moment. Quelques secondes après le tir combiné des Type 99, les deux blindés russes firent leur apparition. Le premier BMP se retrouva directement sur leur flanc, et profita de l'effet de surprise en ouvrant le feu. Un tube monté en tourelle s'illumina, et un missile fila frapper le tank chinois juste au-dessus des chenilles. L'impact déclencha une énorme explosion, mais curieusement la cible était toujours intacte. Le second BMP réagit en un éclair et tira à son tour. Le nouveau missile fut plus efficace, et le char disparut dans une colossale boule de feu.
Le Type 99 restant fit hurler ses moteurs et s'éloigna du premier BMP. Ce faisant, il aligna son canon et aligna l'agresseur, malgré les obus de 30mm qui venaient le frapper. Sa cible déclencha des fumigènes, espérant disparaître dans un nuage de fumée. Mais trop tard. Le char d'assaut ouvrit le feu. Le tir fut dévastateur : l'explosion détacha la tourelle du châssis, qui vola pour s'écraser quelques mètres plus loin. Puis, il se tourna vers le second BMP et l'aligna rapidement. Ce dernier n'avait pas encore rechargé et disparaissait dans l'une des ruelles. Le chinois ouvrit de nouveau le feu, mais sa cible se cacha à temps. L'obus frappa une paroi à quelques mètres du char russe, manquant de réduire le bâtiment en miettes.
Soudain, une nouvelle roquette fusa d'une fenêtre. Les lance-roquettes avaient été rechargés, et venaient maintenant mettre fin au combat. Le tir frappa encore une fois l'arrière du tank, déchirant le blindage et réduisant le moteur en miettes.

Boyarkine avait suivi tout le combat depuis sa fenêtre. Il avait vu le char chinois ouvrir le feu contre le BMP de l'escouade, mais n'avait pas pu voir l'impact. Que s'était-il passé ? Pourquoi le blindé ne répondait plus à la radio ? A peine le missile avait-il fusé contre le dernier blindé qu'ils s'était rué hors des bureaux. Il dévala quatre à quatre les escaliers tout en braillant différents ordres, jusqu'à se retrouver sur la place du marché. Puis, sans ralentir le moins du monde, il tourna sur sa gauche et courut le long du pâté de maison, avant de s'engouffrer dans une ruelle. Sa course fut stoppée nette lorsqu'il vit ce qu'il restait du BMP. Devant lui gisait une carcasse métallique éventrée, dévorée par les flammes. C'est à peine si on distinguait encore le châssis du blindé. L'officier pâlit d'un coup.
- Merde ... laissa-t-il filer entre ses dents.
Il baissa le regard et fit demi-tour. Ce faisant, il croisa la route de ses hommes, qui venaient eux-aussi constater la triste réalité.

- QG, ici la troisième escouade du 9e mécanisé, lança Boyarkine à la radio. Le marché est sécurisé, mais nous avons perdu notre unité blindée.
- Troisième escouade, désolé de l'apprendre. Vous faites du bon boulot, on récupère lentement le terrain perdu.
- Ca fait au moins une bonne nouvelle de la journée ...
- Votre escouade est encore opérationnelle ?
- Euh, oui ... hésita l'officier. Mais, c'est que ...
- Parfait, tenez-vous prêts pour extraction dans cinq minutes.
La radio se coupa. Visiblement, ils n'étaient pas prêts de pouvoir souffler un peu ...


Dernière édition par Milleuros le Lun 30 Sep 2013 - 18:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tenkaranpu
La chienlit c'est lui!
avatar

Messages : 2331
Date d'inscription : 08/12/2010
Localisation : Quelque part, en train de se lamenter que le Fandex Jipang n'a eut aucun succès...

MessageSujet: Re: Iron Thunder   Mar 13 Déc 2011 - 20:52

Ossu ! Une suite. :)

D'entrée de jeu, on remarque que le monde pète le feu, et que même dans la fiction, les Chinois sont plus malins que les Russes (la façon dont, historiquement, les Chinois ont obtenues la bombe nucléaire est édifiante) !

Citation :
- Mais pourquoi ils nous ont mis ici ? demanda le premier d'un ton râleur.
Son camarade haussa les épaules en guise de seule réponse.
Les voies de l'auteur sont impénétrables.


Première partie assez intéressante : nouveaux persos, évolution de la situation... Mais bon, après la lecture de la précédente fic, je m'attendais davantage à retrouver les anciens personnages. Boyarkine n'est, pour l'instant, pas aussi charismatique ou intéressant que ses prédécesseurs, mais peut être que ça viendra. Je suppose que tu compte te servir des nouveaux comme faire-valoir pour les commandos à un moment ou un autre, mais on verra bien.

_________________
 


Les Primarques devaient être des exemples frappant d'hommes guéris de la souillure de la corruption. L'énergie du Warp non corrompue coulerait en eux comme elle coulait par l'Empereur lui-même, les fortifiant et leur conférant des pouvoirs comme en possédaient les anciens chamans (...) Employant ses pouvoirs psychiques, l'Empereur les localisa petit à petit et retrouva chacune de ces créations originales qui furent réunis avec les chapitres Space Marines créés à partir de leurs empreintes génétiques. Ils ne semblaient pas avoir été touchés par le Chaos (...) [Mais] En fait, leur apparence physique était décevante, nombre de Primarque furent souillés par leur contact précoce avec le Chaos.

- Realms of Chaos : The Lost and the Damned, page 174 et suivantes, extrait.

Russ avec de l'ADN canin, les Primarques crées avec l'aide des dieux du Chaos... la saga de l'Hérésie d'Horus de la BL est écrite par des hérétiques... ♪

Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp
avatar

Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Iron Thunder   Mar 13 Déc 2011 - 21:15

Citation :
mais on verra bien.

   :-)


Je ne m'attendais pas à trouver lecteur aussi rapidement. La suite viendra, en temps et en heure. (C-à-d, pour ceux qui ne me connaissent pas encore : ça peut être dans deux jours tout comme dans une année)

_________________
O o
/¯¯/__o___O___o___O___o___O___o__
IMA FIRIN MAH LAZOR ! BLAHHHH!!!!!
__¯O¯¯¯o¯¯¯O¯¯¯o¯¯¯O¯¯¯o¯¯¯O¯¯




    - Spetsnaz GRU
    - Iron Thunder
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp
avatar

Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Iron Thunder   Mar 7 Fév 2012 - 16:43

- Alors, où on va ? demanda Boyarkine en tentant de couvrir le hurlement des turbines.
L'hélicoptère filait au-dessus des toits de Vladivostok. A son bord se trouvait la troisième escouade, déjà prête pour une autre intervention.
- Ils vous ont pas mis au courant ? cria le pilote. Direction le port ! Le 14e Spetsnaz est sur place, et ils arrêtent pas de demander des renforts !
- Des Spetsnaz ?! Et qu'est-ce qu'ils foutent en défense de la ville ?!
- J'sais pas, vous irez leur demander !

Le sergent-major grogna, et se rassit aux côtés de ses camarades. La situation ne lui plaisait guère. Qu'est-ce qui mettrait les Spetsnaz en difficulté ? Et pourquoi utiliser des troupes d'élite comme ligne de défense ? La situation était-elle à ce point critique ?
Il continuait de se questionner tout en regardant par le hublot. De là, il pouvait se rendre compte à quel point l'attaque était violente. Il y avait des traces de combat, des débris et des carcasses métalliques ou humaines dans toutes les rues. Aucun des nombreux bâtiments de la ville n'avait été épargné, et certains semblaient déjà tomber en ruines. L'asphalte des avenues était constamment écrasé sous les chenilles des chars et les bottes des fantassins. Au loin, de nombreuses explosions illuminaient le ciel, et des dizaines de colonnes de fumées s'élevaient jusqu'aux nuages. La lumière rougeoyante du début de journée achevait de donner à la scène un air d'apocalypse.
Soudain, la radio de l'hélicoptère se mit à crépiter, ramenant Boyarkine à sa situation présente.
- Ici troisième escouade, 9e brigade d'infanterie mécanisée, annonça le pilote. Répétez !
- C'est pourtant clair, n'approchez pas du port ! répondit une voix sèche. Ici le capitaine Zelin, du 14e Spetsnaz ! N'approchez pas du port ! DCA hostile, vous vous ferez abattre en un éclair !
Le pilote redressa l'appareil et le freina à la simple ouïe de ces trois lettres.
- On vous contactera dès que la zone sera dégagée ! conclut la voix.


Maksim rangea la radio, une grimace de colère au visage. Il avait tant demandé des renforts, et voilà qu'ils ne pouvaient même pas approcher. Ils allaient devoir se débrouiller seuls. Le capitaine se redressa et jeta un rapide coup d’œil aux alentours. Il était abrité près d'une fenêtre, dans un des entrepôts du port. Son escouade s'était déployée dans tout le bâtiment, et surveillait toutes les entrées. Depuis sa position, il apercevait la DCA qui leur posait tant de problèmes, accompagnée par deux blindés. Depuis que les Spetsnaz avaient repoussé le dernier assaut, les trois véhicules gardaient la seule entrée de la zone, probablement en l'attente de renforts.
Maksim passait en revue toutes les options possibles. Il ne fallait pas laisser l'ennemi se regrouper. Cependant, une attaque frontale contre des blindés relevait du suicide, surtout lorsqu'il n'y avait plus la moindre arme lourde utilisable. L'alternative aurait été de contourner les chars pour les frapper par l'arrière, mais cela impliquait de séparer les Spetsnaz en plusieurs groupes, les rendant plus vulnérables en cas d'une nouvelle attaque. Bloquée, l'escouade de Maksim n'avait plus qu'à attendre le prochain mouvement.

- Leader, ici Reco ! fit une voix dans l'oreillette de Maksim. On a deux transports blindés qui s'approchent de votre position en longeant la côte !
- Bien reçu Reco, répondit l'officier. Les véhicules sont armés ?
- Une mitrailleuse chacun, et le tireur est exposé. Mais ils amènent sûrement une bonne vingtaine de fantassins.
- Reçu. Merci de l'info. N'engagez pas le combat, restez hors de portée. Terminé.

Maksim retira son doigt de son oreillette. Il se redressa, et vérifia ses munitions. Il n'y en avait pas assez.
- Ennemis en approche ! hurla-t-il au reste de l'escouade. Tenez-vous prêts !

L'officier regarda de nouveau par la fenêtre. Devant l'entrepôt se trouvait la seule entrée de la zone, une route en asphalte bloquée entre d'autres bâtiments de stockage et une petite montagne. C'était là que stationnaient les blindés ennemis, balayant les environs de leurs tourelles. Derrière les Spetsnaz s'étendait le port de marchandises, où s'élevaient des dizaines de grues et s'amassaient des centaines de containers en tous genres. C'était par là que transitaient chaque jour des tonnes de marchandises, là où se concentrait la quasi totalité de l'économie de Vladivostok. Le port ne devait pas tomber.
Soudain, le bruit des combats lointains fut progressivement recouvert par un grondement motorisé. Deux transports blindés Type 89 firent leur apparition, et se positionnèrent juste derrière les chars d'assaut. Les véhicules ouvrirent leurs soutes, libérant deux larges groupes de fantassins. Ceux-ci se déployèrent sur les côtés de la route, et commencèrent à avancer, suivis des deux chars d'assaut. Lentement, ils passèrent juste devant l'entrepôt des Spetsnaz, tout en observant attentivement chacune des fenêtres. Les Chinois ignoraient la position exacte de Maksim et ses hommes, ce qui les obligeait à mille précautions. Ils ne savaient pas non plus qu'un homme isolé les espionnait à longue distance, et transmettait leurs moindres mouvements aux soldats russes. Ceux-ci s'étaient déplacés en conséquence, et se trouvaient maintenant dans le dos de l'ennemi. Plutôt que de frapper le groupe d'assaut, ils allaient se débarrasser des unités restées en arrière.


Dernière édition par Milleuros le Lun 30 Sep 2013 - 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp
avatar

Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Iron Thunder   Mar 7 Fév 2012 - 16:43

Les deux transports étaient restés en escorte du véhicule de DCA. En alerte, leurs tireurs semblaient scanner les environs de leurs mitrailleuses. Cependant, ils n'étaient pas aussi attentifs que l'exigeait leur tâche, ce qui avait permis aux Spetsnaz de se rapprocher très rapidement. Maksim avait déjà aligné son viseur avec l'un d'entre eux. Il attendit un court instant, vérifiant d'un œil que ses hommes étaient prêts.
« Go ! » leur lança-t-il. Au même instant, il pressa la détente de son arme. Deux coups furent lâchés dans une terrible détonation, et filèrent droit sur le tireur de l'un des transports. Sans qu'un second bruit ne se fasse entendre, l'autre tireur fut lui-aussi frappé par une rafale mortelle. Au même instant, trois Spetsnaz quittèrent leur cachette, et lancèrent chacun ce qui ressemblait à une bouteille vers la DCA. A l'impact, les conteneurs se brisèrent, libérant un liquide enflammé qui se répandit sur le blindage. Il n'y eut aucune réaction, jusqu'à ce que les flammes vinrent dévorer les missiles de la tourelle, qui explosèrent les uns après les autres. Le véhicule ne fut pas endommagé pour autant, mais cela poussa l'équipage à sortir du char. C'est ce qu'attendaient les Spetsnaz. En un éclair, les Chinois furent fauchés par de terrifiantes rafales de plomb.

Maksim quitta sa cachette et se rua vers l'un des blindés de transport. Il mit son fusil en joue et entra par la soute. Là se cachait, courbé, le pilote. Le capitaine le pointa de son fusil, mais n'ouvrit pas le feu.
« Redresse toi lentement ... » lui dit-il dans un chinois très basique. L'homme leva les yeux. Il était pâle, et des gouttes de sueur perlaient sur son visage.
« Tu vas dire à tes amis qu'on est là, qu'on vous a eu, et qu'on les attend. » Le pilote se redressa en tremblant, puis prit un talkie-walkie, avant de répéter les paroles de Maksim. Il eut à peine le temps de finir qu'il sentit un coup sec contre sa tête. Le Chinois s'effondra, inerte, tandis que la radio crépitait de demandes de confirmation.
Le capitaine sortit à la hâte du transport, tout en portant le corps inanimé du pilote. Il fonça rejoindre les autres Spetsnaz, abrités dans un autre entrepôt.
- Ligotez-les et bâillonnez-les, ordonna-t-il en déposant le Chinois à côté d'un autre soldat ennemi, probablement le pilote de l'autre blindé. Et vite, les autres vont arriver d'un instant à l'autre.
- Mais pourquoi les avoir prévenus ? demanda l'un des Russes.
- Ils vont revenir jusqu'ici, ce qui leur fera perdre du temps. Temps pendant lequel ils ne s'enfonceront pas dans le port, et pendant lequel nos renforts approcheront.

Maksim sortit la radio, et recontacta l'hélicoptère.
- Troisième escouade, ici le capitaine Zelin du 14e Spetsnaz. La DCA est tombée ! Je répète, DCA détruite ! Vous pouvez approcher, votre aide sera la bienvenue. Deux blindés ennemis sont toujours près de notre position.
- Bien reçu, mais on était déjà en route ! Terminé.
La radio se coupa, non sans laisser l'officier perplexe. Il haussa les épaules, puis fit signe à ses hommes. Il fallait bouger. Le capitaine s'approcha de l'une des portes de l'entrepôt, puis regarda discrètement à l'extérieur. L'ennemi n'était pas encore là. Il sortit du bâtiment et se rua vers le suivant, suivi par son escouade. « Tank ! » entendit-il soudain alors qu'il passait l'entrée du nouvel entrepôt. L'instant d'après, le grondement caractéristique d'une mitrailleuse sembla déchirer l'air. Maksim se retourna, et vit ses hommes courir à couvert sous la pluie de balles. Les coups sifflaient partout autour, et venaient frapper les murs et le sol dans un vacarme assourdissant. Ils avaient presque tous atteint leur cachette lorsque l'un d'entre eux s'effondra dans un cri sec, à un mètre seulement du bâtiment. Maksim voulut se précipiter vers lui, mais se retint. Dans ce déluge de plomb, cela aurait été du suicide. L'homme à terre ne resta cependant inerte que l'espace d'une longue seconde. Il se ressaisit, puis commença à ramper péniblement vers ses camarades, teintant le sol derrière lui d'une fine trace rouge.
Les autres ne purent tenir bien longtemps. Deux Spetsnaz se jetèrent sur lui, et le saisirent par les bras, avant de le traîner en un éclair à l'intérieur.
- C'est bon ! hurla l'un d'entre eux. Il a une jambe cassée, mais rien de grave !

Maksim poussa un soupir de soulagement, mais il ne pouvait se réjouir. Les tirs ininterrompus de mitrailleuses lui rappelaient qu'ils étaient maintenant repérés. Et avec un homme blessé, impossible de bouger. Il analysa rapidement toutes les issues possibles, puis distribua quelques ordres. Le groupe s'éloigna des sorties, et se positionna derrière des caisses et conteneurs. De là, ils avaient un champ de tir vers les portes, au cas où l'ennemi tenterait de venir les débusquer. Le capitaine attendit que la mitrailleuse se taise, puis monta des escaliers pour inspecter l'étage. Il s'approcha discrètement de la fenêtre, pour voir ce qui se passait au-dehors. Devant l'immeuble attendait l'un des Type 99 repérés auparavant, ainsi qu'une dizaine de soldats bien abrités. Seulement, il n'y avait aucune trace des dix autres chinois, ni de l'autre tank. Soit ils avaient continué vers le port, soit ils contournaient le bâtiment. Dans les deux cas, les Spetsnaz allaient avoir de sérieux problèmes.

Soudain, Maksim vit le blindé reculer d'un coup, et orienter son canon droit sur lui. L'officier roula immédiatement en arrière. Ses oreilles se fissurèrent au hurlement d'une terrible détonation. Il sentit une avalanche d'impact tout autour de lui. Sonné, il regarda tant bien que mal derrière lui. Le mur qui lui servait de cachette n'était désormais plus qu'un souvenir noyé dans une épaisse fumée noirâtre. Il se releva en titubant, et tenta de s'éloigner au plus vite, malgré son état. Tout son environnement semblait se déformer, il ne savait même pas par où fuir. Il ne pouvait non plus entendre le moindre son, car un lourd sifflement obstruait son ouïe. Il fit quelques centimètres puis plongea de nouveau au sol, estimant que c'était l'endroit le plus sûr pour se ressaisir. Il ferma les yeux et se secoua la tête, réussissant à dissiper sa confusion. Il rouvrit ses paupières, et vit que ses hommes étaient pris en pleine fusillade un étage en-dessous. Maksim se redressa et ramassa son arme d'un même geste, prenant la précaution de s'éloigner du trou dans le mur. De son perchoir, il avait un champ de tir simplement idéal sur cinq soldats chinois. Il arma rapidement son lance-grenades, aligna et ouvrit le feu. Le projectile fusa jusqu'à exploser au milieu de l'escouade, tuant trois d'entre eux. Immédiatement après, le Spetsnaz fit cracher son fusil, éliminant les deux autres hostiles. Il rechargea rapidement son arme, et sauta de sa rambarde, se jetant à corps perdu dans la bataille ...
Revenir en haut Aller en bas
Tenkaranpu
La chienlit c'est lui!
avatar

Messages : 2331
Date d'inscription : 08/12/2010
Localisation : Quelque part, en train de se lamenter que le Fandex Jipang n'a eut aucun succès...

MessageSujet: Re: Iron Thunder   Sam 12 Mai 2012 - 9:00

RAAAAAH !!! La suite !!! ><

_________________
 


Les Primarques devaient être des exemples frappant d'hommes guéris de la souillure de la corruption. L'énergie du Warp non corrompue coulerait en eux comme elle coulait par l'Empereur lui-même, les fortifiant et leur conférant des pouvoirs comme en possédaient les anciens chamans (...) Employant ses pouvoirs psychiques, l'Empereur les localisa petit à petit et retrouva chacune de ces créations originales qui furent réunis avec les chapitres Space Marines créés à partir de leurs empreintes génétiques. Ils ne semblaient pas avoir été touchés par le Chaos (...) [Mais] En fait, leur apparence physique était décevante, nombre de Primarque furent souillés par leur contact précoce avec le Chaos.

- Realms of Chaos : The Lost and the Damned, page 174 et suivantes, extrait.

Russ avec de l'ADN canin, les Primarques crées avec l'aide des dieux du Chaos... la saga de l'Hérésie d'Horus de la BL est écrite par des hérétiques... ♪

Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp
avatar

Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Iron Thunder   Dim 13 Mai 2012 - 14:04

Ca viendra, ça viendra >_<'

Là je suis en plein boulot scolaire, ça viendra en temps et en heure >__<'

(Que j'aimerais être plus rapide)

_________________
O o
/¯¯/__o___O___o___O___o___O___o__
IMA FIRIN MAH LAZOR ! BLAHHHH!!!!!
__¯O¯¯¯o¯¯¯O¯¯¯o¯¯¯O¯¯¯o¯¯¯O¯¯




    - Spetsnaz GRU
    - Iron Thunder
Revenir en haut Aller en bas
Grimaldus

avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 19/07/2011
Age : 21
Localisation : Inconnue

MessageSujet: Re: Iron Thunder   Ven 19 Oct 2012 - 16:45

J'adore ! Shocked :bave:

La suite !

_________________
Il n'est de dieu que l'Empereur. Il est notre bouclier et notre protecteur.

+++ Chants et Prières, Livre Second +++

Là ou règne l'ignorance, j'apporterai la lumière.
Là ou règne le doute, j'amènerai la foi.
Là ou règne la honte, je dispenserai l'expiation.
Là ou règne la colère, je lui montrerai le chemin.
La voix de mon âme sera comme mon bolter sur le champ de bataille.

+++ Litanie de Dévotion +++

:aquila:
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp
avatar

Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Iron Thunder   Lun 30 Sep 2013 - 18:43

Une autre puissante explosion secoua l'entrepôt, faisant voler tout un pan de mur en éclats. Au-dehors, le Type 99, ayant perdu le contact avec ses alliés, avait décidé de réduire le bâtiment en cendres. Rejoint par l'autre blindé, il laissait son canon cracher toute la puissance des obus de 140mm. Les deux colosses de métal frappaient à une cadence infernale, ouvrant chacun le feu lorsque l'autre rechargeait. En quelques secondes, toute la façade nord n'était plus qu'un souvenir. Ils ne s'arrêtèrent pas pour autant, et en instant les projectiles vinrent démolir tout ce qui se trouvait à l'intérieur. Caisses, containers et parois, rien ne semblait pouvoir échapper à cette furie. Cette fois, juraient les artilleurs, les Russes ne leur échapperaient pas. Les entrées étaient gardées, les fenêtres surveillées, et ils n'auraient bientôt plus une seule cachette à l'intérieur.
Ce que les Chinois ignoraient, c'était la position réelle des Spetsnaz. Ils avaient profité des informations de leur Reco pour quitter le bâtiment, en créant une brèche dans la seule façade non surveillée. Puis, profitant du chaos généré par la frénésie des blindés, ils avaient pu se déplacer sans encombres jusqu'à une meilleure position. De là, ils observaient les blindés qui s'acharnaient contre l'entrepôt. Tout le groupe ennemi était là, entre les constructions et la montagne, mais il était impossible aux Spetsnaz de faire quoi que ce soit.

Soudain, une silhouette apparu au sommet de la colline du port. Un homme en tenue militaire s'y tenait, portant un énorme tube sur l'épaule. Il le pointa vers le pied de la montagne, quelques mètres en contrebas, puis déclencha son arme.
En un éclair, le missile avait quitté son support et avalé la maigre distance qui le séparait d'un Type 99. Le projectile explosa à l'arrière du char, qui fut noyée dans un torrent de flammes.
La frappe créa un vent de panique parmi les Chinois. Les fantassins se ruèrent hors de leurs positions et se précipitèrent au hasard vers d'autres cachettes, espérant ne pas être pris pour cibles. L'autre char fit hurler ses moteurs pour se mettre en mouvement, mais il n'avait aucune cachette. Il ne pouvait pas non plus riposter, car ses tourelles ne visaient pas aussi haut. Il démarra en trombe, manquant d'écraser un soldat dans la confusion.
C'était l'occasion rêvée. Les Spetsnaz quittèrent leur cachette, et ouvrirent le feu en direction des chinois, à pleine charge pour les empêcher de se regrouper. Plusieurs soldats tombèrent sous la tempête de plomb, tandis que les autres se dispersaient pour rejoindre le premier endroit sûr.
Au sommet de la colline, l'artilleur avait été rejoint par plusieurs soldats, qui joignaient leurs tirs à ceux des forces spéciales. Une nouvelle roquette fusa en direction du tank, mais celui-ci réussit à l'éviter de justesse en accélérant derrière un bâtiment.

- Capitaine Zelin, 3e escouade, 9e brigade d'infanterie mécanisée, au rapport ! Les hostiles ont perdu un blindé, le second prend la fuite vers le sud. Les fantassins se sont regroupés, ils s'approchent de votre position par l'est, environ 150 mètres, derrière le poste de garde !
- Bien reçu 3e escouade, occupez-vous du blindé restant !

Les Spetsnaz se déployèrent et prirent position derrière des murs et containers. De là, ils pouvaient surveiller le poste de garde du port, et ses alentours. Maksim, lui, se rua vers le bâtiment, pour tenter de surprendre l'ennemi. Il n'avait plus qu'une poignée de cartouches dans son arme, et voulait donc tenter une frappe éclair plutôt qu'une fusillade de longue durée. Il n'eût juste pas le temps de rejoindre une cabine qu'il entendit un cri en chinois : « Ennemi, derrière le poste ! ». Le Spetsnaz se jeta à terre, le plus près possible du mur, et sentit des balles frapper tout autour de lui. L'instant d'après, son escouade ouvrit le feu vers les envahisseurs. Le capitaine était pris entre deux feux, mais il faisait suffisamment confiance en ses hommes pour ne pas craindre leurs balles. Il était même en relative sécurité, car si les Chinois voulaient l'attaquer, ils devaient s'exposer aux tirs : c'était le moment idéal. Il fit un geste de main vers l'arrière, et les armes russes se turent. Maksim se cramponna à la sienne, et se redressa avant que l'ennemi ne reprenne la supériorité du feu. Cinq rapides pressions sur sa gâchette, puis, tout en retournant au sol, il lança son arme vers les soldats chinois, semant la confusion en se débarrassant d'un fusil vide. Il se saisit du pistolet qu'il tenait à la ceinture, et l'arma en attendant la fin des rafales tirées par ses hommes. Il sortit de nouveau de son couvert, en évitant d'être exactement au même endroit. A une vitesse presque surhumaine, il aligna son arme avec la tête d'un chinois qu'il avait repéré auparavant, qui avait des bandeaux d'officier sur les épaules.
« Désolé, vieux frère ... »
La balle fila et frappa sans fautes la cible. Maksim entendit le corps tomber lourdement par terre, en même temps qu'il se jetait au sol pour éviter de subir le même sort. S'ensuivit alors un moment de flottement, un silence angoissant de plusieurs secondes. Les Spetsnaz restaient en attente, prêts à ouvrir le feu. Quand soudain, ils virent la crosse d'un fusil dépasser d'un mur, puis l'arme toute entière, tenue d'une seule main par le canon, avant d'être lâchée et de s'échouer au sol. D'autres apparurent derrière différentes cachettes. Bientôt, ce furent les mains des soldats qui furent visibles. Les chinois se dévoilèrent un à un, lentement, laissant leurs bras tendus au-dessus d'eux. Ils tremblaient de tous leurs membres. Certains étaient blessés, parfois assez gravement.
Maksim les gardait en visée, sans s'exposer. Il les examinait minutieusement, cherchant le moindre détail suspect, tout en les comptant, pour s'assurer qu'ils étaient tous là.

Soudain, un tir. L'un des chinois tomba en vrillant, le crâne explosé par une balle de gros calibre.

- STOP ! hurla le capitaine, tant dans l'oreillette que vers ses hommes. Cessez le feu !
- Enculé ! cracha un spetsnaz, qui se tenait debout, le fusil fumant. C'est cet enculé qui a tué Tom ! Crève !
- Pose ton arme soldat. C'est fini maintenant.
- Comment ça fini ?! explosa-t-il, comme pris de folie. Non, c'est pas fini ! Y a aucune raison qu'ils s'en sortent vivants, eux !

Joignant le geste à la parole, il commença à mettre son fusil en joue. Un autre spetsnaz se jeta immédiatement sur lui, le désarmant puis passant rapidement son bras derrière son dos, afin de le plaquer au sol et de l'immobiliser.
Maksim poussa un soupir de soulagement. Il donna rapidement l'ordre au reste de son escouade d'encercler les chinois, qui n'avaient pas osé bouger pendant l'altercation. Puis, il s'approcha du soldat. Celui-ci tremblait, et s'avérait être presque en pleurs.

- Dimi, l'appela-t-il par son surnom. Calme toi.
Il ne répondit pas. Haletant, il murmurait un nom entre chacune de ses respirations. Un nom différent à chaque fois. Puis des numéros d'escouade. Puis encore des noms.
- Dimi. Je sais ce que nous avons perdu. Certains d'entre eux étaient aussi mes amis. Quoi qu'on fasse, ils ne reviendront pas. Tout ce qu'on peut faire, c'est éviter que d'autres ne meurent alors qu'ils ne devraient pas. Tu comprends ce que j'essaie de te dire ?
- Oui, hésita-t-il faiblement.
Maksim fit discrètement signe au spetsnaz qui le maintenait au sol de s'enlever, mais de le garder à l’œil.
- Relève toi doucement. On va rentrer au Vlad, tu te reposeras là-bas.

Le jeune homme s'exécuta, lentement. Il connaissait déjà son capitaine, et sa manière de mener la guerre. Bien que courtes, ses paroles lui avaient rappelé tout ce qu'il leur avait dit, pendant ces longs mois de service. Au fond, se disait-il, son chef avait raison. Mais comment pouvait-il garder cette vision là, ce pseudo honneur de guerre, alors que toute la ville était en ruines, alors que nombre d'hommes ne rentreraient pas auprès des leurs ? C'était trop pour un seul homme.

Maksim s'éloigna, sans pour autant avoir l'esprit tranquille. La fatigue, la tension de ses hommes, et le manque de matériel, tout disait qu'il était plus que temps de quitter les lieux. Un rapide regard autour de lui, pour s'assurer que tout se passait bien, avant de mettre le doigt sur son oreillette.

- 3e escouade, ici le capitaine Maksim, quel est votre statut ?
- Ici Boyarkine, le blindé nous a semé et a quitté le port, en direction de la ville. Nous avons transmis sa dernière position connue au QG, ils devraient l'intercepter sous peu. Nous avons trois blessés, on les évacue en ce moment même par hélico. Et vous, quel est votre statut ? On vient vous chercher ?
- Zone sécurisée. Vous pouvez venir.



_________________
O o
/¯¯/__o___O___o___O___o___O___o__
IMA FIRIN MAH LAZOR ! BLAHHHH!!!!!
__¯O¯¯¯o¯¯¯O¯¯¯o¯¯¯O¯¯¯o¯¯¯O¯¯




    - Spetsnaz GRU
    - Iron Thunder


Dernière édition par Milleuros le Lun 14 Oct 2013 - 20:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp
avatar

Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Iron Thunder   Lun 30 Sep 2013 - 20:57

- Capitaine, le QG nous a transféré sous votre commandement, dit le pilote de l'hélicoptère alors que les Spetsnaz embarquaient. On retourne à la base ?
- Négatif. On reste dans le port.
- Mais, capitaine, on a des blessés, il faut réarmer, il faut ...
- Suivez mes ordres, coupa Maksim. Je sais tout ça, mais pour l'instant, cap au sud, volez bas et lentement, je vous indiquerai la route à prendre.

L'hélicoptère décolla, et suivit la direction annoncée, au ras des toits des entrepôts encore intacts. Suivant les instructions du capitaine Maksim, il longea la côte pendant quelques instants, survolant les installations portuaires. Les hommes de Boyarkine ne purent s'empêcher de remarquer les nombreuses positions fortifiées. Finalement, l'aéronef prit un virage pour entrer dans une petite crique relativement isolée, mais directement connectée au port. Là, il se retrouva nez-à-nez avec un gigantesque navire de guerre.

- Qu'est-ce que c'est que ça ? demanda le pilote, dont la voix hésitante trahissait la surprise.
- On ne défendait pas le port pour rien, répondit Maksim sur la moquerie. C'est le Vladivostok, un navire d'assaut amphibie et porte-hélicoptères. Posez-vous sur le pont, on nous attend.
- Mais ... hésita Boyarkine quelques instants, défendre ce navire est si important que ça ? Je veux dire, y a des blindés dans le port, y a vous, les Spetsnaz, ...
- Oui.
- Pourquoi ?

Maksim resta silencieux. Il n'était pas encore l'heure de donner ce genre de réponses. Il se contenta de superviser l’atterrissage, puis de sauter au-dehors lorsque les patins de l'hélicoptère touchèrent le pont du navire. Il avait déjà averti le personnel du Vladivostok, qui prenait rapidement en charge les blessés et prisonniers.

- Sergent-major Boyarkine, commença-t-il en ne se retournant qu'à peine, vous êtes stationnés à la défense rapprochée de ce navire jusqu'à que nous puissions quitter le port. A ce moment, vous serez rapatrié à votre base sous le commandement de la 9e brigade. En attendant, rompez, mes hommes vous guideront au mess.
- A vos ordres ! hurlèrent les principaux concernés alors que le capitaine du 14e Spetsnaz s'enfonçait dans les couloirs du navire.


Au fur et à mesure que la journée avançait, la situation semblait moins désespérée qu'elle ne l'était lors des premières heures après l'attaque. La flotte pacifique de la marine russe avait quitté la péninsule du Kamtchatka aux premières lueurs de l'aube, et était déjà à portée des positions avancées de l'armée chinoise. Son ravitaillement effectué, le Vladivostok s'était éloigné des côtes, envoyant ses escadres d'hélicoptères protéger la ville éponyme. Le porte-avions et croiseur lance-missiles Admiral Kuznetsov, le fleuron de la marine russe, était lui-aussi en approche de la zone de combats avec son groupe d'escorte, pourtant stationné vers l'Atlantique. Alors que les stratèges se réunissaient pour éclaircir les zones d'ombres autour de l'attaque chinoise, une première contre-attaque se préparait. Les blindés de la 29e armée se mettaient en position pour chasser l'envahisseur hors du territoire russe.

_________________
O o
/¯¯/__o___O___o___O___o___O___o__
IMA FIRIN MAH LAZOR ! BLAHHHH!!!!!
__¯O¯¯¯o¯¯¯O¯¯¯o¯¯¯O¯¯¯o¯¯¯O¯¯




    - Spetsnaz GRU
    - Iron Thunder
Revenir en haut Aller en bas
Tenkaranpu
La chienlit c'est lui!
avatar

Messages : 2331
Date d'inscription : 08/12/2010
Localisation : Quelque part, en train de se lamenter que le Fandex Jipang n'a eut aucun succès...

MessageSujet: Re: Iron Thunder   Mer 16 Oct 2013 - 19:16

J'y crois pas... Le suisse nous refait le coup de la publication différée... On retrouve la même recette que dans le volet précédent, mais avec des persos différents (T.T), avec plus d'action qui se profile. Mais voilà, il n'y a pas assez de contenu ! Une fois encore, Milleuros est pris au piège de sa fainéantise... pardon, des "difficultés à créer des conditions d'écriture favorable".

_________________
 


Les Primarques devaient être des exemples frappant d'hommes guéris de la souillure de la corruption. L'énergie du Warp non corrompue coulerait en eux comme elle coulait par l'Empereur lui-même, les fortifiant et leur conférant des pouvoirs comme en possédaient les anciens chamans (...) Employant ses pouvoirs psychiques, l'Empereur les localisa petit à petit et retrouva chacune de ces créations originales qui furent réunis avec les chapitres Space Marines créés à partir de leurs empreintes génétiques. Ils ne semblaient pas avoir été touchés par le Chaos (...) [Mais] En fait, leur apparence physique était décevante, nombre de Primarque furent souillés par leur contact précoce avec le Chaos.

- Realms of Chaos : The Lost and the Damned, page 174 et suivantes, extrait.

Russ avec de l'ADN canin, les Primarques crées avec l'aide des dieux du Chaos... la saga de l'Hérésie d'Horus de la BL est écrite par des hérétiques... ♪

Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp
avatar

Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 25
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Iron Thunder   Jeu 17 Oct 2013 - 5:09

Même pas de la publication différée en fait. Les deux nouveaux posts ont été écrits en un seul coup, mais je trouvais plus logique de les séparer. Choix personnel, toussa.
J'ai quand même édité ça parce que la première version publiée contenait un défaut absolument inavouable.

... Et tu n'imagines même pas à quel point je suis victime du syndrome de la feuille blanche.

_________________
O o
/¯¯/__o___O___o___O___o___O___o__
IMA FIRIN MAH LAZOR ! BLAHHHH!!!!!
__¯O¯¯¯o¯¯¯O¯¯¯o¯¯¯O¯¯¯o¯¯¯O¯¯




    - Spetsnaz GRU
    - Iron Thunder
Revenir en haut Aller en bas
Tenkaranpu
La chienlit c'est lui!
avatar

Messages : 2331
Date d'inscription : 08/12/2010
Localisation : Quelque part, en train de se lamenter que le Fandex Jipang n'a eut aucun succès...

MessageSujet: Re: Iron Thunder   Jeu 17 Oct 2013 - 13:24

Et toi t'as pas idée d'à quel point tu es contagieux.

_________________
 


Les Primarques devaient être des exemples frappant d'hommes guéris de la souillure de la corruption. L'énergie du Warp non corrompue coulerait en eux comme elle coulait par l'Empereur lui-même, les fortifiant et leur conférant des pouvoirs comme en possédaient les anciens chamans (...) Employant ses pouvoirs psychiques, l'Empereur les localisa petit à petit et retrouva chacune de ces créations originales qui furent réunis avec les chapitres Space Marines créés à partir de leurs empreintes génétiques. Ils ne semblaient pas avoir été touchés par le Chaos (...) [Mais] En fait, leur apparence physique était décevante, nombre de Primarque furent souillés par leur contact précoce avec le Chaos.

- Realms of Chaos : The Lost and the Damned, page 174 et suivantes, extrait.

Russ avec de l'ADN canin, les Primarques crées avec l'aide des dieux du Chaos... la saga de l'Hérésie d'Horus de la BL est écrite par des hérétiques... ♪

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Iron Thunder   

Revenir en haut Aller en bas
 
Iron Thunder
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Iron Thunder
» [DCA 2010] [40k] - La Lame Noire de Scipion Maitre des Forges Iron Warrior
» iron warrior la suite
» [DCA 2011][40K] 6000 pts d'Iron Warriors
» [PS2] Thunder Force VI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galaxy in Flames :: Librarium :: Fanfic et créations perso-
Sauter vers: