Galaxy in Flames

Un forum pour les passionnés de Warhammer 40.000 dans son ensemble
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fic en Duo : Le bien Impérial.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gulliman

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 22

MessageSujet: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Mer 17 Juin 2009 - 11:35

Comme vous l'aurez deviné graçe au titre, cet fic est co-écrite.
Pour ceux d'entre vous qui sont allé recemment sur le forum de Dawn of war II sur JV.com, vous aurez peut etre déjà vu, ou lut le début de cet fiction:

Le bien impérial:


Prologue :

Ceci n'est pas un récit d'exploits impressionnants. Non, c'est un fragment de vie de deux êtres qui ont parcourut un bout de chemin ensemble, partageant les mêmes inspirations et les mêmes rêves. Notre vision fut elle trop étroite, trop partial, trop précipité ? Nos conclusions furent-elles trop rigides ? Peut être... mais cet errance a travers les champs de bataille m'a transformer... moi, je ne suis plus moi.

Lorsque l'un était sur de lui, l'autre hésitait... lorsque l'un voulait se battre, l'autre ne le désirait pas... lorsque l'un était loyal, l'autre était un traître...
Ils étaient différents, et complémentaires a la fois. L'un n'était plus rien sans l'autre. Et l'autre le savait.
Cependant, l'un finit par abandonner l'autre, quand leurs opinions divergèrent. Et tous ne fut plus que chaos et hésitation, tristesse et douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Horus Lupercal
Le Maitre de Guerre.
avatar

Messages : 5130
Date d'inscription : 31/01/2009
Age : 25
Localisation : Vengeful Spirit

MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Mer 17 Juin 2009 - 12:03

Salutation Guilliman. Une petite présentation dans la section prévue a cette effet ne serait pas de refus. ;)


Sinon cette fics ma l'aire particulièrement intéressante. Le prologue me donne envie de voir la suite en tous cas. :D
Revenir en haut Aller en bas
http://dowmod1.forumactif.com/forum.htm
Gulliman

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Mer 17 Juin 2009 - 12:13

Partie deux : Auteur: Kirbi77

"Le commissaire se leva, et posa son regard froid sur moi.
-Soldats, pourquoi vous battez vous ?
- Pour le servir jusque dans la mort ! Répondirent les hommes m'entourant.
- PLUS FORT ! Ordonna le commissaire.
- POUR SERVIR L'EMPEREUR JUSQUE DANS LA MORT !
- FORCE ET HONNEUR !
-FORCE ET HONNEUR ! Reprirent les hommes a l'intérieur du transport."

La chimère était encore secoué de tremblement, L'escouade dont je faisait partit paraissait plutôt tranquille, pour une escouade qui allait partir au combat. En attendant le signal pour sortir du transport et attaquer les tranchées, certain allumèrent des métas cigarette. Ah au faite je m'appelles Hugonol. C'était ma première escarmouche, enfin, escarmouche, d'un point de vue humains, ont aurai pu dire: c'est ma première gigantesques batailles impliquant des milliers d'hommes, mais d'un point de vue historique, c'est effectivement une escarmouche... J'étais avec les gardes de mon escouade, notre but : Lancer l'assaut sur les tranchées et les bunkers. Nos supérieurs nous avaient envoyé au casse-pipe quoi ... Mais j'étais heureux, j'allais enfin prouver ma valeur.
-Soldats, POUR L'EMPEREUR IMMORTEL ! S'écria le sergent. L'arrière de la chimère s'ouvra et les hommes sortirent en poussant des cris de guerre vite étouffés par les bruits des tirs de laser. Les gardes courraient derrière le sergent qui se jeta derrière une butte de terre.
-Caporal Antalos ?
- Oui sergent ?
- Prenez quelques hommes avec vous et foncez vers les tranchées. Prenez les de face pendant qu'on les attaque par le flanc, exécution !
-Oui sergent ! Il commença à désigner les hommes qu'il l'accompagnerait. Hugonol, ...
Il cita une dizaine d’autres hommes et nous sortions de notre abri. Un homme qui courait à coté de moi périt sous les décharges de laser, m'envoyant une giclée de sang dans les yeux . Notre petit groupe arriva enfin au corps à corps, a 60% de son effectif initial. Le caporal se jeta sur le premier venu et le martela de coup de poing et de poignard. Je sautai dans la tranchée m'éclaboussant moi même de l'eau contenue dans les trous. Les obus ayant fait beaucoup de dégât dans les fortifications rebelles. Plusieurs paquets de corps de mes ennemis étaient empilés les uns sur les autres.
Je continuais avancer dans cet apocalypse lorsqu’un rebelle se jeta sur moi, l’épée au poing. J’évitais le premier coup facilement, et le deuxième aussi, lorsque que sa lame m’écorcha la cuisse. Je reculai en gémissant. Mon bras droit tremblait comme une feuille morte et mon écorchure à la jambe me faisait souffrir. La peur commençait a se distiller dans mes veines lorsque l'homme pointa son pistolet sur moi en ricanant, et me tira une seule fois dans l'épaule. Je m'écroulai au sol en hurlant de peur et de douleur.
Alors que mon adversaire s'avancer vers moi en dégainant sa lame de combat, la pointe d'une dague émergea par sa poitrine, et le caporal apparut

"-Plus de peur que de mal soldat ! Allez ! Vous êtes pas encore mort mon vieux ! Relevez vous !
J'avais une grosse marque rouge avec de la fumée qui s'élevait dans le ciel sur mon épaule. Plus de peur que de mal en effet, la blessure ne me faisait déjà presque plus souffrir. Les chars leman russ tiraient sur les bunkers, mais sans effet, ils changèrent de cible pour s'attaquer aux tranchées , mon caporal cria dans son oreillette :
-CESSEZ LE FEU ! ON A DES GARS DANS LES TRANCHEES !!!
Trop tard, les tirs avaient déjà mutilés deux de nos hommes.
Une nouvelle vague de rebelle arriva dans les tranchées avec des épées à la main. La deuxième partie de mon escouade leur barra la route en les immobilisant avec des grenades étourdissantes puis en les truffant de décharge laser .
-Un peu de retard désolé ! Cria le sergent, on était aux prises avec un groupe de rebelle !
-Pas grave caporal ! Brave petit qu'on a avec nous !
Le garde me montra du doigt en souriant du coin de la bouche. Mais soudain le caporal fut poignardé devant mes yeux par un rebelle. Je me relevai, oubliant ma petite et faible personne, et lui logea une décharge de laser entre les deux yeux à puissance maximale. Sa tête explosa et un morceau de cervelle vint s'écraser sur mon front. Je m'essuyai ce dernier en me retournant. Le sergent fixait la dépouille du caporal, bouche bée.
- Pas de temps à perdre soldats, il faut faire taire ce bolter lourd !
Les hommes empoignèrent leur fusil et ils suivirent le sergent en grognant. Un rebelle qui ne les avait pas entendu avec le bruit de sa mitrailleuse lourde fut vite bâillonné par les gardes qui le transpercèrent en lui rentrant une bonne dizaine de fois la lame dans les cotes.
Un groupe compact de rebelles arriva en tuant tout les gardes sur leur passage. Un de mes adversaires arriva au corps à corps avec moi. Il me donna un violent coup de crosse avant de me projeter en arrière. Le stress me dominait une nouvelle fois. Mes jambes devenaient lourdes comme de l’asphalte. Mes bras restaient accroché au sol. Je voyais flou autour de moi. L’homme lança un rire effrayant puis il s'élança vers moi, tuant un autre garde aux passages. Alors qu’il s’avançait vers moi, mes jambes retrouvèrent leur mobiliser habituelle, et je lui envoyais mon pied droit dans le visage, lui brisant le nez. Mais ? Il en fallait plus pour arrêter le rebelle qui continua a avancer, il se jeta sur moi, faisant fit des coups qui pleuvait sur lui, m’attrapant les bras, et murmura :
- Allons allons, que de violence, que de peur et de haine dans une si petite chose…
.Il sortit son poignard pour m'achever avant de lancer un rire de jubilation, et d’excitation.

Partie 3 : Par Gulliman ( moi quoi ^^ )

Amenos Yeug et les autres soldats impériaux foncèrent vers le réseau de tranchée que venait de prendre le 2e peloton. Ils parcoururent la distance rapidement, perdant deux hommes en chemins qui furent volatilisé par un tir venant de la forteresse hérétique. Enfin, ils purent se mettre a couvert par mis le tapis de corps rebelles et loyalistes qui jonché le sol de la tranchée.

« - Lieutenant, rapport des pertes !
- On a perdus quatre hommes sergent, et a vue d’œil, le deuxième peloton a du en perdre autant.
- Ils sont sensé être combien déjà ?
- sept !
- Alors ils ne sont plus que trois… merde. Il réussiront pas a nettoyer a eux tous seuls les bunkers… Amenos ?
- Oui sergent ?
- Rattrapez le deuxième peloton et aidé les !
- Sergent, oui sergent ! »

Amenos Yeug prit quelques secondes le temps d’observer la situation. Et ce qu’il vit le laissa bouche bée. Alors que le 3e régiment dans son entier avait prit la première ligne de tranchée, les chars Leman Russ et les Baneblades avaient entrepris l’assaut de la deuxième ligne, seul réseau de fortifications avant les remparts en eux-mêmes. L’assaut se déroulait bien, et les rangs rebelles étaient entrain de se faire bousculer par la force brute et implacable des chars impériaux lorsqu’une violente explosion sembla soulever le sol. Des dizaines de chars explosèrent, et d’autre furent envoyé vers le ciel, avant de retomber lourdement sur le sol en explosant.

« - Par Terra… qu’est ce que c’était ? Murmura un pilote de char sur la fréquence commune.
Et comme pour lui répondre, les lourdes portes de la forteresse rebelles s’ouvrirent en laissant se déverser un flot de soldat rebelle, hurlant un cri reprit pas trois milles gorges.
- MORT A L’IMPERIUM
Et ils chargèrent les rangs loyalistes.
- A tous, feu a volonté ! Ordonna le sergent sur fréquence commune. Et tous les hommes firent feu à l’unisson, Armiento se retourna vers Anguilla. Vous êtes encore là vous ? Nettoyez moi ces bunkers !
Amenos Yeug acquisea, et s’engouffra dans un tunnel qui s’enfonçait dans les entrailles de la planète en direction du bunker le plus proche, prêt a accomplir son devoir.

***

« - Faite pivoter la tourelle, Canon volcano paré ?
- Canon prêt a tiré !
- Faite feu sur la zone Alpha 4.
- Bien reçus… tir dans trois, deux, un… tir effectué.
- Rapport des pertes ?
- Formation ennemie… anéantie.
- Que les bolters lourds fassent un tir d’interdiction devant les tranchée, les rebelles ne doivent pas passez !
- Bien reçut, leurs tirs sont la plus belles des prières.
Instantanément, le bruit des tirs se fit entendre.
- Pivoter le canon laser sur le secteur Alpha 2, et le canon volcano sur le secteur Alpha 5…puis… TERRA ! ILS ONT UN BANEBLADE ! »
En effet, par la même porte qu’avait jaillis le flot de rebelles, était maintenant apparut un baneblade, son méga obusier et son canon démolisseur de coque firent pâlir de peur le pilote du Shadowsword, mais il se ressaisit rapidement.
« - Ordonnez au batterie de basilik de pilonné leurs infanterie, on se charge du char super lourd rebelles. Où est l’autre baneblade loyaliste ?
- Détruit !
- Par l’Empereur… Feu de toutes les armes sur le char lourd rebelles !
- Reçu. »

Le char pivota sur lui-même, de manière a ce que son canon volcano puisse atteindre sa cible, les tourelles latérales du chars, des bolters lourd et des canon lasers, se pointèrent a l’unisson sur le baneblade rebelles, qui c’était lui-même mit en position.

« - Si il croit pouvoir nous anéantir, il présume de ses forces. FEU ! Hurla le chef de char a la radio. »

Et le duel s’engagea.
Le premier tir du canon volcano du shadowsword passa au ras du baneblade rebelle, et alla percuter les murailles qui se trouvaient au dernier plan, creusant un trou énorme dans les fortifications. D’un tir de son méga obusier, l’autre char détruisit un Leman russ impérial qui se trouvait dans sa ligne de tir, et, avec son autocanon de tourelle, il tenta de détruire le Shadowsword, mais sans grands effets, les munitions de l’autocanon ne pénétrant même pas le blindage du char lourd.

« - Il se défend bien… lâcha le pilote du Shadowsword entre ses dents. FEU DE TOUTES LES ARMES ! »

Dans un rugissement tonitruant, les bolters lourds et les canons lasers entreprirent la destruction du baneblade. Les Bolters ne causaient aucun dégât au char super-lourd rebelle, mais les canons lasers, eux, réussirent a détruite l’autocanon du Baneblade adverse.

« - Continuez ainsi, détruisez toute leurs armes !
- Bien reçut Major-pilote. »

Dans un nouveau bruit de tonnerre, le canon Volcano fit feu, sa gigantesque munition allant percuter de plein fouet le char rebelle, qui explosa dans une gerbe de flamme, projetant des débris de métal et de plastacier haut dans le ciel. Malheureusement, peu avant l’impact, le Baneblade rebelle eut le temps de faire feu de son méga obusier, le tir chanceux alla détruire le canon volcano du Shadowsword… réduisant immédiatement les qualités offensives du char.

« - RAPPORT D’AVARIE ! Hurla le pilote loyaliste pour se faire entendre.
- Canon volcano détruit, bolters lourds 4, 5 et 7 détruit, canon laser 3 détruit !
- En gros, tous se qu’il nous reste…
- Ce sont les chenilles du char. Répliqua un homme, acerbe.
- Alors foncez dans leur infanterie. Ordonna le pilote »

***

Amenos Yeug trouva enfin ce qu’il trouvé, une porte qui menait vers le bunker où, selon son Auspex, c’était aventuré son escouade. Il pénétra dans le couloir froid et humide, allumant la lampe fixée à son torse, et pointant son fusil laser devant lui.
Un crissement d’acier se répercuta contre les parois sombres du tunnel ou s’était engagé Amenos, suivit de prés par un cri terrible, et une succession de tir qui éclairent faiblement le bout du couloir. Amenos sursauta, et sa lampe se décrocha, se brisant en atteignant le sol.

« - Il y a quelqu’un ? Beugla une voix. »
Amenos se plaqua contre le mur du couloir, tentant de respirer le plus faiblement possible, de calmer les pulsations de son cœur qui c’était horriblement accéléré.
« - Est-ce qu’il y a quelqu’un ? Reprit la voix. »
Cet fois, il laissa s’échapper un petit cri… et, son stresse étant si intense qu’il laissa tomber son fusil laser au sol, produisant un tintement métallique qui résonna le long du couloir.
« - Venez m’aidé… par pitié ! »
Tellement effrayé et surprit, Amenos venait juste de reconnaître la voix d’Ani, un homme du deuxième peloton.
« - J’arrive camarade ! Rugit Amenos, avant de courir vers le bout du couloir. »
Et ce qu’il vit le glaça d’effroi :
La salle dans laquelle il se trouvait était entièrement couverte de corps impériaux et rebelles, n’ayant pour seul point commun leur membres mutilé et l’expression de douleur et de haine gravé sur leurs visages pour l’éternité. Le deuxième peloton au complet jonché le sol de la salle, et, a bien y réfléchir, il y avait sûrement des morts appartenant a d’autres sections, le tout pour une dizaine de morts tout au plus chez les rebelles. L’homme qui l’avait était assis sur le sol, le ventre transpercé au niveau des intestins, devant sa blessure, il avait étendu un morceau de tissu assez large, qui contenait ce qu’y était sensé être a l’intérieur de son ventre…
« - Camarade, il reste des rebelles ici ?
- Ils sont plus loin, dans la salle radar…
- Et d’autres soldats ? Il y en a ?
- Un seul, il est partit… par là… »
Il désigna une porte métallique, au fond de la salle.
« - Tuez les tous… murmura t’il. Vengez nous !
- Je le ferais soldat… reposez en paix. »
Amenos prit la main du soldat, et la posa sur son ventre, puis, il leva la tête une récita.
« - Si vous mourrez pour l’Empereur, votre mort n’est pas vaine. »
Les yeux de l’autre homme se révulsèrent, et il arrêta de respirer. Amenos lui ferma les yeux, puis se releva et de dirigea vers l’endroit que lui avait indiqué le mort.
Il avisa une courte épée placé a même le sol, et la ramassa, « sa pourrait servir » pensa t’il. Il ouvrit la porte, et se retrouva face à un survivant au prise avec un rebelle.
Le rebelle réussit d’un coup sec a jeter le garde impérial au sol, puis, il se jeta dessus, lui bloqua les bras et lui murmura quelque chose a l’oreille, puis avança son poignard vers sa victime, avant de rigoler d’un air dément.
Amenos ne prit pas le temps de réfléchir, il épaula son fusil laser et lâcha un tir sur le bras du rebelle qui tenait le poignard. Dans un hurlement sourd, le rebelle attrapa son bras blesser puis se retourna vers Amenos.

« Ces rebelles ne sont pas normal… c’est comme si il était habité par une fureur nouvelle, une fureur qui leur permet de résisté au blessures. »
Il tira une deuxième balle qui allât percuter l’épaule droite du rebelle. Mais celui-ci ne broncha pas, et commença à courir vers Amenos
« - Depuis que nous l’adorons, nous sommes plus fort ! Beugla le rebelle. »
Amenos se demanda de qui pouvais parler le rebelle, puis il décocha un troisième et dernier tir en plein dans le visage du rebelle qui s’effondra, le visage a moitié détruit et couvert de sang.

L’homme qui avait été auparavant maîtrisé par le rebelle se releva…
« - Moi, c’est Amenos, Amenos Yeug. Affirma L’homme avec le plus de classe possible.
Apparemment, il réussit a impressionner l’homme qui déclara en bafouillant.
- Hugonol, monsieur, je m’appelle Hugonol… merci de m’a..
- ce n’est rien ! Coupa Amenos, et pas la peine de m’appeler monsieur.
- Oui mon… euh… Yeug.
- On ferais mieux de retourner a la surface maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas
Gulliman

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Mer 17 Juin 2009 - 12:14

Ah oui, la présentation, je l'avais oublié :)
Je vais le faire de ce pas ;)
Revenir en haut Aller en bas
Maitrelam

avatar

Messages : 2023
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Dans le warp

MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Mer 17 Juin 2009 - 13:44

Chouette une fic sur la Garde Imperiale :D .

je vien de la lire et.......je trouve le 1er chapitre bien, continue comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Gulliman

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Mer 17 Juin 2009 - 13:52

Merci a toi.

Enfaite, chaque chapitre est divisé en partie, la partie 1 ( par Kirbitan ) a était finit depuis 2 jours, et je planche sur la deuxieme partie depuis 2 jours donc, elle arrivera d'ici un jour ou deux.
Revenir en haut Aller en bas
Gulliman

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Sam 20 Juin 2009 - 10:33

Chapitre 2: Nurgle, le seigneur de la déchéance.(partie 1)

( By kirbitan )

Amenos Yeug et Hugonol sortirent des tranchées. Ils se racontaient leurs différents exploits. Mais bien sur, comme cet bataille était chacun leur première escarmouche, il en rajoutait un peu.
Plusieurs cris dans la radio se firent entendre :


-Ici pilote du Baneblade, on n’a plus aucune arme !
-Alors rentrez dans ces putains de fortifications !
Dors et déjà on entendait le Baneblade avançaient vers les fortifications de la forteresse. Les pilotes des chars lourds criaient à chaque corps écrasés par les chenilles du char. Amenos et Hugonol arrivèrent finalement dans les tranchées ou ils rencontrèrent le commissaire du 3e régiment :
-Amenos Yeug au rapport ! Les bunkers sont nettoyés sergent !
-Très bien et qui est cet homme ?!
Hugonol hésita à répondre, et Amenos répondit finalement, sachant que l’autre hésiterait sûrement a expliquer qu’il avait failli mourir.
- Je m’appelle Amenos seigneur commissaire, Amenos Yeug ! Soldat de la 4e Compagnie.
Le commissaire Almir acquiesa et donna les ordres à ses troupes :
-Bon vous avez entendu les ordres ? Dès que le Baneblade aura détruit les murailles on lance l’assaut, pour l’Empereur !
- LONGUE VIE ! Crièrent les hommes.

Le char super lourd finit par rentrer dans les murailles en détruisant l'épaisse couche de plasbéton. Les quelques rebelles qui défendaient la forteresse du haut des murailles au dessus du Baneblade tombèrent sur le toit de celui-ci dans un craquement sonore. Les rebelles qui étaient derrière les fortifications furent écrasés. Voyant cela, les hommes du 3e Régiment sortirent des tranchées en poussant des cris de guerre tel que "POUR L'EMPEREUR !" et s’élancèrent dans la brèche, prêt à se battre. Mais un silence inquiétant les accueillit, il n’y avait aucun rebelle. Ils se mirent en position, les éclaireurs passèrent en premier, vérifiant qu’une quelconque embuscade n’était pas prévus.

« - Ici Bronx 4, Rien a signalé, je répète rien à signaler. Commençait à avancer.
- Bien reçut Bronx 4, on arrive… commença le commissaire Almir
- Attendez ! Coupa l’éclaireur. Il y a un bolter lourd ! »
Le commissaire se retourna vers les hommes qui le précédait :
« - A couvert ! Bronx 4, entamez l’élimination des servants de l’arme !
- Impossible monsieur.
- Pourquoi ?
- Il n’y a pas de servants monsieur. Vous pouvez faire avancez les hommes. »

.Alors que les gardes impériaux reprenaient leur marche, une cinquantaine de rebelle sortirent de leur abri en tirant sur les loyalistes. Leurs visées avaient beau être somaires, plusieurs soldats impériaux s’effondrèrent sur le sol. Mort ou blessés, l’avenir le dira. Amenos, a l’abris derrière un bloc de plasbéton, aperçut trois rebelles pénétrait dans le bâtiment qui abritait le bolters lourd. Quelques minutes plus tard, ils réapparurent au niveau de l’arme lourde, et commencèrent à la pointé vers les soldats impériaux. Une pluie de bolter commença à s’abattre sur Amenos et les autres gardes, et ceux-ci tombaient en nombres. Soudain, Hugonol surgit, le visage couvert d’une bruine sanglante, et se jeta a côté d’Amenos, à l’abris des tirs rebelles. . L'expression des loyaux guerriers de l'empereur était passé de l'allégresse à la terreur… Plus les rebelles s’approchaient de leur position, plus le barrages de leurs tirs se faisait intense. Plusieurs décharges laser passaient au ras de la tête d'Hugonol. Et un homme placé derrière lui eut la tête vaporisé par un tir de bolter lourd… la situation empirait de minutes en minutes, et, a moins qu’un miracle ne se produisent, les impériaux étaient en passe de rejoindre le panthéon des martyrs.

Alors que les morts glorieuses se multipliaient au sein des forces impériales, la voix du commissaire Almir retentit, couvrant momentanément le tonnerre de la bataille :
« - Demandons un tir de suppression sur la Zone B59 !
- Ici Bronx 12, nous engageons l’ennemi. »
L'homme concerné rentra une balle dans la culasse de son arme et épaula son instrument de mort : Il retint sa respiration, conscient que de la précision de son tir dépendait la vie d’honnête et courageux soldats impériaux. Il aligna la tête du rebelle avec son viseur, et enfin, il pressa la gâchette.
La balle partit, traçant une ligne parfaite dans l’air, et fila droit vers la tête du servant du bolter lourd. Le sniper savourait déjà sa victoire lorsqu’il se rendit compte que son tir avait heurté un autre homme, qui part un malheureux hasard était passé dans la trajectoire de son tir, et était mort, la balle l’ayant atteint en plein cœur.
Le servant du bolter lourd, quand a lui, aperçut le tireur d’élite loyaliste, et commença a faire pivoter son arme vers lui. Apercevant cela, le sniper tira une nouvelle balle de sa ceinture, et entama de recharger son arme. Ses mains étaient agitées de tremblement, la peur de mourir lui serrait le ventre. Il réussit enfin a chargé son arme, et la pointa vers le rebelle… Trop tard, dans un rugissement assourdissant, une rafale de bolt fut tiré et atteignirent le sniper quelques dixième de secondes plus tard.
Les membres du tireur isolé impérial furent arrachés par la puissance du tir, et il s'écroula au sol dans une marre de sang, démembré et déchiqueté.
Quelques minutes plus tard, la bataille était toujours aussi violente et sanglante, une poignée de garde survivait face aux assauts des rebelles.

Hugonol fut soudain envahit d’un folle espoir : Quelque mètres plus loin, a l’abris des tirs du bolter lourd, une escouade de Sniper Rattling ainsi que deux hommes portant un lance-roquette arrivaient en courant. Un des tireurs, sur de lui, chargea son arme, et tout en courant, il tira. La balle passa à travers le mur de pierre et vint s'écraser dans la joue du rebelle qui faisait pleuvoir des bolts sur les Gardes impériaux. Ce talentueux tireur se mit à l'abri en restant indifférent face au commissaire qui le félicitait.
« Les Rattlings méritent vraiment leur réputation » pensa Hugonol.
Une nouvelle vague de rebelle s'installa dans le bâtiment, dont deux qui reprirent le commandement du Bolter lourd. Les deux impériaux armés de lance-roquette armèrent leur instrument de destruction.
La roquette partit et vint s'écraser sur le bolter lourd. Ceci provoqua une réaction en chaîne qui projeta débris et cadavres sur le champ de bataille.
Les rebelles, surprit et prit sous le feu des Rattlings et des gardes impériaux, s’élancèrent soudain au corps à corps pour causer le plus de perte aux Gardes impériaux. Ces derniers réagirent en pointant leurs armes vers le flot de rebelles qui les chargeaient, mais, malgré les tirs impériaux, les rebelles finirent par arriver au corps a corps. Les soldats de l'Empereur étaient mieux équipés pour ce type de situation que les rebelles. En effet, ceux-ci furent vite éliminés. Cependant, Amenos Yeug eut le temps de ce prendre un coup de dague dans la jambe, et, alors que son adversaire s’apprêtait a l’achever, Hugonol surgit soudain et abattit le rebelle d’un tir de laser bien placé.
« - On est quitte maintenant. Déclara t’il en souriant. »
Amenos lui rendit son sourire. Puis regarda le médic qui s’avançait vers lui.
Soudain, alors que tout les impériaux étaient regroupés le commissaire cria :
« -VICTOIRE ! Et il leva son fusil laser, suivit de tout les impériaux.
Mais les cris et les vivas des gardes furent interrompus par un cri :
« - Il y a un rebelle encore vivant ! »
Tous les soldats se précipitèrent vers l’homme qui avait crié, et qui se trouvait auprès d’un rebelle blessé. Une courte baïonnette enfonçait dans le ventre. Il toussa, un flot de sang s’échappant par sa terrible blessure, puis il murmura :
« - Vous ne devriez pas agir comme si la victoire était votre, pas encore… le Seigneur des épidémies arrive. »
Son ton était froid et menaçant.
« - Rien ni personne ne peut s’opposer a lui. »
Puis, il cessa de s'agiter, et ses bras retombèrent mollement le long de son corps. Il avait cessé de respirer. Alors que les gardes impériaux tentait de comprend les paroles prophétique du rebelle, un homme s'écria:
" - REGARDEZ LE CIEL ! "
Tous s'exécutèrent.
Ils distinguèrent tous les traînés orangés qui zébrées le ciel, et entendirent tous distinctement un homme déclaré.
" - C'est comme si les étoiles se décrochaient du ciel " (*)




(*) cet phrase, comme vous l’aurez sûrement remarquer, n’est pas un horrible plagiat de la célébrissime fic de Lostlord, alias Aleieus_Gaevran, c’est plutôt un hommage a cet fic, ma préféré du forum.

_________________
« Il n’y a de bien en cette vie que l’espérance d’une autre vie. »
- Blaise Pascal
Revenir en haut Aller en bas
Gulliman

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Sam 20 Juin 2009 - 10:35

Partie 2 ( By Gulliman )

Chapitre 2 : Nurgle (partie 2)

Franciscain leva la tête et observa le ciel. La brise légère qui agité l’air extérieur lui rafraîchissait le visage, et tendait à rendre l’atmosphère plus vivable. Il sortit sa paire de jumelle de son étui, et entama l’inspection du secteur qu’on lui avait demandé de surveiller. Le vent soufflant plein sud lui apportait les plaintes sourdes des blessées et les cris des soldats, et l’horizon où pointait déjà l’aube était couverte d’un voile pourpre, reflet accentué des explosions et des incendies qui criblé la surface de la planète, et plus particulièrement de la forteresse.

« - Il est temps. Fit un homme de stature imposante engoncé dans une armure énergétique vert pâle et blanche.
- Vous êtes sur que tous cela est nécessaire… commença Franciscain.
- Nous massacrerons ces ordures loyalistes, et après… l’homme laissa sa phrase en suspend.
- Et après ?
- Après ? Fit le géant d’Adamentium. Nous tuerons toute la vermine qui pullule sur cette planète !
- Vous parlez des gardes impériaux ?
- Je parle des humains en général. Répliqua l’autre en ricanant. »
Ce faisant, il dégaine un pistolet de taille impressionnante de son coté droit, et le pointa vers Franciscain.
« - Que… que faites vous ? Bafouilla l’homme.
- Et bien… je vous tus. »
La détonation qui retentit quelques millièmes de secondes plus tard aurait suffit a rendre un homme lambda sourd, pourtant, l’Astartes renégat ne l’entendit qu’a peine, son oreille de Lyman ayant filtrer le son. Le cadavre de l’homme s’écrasa enfin sur le sol, un trou béant a la place de l’œil droit, et le géant d’Adamentium éclata de rire, un rire puissant et guttural, un rire terrifiant qui semblait se répercuter dans milles cavernes avant d’émerger enfin en dehors de sa gorge.
« - Seigneur Diséasès ? »
Un homme émergea des ténèbres pour se placer au coté de l’intéressé.
« - Seigneur Diséasès ? Qu’attendons nous pour lancer l’assaut, la Death Guard tout entière est prête à frapper !
- Nous attendons le bon moment… juste le bon moment… Faites dirent au prêtres qu’ils commence les rituels d’invocation… Nurgle est avec nous.
- Bien Seigneur, cela sera fait selon votre bon vouloir.
- Cesse donc tes courbettes vermine, si tu ne veux pas finir sur un pique.
- Oui maître. »

___

« - Mes hommes ont étaient attaqués en nombre par des spaces marines renégats ! S’écria le commandant du 4e régiment, Yods Kirstan. Et nous savons d’ors et déjà de qu’elle légion renégate il s’agit. Ajouta t’il avec dégoût.
- Et comment le savez vous ? Questionna un officier. »
Pour toute réponse, le commissaire héla une estafette, qui déposa sur la table de réunion une sorte de malle techno renforcée. Tout les regardes des hommes présent au conseil de guerre se posèrent sur l’objet. Le commandant se décida enfin a ouvrir la valise, et devant les yeux de tous apparut un casque vert pâle ainsi qu’une épaulière de la même couleur portant une emblème tristement célèbre :
Trois flèches grises partant d’un même point et pointer vers l’extérieur, entre chaque flèche, un crâne au allure de démon… L’emblème de la Death Guard.
« - Par tout les primarques… pas eux… soupira un officier.
- Si. Répondit fermement Yods Kirstan. Ils sont partout, c’est un miracle que nos troupes tiennent encore. Nous devrions envisager un repli jusqu'à nos positions de la veille.
- Non. Coupa le général des armées, Lucius Pacino. »
Le commandant Kirstan le dévisagea, surprit.
« - Pou… pourquoi ? demanda t’il.
- Un chapitre space marine est en route commandant, depuis deux jours déjà, un chapitre renommée et glorieux, un des meilleurs qu’il soit. »
Une question germa dans l’esprit du commandant.
« - Si tous ceci n’était sensé n’être qu’une petite rébellion bénigne, et que nous ne savons que depuis aujourd’hui qu’il y a des renégats qui prennent par au combat… comment ce fait t’il qu’une chapitre est en route depuis deux jours ? »
Cette fois, le général Pacino baissa la tête.
« - Nous savions que des renégats allaient se mêler a tous sa… soupira t’il. Mais nous n’avions aucune certitude, cet assaut n’était ni plus ni moins qu’un test. »
Yods Kirstan faillit s’étrangler avec le verre d’eau qu’il venait d’ingurgiter.
« - Quoi ? Eructa t’il. Mais, MAIS VOUS AVEZ ENVOYE MES HOMMES A L’ABATTOIR !
- C’était un sacrifice nécessaire ! Répondit Lucius Pacino.
- DES CONNERIES ! S’écria en réponse le commandant Kirstan.
- Dois-je vous rappeler le respect que vous me devez commandant ? Demanda le général d’un ton froid et menaçant. Dois-je vous rappeler que MON grade m’autorise à supprimer un homme de VOTRE grade ? Dois-je vous rappeler la tenue et la bienséance que vous devez a ce conseil ? »
Le commandant de la 4e compagnie ravala une réponse cinglante, et tenta de contrôler les tremblements qui agitaient ses mains resserrant sa prise sur son verre.
« - Non général, veuillez m’excusez général.
- Voilà qui est mieux. Déclara Lucius Pacino, un sourire sarcastique barrant son visage.
Les Iron Hand seront ici d’ici une journée, pas plus. Alors vous pouvez dormir sur vos deux oreilles, cette guerre sera bientôt terminée. Annonça t’il ensuite au conseil de guerre. »

__

« - C'est comme si les étoiles se décrochaient du ciel. Murmura un homme »
Tout les hommes avaient les yeux rivés sur les traînées orangées qui zébraient le ciel, le commissaire même se tu devant se spectacle impressionnant. Des dizaines et des dizaines de modules d’atterrissage en chute libre. Il sembla soudain sortir d’un rêve, et il s’écria soudain.
« - Sergent ! Contactez le QG !
- Pourqu… commença Armenios
- FAITE CE QUE JE VOUS DIT !
- Com…compris commissaire… QG ? QG ici 4e régiment ? Vous me recevez ?
- Demandez leur si un largage de space marine était prévu !
- De space marine ?!
- Dépêchez vous !
- QG, il y a-t-il un largage de module transportant des space marines de prévus ?
- VITE !
- Ils disent que non !
- Alors priez pour survivre, les renégats arrivent ! »
Tout les hommes se tournèrent vers le commissaire, le fixant comme si il venait de proclamer un blasphème. Almir se tourna vers le sergent.
« - Expliquez leurs !
- Leur expliquez quoi ?
- L’arrivée des renégats, l’intervention des Iron hand !
- Mais… de quoi parlez vous ?
- Le… le général ne vous a rien dit ?
- Non. »
Almir fixa un moment le regard du sergent, cherchant une trace de mensonge sur son visage, mais il du se résigner a admettre qu’ils avaient tous étés trahis, et pire encore, par leurs propres généraux.
« - Que savez vous sur cet campagne sergent ? demanda t’il.
- Que nous devions maté une révolte peu puissante…
- seulement ?
- Oui !
- On ne vous a jamais parlé d’une quelconque intervention de renégat ? »
Au moment où il prononça ses mots, un frisson passa dans les rangs des gardes impériaux.
Le sergent le fixa un moment avant de répondre.
« - Non… »

___


« - Seigneur Diséasès ? »
L’interpellé se retourna, son armure blanche et vert pâle refléta pendant quelques instants les lueurs de l’aube qui se levait sur la forteresse rebelles.
« - Seigneur, le grand sorcier m’envoie dire que les rituels sont terminées ! »
Un sourire mauvais éclaira le visage du Seigneur du chaos.
« Et où se portera l’attaque des portepestes ?
- Dans le quartier sud seigneur.
- Rassemblez les Champions et les marines de la peste, Nurgle sera content.
- Oui seigneur et maître. »
Et quelques minutes plus tard, cela fut fait.
« Renégats ! Membres de la Death Guard ! Nous partons en guerre ! »
Levant bien haut leur épée et leur bolter, leur faux et leur hache. L’assemblée de renégats éclata en louanges à la gloire de Nurgle. Quand le calme fut revenu, Diséasès ajouta :
« - Mais avant… »
De sa main droite, il désigna deux de ses gardes, des champions de Nurgle portant des faux démesurée et des pistolets bolters. Les bubons parsemant leurs visages, les plaies purulentes couvrant les parties de leurs corps mis a nue, l’odeur pestilentielle, tout chez eux n’inspirait que le dégoût et la peur. Les deux champions s’élancèrent donc au beau milieu des spaces marines de la peste, et rapidement, ils en amenèrent trois aux pieds du Seigneur de Nurgle, qui déclara en désignant un des spaces marines :
« - Toi ? Voudrais tu prendre ma place, me dérober mon statut de seigneur ? »
Le surhomme mit un certain temps a répondre, puis il déclara :
« - Non.
- Alors, tu es un lâche ! Beugla Diséasès. Et sans plus de cérémonie, il planta sa faux dans le corps du marine qui s’effondra en hurlant, cela fait, il se retourna vers le deuxième marine.
- Et toi ?
- Oui.
- Alors tu es un traître ! Hurla a nouveau le seigneur de Nurgle, avant d’affliger au Space marine de la peste la même chose qu’a l’autre. Enfin, il se retourna vers le 3e et dernier renégat debout devant lui.
- Et toi ? Es-tu un lâche ou un traître ?
- Je ne suis ni l’un ni l’autre ! Répondit l’autre d’une voix forte. Je ne suis rien ! »
Diséasès se mordit la lèvres pour ne pas crier, une nouvelle victime venait de lui échapper, mais, malgré lui, il était forcé de reconnaître la ruse du renégat, il ne l’avait pas flatter, il ne c’était pas mis en avant, il n’avait rien fait qui méritait la mort.
« - Alors tu seras mon nouveau lieutenant ! Déclara enfin le seigneur de la peste. Et maintenant, allons nous battre ! »

___

« - A MORT ! Rugit un garde.
- Ouais ! On nous a envoyé à l’abattoir, en toute connaissance de cause ! Reprit un autre »
Alors que les esprits commençaient a s’échauffer, le commissaire Almir pointa son pistolet laser sur un garde, et l’abattit.
« - Quelqu’un d’autre veut protester ? Hurla t’il. »
L’ensemble des gardes tournèrent leurs têtes vers l’officier le plus gradé du groupe, le sergent.
Celui-ci se sentit obliger de ne pas se rabaisser devant tout le monde, il s’avança quelque peu, et cracha au visage du commissaire.
« - De qui ce moque t’on ? L’état major tout entier c’est foutu de nous ! »
Le commissaire Almir le regarda un instant avant de s’écriait :
« - Voilà la sanction pour les traîtres ! »
Et de sang froid, il abattit le sergent.

A l’unisson, les gardes pointèrent leurs fusils laser sur le commissaire, ils l’auraient sûrement abattu, si un garde ne c’était pas écriait :
« - Vous sentez l’odeur ?
- Terra, sa… sa me brûle ! S’écria un homme, paniqué »
Personne ne l’entendit, mais a cet instant, le commissaire murmura :
« - Les portepestes… les comptables de Nurgle… »
Tout les hommes se tournèrent vers lui, désemparé. Il y avait déjà deux gardes qui se tordaient de douleur a même le sol, des plaies s’ouvrant et se refermant sur leurs corps, des bubons et cloques apparaissant sur le bras et leurs visages.
« - Que devons nous faire ? Hurla un garde.
- SUIVEZ MOI ! Ordonna Almir »
Et tous partirent, espérant trouver un abris sur.

_________________
« Il n’y a de bien en cette vie que l’espérance d’une autre vie. »
- Blaise Pascal
Revenir en haut Aller en bas
Gulliman

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Jeu 25 Juin 2009 - 15:57

Chapitre 2 : Nurgle (Partie 3) < PAR KIRBITAN!


-Repli dans le bâtiment ! Hurla le commissaire Almir.
Les impériaux se bousculèrent pour renter dans l'édifice en ruine et en flamme.
-Mettez vous à l'abri dans les pièces et surtout, ne faite aucun bruit.
Amenos et Hugonol se jetèrent de chaque coté d'une fenêtre à moitié brisé et ils attendirent.
Les mains des soldats posés sur leur fusil laser tremblaient. Les fidèles guerriers de l'Empereur s’assiirent, leur dos appuyés sur le mur.
" - 4... 5... 6... Firent soudainement des voix gutturales "
Le visage du commissaire commença a s'assombrir, tout les hommes comprirent alors qu'ils couraient un grand danger, Amenos tourna son regard vers Almir, qui lui intima le silence du regard.
" - 9... 10... 11..."
Les gardes commencèrent a s'agiter, l'odeur et l'atmosphère devait invivable, et a travers les fenêtres du bâtiments ou ils s'étaient cachés, ils virent une vingtaine de démon s'engageait dans la rue.
" - 13... 14... 15... "
La procession de démon avait déjà dépassé l’abri des gardes lorsqu'un homme laissa tomber son fusil sur le sol dans un grand bruit, la lanière qui retenait l'arme ayant craqué. Les yeux écarquillé, le regard horrifié, le garde commença a s'excuser du regard, mais le mal était fait, les voix guttural des démons c'étaient tus.
Hugonol glissa un regard vers l'extérieur, par la fenêtre et lâcha un cri de peur primaire. Tout les démons s'étaient tournés vers l'abris, et commençaient a s'avançaient vers eux, leurs épée et leurs griffe raclant sur le sol . Le soldat sursauta : Leur peau est teintée de vert ou de la couleur de la boue, des plaies béantes couvrent leur corps entier, du pus et du sang s'écoule continuellement de leur œil unique, d'indicibles ordures recouvrent leurs mains et leurs pieds griffus .

Le soldat n'en avait jamais vu et il fut surpris, au point de vomir à tel point cette abomination l’écoeurait. Même Amenos Yeug, qui pour Hugonol, était un grand guerrier avait une expression d'horreur et de peur.

Quand le commissaire Almir vit que les Portes pestes il cria :
-On se repli ! Lance-roquette ! Percez moi un trou dans le mur derrière ce meuble !
Au moment ou les Portes pestes pénétrèrent dans le bâtiment, ce fut alors le chaos total. Les premiers malchanceux à se faire foudroyer par les épées des démons étaient réduit en charpie. Les hérétiques massacraient tout les impériaux sur leur chemin. Des giclées de sang à chaque impact ainsi que des membres voltigeaient en tout sens. Des bubons verts commençait déjà a se formaient sur tout les cadavres. La peste se répandait en leur corps.

Amenos et Hugonol qui étaient à l'autre bout du bâtiment s’en allèrent vivement vers le trou béant infligé au mur grâce au lance-roquette. Les quelques survivants de l'attaque passèrent par la crevasse en courant à toute vitesse.
-ALLEZ ALLEZ ! Hurla Almir.

Hugonol jeta un regard en arrière : le commissaire restait la planté, avec un poignard dans chaque main.
-VENEZ ME CHERCHER POURRITURE D'HERETIQUE ! Ricana t’il.

Le premier porte peste leva son épée mais le soldat de l'imperium contra avec un de ses couteaux, et planta le deuxième dans l'oeil unique du rejeton du Warp.
Ce dernier fit un pas en arrière en poussant des cris de douleur. De ses cinq doigts, le survivant dégoupilla tout ses grenades à sa ceinture et murmura une injure avant de se lancer dans le groupe de chaotique. Les membres d'Almir se détachèrent et deux hérétiques succombèrent face à la détonation. La poussière envahissait désormais la pièce. Les impériaux en profitèrent pour foncer vers un nouvel abri.


Quand soudain, un nouveau groupe d'impériaux accompagné d'une sentinelle firent leur apparition. Amenos leur hurla en prenant une pause à chaque mot pour reprendre son souffle :
-On a été attaqué… par des portes peste… et… et voici ce qui reste de notre escouade ! Ils ne vont pas tarder à arriver, il faut que vous nous aidiez !
-Du calme soldat, répondit calmement le pilote du char, on va vous aider à les repousser.
-On va se faire massacré à vingt chaotique contre une quinzaine de garde ! Cria Hugonol
-Bon mettez vous à couvert derrière ces murets en pierre, avec ma Sentinelle je vais vous faire un tir de couverture pendant que vous allez vous replié vers le nord pour rejoindre le deuxième régiment. Compris ?
Amenos acquiesça suivi de ses compères.
Les portes pestes marchaient lentement vers les impériaux, quand le bruit de la sentinelle ébranla la vaste ville de son auto-canon. Les autres soldats de l'Empereur tiraient sur les hérétiques, mais sans effet visiblement.

Le pilote hurla dans la radio qu'il était temps de se replier, et ils s'exécutèrent en poussant un nouveau« pour l’Empereur ». Devant eux, une bataille opposant les impériaux et rebelle désormais soutenu par quelques groupes de démons. Les loyaux guerriers de l'Empereur étaient dominés en quantité et en talent. Le groupe de survivant se jetât à couvert aux cotés des loyalistes quand l'un d'eux s'avança en se baissant pour éviter les balles vers Amenos :
-C'est vous les renforts ?!
-Apparemment ! répliqua ce dernier.

Alors que les tirs fusaient de part et d'autre du casque d’Hugonol, un autre garde impérial arriva en boitant vers les forces de l'Imperium en criant :

-Des Spaces marines du Chaos ! Ils ont tout détruit ! Hurla-il
-Combien était-il
-Je ne sais pas ... Une dizaine !
- L’Empereur nous gardes… murmura Hugonol.

Hugonol ne comprenait pas la réaction du sergent. Ces Spaces marines corrompus sont-ils si puissants que ça ? Une détonation assez puissante projeta soudain un garde au sol, un trou béant dans la poitrine.
« - LES VOILA ! Hurla un Garde. »
Et en effet, surgissant de la fumée et des ténèbres, se mêlant au flot de rebelle et démons, une dizaine D’Astartes se jeta sur les survivants impériaux.
« - MORT AU FAUX EMPEREUR ! »

_________________
« Il n’y a de bien en cette vie que l’espérance d’une autre vie. »
- Blaise Pascal
Revenir en haut Aller en bas
Lupercal_06

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 29/06/2009
Age : 24
Localisation : Derrière toi^^

MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Lun 29 Juin 2009 - 10:44

Et Salut à toutes et à tous :salut:
Je vois que tu est déjà là Gulliman ! Je vais donc reposter ma fic
Continue comme ca c'est toujours aussi bien :-)
Revenir en haut Aller en bas
Gulliman

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Lun 29 Juin 2009 - 10:59

Ouais, un Commentaire !
Bienvenue Lupercal, j'espere que tu commenteras autant ici que sur Jv.com, parce qu'ici, sa se bouscule par au portillon ^^
:D

EDIT : n'oublie pas de te présenter dans la partie prévus a cet effet :)

_________________
« Il n’y a de bien en cette vie que l’espérance d’une autre vie. »
- Blaise Pascal
Revenir en haut Aller en bas
Lupercal_06

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 29/06/2009
Age : 24
Localisation : Derrière toi^^

MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Lun 29 Juin 2009 - 12:19

Ah oui juste une chose qui me chagrine :
"Quand soudain, un nouveau groupe d'impériaux accompagné d'une sentinelle firent leur apparition. [...] -Du calme soldat, répondit calmement le pilote du char, on va vous aider à les repousser. "
Vous voyez pas ?
Ben la sentinelle c'est pas un char c'est un marcheur !
Sinon c'est cool !
Revenir en haut Aller en bas
Shas_O_Gollum

avatar

Messages : 274
Date d'inscription : 22/02/2009
Age : 24
Localisation : Egaré quelque part entre T'olku et Lybaras, je cherche mon Précieux...

MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Lun 29 Juin 2009 - 13:03

Votre fic est vraiment sympa, le scénario m'a l'air pas mal du tout...
Par contre, il y a beaucoup de fautes (d'orthographe, de grammaire).

Si ça vous tente, je propose de vous corriger les fautes pour la modique somme de rien du tout. La lecture n'en sera que plus agréable...
C'est comme vous voulez !! En tout cas, ontinuez, c'est prometteur.

_________________
It's Arma-goddamn-motherf*cking-geddon...

http://dowmod1.forumactif.com/fanfic-f18/fic-tar-kaan-t30.htm
Revenir en haut Aller en bas
Gulliman

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Mar 30 Juin 2009 - 15:08

Shas_o, tu es sérieux ?
Si oui, rentre moi vite sur MSN !
MERCI A TOI, j'ai beau corrigé toutes les fautes que WORD trouves, il en reste pas mal j'ai l'impression.
Encore merci, dépèche toi de me rentrer :)

_________________
« Il n’y a de bien en cette vie que l’espérance d’une autre vie. »
- Blaise Pascal
Revenir en haut Aller en bas
Gulliman

avatar

Messages : 295
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 22

MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Jeu 2 Juil 2009 - 11:07

Et oui ma bonne dame, enfin la suite.
Maintenant qu'il y a beaucoup de concurence... :(

Chapitre 2: Nurgle (partie 4 par Gulliman)

« - MORT AU FAUX EMPEREUR ! »

C’était comme si le cœur d’Amenos avait cessé de battre, son cerveau avait cessé de marcher, ses jambes refusaient désormais de le porter. De nombreux picotements lui parcouraient le corps, son sang avait du mal à irriguer ses muscles et son organisme en général.
Les hommes autour de lui commencèrent à se mettre à couvert, mais même les épaisses cloisons effondrées derrière lesquels ils s’abritaient peinaient à tenir bon face aux tirs de barrage toujours plus dense et puissant des rebelles et des renégats.

Comme s'il était en train de mourir, Amenos s’effondra au sol, le corps parcouru de tremblements qui allaient en s'amplifiant. Quelques secondes plus tard, le médic se jeta à ses côtés, s’éraflant du même coup les genoux contre le sol couvert de débris, versant ainsi un peu de son précieux sang.
« - Amenos, Amenos qu’est ce qu’il t’arrive ? »
Il était visiblement choqué par l’état de son camarade de compagnie.

Mais Amenos n’avait pas perdu que ses facultés motrices. En fait, il n’entendait plus rien ; pour lui, les lèvres du médic s’agitaient en silence et les alentours étaient pour lui calmes et paisibles. Nulle trace de l’aboiement des bolters et du claquement sec des fusils lasers de ses compagnons. Juste la paix.
Il ne vit pas Erik Malard, son ami de section, se faire déchiqueter par le souffle d’une grenade. Il ne remarqua pas Yogis Tarak qui était allongé sur le dos, essayant d’arrêter le flot d’hémoglobine qui s’écoulait du moignon de sa jambe, une blessure causée par l’explosion d’un bolt renégat l’ayant sectionnée au-dessus du genou. Il n’entendit même pas Borg Tom qui s’époumonait à terre, le tronc séparé des jambes par un tir chanceux de lance-grenades. Pourtant, ce Borg Tom hurlait fort, il hurlait de douleur, implorant tout les Saints qu'il connaissait et l’Empereur lui-même, de bien vouloir abréger sa souffrance.

Tout ce qu’il vit, dans cette horreur, ce fut le médic, s’effondrant sur son buste, le torse traversé de part en part d'un tir de laser. Là, affalé au cœur d’un enfer sans nom, fixant le visage affreusement déformé par un rictus de souffrance du médic, gisant au milieu des corps de ses camarades, il se mit à entendre une multitude de cris, fusant autour de lui. L’ouïe était en train de lui revenir. Il percevait les sons faiblement d’abord, comme si on lui avait placé la tête sous l’eau. Puis, comme s'il en émergeait, l’enfer qui se déroulait autour de lui reprit sa dimension d’apocalypse sonore et ses tympans vrombirent un instant sous ce tonnerre de décibels.

« - Médic ! Hurla un homme à sa droite. »
Amenos reconnut Hugonol. À vrai dire, l’homme avait le visage couvert de plâtre et de sang et Amenos ne le reconnut pas immédiatement, tellement son uniforme avait été malmené. On aurait pu croire qu’il s’agissait d’un rebelle.
« - Tu es blessé ? Interrogea-t-il.
- Non… c’est… c’est le sang d’Arnolf. »
Il avait dit cela en désignant un cadavre derrière lui.
« - Qu’est ce qui lui est arrivé ? demanda Amenos avec un haut-le-cœur.
- Un rebelle lui a sauté dessus et a dégoupillé une des grenades à fragmentation qu’Arnolf portait sur le torse… et… enfin, voilà.
- Quel foutu merdier, marmonna Amenos »

____________________________

« - Général Pacino ! Général Pacino ! »
Les couloirs du bunker de commandement étaient bondés, mais le commandant Yord Kirstan parvint tout de même à atteindre le général.
« - Général Pacino, mes forces sont attaquées par une importante force de renégats, il faut agir ! Et vite !
- Commandant Kirstan, auriez-vous par hasard oublié que les Iron Hands s’apprêtent à lancer l’assaut ? demanda calmement le général.
- Cela fait deux heures général, deux heures !
- Deux heures que quoi ?
- Deux heures qu’ils auraient dû lancer leur attaque sur les flancs des troupes renégates ! s’exclama Kirstan.
- Raison de plus de ne pas débuter d’offensive. Ils attaqueront d’ici peu, ayez un peu confiance mon garçon… »
Sans plus de cérémonie, le général Pacino s’éloigna.
« Idiot » Pensa Yord « Imbécile pourri par l’orgueil » Puis il s’écria :
« - VOUS ALLEZ PECHER PAR EXCES DE CONFIANCE, GENERAL ! »
Mais l’autre ne sembla pas l’entendre ou, en tous cas, il ne réagit pas.

____________________________


« - Pourquoi ne balayons-nous pas ces vermines de Gardes Impériaux, seigneur Diséasès ?
- Patience… depuis que je t’ai nommé lieutenant, tu n’as pas cessé de réclamer des combats… que souhaites-tu donc, Geft ?
- Le combat seigneur… et servir Nurgle !
- Les Iron Hands arrivent, ils pensent pouvoir nous anéantir… prends la moitié de nos forces, et prépare toi à les accueillir… ne me déçois pas…
- J’y veillerai seigneur ! »

____________________________


« Si on reste là, on est mort… » Pensa Amenos.
En effet les rebelles, soutenus par une poignée de renégats, procédaient toujours à un tir de barrage soutenu vers les positions impériales et bien que l’arrivée d’un groupe d’une cinquantaine de Gardes ait augmentée le moral du côté des justes, la situation restait catastrophique.
Les morts et les blessées se comptaient par dizaines désormais, si ce n’était pas par centaines et à la vue du rassemblement que les rebelles et les renégats étaient en train d’effectuer, il y avait fort à parier qu’ils s’apprêtaient à lancer un assaut massif sur les forces impériales.
Soudain, les tirs cessèrent brusquement.
Le silence qui s’installa effraya encore plus Amenos que le chaos qui régnait auparavant. C’était un silence inquiétant, un silence plus atroce que tous les cris de douleur du monde. Un silence seulement troublé par les cris des blessés et les ordres que les officiers impériaux encore en vie criaient à s’en casser la voix.
« - Installez-vous sur une ligne, ne tirez que quand je l’ordonnerais ! Commanda l’unique sergent qui subsistait parmi les survivants aux alentours d’Amenos. Parker ?
- Oui sergent ? répondit l’homme.
- Tachez de me trouver une radio. Si possible, avant qu’on soit tous bon pour la morgue, ou la fosse commune.
- Oui sergent ! »
Rapidement, les soldats impériaux installèrent une sorte de barrage qui couvrait toutes la rue dans le sens de la largeur. Bien entraînés à ce genre de tâche, ils prirent soin de mettre en place des positions pour les éventuelles armes lourdes. Composé de terre et de débris de bloc d’habitation ou de restes carbonisés de char, la barricade semblait a même de recevoir une charge, même menée par des Renégats, même si ces renégats étaient des membres de la Death Guard.
Une fois la mise en place des fortifications finie, la plupart des gardes choisirent un emplacement et s’y installèrent, heureux que l’échange de tir eut cessé. Du coin de l’œil, Amenos distingua le soldat Parker revenir avec une radio, qui alla apporter au sergent qui marmonna un vague remerciement avant d’essayer de contacter des renforts. Le soldat Parker se dirigea alors vers Amenos, puis il y déposa tout son barda.
« - Foutu merdier hein ! s’exclama t-il en s’asseyant à même le sol.
- On se connaît ? rétorqua Amenos.
- Bah… une bataille de ce genre, ça rapproche, non ? »
« Crétin. Pensa Amenos »
« - Ouais, sa rapproche, grogna-t-il finalement. »
Puis il sortit une méta cigarette de sa poche, l’alluma et tira une bouffé.

__________________

« - Comment sa pas de renfort ? S’écria Turgot, le dernier officier parmi les survivants.
- Désolé, mais le général Pacino ne veut pas envoyer de renfort sur le front avant l’arrivée des grands Iron Hands sergent, répondit une voix monotone à la radio
- Les Iron Hands ?! ricana l’officier. Parlons en, ils sont aussi présent sur le champ de bataille que nos chars !
Il partit dans un rire nerveux.
- Modérez vos propos sergent. Toujours est-il qu’ils doivent prendre part au conflit dès aujourd’hui… il vous suffira de tenir jusqu'à leur arrivée !
- C’est plus facile à dire qu’à faire ! Quatre cents vingt six hommes, voilà mes effectifs, vous savez à quoi je vais devoir me frotter ?
- Écoutez sergent je…
- Sûrement deux milles rebelles ! Deux milles ! Plus une poignée de renégats, alors bouge ton cul, et envoie moi ces putains de renforts !
- Les Iron Hands suffiront amplement sergent, se sera tout. »
Et la communication fut interrompue.
« Encore faudrait-il qu’ils viennent… pensa Turgot. »

______________________


L’attente venait de débuter.
C’est la minute divine, l’instant qui décide de la vie d’une centaine d’homme. Amenos remarqua alors qu’il avait cessé de faire beau et qu’il commençait à pleuvoir. Au loin, on percevait même le grondement de l’orage. La tension avait commencé à retomber, quelques hommes avaient même commencé à fumer une cigarette lorsque l’assaut débuta.
Des milliers de gorge hurlèrent à l’unisson une sombre prière à leur dieu sombre avant de s’élancer à l’assaut. Ils étaient armés de fusils laser volés ou d’épées et de dagues, parfois même, ils ne possédaient rien, aucune arme, seulement leurs mains. Mais tous pourtant avaient un côté effrayant et violent. Parmi eux, on discernait les silhouettes imposantes des renégats, cherchant à arriver les premiers au corps a corps et bousculant pour ce faire les rebelles qui se tenaient entre eux et les loyalistes dans des chocs aussi violents que deux chars se rentrant dedans.
Amenos n’en fut pas sûr, mais il crut discerner au pied des rebelles d’étranges petites choses vertes, semblables à d’innombrables vagues de limaces déferlant vers les rangs impériaux.
Comme pour le sortir de sa torpeur, un cri puissant résonna soudainement parmi les rangs impériaux.
« - FEU ! »
La première salve partit, abattant plusieurs centaines de rebelles dans un formidable bain de sang. Mais, telle une marée inexorable, le reste des forces ennemies piétina les infortunés camarades tombés et continua sa charge vers les Gardes Impériaux.
« - FEU ! »
Tirant à l’unisson, les loyalistes fauchèrent les rangs adverses. Amenos fut même certain de voir un renégat s’effondrer sur le sol dans une mare de sang après que des tirs de lance grenades l’aient atteint à plusieurs reprises.
« - CONCENTREZ-VOUS SUR LES RENEGATS ! SUR LES RENEGATS ! »
Obéissant aux consignes de leur officier, les gardes impériaux pointèrent leurs fusils vers les renégats qui chargeaient parmi la masse de rebelle qui s’avançait vers eux. Un canon laser installé depuis peu fit feu, jetant un des Astarte renégat a terre dans une bouilli de pue et de chair gangrenée.
« - POUR NURGLE ! Hurla le flot d’ennemis. »
Et, alors qu’il aurait suffit d’une poignée de secondes pour qu’ils atteignent les lignes impériales, plusieurs immenses bloc de fer et de plastacier vinrent les percuter de plein fouet dans un bruit sourd, secouant le sol et déchirant le ciel… des modules d’atterrissage Space Marines portant les armoiries des Iron Hands ; une main, que l’on devinait bionique, de couleur grise, sur fond noir.
On aurait désormais pu confondre la bataille avec un trompe-l’œil, car, à l’arrivée des modules, tout les combattants, sans exception, qu’ils soient loyalistes ou pas, se figèrent, tournant leurs têtes vers les trois modules qui venait d’heurter le sol.
Cependant, lorsque le premier tir de bolter se fit entendre, la bataille reprit où elle s’était arrêtée.
Les rebelles étaient encore des milliers, les renégats étaient encore au nombre de trois. Mais qui, qui dans l’univers pouvait se targuer de pouvoir tenir tête à deux escouades tactiques Space Marines et à un dreadnought vénérable ? Personne. Et les membres de la Death Guard furent là pour le prouver. Ils furent anéantis par le feu croisé des Space Marines et des gardes impériaux.

« - LA CHAIR EST FAIBLE ! Clamèrent-ils lorsque le dernier rebelle s’effondra sur le sol.

_________________
« Il n’y a de bien en cette vie que l’espérance d’une autre vie. »
- Blaise Pascal
Revenir en haut Aller en bas
Lupercal_06

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 29/06/2009
Age : 24
Localisation : Derrière toi^^

MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Jeu 2 Juil 2009 - 11:47

J'aime bien (va savoir pourquoi^^)
Continue :ok: !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   Sam 8 Aoû 2009 - 14:09

Oué c'est super cool ! Je veu une suite !!!!!!!!!!!! :bave:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fic en Duo : Le bien Impérial.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fic en Duo : Le bien Impérial.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cuirassé impérial
» Un Thunderbolt Impérial... ça cartonne pas mal
» [Background/Officiel] Calendrier impérial
» Aigle Impérial
» [Imperium] Début de flotte impérial en 710pts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galaxy in Flames :: Librarium :: Fanfic et créations perso-
Sauter vers: