Galaxy in Flames

Un forum pour les passionnés de Warhammer 40.000 dans son ensemble
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Forge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Forge   Mer 17 Juin 2009 - 17:23

Une fic plutôt volumineuse, que j'écris à un rythme variable sur le forum Dawn of War 2 de jeuxvideo.com. J'ai déjà écrit et posté 27 chapitres, de tailles extrêmement variables.
Je vais poster un grand nombre d'épisodes plus ou moins rapidement ...




Forge


Nous sommes dans un futur lointain, à l'aube du 42e millénaire. Depuis plusieurs milliers d'années, l'humanité mène de sanglantes batailles pour sa survie, affrontant de terribles menaces, telles que les vagues d'Orks ou la magie du Chaos. Elle s'est rassemblée sous un puissant chef, connu comme étant l'Empereur, et forme l'Impérium de l'humanité, un empire s'étendant sur une grosse portion de la galaxie, se défendant avec les Spaces Marines, des guerriers génétiquement modifiés, et la Garde Impériale, innombrables soldats et blindés. Nombreux sont Ses agents, mais Ses ennemis sont encore plus nombreux.
Récemment, l'Impérium a rencontré de nouvelles menaces, chacune capable d'exterminer tous les organisme vivant à travers la galaxie. C'étaient les Nécrons, guerriers de métal sortant lentement de leurs tombeaux, et les Tyranides, essaims d'insectes monstrueux assoiffés de vie. Vers la fin du millénaire, les Flottes Ruches tyranides se sont multipliées, et une trentaine d'entre elles se taillaient un chemin à travers l'Impérium, ne laissant que de la roche sans vie derrière elles. Les Nécrons étaient alors plus forts que jamais, et des centaines de vaisseaux tombeaux avancaient lentement vers la sainte Terra. Rien ne pouvait les retenir.
Alors que tout espoir semblait perdu, des Technaugures de Mars ont découvert d'étranges documents, certifiant l'existence d'une "Forge spatiale", une usine de la taille d'une planète qui permettrait de créer une flotte de guerre opérationnelle quatre fois plus puissante que la flotte impériale à son âge d'or, en l'espace d'une poignée de jours, sans nécessiter de ressources matérielles. Une expédition prévoyant de la trouver fut mise en place, mais rapidement oubliée, car jugée trop hasardeuse. Mais, au fil des défaites impériales, il fut décidé de la mettre en place, en priant l'Empereur qu'elle apporte la sauvegarde de l'Impérium.

Des années après cette expédition, le vaisseau envoyé se posa sur un spatioport sur Terra. La rampe d'accès dévoila un garde impérial titubant, couvert de sang, qui s'effondra devant le petit comité présent. Il tenait à la main un journal personnel, qui fut rapidement mis de côté par l'Inquisition. Nous avons cependant réussi à le récupérer, et nous vous invitons à le découvrir en même temps que nous.


Dernière édition par Milleuros le Mer 17 Juin 2009 - 17:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Forge   Mer 17 Juin 2009 - 17:24

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 0. 015M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Moi, écrire un journal ? Moi, qui répugnait cette pratique douteuse ? Il faut croire que oui. Mais ce sera peut-être utile, si un jour je dois mourir, de pouvoir raconter ce qui s'est passé dans cette entreprise de fous.

Je me présente : Garde numéro 8532, première compagnie d'infanterie, 2nd Kronus WarEagle. En dehors de ces noms barbares, je m'appelle Matius Than. Je suis originaire de la planète Kronus. Quand j'étais jeune, je vivais dans la capitale, sous domination complète des xénos Tau. Mais j'avais foi en l'Empereur, et je l'ai prouvé quand les Liberators ont attaqué la ville, vers le milieu de l'année 740M41. J'avais 15 ans. Alors que les blindés avançaient dans les rues, nous nous étions terrés dans une cave, avec un petit groupe de Guerriers de feu. Nous entendions beaucoup de tirs et de cris, qui se rapprochaient. A chaque explosion, je voyais le visage du xénos devant moi se crisper, il devenait nerveux. Je priais secrètement l'Empereur pour que des Gardes viennent nous sortir de là, tout en dévisageant le Tau. Je ne crois pas qu'il m'avait remarqué. Soudain, on entendit la porte de la tour voler en éclat, et quelques cris de guerre d'origine humaine. Les xénos sursautèrent, armèrent leurs fusils, et l'un d'eux se mit à monter doucement les escaliers. Un coup de feu, suivit d'un hurlement. On le vit tomber. J'ai failli hurler à la fois de joie et d'horreur. Je détestais ces xénos, mais je n'avais jamais vu la mort. Un garde jailli par les escaliers, mais fut immédiatement cloué contre le mur derrière lui par de violents tirs bleus. Un autre garde sortit, mais connu le même sort. Puis un troisième. J'étais horrifié et enragé. Cette rage a finalement dépassé ma crainte, et j'ai bondi sur le xénos devant moi, m'accrochant à son cou. J'essayais de l'étrangler. Il lâcha son arme, et essayait de se débarrasser de moi. Mais j'étais bien agrippé. Les autres réfugiés étaient paralysés par la peur, et aucun n'osa intervenir. Les trois Guerriers de feu restants se tournèrent vers moi, mais n'osaient pas tirer sur l'un de leurs compatriotes. Enfin, deux Gardes arrivèrent, armés de lance-plasma. Ils abattirent en quelques salves les xénos armés, puis l'un d'eux planta sa baïonnette dans la tête de mon Tau.
Je ne me souviens plus exactement de ce qui s'est passé par la suite. Ce que je sais, c'est que j'ai rapidement été intégré aux forces du gouverneur Alexander, et que j'ai attrapé la réputation de "Tueur de xénos" au sein de ma compagnie. J'ai eu mon heure de gloire dans les terres du nord, en éliminant deux escouades de corps-à-corps eldars à moi seul, le reste de mon escouade avait sauté sur une mine. Je me souviens aussi que je m'étais fait une place dans la liste d'élimination des snipers xénos.
Puis cette guerre s'interrompit brutalement. Les damnés Blood Ravens ont assassiné le Gouverneur, et ont démantelé le régiment. Je fus envoyé au Segmentum avec une enveloppe bizarre que m'avait remis un Archiviste. A la vue de la lettre contenue, le commissaire présent sourit, puis me félicita, sans que je comprenne vraiment pourquoi.
A la fin de la purge des Blood Ravens, il fut décidé de créer un régiment de la Garde Impériale pour défendre ce monde. Les Spaces Marines n'avaient plus rien à y faire, selon leurs dires. Je fus intégré à ce régiment, et j'ai subi différents implants et modifications pour me permettre de continuer à combattre dans des conditions optimales. Je n'ai pas non plus beaucoup vieilli.
Hier, un colonel vint me trouver. J'étais à la caserne, prenant du repos depuis le dernier assaut des Tyranides. Il me dit que j'avais été choisi pour une mission top secrète, de laquelle j'avais peu de chances de revenir, mais qui représentait un sérieux espoir pour l'Impérium tout entier. Sans dire un seul mot, je me suis tourné vers la fenêtre, et j'ai regardé les centaines de cadavres humains et tyranides sur la colline d'en face. Enfin j'ai regardé le colonel droit dans les yeux, et j'ai accepté la mission.
Je suis maintenant dans un transporteur lourdement blindé à destination de la sainte Terra. J'ignore totalement ce qui va se passer, quelle sera ma mission, et pourquoi elle est importante pour l'Impérium. Attendons.
++++++++++++++++++++++++++++++
++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 1. 015M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Je n'en peux plus des contrôles ! Nous n'avons même pas atteint le système solaire, que nous avons déjà rencontré une trentaine de psykers et d'Inquisiteurs. Je comprends qu'ils aiment la sécurité, mais là c'en est abusif. Combien de ces fous va-t-on encore rencontrer ? Et leurs regards ... C'est à en devenir cinglé, on a l'impression qu'ils sondent jusqu'à la plus petite partie de l'esprit, qu'ils nous aspirent à travers leurs narines grandes ouvertes.
Enfin ... Le voyage s'est plutôt bien passé. Aucune attaque, aucune panne, rien. J'ai vu qu'un autre garde d'élite de mon régiment a été sélectionné pour la même mission. Je ne connais pas son nom, mais j'ai entendu parler de lui à travers son surnom, "tueur de morts". Il aurait combattu et anéanti des Nécrons qui n'étaient pas dans la crypte au moment où les Eldars y ont posé une bombe. Il est lui aussi un peu fou, et est frappé d'une frénésie meurtrière quand il fait couler le sang. Il aurait tué des milliers de xénos. Recrutent-ils les meilleurs ?
Je viens de jeter un rapide coup d'oeil par le hublot. Nous avançons plus vite que prévu. En effet, nous venons de passer relativement près de la lune Titan. J'ai entendu des rumeurs selon lesquelles ce serait une base de l'Inquisition, enfin bref. Je me demande pourquoi nous ne passons pas par le Warp pour rejoindre Terra.

++++++++++++++++++++++++++++++
++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 2. 015M42
++++++++++++++++++++++++++++++

20 contrôles plus tard ... nous voilà en approche de la magnifique Terra. On peut la voir par les hublots à l'avant du vaisseau. Quelle beauté ! Elle dégage une sorte d'aura qui la rend vraiment impressionnante. On voit déjà les premiers bâtiments qui se dessinent. Est-ce le palais de l'Empereur dont j'ai entendu parler ? Le trône d'or de Terra ? Que c'est beau. Surtout quand je pense que toute l'aventure de l'Impérium est partie de là.
Des centaines de vaisseaux naviguent autour de la planète. Vaisseaux de guerre, vaisseaux marchands, et d'autres.
Tiens, on m'appelle pour une procédure d'approche. J'espère que ce n'est pas un autre contrôle.

++++++++++++++++++++++++++++++
++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 3. 015M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Enfin arrivé. Que c'est grandiose ! A peine sorti de la soute du transport que je fus ébloui par la lumière que dégageait la ville. Le soleil brillant baignait les bâtiments dans une douce lumière dorée. La plateforme de l'astroport, en hauteur, donnait sur le coeur de la cité et ses pointes célestes. Terra la magnifique, Terra la sainte, se dévoilait sous mes yeux. Au loin se dressait Son palais. Il surplombait toute la ville, dressant une forêt de monuments. Je passai facilement une dizaine de minutes à l'admirer, ébloui par la perfection des tours. Même les batteries de missiles, déployant leurs canons vers le firmament, semblaient représenter la beauté à l'état pur. Je remarquai que mon collègue avait un regard morne, presque ennuyé, sur la cité merveilleuse. Il ne sait pas ce qui est beau.
Je me suis ensuite penché, pour regarder le bas de la métropole. Des millions de personnes avançaient sur de longue plateformes serpentant à travers les tours. On pouvait y distinguer bon nombre de gardes qui patrouillaient, et des milliers de policiers. Moi qui en avait marre des contrôles, j'allais être servi.
Les plateformes surplombaient une sorte de brouillard, d'un gris vert étrange. Impossible d'y distinguer quoi que ce soit. Je me demande ce qui s'y cache, quels mystères recèlent Terra.
Alors que j'observais ça, pénétré par les énergies dégagées, un petit appareil s'arrêta devant nous. Une poignée de gardes, deux psykers et un grand homme, mince, sec, et bien habillé, en sortirent. Les gardes portaient l'uniforme des régiments d'élite de Terra, et étaient lourdement armés : lance-plasma, lance-flammes purificateurs, l'un d'eux avait même un bolter. Ils se sont immédiatement déployés autour de nous, nous encerclant, prêts à tirer. J'entendis mon collègue chuchoter quelques jurons que je ne vais pas retranscrire ici. Nous nous sommes mis dos à dos, mais sans armes ni armures, nous ne pouvions rien faire.

Les psykers s'avancèrent, et se postèrent en face de nous. Celui devant moi me prit la tête de ses mains moites, et me força à le regarder droit dans les yeux. Je me suis laissé faire, car je n'aimais pas l'idée de finir carbonisé sur Terra. Le regard du psyker était d'abord neutre, perdu, puis commença à briller, en même temps que tout ce qui nous entourait se fondait dans un rose-violet, avant de virer au noir. Ses yeux se rapprochèrent violemment de moi, me plongeant dans l'obscurité la plus totale. Puis, une sorte de film commença. Le film de ma vie. J'ai revu les joies de mon enfance dans la campagne de Kronus, la peur de vivre sous la domination des Taus, les sanglantes batailles d'Ashari. Tout défilait rapidement. Jusqu'au moment de l'attaque des Blood Ravens contre les fidèles de l'Empereur. Tout ralentissait à mesure que je tirais sur les marines. Le défilement s'arrêta au moment où je vis ce devastator tomber sous mes tirs. Je revis la scène sous tous les angles, voyant le sang s'envoler au moment où mon laser atteignait sa tête non protégée, voyant le bolt qui frôlait mon oreille. Pour peu, j'aurais pris sa place. Puis, je le vis s'effondrer au ralenti. Je me vis me cacher, regarder mes mains et mon arme, avant de retourner au combat. Puis le défilement repris à pleine vitesse, jusqu'à un autre marine que j'avais tué. La même scène recommença. Puis je revis cet archiviste, qui a tué un à un tous les membres de mon escouade. Je le vis transpercer la tête d'un ami intime. Il s'approcha de moi, me donna un coup de son bâton sur les jambes, puis pointa son pistolet sur moi. Mais, au lieu de tirer, il se contenta de me désarmer et de me faire prisonnier.
Le défilement recommença, jusqu'à l'arrivée sur Terra. Soudain je revis le psyker, son regard perdu, qui me tenait la tête. Il me lâcha et s'éloigna. "Le tarot n'a pas menti. Matius fera un excellent élément de cette mission ... à moins que ...", dit-il d'une voix sèche, sans finir sa phrase. Je m'effondrai. Je ne sentais plus mon corps. Sa voix pénétra tous mes os, me faisant vibrer de partout. Je sentis venir des mots du fond de mon âme, des mots qui voulaient s'échapper de par ma gorge. Ils se frayaient un chemin dans ma bouche, torturant chacune de mes dents. J'ai décidé de leur donner ce qu'ils voulaient, et ouvert ma bouche dans un grand cri, les laissant partir. J'ignore toujours ce qu'ils étaient. Je n'oublierai jamais ces mots, ils sont comme ancrés dans mon esprit.

A ce moment, la douleur disparut complètement, et j'étais de nouveau complètement sain. Je me suis rapidement redressé, désorienté. Les gardes autour avaient baissé leurs armes, et semblaient choqués. Je me suis tourné vers mon collègue, pour le découvrir agenouillé à terre, complètement contracté. Il disait : "Fous ... ils sont tous fous. Je tuerai ces fous, tous ! Ils ont ignoré l'Empereur, ils goûteront mon épée !". Ce dernier mot se noya dans un effroyable cri de douleur. Avant même que je ne comprenne ce qui s'était passé, il s'était relevé et paraissait en forme, bien qu'un peu déboussolé. Il me regarda droit dans les yeux, il semblait effrayé, et je crois que je l'étais aussi.

L'homme sec s'avança vers nous. Je ne me souviens plus exactement de ce qu'il a dit, mais s'est excusé du traitement, et a révélé que ces psykers étaient des maîtres interrogateurs. Il s'est ensuite présenté, un certain Calto, l'un des hauts seigneurs de Terra. Nous ne disions rien. Il nous a ensuite conduit dans de beaux appartements, et nous a dit qu'il fallait maintenant attendre les autres membres de la mission, que nous étions les premiers arrivés. Il proposa aussi de nous faire visiter la région proche. J'ai accepté, et il viendra me chercher d'ici une heure. Mon collègue (qui s'appelle Dalmius, je lui ai demandé finalement), préfère rester ici. Il a l'air vraiment bouleversé.

J'ignore toujours ce que ces interrogateurs ont réellement fait, et qu'est-ce que j'ai dit. J'imagine que Dalmius est passé par le même chemin que moi, et que cette phrase étrange étaient les mots qui le torturaient.

++++++++++++++++++++++++++++++
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Forge   Mer 17 Juin 2009 - 17:28

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 4. 015M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Terra la déchue

Je ne pensais pas trouver ça sur Terra, mais pourtant, ça y était. Sur la planète sainte de l'Impérium.

Il y a quelques heures, le haut seigneur est venu me trouver, suivant sa promesse de me faire visiter la ville. Nous avons donc commencé à marcher sur les plateformes, et à visiter la ville. Je me sentais tout petit à côté de ces écrasants bâtiments. Mais je regardais moins leurs pointes que leurs bases. Le brouillard verdâtre m'intriguait, et je me penchais assez souvent pour espérer le percer, jusqu'à que mon hôte le remarque. "C'est la pollution de la ville, suffisamment lourde pour rester au sol." me dit-il. "Les bases des bâtiments y sont noyées, mais il n'y a rien là-dessous. Rien ne pourrait vivre dans une atmosphère si contaminée." Plus ou moins convaincu, nous continuâmes à marcher au hasard à travers la ville. Et ce jusqu'à que mon hôte reçoive un message le demandant sur un astroport. Il me conseilla de rentrer avant la nuit, et me donna une carte holographique du quartier, avec le chemin indiqué pour le retour. Le haut seigneur partit en trombe.

La carte m'intriguait. Je voyais clairement les plateformes dessus, et l'une d'elles semblait mener directement vers mes appartements. Cependant, le chemin inscrit par le seigneur faisait un énorme détour. Alors j'ai décidé de couper droit, et de ne pas suivre ses conseils.
Le chemin était presque désert. Je ne voyais que des gens allant vite, 1-2 à la minute au plus. Je me demandais pourquoi il n'y avait personne, tandis que les autres étaient pleines à craquer. J'ai su par la suite pourquoi.

Après quelques minutes de marche, j'ai vu un grand escalier qui descendait. Il s'enfonçait dans la purée verte-grise au-dessous. Pourquoi y avait-il une voie vers un endroit condamné ? Je commençais à m'éloigner, quand j'y ai vu un flash lumineux, accompagné d'une détonation, et suivi de cris. J'ai immédiatement pensé à un tir d'arme à feu, de vieux modèle. Décidément trop curieux, j'ai décidé d'y descendre. J'avais sur moi un pistolet laser Mk.II, que je sortis et armai. J'ai ensuite activé mon détecteur de substances toxiques, et j'ai commencé à descendre les escaliers.
Après 5 minutes de descente, je pose enfin le pied sur le sol. J'étais en-dessous du brouillard, je voyais clairement ... ce que j'aurais préféré ne pas voir. Contrairement à ce que m'avait dit le seigneur, la vie était bien présente ici ... mais quelle vie ? Je voyais des hommes malades, mutilés, à moitié nus, qui se traînaient lamentablement. L'un n'avait plus de jambes, l'autre regrettait son bras gauche. Un troisième était défiguré par une brûlure, et un quatrième avait muté en un monstre bicéphale. Ils vivaient là, sur le sol le plus saint de l'Impérium, mais pourtant complètement oubliés. Mutants gémissants, monstres dépecés, xénos mutilés, et de la vermine à profusion. Plus loin gisait une espèce de nain, transpercé par une balle. Il avait visiblement été dépouillé de ses habits. Il gémissait encore. Mais vu que l'un de ses bras avait été récemment arraché, qu'il avait été mutilé et qu'il semblait souffrir atrocement, j'ai décidé de l'achever. S'il y a quelque chose après la mort, j'espère qu'il ne souffre pas.
Rangeant mon arme, je me suis mis à marcher à travers ces rues. A chaque coin se trouvait un autre monstre, et chacun d'eux me tordaient le coeur. J'entendis soudain un cri : "Reviens ici chienne voleuse !". Juste après, j'ai vu une jeune fille, les habits débraillés, tenant un bout de pain, venir en courant. Elle était poursuivie par un homme assez hideux, brandissant un sabre. Je sortis immédiatement mon Mk.II, mais la fille trébucha et laissa tomber son butin. L'homme s'empara du morceau de pain et repartit. J'observais cette fille qui se relevait péniblement. Je n'ose pas imaginer combien de fois elle a été violée, surtout en voyant les regards avides des monstres alentours en sa direction. Cette pensée me fait encore frissonner.
Je me suis approché d'elle, mais, me voyant, elle s'est immédiatement relevé et s'est enfuie dans une ruelle. Je n'ai pas tenté de la poursuivre.
Quand j'y repense ... sa beauté surpassait de loin toutes les figures connues qui font baver les gardes à travers l'Impérium. Elle ne mérite pas de traîner dans les sombres ruelles de Terra, mais mériterait aisément d'être une commandante des Sœurs de Bataille, ou alors un seigneur. Je n'oublierai pas le regard qu'elle m'a jeté quand je me suis approché. On pouvait y lire toute une vie de misère, de souffrance et de peur. Et pourtant, quelle beauté ...

J'en avais marre de tant de misère. Je suis retourné vers les escaliers, puis je suis rentré. Je comprends maintenant pourquoi la plateforme était déserte. Les Terrans préfèrent ignorer et oublier ce qui se passe dans la basse ville, ils veulent s'en éloigner. Même le haut seigneur veut l'ignorer.
Je savais que des problèmes de ce genre étaient présents dans la galaxie, mais j'ignore à quelle échelle. Maintenant que je vois ça sur Terra, je crains que ce soit pareil pour toutes les villes de l'Impérium. Est-ce ça, la sainte lumière de l'Empereur ?

Je connais maintenant un nouveau compagnon pour cette expédition. Il s'appelle Aldenis, terminator de la 2e compagnie des Ultramarines. Il rentrait dans nos appartements quand j'y suis arrivé. Quel pilier ! Il doit faire 2m50 de haut, et ses muscles sont impressionnants. Ce doit être encore pire quand il porte son armure. Avec une escorte comme ça, on ne craint rien !

++++++++++++++++++++++++++++++

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 5. 015M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Enfin ! Cette nuit se termine !

J'ai revu le visage de la jeune fille, toute la nuit. Mais il s'entremêlait à celui du pskyer de l'astroport. Ses mots et sa voix tombaient en torrent sur mon esprit, pendant que je voyais des monstres partout. Et chacun de ces monstres me ressemblaient un peu ... Enfin je suis sorti de ces cauchemars. Que l'Empereur m'en protège !

Je me suis un peu renseigné sur Aldenis. Il a combattu durant l'attaque tyranide sur Ultramar, puis s'est fait connaître en tenant à lui seul une colline contre les adorateurs et démons du Chaos, le reste de son escouade ayant été anéantie par un obus. Il paraît qu'il a tenu plusieurs heures sous des assauts intenses, avant qu'il reçoive des renforts. Et c'est ce qui lui a valu la Crux Terminatus. Encore une sorte de héros ... Note, c'est tout de même marrant de voir un puissant terminator en habits civils, ça change.

Tiens, il y a du mouvement dehors. Je vais voir.

Alors là ! Il y a deux Spaces Marines du chapitre des Spaces Wolves qui viennent d'arriver. Eux aussi en civil, vraiment cocasse. Ils s'appellent Dandiel et Tandel, marines tactiques des 4e et 2e compagnies. Ils se sont les 2 fait un nom dans une campagne récente, en infiltrant seuls un vaisseau d'une flotte ruche et en y déposant une bombe nucléaire. Forts ...

Le haut seigneur était là aussi. Il nous a donné rendez-vous peu après manger, dans une halle de conférence proche. Il paraît que tout le monde est arrivé, mais que les autres logent ailleurs.
Je vais prendre mon enregistreur cet après-midi.

++++++++++++++++++++++++++++++


++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 6. 015M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Alors ça c'est de la mission puissante.

Après une petite marche, nous sommes arrivés dans une salle de taille moyenne. Nous étions les derniers. Ensemble, on était une trentaine, dont six Spaces Marines. Ils se remarquent au vu de leur carrure et de leur taille. D'ailleurs, l'un d'entre eux me rappelait quelqu'un, mais je ne savais pas qui. Maintenant je sais, hélas. Bref, je me suis assis au troisième rang, et j'ai attendu.
Trois personnes sont arrivées. Il y avait le haut seigneur nous ayant accueilli, un homme sombre que j'ai imaginé être un Inquisiteur, et un homme en robe blanche de l'Adeptus Mechanicus.
L'homme sombre s'est avancé, et se préparait visiblement à parler. J'ai vite allumé mon enregistreur, pour pouvoir retranscrire son discours ici. On avait l'impression qu'il s'adressait à tout un régiment, d'une voix grave et puissante :
"Serviteurs de l'Empereur ! Vous avez tous été choisis, sans le savoir pourquoi, pour une mission que vous savez être de la plus haute importance. Dans votre loyauté et votre courage, vous avez accepté de quitter vos patries pour une mission avec peu de chances de retour. Sachez d'ores et déjà que l'Impérium entier compte sur vous ! Nous traversons une ère sombre, et vous êtes la torche qui rallumera l'Impérium et purifiera les flottes xénos. Vous porterez la lumière de l'Empereur dans les régions inexplorées de notre galaxie, à la recherche d'un mystérieux objet, la Forge. A partir de maintenant, tout abandon de la mission ou désertion sera considéré comme une hérésie ! Que ceux qui ne sont pas d'accord se lèvent et partent, c'est votre dernière chance d'y échapper." Personne ne se leva.
Il se recula, laissant la place à l'homme en robe blanche. Il commença, d'une voix moins sûre et assez aigüe :
"Bien, voici quelle est votre mission. Il y a 20 ans, un Technaugure a fait une sensationnelle découverte dans les archives de notre ordre. Il a trouvé un document qui parle de l'existence, quelque part à l'autre bout de la galaxie, d'un énorme bâtiment flottant dans l'espace, capable de créer une flotte de guerre d'un seul coup. Ce texte avait la signature de l'Empereur ! C'est la preuve que cet engin existe, et il serait capable de fabriquer des milliers de vaisseaux pour sauver l'Impérium des xénos nous menaçant ! Si on en prend le contrôle, alors plus rien ne pourra se mettre en travers de la volonté de l'Empereur. Mais, la seule information qu'on a, c'est une direction à partir de Terra. Tout le reste – coordonnées, fonctionnement, formes de vie, et j'en passe – est inconnu. C'est comme chercher une aiguille dans l'Impérium. J'ai ordonné que 3 Technaugures et une centaine de petits drônes vous accompagnent. Ils vont étudier la Forge, si vous la trouvez."
Je sentais alors une vague d'inquiétude traverser les rangs. Seuls les colosses restaient inflexibles, renforçant mon avis que c'étaient des Spaces Marines.
Enfin, le haut seigneur prit la parole.
"Vous avez été choisis parmi les meilleurs soldats de l'Impérium. Pendant des années, nous avons mobilisé une armée de psykers pour vous trouver à travers toute la galaxie. Tous sont arrivés, par des méthodes différentes, à la même conclusion : Vous qui êtes présents dans cette salle serez les porteurs de la flamme de l'Empereur. Vous serez la volonté de l'Empereur dans les recoins sombres de la galaxie. Vous deviendrez notre bouclier. Vous ne faillirez pas."
Il marqua une courte pause, semblant se préparer à dire quelque chose d'important.
"Autant être franc avec vous. En ce qui concerne votre sort ... les psykers sont moins unanimes. Certains vous voient perdus dans le Warp, d'autres écrasés contre une planète, interceptés par une flotte ruche, ou éliminés. Seuls deux d'entre eux vous voient réussir, et seulement l'un d'eux vous voit revenir sains et saufs."
Grand choc. Tout le monde était terrifié. Aldenis se leva d'un coup, et lui dit : "Alors nous mourrons pour l'Empereur. Nous accomplirons notre tâche sacrée, même si nous devons tous mourir 100 fois avant !". Nous nous sommes tous levés, et avons hurlé ensemble : "Même si nous devons tous mourir 100 fois !".
Je vis l'Inquisiteur sourire. Il aimerait bien qu'on meure tous, lui.
Le haut seigneur poursuivi :
"Je n'en doute pas, terminator. Je n'en doute pas, loyaux sujets de l'Empereur. Je tiens tout de même à vous rassurer, en disant que l'un des psykers ayant vu votre réussite ne s'est encore jamais trompé, sur 8 ans de prédiction."
Je ne suis pas rassuré. Il y a un début à tout ...
"Du côté plus pratique", continua-t-il, "vous embarquerez à bord du Hell Traveller, un vaisseau construit pour la mission. Réacteurs gros et puissants, cabines spacieuses, épais blindage. Peu d'armes, par contre.
Nous allons aussi vous donner les tout derniers équipements développés. Armures énergétiques, bouclier portables, bolters et lance-plasma, et j'en passe. Vos tenues sont peintes selon les couleurs de vos chapitres ou régiments."
Tandel se leva brusquement, et s'exclama : "C'est stupide, nous devrions tous avoir les mêmes marquages !"
"Non, nous comptons sur le bluff pour cette mission. Un ennemi éventuel, en voyant un Space Wolf et un Ultramarine, pensera qu'il a affaire à 2 chapitres, et non pas à une force isolée. Il prendra peur, et commettra des erreurs."
"Oui, il peut aussi appeler des renforts ..."
"C'est un risque à prendre sergent. Enfin, je termine en vous donnant la date de départ. Rendez-vous demain, 8h, heure locale, dans les hangars au sud. Nous avons des cartes ici pour ceux qui ne savent pas comment s'y rendre. Maintenant, rompez. Et puisse l'Empereur vous protéger."

Dans quoi est-ce que je me suis mis ? J'aurais peut-être dû rester sur Kronus à tuer des tyranides ... J'aurais eu autant de chance de mourir, mais là au moins, je n'aurais pas eu un tel poids sur mes épaules ... Merde ...

++++++++++++++++++++++++++++++


++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 7. 015M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Je n'arrive pas à dormir. Quelle heure peut-il être ? 1 heure ? 2 heures ? Je ne sais pas ...
Trop nerveux pour dormir. Trop inquiet. J'envie les autres qui dorment tranquillement maintenant. Les autres ? Tiens, je peux vite les présenter ici, je ne dormirai pas de toutes manières.

Celui que j'ai reconnu après le briefing ... c'est un archiviste du chapitre des Blood Ravens, Anteas. C'est lui qui avait assassiné mes amis à Victory Bay. C'est lui qui, après m'avoir désarmé et neutralisé, décida de m'épargner. C'est lui qui m'a remis la lettre qui a fait sourire le commissaire. Trop de mystères ... et je ne peux pas lui pardonner ses actions contre l'Impérium, contrairement à l'Inquisition. Ils pardonnent aisément les chapitres des Marines, mais n'hésitent pas à exécuter un régiment entier quand seulement un garde a eu une pensée de travers ... bref.

Nous sommes aussi accompagnés de 2 marines de la légion des Mentors ... Je ne sais pas exactement ce que c'est, il me semble que c'est un chapitre qui prête des marines à d'autres chapitres ou régiment ... Ils s'appellent Tanithus et Marthis.
Il y a ensuite 18 gardes que je ne connais pas, tous vétérans de Cadia, sauf 3 qui viennent de la légion d'acier d'Armageddon. Il y a aussi un apothicaire, et 2 astropathes/psykers, plus les Technaugures évoqués par le Mechanican. C'est une équipe très polyvalente tout de même.

Bon ... Impossible de dormir. Je vais en profiter pour aller voir Terra de nuit.

++++++++++++++++++++++++++++++
Revenir en haut Aller en bas
Gulliman



Messages : 295
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21

MessageSujet: Re: Forge   Mer 17 Juin 2009 - 18:13

Personellement, ma fic préféré avec "un garde ordinaire" de Lostlord/Aleieus_Geavran ( voir forum dawn of war 2 JV.com )


SUITE !
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Forge   Mer 17 Juin 2009 - 20:44

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 8. 015M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Ca y est, me voilà à bord du Hell Traveller. Nous filons à pleine vitesse à travers le Warp, vers les secteurs inconnus de la Frange orientale de la galaxie. Nous devrions atteindre l'avant-poste impérial Formund d'ici une à deux semaines, où nous serons ravitaillés. Je crois que nous ferons également une escale dans le système de Baal.

Terra est étrange de nuit. Les rues sont arpentées par des centaines d'Arbites, qui contrôlent l'identité de chaque passant rencontré. Les gigantesques immeubles illuminés de jour n'étaient plus que des ombres menaçantes, dont les pics semblaient vouloir percer les étoiles. Mais ce n'était pas la vraie Terra ... plus pour moi. J'ai rapidement retrouvé le passage menant à la basse ville. Cette fois-ci, j'avais mis un gilet pare-balles et avait pris un pistolet plus lourd, et un bon poignard.
Sous le brouillard, la lumière était plus présente qu'en surface. Une lueur glauque et nauséabonde empêchait les rues de sombrer dans les ténèbres. Je ne reconnaissais plus rien de ce que j'ai vu avant-hier. Les monstres agonisants à chaque rue avaient été remplacés par d'autres, le sol était orné d'innombrables mares de sang et s'était bombé par endroits. L'homme que j'avais achevé n'était plus qu'un tas d'osselets rongés par un fluide verdâtre. Le pauvre. Victime de la vie.
Je suis allé arpenter les rues de cette Terra. Je voulais la connaître, je cherchais quelque chose. J'avais le temps.
J'ai erré dans les rues pendant une heure. Chaque contour était un nouveau théâtre d'atrocités, de monstruosités. Certains n'ont même pas été mutilés, autre chose les a transformés. Je ne sais pas quoi, mais au vu de l'état des lieux, je pense avoir une piste. Je commençais à en devenir malade. Tant de beauté montrée, tant d'atrocités cachées. Est-ce possible ? Est-ce possible que l'Impérium si développé ait aussi peu de considération pour ses membres ? Les hommes qui le dirigent sont-ils ignorants, ou juste cruels ? Tant de questions auxquelles je ne pourrai jamais répondre. Je n'ai pas le temps de penser à ce genre de choses, pas le temps de douter. J'espère qu'en sauvant l'Impérium de la destruction, il sauvera l'humanité de la disparition.
Après une heure de vaine recherche, je l'ai trouvée. Elle était par terre, tremblante, l'épaule ensanglantée. Une espèce d'homme s'avançait vers elle, portant une arme de poing encore fumante. Je lui ai crié de s'arrêter, le menaçant de mon Mk.XIV. Il me regarda de l'unique oeil qui lui restait, et se mit à rire, avant de lever son arme vers moi. J'ai tiré. 2 fois. Au coude et à la jambe. Il s'effondra en hurlant. Je ne savais pas que faire. Un coup de feu vint lui arracher la tête. Je me suis tourné dans la direction du tir, et j'ai vu un jeune homme, assez déformé, pointant un pistolet bolter vers le cadavre. J'étais déjà surpris de voir une telle arme là, mais ce ne fut rien quand je le vis s'avancer amicalement vers moi, me remerciant. Il faisait partie d'un gang rival, à ce qu'il m'a dit. Des guerres de gangs sur Terra ?
Il s'est ensuite tourné vers la fille, et s'approcha d'un air intéressé. Je l'ai immédiatement menacé de mon arme, lui ordonnant de ne pas s'approcher. C'était idiot, il aurait pu avoir un gilet pare-balles, et son arme aurait facilement transpercé le mien. Mais il m'a regardé, a souri, et est parti. Elle m'a alors regardé, et a essayé de se relever, avant de retomber violemment. Elle s'est alors mise à reculer à quatre pattes, avant de s'échouer contre un mur. Sans dire un mot, je me suis approché gentiment. "Toi !" cria-t-elle. "T'es le gars de l'autre fois ! Qu'est-ce que tu me veux ? Va-t-en !"
Sans y répondre, je lui ai proposé de l'amener à un bon hôpital de la haute ville. Elle semblait ne pas vouloir, mais regardait son épaule qui coulait toujours. "Essaye toujours." me dit-elle finalement. Elle se leva, s'approcha, et me fit signe d'avancer. Elle me suivait. Elle avait de la peine à marcher, alors je devais l'aider de temps à autres.
Nous avons rapidement retrouvé les escaliers, et sommes remontés vers la haute ville. L'aube pointait le bout de son nez, illuminant le sommet des tours. La fille était subjuguée. Elle regardait, bouche bée, tout ce qui nous entourait. Je lui ai demandé si elle n'avait jamais vu la haute ville de Terra. Elle me répondit que non. Personne de la basse ville n'osait ne fut-ce qu'approcher des escaliers reliant les 2 mondes. Il paraît que des raids d'Arbites déferlaient parfois dans son quartier, empruntant cette voie, et tuant assez souvent des dizaines de personnes. C'était les seules fois qu'ils voyaient les Arbites. Force de paix, force de massacre.
Les rares personnes qui suivaient les rues à ce moment nous dévisageaient, faisant des têtes toutes plus bêtes les unes que les autres. Devant ça, la fille se tenait droite, fixe. Elle est très fière, une qualité parfaite pour une officière des Sororitas. Je voyais cependant son visage se crisper. Elle perdait toujours du sang.
Nous sommes finalement arrivés à un hôpital.Un médecin nous accueillit à l'entrée, mais son sourire disparut vite au profit d'une marque de dégoût. Il vit la blessure de la jeune fille, malgré qu'elle faisait tout pour la cacher. "On ne veut pas de ... ça, ici" grinça-t-il. J'étais choqué, mais ma surprise disparut vite quand je me suis tourné vers la fille, voyant son visage qui semblait me dire un "Tu vois ?". J'ai décidé d'agir par la ruse, même si ce truc pourrait me coûter cher. Je lui ai dit que cette fille était en mission pour l'Inquisition lorsqu'elle a été blessée et dépouillée dans la basse ville, et que, l'ayant trouvée par hasard, je l'avais aidée à venir jusqu'ici. Tous deux me regardèrent bizarrement, surtout la fille. J'ai vite rajouté un petit "Je ne pense pas que l'Inquisition apprécierait qu'on ne prenne pas soin de ses membres". A ces mots, le docteur sursauta, et l'amena directement dans une chambre assez luxueuse, lui réservant la prochaine entrée à la salle d'opérations. Quel naïf.
Elle me fit un discret clin d'oeil, avant de s'étendre pendant qu'on préparait le champ de stase. J'ai rapidement écrit une lettre, que je lui ai donnée. Je lui ai dit que si elle voulait quitter à jamais la basse ville, et se faire une place réelle dans l'Impérium, elle devait se rendre au commissariat le plus proche, et remettre la lettre à un officier. Dans cette lettre, j'ai prescrit le lecteur à amener la fille et la lettre à un officiel, que j'ai prié (à travers la lettre) de lui trouver une place au service de l'Impérium, de faire des tests en vue d'y trouver une place éventuelle dans l'Adeptus Sororitas, ou dans différents bureaux de Terra.
Après avoir lu ça, elle esquissa un grand sourire, avant de me sauter au cou. Je lui ai cependant dit de ne pas se faire trop d'espoirs, car je ne savais pas si mon nom et ma place au sein de cette expéditon me confèrent une certaine influence. "Pas grave," me répondit-elle. "Merci beaucoup."
Le médecin lui dit alors que le champ de stase était prêt. Je la vis entrer dans la capsule. Alors que la porte vitrée se fermait, je lui ai vite demandé son nom. "Noctania". Elle ferma les yeux, et je vis sa respiration s'arrêter. La stase était active.
Je devais partir. En me tournant, je vis le médecin qui donnait des coups de pied à une infirmière, lui ordonnant d'aller "immédiatement préparer la salle d'opérations où je vais me fâcher !". Je l'ai rattrapé, lui ai rappelé que l'Inquisition attend le rapport de son agent, et je lui ai donné pas mal d'argent (j'avais la chance d'en avoir, le haut seigneur m'en avait donné). Puis je suis parti. Je devais rejoindre l'astroport. J'espère que j'ai eu raison de faire confiance à ce médecin et à l'Adeptus Terra. Mais que faire d'autre ? Je l'ignore ...

7h54. J'étais légèrement en avance, et le premier arrivé dans le hangar. Le Hell Traveller était déjà là. Ce vaisseau a des réacteurs énormes, c'est impressionnant. Par contre, il n'y a que 2 tourelles, chacune ayant 2 autocanons. C'est bien faible.
Tous les autres arrivèrent en même temps, suivis assez rapidement d'une cohorte d'officiels.
"Messieurs, voici le Hell's Traveller," commença l'un d'eux. "Blindage en adamantium de 4m d'épaisseur, réacteurs équipant normalement des croiseurs légers, systèmes de navigation et de radar ultra-perfectionnés, et assez de cabines pour chacun d'entre vous."
"Mais seulement 2 armes anti-chasseurs de faible puissance," répondit Tandel.
"On ne peut pas tout faire ..."
Puis, une cérémonie commença. De nombreux prêtres et psykers se mirent en rang, et commençaient à chanter des "Sancti Imperii", à réciter des poèmes à la gloire de l'Empereur et à prier Sa protection. Alors que tous les marines se tenaient au garde à vous, je voyais tous les gardes qui étaient un peu ennuyés par ce long cérémonial.
Un commissaire s'avança, et commença à louer notre "courage et notre bravoure", et à rappeler les paroles du terminator. Peu après, nous pouvions enfin embarquer. "ATTENDEZ !" Un grand cri se fit entendre. Nous avons tous regardé par les escaliers, et avons vu un drôle d'individu montant les marches 4 en 4, agitant ses bras en notre direction, manquant à chaque pas de tomber. Il sauta dans le hangar, se ramassant 3 tonneaux puis se prenant les pieds dans un câble, avant de s'écraser lamentablement au sol, provoquant l'hilarité générale. L'un des officiels se précipita vers lui. "Inquisiteur Gendol, vous allez bien ?" Ca, un Inquisiteur ? Et bien, l'Impérium doit vraiment être en crise.
Il se releva brutalement, s'épousseta discrètement, et, sans répondre à la question, nous dit "Je viens avec vous." Oh non. Pas un Inquisiteur avec nous. On a déjà des psykers, ça devrait être suffisant ...
"Vous n'y pensez pas, seigneur Gendol. Tous les psykers sont unanimes sur la composition de l'équipe !"
"Vous connaissez mon avis sur les psykers ! Rien à faire, je monte dans ce vaisseau !" Les quelques officiels semblaient le connaître, et, poussant un grand soupir, acceptèrent. "Bon, vu que seigneur Gendol s'y joint, il va falloir recommencer les rites de bénédiction." Nous avons tous sursauté. Le premier prêtre commença à chanter, avant de se faire assomer par l'Inquisiteur. "Épargnez-moi ça," dit-il. Ouhlàlà, je n'avais jamais autant ri ! Le pire fut quand je l'ai entendu chuchoter "Y a pas à dire, ça soulage."
Il a ensuite dit qu'il allait assumer le commandement de l'expédition. Le visage d'Aldenis s'est alors crispé. Je crois qu'il était prévu que ce soit lui le commandant.
Nous avons embarqué juste après. La soute s'est fermée, et le vaisseau a décollé dans un sacré rugissement. Je profitais des derniers instants à admirer les bâtiments de la haute ville de Terra, et à essayer de distinguer quelque chose à travers la brume grisâtre.
En quelques minutes, nous avons rejoint l'orbite. J'ai entendu dire un "A tout l'équipage. Saut Warp dans 30 secondes, soyez prêts." J'ai regardé par l'un des hublots à l'avant, et j'ai pu voir l'énorme trou violet qui s'ouvrait, alors que retentissait le compte à rebours. Des éclairs en jaillirent vers le Hell Traveller, nous absorbant à l'intérieur. La lumière venant de Terra se déforma avant de virer au rose violet, tout comme l'espace nous entourant.

++++++++++++++++++++++++++++++
++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 9. 015M42 ?
++++++++++++++++++++++++++++++

Je m'ennuie. Ce vaisseau est ennuyeux. Presque tout le monde s'est mis en stase pour le voyage, et j'en ai marre de jouer aux cartes avec ceux qui sont restés éveillés. Vivement une escale ...

Au fait, l'Inquisiteur qui nous accompagne est vraiment étrange ... pour un Inquisiteur. Déjà qu'il joue aux cartes avec nous ... Je ne comprends pas non plus pourquoi il ne s'est pas mis en stase. Il a cependant l'air sympathique. Au début du voyage, il nous a réuni pour nous sa manière de commander. Il nous a dit qu'il déteste les méthodes de ses collègues, et préfère se montrer plus "tolérant". Il nous a aussi raconté qu'il a la forte réputation de n'en faire qu'à sa tête, et d'être impitoyable au combat. Quelque chose me dit qu'on va rire.

... Je m'ennuie.

Idée ! Je vais aller jeter un coup d'oeil à l'armurerie du Hell Traveller, pour voir les équipements qui nous sont réservés.

++++++++++++++++++++++++++++++
++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 10. 015M42 ?
++++++++++++++++++++++++++++++

Enfin quelque chose d'intéressant ! Ce vaisseau a un stand de tir et d'entraînement au combat. J'ai pu tester leurs nouveaux fusils lasers Mk.LX. Des bêtes ! Ça change des fusils habituels. Précis et puissants. Je connais beaucoup de gardes qui seraient content d'en avoir.
J'ai ensuite passé deux bonnes heures à m'entraîner à l'épée-tronçonneuse. Un peu lourde, mais quel bruit sympathique. Elle donne envie de découper du xéno.
Y avait aussi d'autres armes que j'ai pas osé toucher : bolter, épée énergétique, et les armes de l'Inquisiteur. J'avais entendu parler des marteaux énergétiques, mais sans plus. C'est la première fois que j'en vois. Ce truc dégage une sorte d'aura, il est impressionnant même posé dans un arsenal.
D'ailleurs, à propos de l'Inquisiteur. Il agit bizarrement. Ca fait un jour qu'il reste planté devant les appareils du tableau de bord, les regardant nerveusement. Je me dem [ILLISIBLE. CAUSE : RATURE INVOLONTAIRE]

Quelle était cette secousse ? L'espace rose a disparu. On est sorti du Warp ? Qu'est-ce qui se passe ? Où sont les technaugures ?

++++++++++++++++++++++++++++++
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Forge   Mer 17 Juin 2009 - 20:45

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 11. 015M42 ?
++++++++++++++++++++++++++++++

De plus en plus bizarre. Quand je suis arrivé en armes dans le cockpit, j'ai vu l'Inquisiteur qui tenait un drôle d'engin pointé vers l'extérieur, qu'il s'empressa de cacher en me voyant ...

Autre chose étrange. Selon les instruments de navigation, nous sommes à environ 11 millénaires-lumière de Terra. Je sais pas pourquoi, j'ai eu envie de regarder ce qui s'est passé il y a 11'000 ans. Croyez moi si vous le voulez, c'était l'année 013M31. L'hérésie d'Horus ... Que magouille encore l'Inquisition ?

++++++++++++++++++++++++++++++
++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 12. 018M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Quelle flotte ! Nous voilà dans l'orbite de Baal, amarrés à une station. Nous sommes entourés par la plus grosse flotte que je n'aie jamais vu. Des centaines de cuirassés, accompagnés d'une nuée de croiseurs et de destroyers. Il y a même des vaisseaux de ligne, classe Empereur. Je n'en avais jamais vu. Ils sont monstrueux. Que se passe-t-il ici pour avoir une telle flotte ?
Je le saurais assez rapidement. Nous avons rendez-vous avec un certain Commandeur Dante, chef suprême de la flotte du nord de l'Ultima Segmentum. Les autres semblent le connaître ...

Je me demande si l'Inquisiteur viendra avec nous. Il est resté cloîtré dans ses appartements depuis l'arrêt brutal, on ne le revoit que lorsqu'il vient chiper quelque chose à la cantine ...

++++++++++++++++++++++++++++++

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 13. 018M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Ah d'accord ... Alors ce Dante est le maître du chapitre des Blood Angels, et l'un des plus grands Spaces Marines vivants ? C'est visiblement vrai, à voir le monstre qui se tenait devant nous tout à l'heure. Il se tenait dans une impressionnante armure rouge sang, portant le blason de leur chapitre. Il n'était pas armé, mais je dirais bien qu'il n'en aurait pas besoin. Il doit être capable de démolir un ork à mains nues.
De plus, il semble dégager une sorte d'aura. Ce n'est pas comme n'importe quel Space Marine, il semble avoir ... quelque chose de spécial, je n'arrive pas à dire ce que c'est. Il faut l'avoir rencontré pour le sentir.

Et visiblement, notre Inquisiteur et ce commandeur sont des amis de longue date. Ils se sont salués très chaleureusement, et ont ensuite bavardé pendant un bon quart d'heure, avant de se rendre compte qu'on attendait quand même de savoir pourquoi on était convoqués.
"Oubliez l'escale sur Formund", nous dit alors Dante. "La planète est tombée et a été dévorée par la Flotte-Ruche Hydre. Vous pourrez cependant passer par une planète proche, qui a été ignorée par les Tyranides."
"Ignorée ?!?" ai-je immédiatement répondu. Je connais les Tyranides, suffisamment pour savoir qu'ils n'ignorent rien, et n'épargnent rien. Je le lui ai d'ailleurs dit. "Oui." m'a-t-il répondu. "Ils sont maintenant à mi-chemin entre Formund et Baal, exactement par là où vous devez passer." Grand murmure d'inquiétude. Comment allions nous faire pour passer, alors ?
Dante nous a alors exposé son plan. Et c'est risqué. La flotte impériale va lancer un assaut sur Hydre dès qu'elle sera localisée avec précision, et créer une ouverture dans les nuages de spores. Ouverture que nous sommes censés emprunter, en priant l'Empereur, pendant que la Ruche sera occupée par un feu nourri de lasers et de torpilles. Si je m'en sors de celle-là, je ne sais pas vraiment ce que je vais faire.

Enfin ... Nous avons un nouveau membre dans l'expédition. Sergent Ragnis, 5e compagnie des Blood Angels. Il m'a laissé une drôle d'impression. Il n'est pas arrivé droit, fier, comme on peut s'y attendre de la part d'un Space Marine. Non, il était courbé, la tête baissée, tremblant. Il se camouflait sous une épaisse toge et un énorme sac. Il est passé devant nous sans même nous regarder, avant de rejoindre ses appartements. Curieux, j'ai jeté un coup d'oeil dans sa chambre il y a quelques instants. Il est déjà dans sa somptueuse armure énergétique, étendu dans le champ de stase. Un peu associal le gars.

Visiblement, le commandeur Dante participe aux magouilles de l'Inquisiteur. Lorsque Gendol lui a demandé un entretien en privé, il avait un petit coffret cadenassé qu'il tenait précieusement. En revenant, il ne l'avait plus. Plus le temps passe, et plus je m'y intéresse. Cependant, si je pose directement la question à l'Inquisiteur, je suis sûr d'être "purifié" dans la seconde suivante. Je vais attendre, on verra ce qu'il va se passer.
Nous venons de sauter dans le Warp, suivant de près la flotte de guerre. Nous devrions rejoindre l'espace réel d'ici 1-2 jours. Je me sens nerveux.

++++++++++++++++++++++++++++++
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Forge   Mer 17 Juin 2009 - 20:47

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 14. 018M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Ça va bientôt commencer. Je peux presque voir la flotte de guerre devant nous dans le Warp.
D'ailleurs, je me demandais s'il n'était pas possible de simplement esquiver la Flotte-Ruche à travers le Warp, mais on m'a répondu que Hydre réussissait à faire un blocus spatial. Nous serons obligés de traverser dans l'espace réel. En même temps, comment comptent-ils faire pour qu'elle sorte du Warp au milieu de nulle part ? Je verrais bien.
Retour dans l'espace réel dans 30 secondes. Tout le monde est en arme, et les 2 tourelles sont occupées par les meilleurs tireurs de l'équipe, Dalmius et Aldenis.
Le vaisseau vient de trembler. Nous voilà sortis du Warp. En plein milieu de la flotte, en plus. Les plus gros vaisseaux n'avancent pas, et les destroyers et escorteurs se mettent en place autour des croiseurs et vaisseaux de ligne.
Les psykers sont nerveux. L'Inquisiteur se mord la lèvre, et il transpire à grosses gouttes, et je commence à entendre des gémissements venants de la chambre des astropathes. Ils sentent cette chose, l'esprit de la Ruche, je crois. Mais je crois que je la sens aussi. J'ai l'impression d'être traqué, observé, par quelque chose d'énorme.

Les astropathes viennent de crier ! Qu'est-ce qu'ils ont ? Tout le monde court vers leurs appartements, j'y vais aussi.
On vient de les trouver gisant par terre. Ils sont vivants, mais inconscients, et secoués de violents spasmes. L'apothicaire va s'occuper d'eux.

Nous venons d'entendre un rugissement sourd. Les vaisseaux d'attaque viennent de lancer une nuée de torpilles sur ... rien. Il n'y a rien, là. Je ne comprends pas.
Elles viennent d'éclater. Qu'est-ce que ... ah oui, j'ai compris. Ils ont envoyé une salve de torpilles vortex, et l'explosion combinée a ouvert un tunnel vers le Warp. Ils veulent obliger Hydre à venir combattre. Et j'ai l'impression que ça marche. Quelque chose sort du trou. Une espèce de gaz vert-orange à ce que je vois d'ici. Des vaisseaux tyranides en sortent. Ca fait la quatrième fois que je vois une Flotte-Ruche dans l'espace, et c'est toujours aussi impressionnant.
Maintenant, ce sont nos vaisseaux qui se préparent. Les hangars lancent leurs chasseurs, et les armes chargent ... Il n'y a plus qu'à attendre que les Tyranides soient à portée, j'imagine.
Je vais cesser d'écrire. La bataille commence, je dois être à mon poste.

++++++++++++++++++++++++++++++


++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 15. 018M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Je n'en reviens pas que nous y ayons survécu. Un peu plus et je finissais en steak pour tyranides.

Je ne pourrais pas dire qui était le plus insecte des 2 camps. Entre les nuées de chasseurs qui sortaient de leurs hangars, convergeant vers l'ennemi tels des mouches vers de la viande périmée, ou les ... vaisseaux émergeant du Warp, déployant leurs tentacules dans l'espace. A ce moment, je me sentais devenir une proie. J'avais l'impression d'être seul au milieu d'une meute de prédateurs. Je commençais à me voir découpé par les milliards de tyranides ... Heureusement j'ai été tiré de ces cauchemars par le sifflement assourdissant des torpilles.
En voyant ces projectiles longer les coques des vaisseaux, tourbillonnant vers la Ruche, et en voyant les escadres de chasse se séparer selon l'antique formation des 4 doigts, je me sentais quitter le rôle de la proie pour celui du prédateur.

Au moment où les torpilles ont éclaté, Anteas a semblé souffrir. Il nous a dit qu'il avait senti la douleur de la Flotte Ruche, et qu'il fallait continuer. Étrange, mais je n'y ai pas prêté attention. Ce qui m'intéressait, c'était les milliers de chasseurs armant leurs bombes. Mais lorsqu'ils les lancèrent, quelque chose d'étrange se passa : les charges ont explosé avant d'atteindre les lignes tyranides. Et les premières salves laser s'arrêtaient au même endroit. On a rapidement compris que la Ruche a réussi à créer des boucliers. C'est là que la radio s'est tue. Plus personne ne parlait, car personne ne s'attendait à ça. Là, nous avions un problème. Et ce n'était rien comparé à ce qui allait venir.

Le Hell Traveller restait en retrait, solidement escorté par 2 croiseurs. Nous n'attendions plus que le bon moment pour traverser et disparaître dans le Warp. Nous ne pouvions rien faire, à part prier l'Empereur. C'était d'ailleurs ce que nous faisions, tous sauf Gendol. Il n'est pas vraiment religieux pour un Inquisiteur.
Nous entendîmes le pilote hurler. 8 vaisseaux ennemis s'étaient séparés de la flotte, et fondaient droit sur nous à une vitesse impressionnante, pointant leurs tentacules vers notre vaisseau. Les croiseurs à nos côtés tiraient de toutes leurs batteries, mais l'ennemi était bien trop rapide et esquivait tous les tirs. Je ne sentais pas la peur, mais je me suis rendu compte plus tard que j'en étais paralysé. J'ai regardé le pilote, qui tremblait sans bouger. Et j'ai cru voir une forme noire se jeter sur lui, le pousser sur le côté et prendre sa place. Juste après, notre vaisseau est passé à pleine vitesse, faisant un tonneau pour esquiver une attaque tyranide.
Cette fulgurante accélération, combinée au rugissement des moteurs, m'a comme réveillé, et j'ai vu Gendol aux commandes, qui tordait le manche dans tous les sens tandis que nous passions en zigzag à travers toute la flotte. Il est fou, mais une folie saine. Nous y avions échappé ... temporairement. 7 des vaisseaux vivants étaient toujours à notre poursuite, expulsant d'étranges liquides en notre direction. Je ne savais pas ce que c'était, jusqu'à que je vois un chasseur se faire atteindre, et partir en tourbillonnant, un trou dans l'aile. Je ne me suis pas tout de suite préoccupé du sort du pilote, mais plutôt de notre sort. Je n'arrivais à voir nos poursuivants que pendant les manoeuvres risquées. Ce n'est pas naturel. Un liquide verdâtre était amassé entre les tentacules à l'avant, et de là sortaient les tirs. Le reste du vaisseau était recouvert d'une carapace qui semblait assez solide. Mais j'ai eu la confirmation qu'elle ne l'était pas, quand un tir laser transperça le tyranide de tête, l'immobilisant net et lui faisant prendre feu.
J'étais content, mais pas pour longtemps. Je vis soudainement une tentacule passer devant le hublot. L'un des tyranides nous avait rattrapé et essayait de nous capturer. Alors que je voyais la chose se rapprocher, j'ai senti une violente accélération. Gendol avait enclenché les moteurs auxiliaires en plus des normaux. L'Adeptus Mechanicus nous tuerait pour ça, mais au moins nous nous sommes éloignés. Et ça a permis à deux formations de chasseurs de mitrailler nos poursuivants, et d'en abattre deux. J'ai de nouveau regardé vers l'avant, pour y voir l'énorme canon d'un cuirassé. Je retins mon souffle, avant de le voir tourner et disparaître sur le côté. Il tira peu après notre passage, libérant un énorme rayon rougeoyant vers les tyranides. L'un de nos poursuivants le traversa, mais je ne le vis pas ressortir.
Nous sommes alors sorti du centre de la flotte, et étions dans l'espace ouvert. Gendol amorça alors un très large virage, permettant à Aldenis d'ouvrir le feu sur les vaisseaux ruches depuis la tourelle. La plupart des tirs touchés rebondissaient sur les carapaces, mais ont fini par atteindre les tentacules et les trancher, tuant deux de nos poursuivants.
Notre cinglé a alors fait pivoter le vaisseau pour faire face au dernier. Il a ensuite poussé la manette des gaz à fond. Je commençais légèrement à paniquer, en voyant les tentacules se rapprocher. J'ai alors regardé Gendol, qui semblait extrêmement concentré, les yeux fermés, la tête baissée.
Il s'est alors redressé d'un coup, ouvrant les yeux et appuyant de toutes ses forces sur le manche, nous faisant partir en tonneau. J'ai alors vu le tyranide par un des hublots latéraux, et j'ai entendu la tourelle inférieure délivrer une pluie de lasers.
Sortis du tonneau, j'ai de nouveau regardé vers l'avant et j'ai vu une torpille qui fondait sur nous. Notre fou a souris, et est parti en quart de tonneau, laissant le projectile nous frôler, avant de partir en virage sur tribord. Nous avons vu le tir atteindre le dernier vaisseau tyranide, et le réduire en cendres. Il a pris le micro de la radio, et prononcé un "Bien joué".

Nous sommes ensuite vite retournés vers le centre de la flotte, dans un abris relatif, pour y recevoir une transmission. Les opérations visant à créer la brêche étaient lancées, et nous devions nous tenir prêts à la traverser en vitesse subluminique, avant de sauter dans le Warp. En attendant, nous pouvions souffler. Gendol s'enleva du poste de pilotage, laissant à notre technaugure ébahi le soin de nous conduire. Je ne savais pas qu'ils apprenaient le pilotage aux Inquisiteurs ... et pas du pilotage bidon. Je ne pense pas que beaucoup de pilotes auraient osé imaginer faire ce qu'il a fait.

Cinq cuirassés, parmi les plus gros de la flotte, se sont mis à manoeuvrer pour se mettre en pentagone devant nous, entourés de croiseurs et destroyers autour. Ils ont alors ouvert le feu de la totalité de leurs batteries vers un point précis, anéantissant tout ce qui s'y trouvait. La concentration des tirs créait un rayon de la mort continu, créant un trou dans le nuage tyranide. Puis, les cuirassés se sont mis à élargir gentiment ce rayon, jusqu'à former une sorte de tube. L'entrée était devant nous, la sortie derrière les tyranides. Je ne cache pas que j'ai eu très peur en devinant qu'on devait passer par là. Et notre pilote aussi, vu qu'il a demandé à Gendol de reprendre les commandes.
Les réacteurs se sont mis en marche, et nous nous sommes mis à avancer lentement. Les lasers formaient une armure autour de nous, et beaucoup de vaisseaux tyranides s'y sont échoués. Nous nous rapprochions de la brèche, et notre astropathe (qu'on avait dopé) préparait le saut Warp. Nous devions sauter au moment exact où les batteries lasers cesseraient le feu. Je n'étais pas rassuré, car je sentais que l'Esprit de la Ruche nous voyait et nous chassait, n'attendait plus que le bon moment pour frapper.
Soudain, une partie du mur défensif a disparu. J'ai regardé vers la flotte, et j'y ai vu l'un des cuirassés qui se désintégrait. Je ne crois pas que j'ai eu le temps d'avoir peur, vu que j'ai été immédiatement plaqué contre les parois par une accélération brutale. Gendol avait mis plein gaz. Mais les spores mines et les vaisseaux convergeaient vers nous, et rapidement. Je me suis mis à prier très fort l'Empereur, tandis qu'Aldenis et Dalmius faisaient tout pour les ralentir. Je savais que si l'une de ces spores nous atteignait, alors c'était la fin. Les acides répandus auraient liquéfié nos parois, et nous aurions été désintégré par le saut Warp.
Heureusement, nous avons réussi. Les ennemis les plus proches n'étaient plus qu'à une poignée de mètres, je pouvais distinguer la structure de leur peau. Je serrais fort les dents ... Je les ai soudain vu s'élargir vers l'arrière, puis disparaître dans un éclair rosé. Nous étions dans le Warp.
Cela fait maintenant 2 jours que nous avons sauté, et nous approchons de l'ancienne planète de Formund. Je suis toujours inquiet : Pourquoi les Tyranides ont ignoré notre destination ? S'ils l'ont évitée, c'est qu'il y a quelque chose qui serait capable de les vaincre dans le secteur.

++++++++++++++++++++++++++++++
Revenir en haut Aller en bas
Hoffenheim
Le Templier Noir


Messages : 2232
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 25
Localisation : 8ième hiérarchie.

MessageSujet: Re: Forge   Mer 17 Juin 2009 - 21:55

Bon, il faudra que je me mette a les lire, toutes ces fics, j'ai pris un retard monstre, moi ><.

_________________
La voix de mon âme sera comme mon bolter sur le champ de bataille. Mort, guerre et sang ! Servez l'Empereur dans la vengeance !
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Forge   Jeu 18 Juin 2009 - 6:10

Note que j'oblige pas de lire ma fic ;)
Surtout que là, y a du pavé (Céasr)
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Forge   Jeu 18 Juin 2009 - 6:12

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 16. 018M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Gendol fait vraiment des trucs douteux, et ça lui a coûté assez cher ... Enfin.

Nous sommes arrivés il y a peu sur cette planète du système de Formund, dont j'ignore toujours le nom. Une flotte de combat y était stationnée, minuscule par rapport à celle que nous avons récemment quittée. L'accès à l'astroport planètaire nous a d'abord été refusé, et on nous a amené à une plate-forme orbitale. Gendol s'est rentré dans ses appartements et les a verrouillés peu avant l'amarrage. Je ne savais pas pourquoi, mais je l'ai su juste après. Quand nous sommes sortis du vaisseau, nous avons été chaleureusement accueillis par une quarantaine d'hommes armés, retranchés derrière des caisses, portant des uniformes avec le "I" de l'Inquisition, et 2 de ces légendaires Spaces Marines en armure grise. Nous n'avions ni nos armes ni nos armures, alors nous avons immédiatement levé les mains, et avons attendu. L'un d'eux nous a fait signe d'avancer, puis ils se sont déployés tout autour de nous. D'autres soldats sont aussi arrivés pour leur prêter main-forte. Nous ne savions toujours rien de ce qui se passait. Soudain, un vieil homme portant une épée énergétique s'est avancé vers nous.
"Où est Mordechaï Gendol ?!?" a-t-il hurlé en notre direction. Il nous a menacé de son épée, jusqu'à ce que l'un des gardes dise qu'il devait toujours être à l'intérieur. L'homme a alors fait un signe, et les 2 marines se sont avancés avec lui dans le Hell Traveller.
Nous nous regardions, perplexes. Un autre homme, visiblement un prêtre, s'est avancé vers nous, et nous a dit que l'ex-Inquisiteur Gendol avait publié des documents hérétiques à travers toute la galaxie, et qu'il allait être jugé le lendemain. Il nous a ensuite dit que nous n'y étions pour rien et que nous pourrons continuer notre voyage une fois le ravitaillement fait et les nouveaux capteurs installés.
On a ensuite entendu un bruit de porte fracassée, suivi d'un ordre crié. Puis, grand silence.
L'accusé est ensuite sorti du vaisseau, ligoté, 2 fulgurants pointés sur lui. L'autre homme derrière lui semblait vraiment content de lui. Nous regardâmes passer notre chef devant nous, celui qui avait quand même réussit à gagner notre admiration pour ce qui s'est passé sur Terra, et son pilotage durant la bataille. Il nous a aussi regardé, et nous a dit : "Mon rôle est fini ici, continuez." Cela lui a valu un coup de crosse, "Silence hérétique !". La troupe est ensuite partie par l'un des escaliers de service vers l'ascenseur orbital, nous laissant seuls à notre stupéfaction dans le hangar.
Alors que les autres se sont retirés dans le Traveller, je suis allé voir si je pouvais me procurer quelques nouvelles dans la station.

J'ai acheté un exemplaire du "Galaxy", le journal officiel le plus répandu. J'y ai d'un côté appris que la bataille dont nous nous sommes échappés a été une grosse victoire pour l'Impérium. D'un autre côté, j'ai vu qu'une prime était mise sur la tête de Gendol pour hérésie contaminante, pour avoir publié un document interdit au sein du journal "The Spark", le clandestin présent dans toute la galaxie. Ca m'avait d'ailleurs surpris, car The Spark est loin d'être hérétique, même s'il publie des choses qui ne sont pas du goût de l'Adeptus Terra. L'article était suivi de nouvelles condamnation envers les hérétiques ...
J'ai ensuite appris l'heure du jugement de Gendol, jugement public. Je m'y suis rendu peu après, avec Aldenis, Tandel et Dandiel. Je me sentais un peu petit à côté de ces trois colosses.

Le procès fut extrêmement rapide. Le juge a commencé par présenter les motifs d'accusation, puis a demandé à Gendol ce qu'il disait pour sa défense. Il a alors dit, d'une voix grave : "Si c'est de l'hérésie d'instruire l'Impérium, si c'est de l'hérésie de vouloir montrer notre glorieux passé à l'Impérium ... alors je suis un hérétique de la pire espèce."
Un énorme chuchotement se fit entendre dans la salle. Il avait bien fait réagir.
"Un peu de silence dans cette salle !" a hurlé le juge. "Vous avouez donc être coupable ?"
"Oui."
"Soit. Il n'y a pas d'autres possibilités, le tribunal vous juge coupable d'hérésie et vous condamne à être purifié par les flammes demain à 14h précises, place publique. Qu'on l'emmène"
Ceci créa une vague de plaintes, mais les Arbites ont rapidement fait évacuer la salle.

Plus le temps passe, plus je me demande ce que Gendol a vraiment fait. J'étais sûr que ça avait un rapport avec l'instrument bizarre pendant le voyage Warp. Et ça a été confirmé.
Peu après, j'ai réussi à me procurer un exemplaire du Spark. Et la une m'a fait frémir. Il était écrit, en grand : "Le combat de l'Empereur contre Horus filmé !". Je sais que l'Inquisition fait tout pour que personne ne soit au courant de l'existence du Chaos, et encore moins de celle d'une hérésie aussi importante ... Je fais en fait partie des très rares personnes autorisées à savoir ça. Alors si ceci s'est répandu à travers toute la galaxie, je comprends qu'ils veuillent brûler quelques personnes, même si l'article est signé par un Inquisiteur.
J'ai amené le journal au sein du Hell Traveller, pour le montrer aux autres. Nous avons ensemble regardé ce document, que je ne saurais décrire. La puissance de l'Empereur est indescriptible.

Le reste du journal parlait aussi de certaines choses peu réjouissantes. Un culte du Chaos s'est déjà emparé de la moitié de la planète sur laquelle nous sommes, ce qui explique sûrement la présence de l'Inquisition et l'absence des tyranides. Et Baal connaît une infestation tyranide, à partir du crash d'un vaisseau qui a échappé à la bataille.

Ce qui est ressorti de cette visualisation aux autres membres ? Hé bien, nous allons, demain, délivrer Gendol puis fuir avec le vaisseau le plus rapidement possible. Puisse l'Empereur nous aider dans cette lourde tâche.

++++++++++++++++++++++++++++++
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Forge   Jeu 18 Juin 2009 - 6:12

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 17. 018M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Nous n'avons pas dormi de la nuit. Beaucoup d'entre nous hésitaient. Devions nous vraiment aller à l'encontre de l'Inquisition et délivrer Gendol ? Et même, comment allions nous faire ? Personne n'arrivait à y répondre, mais nous y étions résolu.
A 5h, nous avons commencé nos préparatifs. Les technaugures entonnaient leurs prières en assemblant les lourdes armures énergétiques, tandis que les gardes prenaient les Mk.LX et les protections pare-balles.
Vers 6h, tout le monde était prêt. C'était la première fois que je voyais Aldenis dans son armure terminator, et je dois admettre que ça surprend. Les traits durs du casque, l'énergie crépitante du gantelet énergétique et les flammes sur le fulgurant faisaient tout pour dévoiler le guerrier implacable qui s'y cachait. Il nous a formé selon 5 escouades, toutes composées d'un Space Marine et de 4 gardes. Les 2 premières escouades étaient plus nombreuses, commandées respectivement par Aldenis et Anteas. J'étais justement dans la première escouade, celle du terminator.
Le personnel non-combattant devait faire chauffer le vaisseau, et venir nous récupérer à la surface une fois la mission accomplie.

8h30. Cela faisait plus de deux heures que nous tournions en rond, nous ne savions pas quand agir. Fallait-il le faire pendant que la ville est endormie, mais grouille d'Arbites, ou le sauver pendant l'exécution, en plein public ? Mais plus nous réfléchissions, plus l'heure fatidique approchait.
Soudain, nous avons eu ce que nous voulions. L'alarme s'est déclenchée : les hérétiques ont lancé un assaut sur la capitale planétaire, là où était justement Gendol. Personne ne s'apercevrait de notre opération en pleine bataille, c'était le moment idéal.
Nous nous sommes emparés de nos fusils, et sommes sortis à toute vitesse, espérant qu'on nous prendrait pour des renforts.
En moins d'une minute, nous étions tous entassés dans l'ascenseur orbital. Je crois que la seule chose qui nous rassurait, c'était le visage rigide de l'armure terminator. Il ne connaît pas la peur, nous n'allions pas la connaître non plus. Mais plus nous nous rapprochions de la surface, plus le bruit des obus était lourd, et plus nous étions nerveux.

Nous sommes sortis en plein combat. Une dizaine de gardes se tenait derrière des caisses, nous tournant le dos, affrontant une pluie de bolts de la part de deux marines renégats. Je me suis immédiatement mis derrière un sac de sable à côté d'Aldenis, et j'ai ouvert le feu. Mais ils étaient bien retranchés, et les rares tirs qui les atteignaient étaient déviés par leur armure.
L'un d'eux s'est alors mis en position de lancer une grenade, et a quitté son couvert. Il l'a dégoupillée, puis j'ai vu son armure être perforée presque partout, et le fulgurant du terminator fumant. La grenade explosa juste après, éjectant l'autre hérétique. Anteas bondit sur ce dernier, et lui trancha la tête de son épée énergétique. "Tel est le sort des hérétiques."
Les quelques gardes ne faisant pas partie de l'expédition nous remercièrent. Ragnis, le Blood Angel, a parlé pour la première fois, leur ordonnant de garder l'ascenseur à tout prix et de nous indiquer la direction des prisons, expliquant que le Chaos cherchait à délivrer un hérétique de la pire espèce. Ils ont mordu, nous montrant le nord avant de nous souhaiter bonne chance.

Nous n'étions qu'une trentaine de mètres plus loin qu'un chasseur ennemi passa juste au-dessus de nous, en vol tellement bas que j'ai baissé la tête par réflexe. Le hurlement de ses réacteurs fut vite remplacé par le grondement d'une explosion. Je me suis retourné, et j'ai vu l'énorme ascenseur orbital en feu, fissuré de toutes parts. Le pilote s'était crashé dedans, je n'arrivais pas à le croire.
A mesure que les fissures grossissaient, des déchirements métalliques se faisaient entendre. Soudain, à plusieurs centaines de mètres du sol, le tube s'est brisé, et commença à s'effondrer.
"Courez !" Je me suis retourné, m'éloignant le plus vite possible à mesure que son ombre disparaissait sous mes pas, et que les grincements métalliques cédaient la place aux explosions. Le ciel s'illumina soudainement, et j'ai deviné qu'une énorme explosion s'était produite. J'ai hurlé "A terre", et tous ont suivi mon conseil. Heureusement d'ailleurs, car le souffle brunâtre qui a suivi nous aurait projeté contre les murs alentours. Je ne sais pas combien ça a duré, mais les environs étaient bien amochés quand je me suis relevé. L'ascenseur s'est effondré vers le sud de la ville, et même jusqu'à la ville suivante, je l'ai su après.
Aldenis a immédiatement contacté le vaisseau, leur demandant de décoller et d'être prêts à une extraction à la surface. Je ne sais pas ce qu'ils ont répondu, mais il a ensuite hurlé "C'est un ordre !"

Nous nous sommes ensuite mis à avancer assez rapidement, dans un schéma de déplacement classique. L'escouade 1 (la nôtre) avançait en ligne droite dans la rue principale. 3 escouades éclairaient furtivement devant nous, et la dernière couvrait nos arrières. Chose incroyable, nous n'avons eu aucun problème jusqu'aux abords de la prison.
L'escouade 4 nous a signalé une concentration de renégats au combat, qui nous tournaient le dos. Beaucoup de gardes traîtres, déjà déformés par des possessions démoniaques, une poignée de marines corrompus et un mutant qui semblait diriger l'assaut. Nous avons immédiatement décidé de les prendre par derrière et de leur faire payer leur hérésie.

Moins d'une minute après, les escouades 3 et 5 avaient égorgé par surprise les tireurs dans les bâtiments, et avaient pris leur place. Le reste s'est alors placé furtivement à couvert derrière les hérétiques, et nous avons ouvert le feu. Ceux qui étaient juste devant nous n'ont même pas eu le temps de se retourner, qu'ils étaient déjà cloués contre leurs barricades. J'ai réussi à en abattre 3.
Seulement, il en restait une bonne dizaine, qui savaient maintenant que nous étions là. Nous avons rapidement pris les couverts de nos victimes, et attendions que les escouades dans les bâtiments abattent les traîtres.
En plein dans la bataille, j'ai porté mon regard sur Ragnis. Il était étrange. Accroupi, il contemplait le sang des hérétiques. Il le toucha, imprégna son gant, avant de dessiner la goutte de sang ailée sur son bras. Il la regarda un certain temps, puis, d'un coup, alluma son épée tronçonneuse, avant d'enjamber les débris. Il hurlait comme un fou, insultant ses ennemis et fondant droit sur le mutant. Il reçut en retour une intense pluie de tirs, mais rien ne l'arrêtait. Les tireurs s'étant montrés, nous les avons vite abattus avant de charger derrière le Blood Angel. Mais celui-ci était déjà sur le monstre. Il donna un rapide coup vertical, esquivé sur la gauche. Il fit un saut en arrière pour esquiver une contre-attaque, puis frappa à l'horizontale. Là, le mutant contra son épée, et la retint avec sa pince, avant de frapper de son bras droit. Ragnis contra le coup, puis retint le bras puissant. Ils se tenaient là, les deux, face à face, sans pouvoir bouger. Je cherchais un angle de tir, mais c'était trop risqué.
Soudain, l'impur ouvrit grand la bouche, et j'y ai distingué une lumière vive qui s'en dégageait. Ragnis fit immédiatement une poussée de ses bras, déstabilisant le monstre, avant de lui administrer un puissant coup de tête. La chose tomba, lâchant l'épée du Blood Angel, qui en profita pour donner le coup de grâce. Le démon hurla, avant de s'échouer sur le béton.

Là, on était assez surpris. Et j'imagine que les rares Arbites survivants l'étaient tout autant.
Laissant nos questions pour plus tard, nous avons rejoint la prison et avons employé la même stratégie qu'auparavant. Nous avons dit que ces hérétiques voulaient s'emparer du traître Gendol, et que nous avions l'ordre de le conduire dans une planète sure, avant que le Chaos ne revienne en plus grand nombre.
"Allez-y," nous ont-ils répondu. "Les officiers sont morts, il n'y a personne pour prendre cette décision. Et je pense que la présence d'un terminator est une raison suffisante pour vous faire confiance. ... Puisse l'Empereur vous aider à quitter cette planète maudite."
Pendant que j'appelais le vaisseau, Aldenis, Marthis et Tanithus sont allés récupérer notre ex-Inquisiteur. Ils sont revenus avec un Gendol extrêmement calme, ligoté et menotté. Nous sommes ensuite sortis, et avons attendu que le Hell Traveller arrive. Une minute après, nous étions à bord.

Une fois éloignés de la planète, Gendol nous a chaleureusement remercié. Il a dit qu'il s'était déjà résolu à mourir brûlé, mais que, puisqu'on l'avait sauvé, il allait nous aider à trouver la Forge. Aldenis s'avança vers lui, et lui dit qu'il ne voulait pas être le commandant, quand on avait un homme si brave pour nous mener. Gendol est ainsi redevenu notre chef.

Par contre, le vrai héros du jour ne s'est pas beaucoup montré. A peine embarqué dans le Hell Traveller, Ragnis a rejoint son champ de stase. Mais je ne crois plus qu'il soit asocial. J'ai entendu des histoires à propos de certains Blood Angels atteints de la "Soif rouge", un attrait pour le sang et le combat qui peut les rendre fou. Les gestes qu'il a faits avant de partir à l'assaut ... Et ce repli qu'il opère ... Je suis sûr qu'il a ce problème.

C'est seulement maintenant que la vraie mission a commencé. Nous avons franchi la ligne de portée de l'Astronomican, et voguons dans l'inconnu, à la recherche d'un objet de légende. J'espère que nous y arriverons.

++++++++++++++++++++++++++++++
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Forge   Jeu 18 Juin 2009 - 6:13

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 18. Date inconnue
++++++++++++++++++++++++++++++

Je ne sais pas combien de temps nous avons passé dans le Warp. Des jours ? Des semaines ?
Je n'arrive d'ailleurs pas à comprendre pourquoi nous y restons. Si nous cherchons un objet qui est supposé être dans l'univers réel, pourquoi est-ce que nous restons dans le Warp ? On va le rater à coup sûr. J'en ai parlé avec le reste de l'équipage peu avant qu'ils se mettent en stase, et ils étaient d'accord. Même les technaugures l'étaient. En fait, le seul qui affirme qu'on ne manquera pas la Forge est Gendol. Je lui ai demandé des précisions, il n'a pas voulu m'en donner. Il m'a juste dit que ce n'était pas pour rien que nous avions installé de nouveaux capteurs lors de notre escale.
En même temps, je crois que plus rien ne pourrait m'étonner de sa part.

Sur le moment, je m'ennuie un peu. Les rares qui ne sont pas en stase dorment. Je ne peux pas dormir, j'ai déjà essayé il y a 2 heures.
Jusqu'ici, j'ai passé la plupart de mon temps dans l'armurerie, à m'entraîner à l'épée-tronçonneuse. Ce genre de trucs est lourd, c'est difficile de le manier. C'est là que je comprends la force des Space Marines, qui combattent avec à la vitesse de l'éclair tout en ayant des centaines de kilos d'armure sur le dos, et d'une seule main. Je comprends aussi pourquoi ils sont considérés comme la lame de l'Empereur ... mais en même temps, c'est étrange que cette lame se soit retournée contre Lui. Je fais partie des rares qui connaissent l'existence du Chaos et des légions traîtres, et j'ai déjà affronté cette lame de l'Empereur à Victory Bay, alors que j'exécutais les ordres de l'Impérium. Des choses bizarres se trament dans l'Impérium. Enfin, j'espère que l'Empereur continuera à nous guider et nous mènera vers des horizons plus cléments.

Bon, je vais retourner à l'armurerie. Il faut que je reste prêt à combattre, au cas où.

++++++++++++++++++++++++++++++


++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 19. Date inconnue
++++++++++++++++++++++++++++++

Je ne savais même pas que c'était possible, ce genre de trucs ...

Cela faisait déjà un bon bout de temps que Gendol s'était enfermé dans le poste de pilotage. J'ai du le pousser à bout à force de cogner sur la porte, et il s'est décidé à m'ouvrir il y a un petit moment. Là, c'était bizarre. Le rose-violet régnant à l'extérieur pendant un voyage Warp était devenu d'un vert qui n'était pas sans rappeler les Nécrons. Cet univers étrange était traversé çà et là de quelques tubes blancs, qui se tordaient pour nous éviter.
Me voyant perplexe, Gendol m'expliqua que c'étaient là les nouveaux capteurs installés. Sans me donner d'autres précisions, il me dit que la structure que nous cherchions devait sûrement être reliée à un très grand nombre de ces "tunnels", comme il les a nommé.

Je ne sais pas pourquoi, mais ces tubes, ces tunnels, me rappellent étrangement les Eldars, et plus particulièrement leurs étranges portes, dont nous avons l'interdiction absolue de nous en approcher. Peut-être que l'avenir m'en dira plus.

++++++++++++++++++++++++++++++



++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 20. Date inconnue, estimée à 021M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Je n'y crois pas. Nous l'avons trouvée. C'est simplement incroyable. Bon, première chose, notons les coordonnées : [ENTRÉE NUMÉRIQUE EFFACÉE. EFFACEMENT TYPE STANDARD, L'AUTEUR DU TEXTE EN EST À L'ORIGINE]. Nous ne sommes pas si loin de l'Impérium, après tout.

J'ai senti que quelque chose se passait quand nous étions encore dans le Warp. Depuis combien de temps y étions nous, je l'ignore complètement. Je dirais bien un mois, mais nous n'avons rien pour le mesurer. J'étais à moitié endormi, cherchant à me reposer. Tout d'un coup, l'alerte du vaisseau a sonné, et les champs de stase ont été ouverts. Je me suis précipité vers le poste de pilotage, pensant que c'était cette espèce de Gendol. J'avais raison. Il était là, appuyé contre la vitre, complètement excité, et Anteas tentait en vain de le calmer. Ce que j'ai vu par cette même vitre était édifiant : alors qu'on ne voyait avant qu'une poignée de tunnels blancs, l'espace en était à ce moment plein. Ils semblaient tous converger vers un seul point.
"Nous y sommes presque, nous y sommes presque" répétait notre commandant, en sautillant. Je ne le savais pas si émotif.
J'observais ces tunnels blancs, si étranges. Et j'en vis un, au loin, qui faisait un angle brutal avant d'échouer sur quelque chose de très lumineux, je ne savais pas ce que c'était, mais nous allions passer juste à côté.
Nous l'avons même frôlé, j'ai eu peur d'une collision pendant quelques instants. J'en ai cependant profité pour l'examiner dans tous les détails que je pouvais voir. C'était un bâtiment. Un bâtiment dans le Warp. Son architecture m'évoque les Eldars, encore une fois. Nous étions dix dans ce poste de pilotage, et je crois bien que nous avons tous reconnu un bâtiment.
Je me suis immédiatement tourné vers Gendol. Il regardait aussi l'objet, et semblait très surpris, voire même choqué ... et bien plus que je ne l'étais. Je lui ai demandé s'il savait ce que c'était, et me répondit qu'il n'en avait pas la moindre idée ... Mais il ne m'avait pas convaincu à ce moment, et mes doutes se sont révélés exacts peu après.
Nous avons vu les tunnels se rejoindre un peu plus loin devant. L'un de nous a demandé si c'était là notre destination, et Gendol acquiesça. J'ai renoncé à lui demander pourquoi, mais Tandel le fit à ma place. Notre commandant ignora, et nous fit rejoindre le monde réel.

Devant nous se tenaient deux gigantesques choses. D'abord une planète, au moins 3 fois plus grande que Kronus. Mais elle ne semblait plus très vivante, d'énormes cratères, ruines et fissures décoraient sa surface de sable. L'autre chose était plus lointaine et se voyait difficilement, car grise foncée sur l'immensité obscure. De forme sphérique, elle était plus petite que la planète, mais je lui donnerais la taille de Terra à l'oeil. Une sorte de tube blanc semblait relier les deux engins.
Anteas sortit un petit ordinateur et commença à y écrire quelque chose en regardant la planète. On entendit un Bip, et nous vîmes le visage de l'archiviste se tordre sous la surprise. Il regarda vers Gendol, prononçant difficilement un "Serait-ce ..." inachevé, suivi d'un signe de tête de l'ex-Inquisiteur. Les deux individus commencèrent à discuter, émettant des hypothèses sur la position de cette planète, alors que le reste de l'équipage ne suivait pas du tout. C'est bizarre de se sentir ignare comme ça.

Soudain, nous avons eu la mauvaise surprise d'entendre le sifflement des réacteurs s'arrêter net. Tandel venait de les couper, et faisait maintenant face à Gendol. Plutôt en colère, il lui ordonna de nous expliquer quels étaient ces petits mystères qu'il gardait, la structure dans le Warp, la position de notre objectif, la planète mystérieuse, pourquoi avait-il défié tout l'Impérium, et comment était-il si instruit à propos de tout ça, alors qu'il n'était même pas censé faire partie de la mission au début.
Un murmure se propagea dans le reste de l'équipage, plus ou moins d'accord avec le Space Wolf. Gendol ignora, lui demandant plutôt calmement de remettre les réacteurs en marche pour aller voir la Forge de plus près. Mais ceci ne fit qu'augmenter l'ardeur de Tandel.
"Comment savez-vous que c'est la Forge ?" hurla-t-il. "Assez de mystères ! Ne voyez-vous pas que vous pouvez avoir confiance en nous ? Nous sommes tous dans la même galère, nous sommes tous susceptibles d'être condamnés pour hérésie pour vous avoir sauvé la vie !"
D'autres protestations commencèrent à s'élever. Aldenis se précipita vers le Space Wolf, essayant de le calmer, tout en jetant un regard noir vers Gendol. Ce dernier semblait dans un premier temps surpris, puis poussa un gros soupir. Là, il nous a dit qu'il allait nous raconter qui il était vraiment.

"En premier lieu, savez-vous ce que sont les Illuminatis ?" a-t-il commencé. Personne ne savait. Il soupira de nouveau, puis continua : "Bon d'accord ... Les Illuminatis forment une organisation secrète qui œuvre pour le bien de l'humanité, mais d'une manière qui ne plait pas à tout le monde. Si la survie de l'humanité passait par la fin de l'Impérium, alors ils feront tout pour le faire disparaître. Il n'y a pourtant pas d'inquiétude à avoir, ce but passe pour le moment par la puissance psychique de l'Empereur, et cela fait plus de dix millénaires que nous essayons de le protéger.
Les membres de cette organisation sont eux-mêmes spéciaux. Ils ont tous été possédés par un démon du Warp, entité dont vous connaissez tous l'existence. Mais cette possession n'a pas abouti, et le démon a été renvoyé dans le Warp. Grâce, ou à cause de ça, les Illuminatis connaissent tous les aspects du Chaos, et sont les seuls à vraiment réaliser l'ampleur de sa puissance. Les seuls, oui. Même les plus puissants des Inquisiteurs n'ont pas la moindre idée de ce qu'est vraiment leur ennemi.
Vous vous en doutez sûrement maintenant, je fais partie de cette organisation, même si j'ai souvent été en ... conflit avec d'autres illuminatis. Alors que la majorité cherche à faire revenir l'Empereur pour sauver l'humanité – et je ne peux pas expliquer comment –, j'avais plutôt dans l'idée d'enseigner différentes choses à l'homme, d'instruire l'Impérium. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai publié une vidéo montrant le combat entre Horus et l'Empereur, pour que les gens sachent ce qu'était vraiment ce dieu vénéré, et ce qu'est vraiment leur ennemi. J'espère seulement que ça a marché. C'était d'ailleurs mon seul but en rejoignant cette mission ... mais créer la flotte de combat la plus puissante de tous les temps pour défendre l'Impérium, c'est pas mal non plus.
Voilà, vous savez qui est le fou qui vous sert de commandant. A propos des choses que je vous ai cachées ... En fait, je dois d'abord dire que je fais partie des rares personnes ayant eu accès à la Bibliothèque Interdite des Eldars. En gros, c'est un endroit n'existant que dans le Warp, accessible seulement à travers les réseaux de tunnels eldars, et qui contient tout le savoir accumulé par cette race ... ce qui est beaucoup. Cette Bibliothèque, nous l'avons vue il y a peu. Cette structure dans le Warp, c'était elle. Ça m'a d'ailleurs surpris qu'elle soit là.
En feuilletant les ouvrages de la Bibliothèque, j'en ai trouvé un entier concernant la Forge. J'y ai appris comment la trouver : en suivant la direction que nous avons prise, il fallait trouver l'endroit où beaucoup de tunnels Warp se rejoignent, car la Forge est reliée à tous les Vaisseaux-Mondes eldars. Grâce aux capteurs installés à notre escale, nous avons pu suivre les tunnels.
J'ai aussi appris, et ça m'a surpris, que cette Forge a été construite par les Eldars eux-mêmes, mais qu'ils ne l'ont jamais utilisée. Pourquoi, je l'ignore. Et pourquoi aussi on a retrouvé des traces de ça dans les archives de l'Adeptus Mechanicus.
Malheureusement, je n'ai rien pu récupérer sur le fonctionnement d'un tel engin. Je n'avais qu'un accès limité, et j'ai du repartir alors que je dévorais cet ouvrage.
Bon, dernière chose que je vous raconte, c'est à propos de la planète que nous voyons d'ici. Ce que j'ai lu dans la Bibliothèque m'a permit de l'identifier comme étant la planète mère des Eldars, celle où leur race est née. Ce qui est surprenant n'est pas qu'elle soit en ruines, mais c'est qu'elle soit si loin de l'Oeil de Terreur, l'endroit où était concentrée la plus grosse masse d'Eldars juste avant la Chute. Elle a été dévastée à maintes reprises depuis, et je ne comprends pas pourquoi elle est là. Encore que sa présence conforte une hypothèse que j'avais, sur ceux qui ont à l'origine bâti la Forge. Mais je ne m'avance pas plus, nous attendrons d'y être.
Bon, vous savez tout. Maintenant Tandel, pouvez-vous rallumer les réacteurs que nous allions voir cette Forge de plus près ?"
S'excusant, le Marine poussa la manette vers l'avant, et le lourd sifflement des réacteurs reprendre.


A mesure que l'on s'approchait de ce qui était vraisemblablement la Forge, on pouvait commencer à en voir des détails. C'était une lourde sphère grise, vraiment grande, parsemée de tours plus ou moins grandes et de différentes petites ouvertures. Mais le plus surprenant étaient les gigantesques trous cylindriques du côté opposé à la planète. Connaissant la fonction du bâtiment, j'ai dit que ça devait être là que sont construits les vaisseaux. Gendol approuva, sans plus.
Peu loin de ces chantiers se trouvait une baie d'embarquement classique, tellement classique qu'on aurait pu la voir sur un croiseur ou une station orbitale. Nous nous sommes approchés lentement, avant de se rendre compte qu'elle était bien assez grande. Puis nous nous sommes posé.

Maintenant, nous n'attendons plus que les résultats des scans pour savoir si on peut sortir du Hell Traveller sans risques.
Tout de même ... j'ai peur. La taille de cette chose m'effraie, m'angoisse. Je ne sais pas pourquoi, et j'espère que ça passera vite, car rien n'est pire que d'avoir peur en mission.

++++++++++++++++++++++++++++++
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Forge   Jeu 18 Juin 2009 - 6:19

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 21. Date inconnue, estimée à 021M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Surprenant. La Forge dispose d'une atmosphère stable et respirable, composée principalement d'azote gazeux. Il y a même un puissant champ gravitationnel, module 10, dont l'origine semble être située à l'une des extrémités de la sphère. J'ignore par contre comment il est produit.

A peine sorti du vaisseau que Gendol s'est précipité sur l'un des murs, activant sa lunette électronique pour les observer en détails. Après quelques dizaines de secondes, il a conclu à la surprise générale que l'installation était de fabrication Eldar, et ce bien avant que l'humanité ne soit vraiment développée sur Terra. Maintenant, si c'est vraiment le cas, pourquoi est-ce qu'ils ne l'ont pas utilisé ? Gendol dit n'en rien savoir, mais je me méfie maintenant. Un garde a cependant émis l'hypothèse que le coût était trop élevé pour cette race. Même si nous avons trouvé ça sans fondements au début, c'est peut-être vrai en y repensant.

Le hangar dans lequel nous étions était gigantesque. Je dirais que l'on pourrait y caser trois croiseurs Armageddon en longueur, avec suffisamment de place pour des chasseurs en vol lent. Là dedans, nos petites têtes et notre petit vaisseau étaient vraiment ridicules. Surtout que nous y étions seuls, il n'y avait rien d'autre.
Par contre, nous avons eu de la chance. En sortant, nous avons eu la bonne surprise de voir un terminal encastré dans le mur. Il n'était pas alimenté, nous avons du le connecter aux batteries de notre vaisseau. La seule chose qu'il nous a fourni, mais pas la moindre, fut un plan général de la Forge. J'ai bien ri en voyant l'enthousiasme non-dissimulé du technaugure à mesure que le dédale de couloirs s'affichait sur l'hologramme bleuté.

Nous sommes maintenant en train de télécharger ce plan sur nos propres terminaux, et les drônes techniciens l'examinent en détails. Ils devraient bientôt partir en exploration de la Forge, tandis que nous montons la garde vers le Traveller. D'ailleurs, je devrais me préparer, mon tour de garde approche.

++++++++++++++++++++++++++++++




++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 22. Date inconnue, estimée à 021M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Cet endroit est vraiment étrange.
L'examen de la carte nous a permis de savoir d'où venait ce champ gravitationnel. Un gigantesque générateur se trouve assez loin de nous, et s'avère en être la source. Ce qui est surprenant, outre qu'on ne sait pas comment il fonctionne, c'est qu'il génère ce champ sans même être alimenté. Les Eldars, s'ils sont vraiment les bâtisseurs de cet engin, sont impressionnants.

Une autre chose bizarre s'est produite. Nous avons envoyé les drônes techniciens en reconnaissance, mais, seulement une minute après leur départ, nous avons perdu le contact avec la moitié d'entre eux. Je suis ensuite parti avec une patrouille pour suivre le même itinéraire, et nous les avons trouvés par terre, désactivés. Le technaugure a immédiatement conclu qu'ils avaient traversé un champ électromagnétique.
Mais l'un des drônes a attiré mon attention. Il était non seulement désactivé, mais était tranché en deux, d'une cassure nette. En le reconstituant, j'ai vu que l'arrière avait été déformé, comme s'il avait percuté quelque chose à grande vitesse. J'ai tendance à croire qu'il a été attaqué par quelque chose suffisamment puissant pour trancher net du titane, mais je pense aussi que je deviens un peu paranoïaque. Les spécialistes n'ont rien vu de spécial, ce sont eux qui connaissent tous les détails techniques, pas moi. En plus, il n'y a rien d'autre que nous ici. Nos scans n'ont rien révélé, et on a strictement rien vu lors de nos quelques patrouilles.
J'en suis sûr, cette ambiance silencieuse et glaciale n'est pas bonne pour mes nerfs. Je me sens tout le temps observé, mais il n'y a rien. Et les autres membres de l'équipage ne sentent rien. Je dois aller me relaxer dans la salle d'entraînement.

++++++++++++++++++++++++++++++




++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 23. Date inconnue, estimée à 021M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Ça y est ! Nous avons la preuve que nous ne sommes pas seuls ici. Mais c'est une preuve douloureuse. C'était il y a à peine quelques heures. Nous étions tous en train de dormir, et, comme d'habitude, l'un d'entre nous devait monter la garde à l'entrée du hangar. Ce coup-ci, c'était Pérez, un garde cadien.
D'un coup, j'ai été réveillé par un hurlement terrifiant, qui provenait de l'extérieur. Sans trop réfléchir, j'ai pris mon fusil laser et j'ai foncé à l'extérieur. Je suis sortis en même temps qu'un Space Marine. Ce que nous avons découvert là-dehors ne nous a vraiment pas plu. Un fusil plasma gisait par terre, juste à côté d'un casque. Il n'y avait rien d'autre. Strictement rien d'autre.
Sur le moment, nous n'avons rien osé faire d'autre que de se mettre en formation défensive, les bolters et fusils armés et prêts à tirer. Nous avons été rapidement rejoints par le reste de l'expédition. Cela fait des heures que nous sommes en formation défensive, aux aguets dans le hangar. Je ne crois pas que quelqu'un dormira encore avant longtemps.
En ce moment, les technaugures sont en train d'installer des tourelles automatisées. Quand nous aurons un peu de lumière depuis l'étoile proche, nous partirons en reconnaissance. Mais nous savons maintenant que nous ne sommes plus seuls, et qu'un dangereux assassin rôde.

++++++++++++++++++++++++++++++





++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 24. Date inconnue, estimée à 021M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Nous avons commencé à patrouiller dans toute la Forge. Nous avons formé six groupes de trois personnes chacun, un Space Marine et deux gardes. Nous avons trouvé de tout, des choses intéressantes comme une très mauvaise nouvelle.

Nous étions dans une escouade de trois : Dalmius, Aldenis et moi-même. L'objectif était de retrouver Pérez, et de tuer son agresseur si possible. Cinq autres escouades sont parties dans des directions différentes. Nous nous sommes dirigés vers les monstrueuses ouvertures que nous avions vues depuis l'espace.
Nous étions dans des états d'esprit très différents. Alors que Dalmius, le tueur de Nécrons sur Kronus, était animé par une profonde haine envers l'assassin, Aldenis était extrêmement calme, presque froid. C'était sûrement accentué par les traits de son casque, et par sa marche implacable. Je devais faire pâle figure à côté de lui.
Le couloir dans lequel nous nous étions engagé faisait trois cent mètres de long, et il reliait le hangar à ce qui semblait être un terminal de trains. Nous étions dans une très grande salle, qui ressemble un peu aux vieilles gares qu'on trouve par endroits. Des tunnels en partaient dans tous les sens, qui semblaient aspirer des monorails argentés. Deux nacelles étaient dans la salle. La première était banale, mais pas la deuxième. Elle avait déraillé, et était penchée sur le côté à la sortie d'un tunnel. Des traces d'explosions étaient visibles, et des trous du diamètre d'un bolt. La porte était calée, impossible de l'ouvrir. Mais nous voulions savoir s'il y avait quelque chose dedans. Aldenis s'en approcha, sortit ses griffes énergétiques et la défonça. Là, nous avons été surpris. Un Ork gisait au sol.
Je me suis penché pour l'examiner. Le corps était froid, et le sang avait déjà séché depuis longtemps. Tout ce que nous avons pu en conclure, c'est qu'il est mort il y a plus d'un mois. Dans l'espace, la décomposition ne peut avoir lieu. Il est peut-être mort il y a cinq mille ans, qui sait ?
J'ai remarqué que de nombreuses douilles de bolt gisaient à côté du cadavre, et, au vu de l'impact dans son torse, l'Ork avait été touché par une de ces munitions. Cela veut dire que des Spaces Marines sont déjà venus ici. Quand ? Et pourquoi n'ont-ils pas utilisé la Forge ?
Soudain, un énorme doute m'assaillit. Je me suis mis à parcourir du regard sa peau verte, à la recherche du moindre trou suspect. Puis, je me suis emparé de mon fusil et en ai planté la baïonnette dans la blessure, plusieurs fois, regardant les muscles de très près. Je fus extirpé de mon investigation par la lourde voix d'Aldenis : "Se venger sur un cadavre ne sert à rien. Continuons." Je me suis relevé, et j'ai suivi le terminator qui s'engageait au hasard d'un couloir.

La marche dura vingt minutes, qui me parurent pourtant une éternité. A chaque mètre, je ne pouvais m'empêcher de me retourner, et de scruter l'obscurité derrière nous. Chaque caisse dans le couloir métallique, chaque ouverture dans le mur étaient autant de cachettes possibles pour ... je ne sais pas. Je ne sais pas ce qui rôde dans les tunnels de la Forge, mais quoi que ce soit, c'est là et bien là.
Nous avons trouvé toute une série de petites salles : des dortoirs, des toilettes, une halle de gymnastique, une chambre de méditation et même ce qui semblait être un simulateur de combat. Les Eldars ont visiblement prévu que la Forge soit habitée.

Après ces vingt minutes, nous sommes arrivés à un arrêt de train. Le même monorail se présentait à côté de nous, et repartait dans un autre tunnel. L'endroit devait être important, c'est ce que j'ai pensé sur le moment. Et il l'était. 50 mètres plus loin se trouvait une porte cabossée, qui bloquait le couloir. Aldenis l'a rapidement détruite.
La salle suivante nous offrait un spectacle dantesque. Elle s'élevait à des centaines de mètres de haut, loin au-dessus de nos petites têtes. Le mur qui se dressait en face de nous était lui aussi à plusieurs centaines de mètres, et la salle continuait jusqu'à vers l'espace sur plusieurs kilomètres.
Mais le plus surprenant était son contenu. De gigantesques échafaudages parcouraient toute la salle, composés de dizaines de grues, de bras mécaniques et de passerelles. Et, au milieu, suspendu par des centaines de câble, se trouvait un vaisseau de guerre inachevé. Bien plus grand que les plus gros croiseurs impériaux. Je ne sais depuis combien de temps ce monstre dort là-dedans, mais aucune trace récente n'est visible. Il n'est visiblement pas terminé, des trous béants jonchent la surface de sa coque.
Nous étions bouche bée devant un vaisseau de cette taille. Je pense que c'est seulement à ce moment que nous avons compris la réelle puissance de la Forge.
Cependant, une communication nous a tirée de nos pensées. "Ici Tanithus, équipe 4. Avons trouvé le cadavre de Pérez. Vos ordres ?". La nouvelle eut l'effet d'un coup de poing. Bien que nous ne nous faisions aucun espoir, le savoir mort fut un grand choc. Gendol répondit immédiatement : "Ramenez-le au vaisseau. À toutes les équipes, retour au Traveller le plus rapidement possible." S'ensuivit une série de messages disant que l'ordre était bien passé, et nous exécutâmes l'ordre.

A mi-chemin, à force d'observer ce qui nous entourait, j'ai commencé à penser qu'il y avait quelque chose d'étrange, mais je n'arrivais pas à savoir quoi. Aldenis m'a fait signe de presser le pas, et c'est à ce moment que je me suis rendu compte de ce qui n'allait pas. "Attendez !" ai-je crié. "Ces impacts de tir sur les murs n'étaient pas présents quand nous sommes passés tout à l'heure !". J'ai alors vu Dalmius blêmir, et armer son fusil. Aldenis ne prononça rien sur le moment. Il porta sa main à droite de son casque, et appuya sur sa tempe, avant de s'immobiliser pendant une petite minute. J'imagine qu'il a visionné les images de la caméra embarquée, pour comparer avec tout à l'heure.
"Vous avez raison," dit-il finalement. Il contacta les autres escouades : "Aldenis à groupes de reconnaissance : aucun engagement à signaler ?"
"Négatif"
"Rien à signaler"
"Autant d'action que dans un combat d'escargots"
"Pas d'engagement, terminé"
"Grand vide"
Si personne de notre équipe n'a combattu, cela voulait dire qu'il y a deux autres ennemis potentiels, qui eux s'entretuent. Outre la question "Qui ?", je commençais à trouver que la Forge était de plus en plus peuplée.
Aldenis s'est alors mis a examiné les impacts, mais il abandonna rapidement. Selon lui, cela pourrait être un pistolet ork tout comme un shuriken eldar. Nous avons décidé de rentrer.
Mais, à peine une vingtaine de mètres plus loin, le sol était taché de sang, à côté d'une porte verrouillée. Après avoir appliqué la procédure standard, nous avons eu une très mauvaise surprise.
Un corps gisait par terre. C'était un Genealstealer. Il avait une gigantesque ouverture sur tout le tronc, très nette. Presque par réflexe, j'ai roulé sur le côté et me suis mis à couvert derrière une caisse. Dalmius me regardait bizarrement, jusqu'à que je lui explique ce que j'avais vu : il n'y avait que très peu de sang à côté du cadavre, et beaucoup en coulait. Il venait de mourir. Immédiatement, mon acolyte a imité mon geste et s'est mis en position, complètement paniqué.
On a rapidement vérifié le petit dortoir, il n'y avait rien d'autre. Où donc était passé le tueur ?
"Ici Aldenis.", dit-il à la radio. "Avons trouvé le cadavre d'un Genealstealer extrêmement récent. Que fait-on ?"
La réponse fut brève. Nous avons du le trimbaler avec nous jusqu'au vaisseau.

L'apothicaire est maintenant en train d'autopsier les deux corps, et nous verrons ce que nous découvrirons. Quelque chose me dit que la suite des événements ne va pas me plaire.

++++++++++++++++++++++++++++++
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Forge   Jeu 18 Juin 2009 - 6:23

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 25. Date inconnue, estimée à 021M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Les autopsies sont terminées. Selon l'apothicaire, Pérez n'a pas été tué par le Genealstealer retrouvé, mais plutôt par un Lictor. Et ça, ce n'est pas le genre de choses que j'aime entendre. Non seulement son assassin n'est pas mort, mais surtout c'est la pire bestiole tyranide, un monstre capable de se fondre dans n'importe quel environnement et de rester complètement invisible. Il pourrait même être caché dans le vaisseau, mais nous avons la certitude qu'il n'y est pas, suite à nos scans infrarouges. Au moins, nous sommes temporairement à l'abri.
Ensuite, toujours selon l'apothicaire, le Genealstealer aurait été tué par une Lame sorcière, une épée énergétique dont seuls les Eldars ont la maîtrise. Cette bête portait aussi des blessures petites et profondes, causées par des shurikens. Plus de doutes possibles, les xénos sorciers sont ici. Mais pourquoi ? Je sais pourquoi ils s'étaient battus sur Kronus, mais ici ? Ils ont créé la Forge, cette infrastructure leur appartient, à en croire Gendol, mais ils ne l'utilisent pas. Quels idiots de ne pas profiter d'un tel pouvoir. Ces xénos sont fous.

Mais je commence à me sentir étrange. Savoir qu'un Lictor rôde dans le secteur ... J'ai l'impression d'être observé, étudié, traqué. Mais à un point comme je ne l'avais jamais senti. Encore que ... Cette angoisse étouffante m'est connue.

++++++++++++++++++++++++++++++


++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 26. Date inconnue, estimée à 021M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Pérez est mort dans une mission capitale pour l'Impérium. Il a été inhumé, sous les prières d'Anteas et des Spaces Marines. Les louanges faites aux martyrs me sont d'habitude insupportables, mais elles m'ont pourtant profondément touchées. Dans sa communion avec les flammes, il a rejoint l'Empereur. Puisse Pérez se retrouver à Sa droite, et puisse-t-Il nous donner la force de le venger.

Depuis lors, nous restons terrés dans le vaisseau, protégés derrière les capteurs et tourelles. Nous attendons que les données des drônes soient traitées, nous attendons d'avoir quelque chose à faire, dans la crainte de quelque chose d'inconnu. Cette sensation d'être une proie ne me quitte pas, et je vois que tout le monde est inquiet. Sentent-ils aussi ça ?

Les astropathes viennent de crier ! Qu'est-ce qu'ils ont ? Tout le monde court vers leurs appartements, j'y vais aussi.
Ils gisaient par terre, inconscients et secoués de violents spasmes. Nous les avons amené aux quartiers médicaux ... Mais j'ai déjà vu ça. Je suis sûr d'avoir déjà vu exactement la même chose ... Mais où ?

++++++++++++++++++++++++++++++


++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 27. Date inconnue, estimée à 021M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Cette angoisse ne me quitte pas. Et pire qu'elle, la sensation que je l'ai déjà connue, et que quelque chose d'horrible y est liée. J'ai déjà vécu ces sentiments, mais...

Oh non. J'ai compris. La traque, les psykers évanouis ... Hydre !

++++++++++++++++++++++++++++++



++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 28. Date inconnue, estimée à 021M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Trop tard. Je l'ai compris trop tard. Un vaisseau tyranide s'approche de la Forge. Il fait partie de la Flotte-Ruche Hydre, et devrait arriver d'ici 24 heures.
Quand Gendol apprit la nouvelle, il ne fut même pas paniqué ou choqué. Il s'est levé sans dire un seul mot, et s'est dirigé vers la porte du pont de commandement. S'arrêtant sur le seuil, il prononça d'une voix neutre : "Attendez moi ici", avant de demander à Anteas de le suivre. Nous ne savions pas pourquoi.
Une demie-heure plus tard, il est revenu, et portait une impressionnante armure énergétique, ainsi que son marteau énergétique. Il avait perdu son allure mystérieuse, et semblait désormais capable de vaincre une armée à lui seul. Je ne peux pas dire qui est le plus impressionnant entre Gendol et Aldenis. Il ne nous a dit qu'une seule chose : "A la chasse."

Moins d'une heure après, nous étions tous en armes, s'enfonçant dans les entrailles de la Forge, guidés par Anteas. Il suivait le signal psychique du Lictor. Nous étions tous là, les 27 combattants de l'expédition. J'étais rassuré par un tel nombre, une telle puissance qui m'entourait. De plus, je n'avais pas à fermer la marche, mais j'imaginais avec horreur l'angoisse de celui qui devait.

Anteas nous a fait marcher durant bien deux heures, en multipliant les demi-tours brusques, les hésitations aux carrefours, et les arrêts soudains pour se reposer. Enfin, nous sommes arrivés dans une des salles d'assemblage de vaisseau. Celle-ci avait un grand échafaudage, mais n'avait aucun vaisseau en construction, et était bien plus petite que la première que nous avons visitée. Nous étions tout de même surpris, presque en extase devant sa taille, ses dimensions écrasantes.

"Il est ici", a dit Anteas, d'une voix inquiète. Nous sursautâmes tous. "Gardes, baissez les yeux !" hurla Gendol, avant de lancer une poignée de petites sphères. Je n'ai pas vu ce que c'était, mais une intense lumière multicolore s'est dégagée dans un grand bruit d'explosion. "Le voilà ! Ouvrez le feu !"
Les bolters se sont immédiatement déchaînés, et trois salves de plasma furent lâchées. J'ai relevé les yeux, pour constater que tous les Marines tiraient sur le Lictor. Mais sans grand succès. La bête se déplaçait tel l'éclair sur les murs lisses, esquivant chaque rafale.
Dalmius épaula un lance-grenades, et tira. La grenade frôla l'une des mandibules, avant d'éclater sur le mur derrière. Le tyranide n'était même pas blessé.
"Matius, Tandel, avec moi !" hurla l'Inquisiteur, avant de commencer à courir vers l'échafaudage.
J'ai immédiatement enjambé mon couvert, me précipitant vers l'une des échelles tout en gardant le Lictor dans ma ligne de mire. Soudain, je l'ai vu s'arrêter net, et me faire face. Il me regardait droit dans les yeux. Je ne peux pas décrire la sensation d'être regardé par un tueur sans conscience, mais je ne la souhaite à personne. Mais j'ai compris ce qu'il voulait faire au moment où il s'est dressé, et où j'ai vu son thorax trembler. J'ai plongé par terre, et juste à temps pour éviter deux crochets envoyés en ma direction. J'en ai senti un effleurer mon casque. Là, j'ai lâché trois tirs rapides en direction de la tête du monstre, et je l'ai touché. Il a à peine bronché, mais il a immédiatement rangé ses armes, et a bondit vers le toit pour esquiver une grenade. Je me suis immédiatement relevé et j'ai grimpé sur l'échafaudage, rejoignant Gendol dans un bruit assourdissant de tirs.

Soudain, grand silence. Seule la voix d'Anteas parvint à mes oreilles : "Où est ce monstre ?" Ils l'avaient perdu. Il pouvait être n'importe où. A cette simple pensée, je me suis immédiatement retourné, et me suis retrouvé collé au dos de Gendol.
"Peur, soldat ?" me dit-il en riant. Ce qui m'aurais vexé en temps normal me rassura. Si notre commandant n'était pas inquiet, il n'y avait aucune raison de l'être. Il ne me regarda guère, et hurla vers Anteas : "Il est toujours ici ?" La réponse fut immédiate, oui, le Lictor était toujours dans les parages, camouflé. Mais il arrivait à échapper en partie aux traques psychiques, selon lui.
Nous avons été rejoint par Tandel, qui portait un magnifique lance-flammes, orné de gravures de l'Aigle et des glorieux combats de l'Empereur. Il regarda dans notre direction, l'instant d'une seconde. Un cri détourna son regard.
Le Lictor venait de réapparaître, et avait lancé ses crochets sur un autre garde, qui n'avait pas pu les esquiver. Je le vis s'envoler, tracté par le tyranide, et s'échouer juste devant la bête. Le Lictor souleva ses deux gigantesques membres, et les plongea dans le corps du garde, qui hurla avant de cracher du sang, puis de s'effondrer, inerte.
Le tyranide n'eut même pas le temps de se relever. Marthis, le Mentor équipé d'un réacteur d'assaut, venait de bondir sur lui, utilisant le poids de l'armure pour asséner un coup d'une violence inouïe. Sonné, le Lictor ne vit même pas arriver un coup de gantelet énergétique qui l'envoya voler vers les échafaudages, vers nous. Je l'ai vu rentrer dans un poteau métallique, deux étages au-dessus de nous, et j'ai été vraiment surpris de le voir se relever quasi immédiatement. La bête était coriace.
Elle a immédiatement bondit vers le mur le plus proche, puis a rebondit dessus avant d'atterrir juste devant nous. Et j'ai de nouveau croisé son regard. Un regard encore plus terrifiant qu'avant, le Lictor voulait tuer, voulait me tuer.
"Pour l'Impérium !" hurla Gendol, me passant par dessus et chargeant le tyranide, courant sur le petit échafaudage. Le monstre se détourna de moi, engageant ce qui était pour lui la principale menace. Il envoya ses crochets, mais le commandant les contra en donnant un coup de marteau pile au bon moment. Désemparé, le Lictor tenta de fuir, mais n'eut pas le temps d'amorcer un mouvement que l'Inquisiteur était déjà sur lui. Il donna un puissant coup montant avec son arme énergétique, ce qui le toucha droit à la tête, le décapitant sous la puissance du choc.

Un lourd silence s'ensuivit. Seul le bruit du cadavre qui s'effondre put trahir le fait qu'un intense combat venait de se dérouler. Gendol se redressa, et cracha un "Purifiez-moi ça." Tandel s'exécuta, et fit souffler son lance-flammes sur le corps mort du tyranide.

Espérons qu'Hydre sera perdue sans son agent de reconnaissance, sinon, ce sera notre équipe qui sera perdue. Puisse le garde mort trouver le repos.

++++++++++++++++++++++++++++++
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Forge   Jeu 18 Juin 2009 - 6:23

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 29. Date inconnue, estimée à 021M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Noctania. Je l'ai revue en rêve. Une seule image : elle me souriait, et m'a dit "Merci".
J'espère que ma ruse a fonctionné, et qu'elle a maintenant une meilleure vie. Je n'ose même pas penser ce qui pourrait arriver si ma ruse était découverte ...

Enfin, la mission avant tout. Hydre n'a pas été ralentie. Soit elle est trop proche pour se perdre, soit elle a d'autres agents. C'est dans les deux cas une très mauvaise nouvelle. Nous ne savons pas du tout quand le seul vaisseau à nos trousses arrivera. En attendant, nous devons nous préparer. Ragnis, le Blood Angel, a proposé d'essayer de faire fonctionner la Forge avant l'arrivée des Tyranides. C'est la seule idée que nous ayons.

Grâce aux drônes de reconnaissance, nous avons maintenant un plan complet de la Forge. La moitié de l'énorme structure est remplie de générateurs et autres engins bizarres, que nous ne connaissons pas bien. Un quart de l'espace restant est occupé par les baies d'assemblage et de maintenance. Le reste, ce sont des kilomètres de couloirs, différentes salles, et une épaisse plaque de blindage.
Il semblerait que le centre de commandement se trouve proche du générateur gravitationnel, vers le bas de la Forge. C'est là qu'on pourrait réactiver les générateurs d'énergie.

D'ici quelques heures, nous allons quitter le Hell Traveller, en deux groupes. L'un, composé d'un Space Marine et de 4 gardes, devra aller récupérer le cadavre d'Ork et les douilles de bolt, et l'autre devra rallumer la Forge. Heureusement, je fais partie du deuxième. Puisse l'Empereur guider nos pas.

++++++++++++++++++++++++++++++
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Forge   Mar 23 Juin 2009 - 19:44

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 30. 022M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Cet endroit est infesté !
La seconde équipe est revenue avec deux nouveaux corps de Genealstealers, qu'ils ont trouvés morts. L'un d'eux a été tranché par une arme énergétique, mais le deuxième était bizarre. Complètement raide, sans la moindre blessure. L'apothicaire a dit que les muscles étaient tendus à leur maximum, comme après une violente secousse électrique. Pourtant, au moment de la mort de la bête, la Forge n'était pas encore alimentée ...
Il paraît aussi qu'une très grosse tache de sang a été retrouvée à quelques mètres des Genealstealers, et ce sang était aussi présent sur les griffes et les mâchoires de ces monstres. Il est d'origine Eldar. Un Eldar aurait été tué juste là, mais son corps emporté ... par d'autres bêtes, ou par ses congénères ?

Les douilles de bolts ramenés ont eux aussi été analysés. Et c'est surprenant. Elles semblent dater de la Grande Croisade, le moment où l'Empereur a unifié tous les mondes humains. Et l'Ork a été tué au même moment. Des Spaces Marines sont venus ici, à ce moment de l'histoire ? Alors comment se fait-il que nous n'en sachions rien, que cet artefact est tombé dans l'oubli ? Je commence à penser qu'il aurait été mieux de ne pas le découvrir, qu'il recèle quelque chose de sombre ...
Et c'est encore pire avec ces songes qui me hantent. Je n'en retiens que des bribes éparses, des images éphémères : des planètes humaines bombardées par des flottes sortant de la Forge, un fou s'étant substitué à l'Empereur, des civils massacrés, ... Ce ne sont pas des choses qu'on aime voir, même dans des rêves flous.

Le pire est cette séquence que j'ai vue dans mon sommeil, il y a peu. J'ai revu Noctania. Mais pas comme avant, où elle souriait. Non, cette fois, elle croupissait dans le coin d'une cellule, légèrement blessée. Son bras avait été marqué au fer blanc : "mutant". Je la vois se lever péniblement, regarder à travers les barreaux. Je regarde par-dessus son épaule, et je vois des potences, des bûchers. Une file de gens s'étend à l'infini, et viens alimenter les bouches enflammées et les cordes encore libres. Quand il y en a trop, un Space Marine tire dans le tas, faisant des centaines de victimes. Certains pendus sont exposés là depuis plusieurs semaines, en état de pourriture.
Noctania pousse un profond soupir, avant de lever les yeux au ciel. Le toit de la cellule a disparu, elle peut voir la Forge. Je regarde aussi. Un aigle impérial y est peint en rouge feu. Puis j'entends une foule qui hurle mon nom, en me remerciant. Je me suis réveillé juste après.
Ce rêve est fou, presque absurde ... J'aimerais m'en convaincre. Pourquoi m'a-t-il semblé si réel ? Pourquoi ne l'ai-je pas oublié, comme on oublie tous les rêves ?

J'en perds ma foi en l'Impérium. Et si ... et si la Forge deviendrait un maux pour l'Humanité ? Est-ce que c'est ce que l'Empereur a voulu ?
Non, l'Empereur veut protéger l'humanité. Enfin ... maintenant j'en doute.
Je dois me ressaisir. Seul l'hérétique laisse de la place au doute. La mission avant tout.


Les astropathes ont réussi à calculer la date, à partir des positions d'étoiles lointaines. Nous sommes au début de l'année 022M42. Le voyage a duré 4 ans. 4 longues années. Est-ce que la situation a changé ? Est-ce que la Forge est toujours nécessaire ? J'aimerais pouvoir y répondre.

L'opération pour rallumer la Forge, quant à elle, s'est passée sans accrocs. Nous sommes partis peu avant l'autre groupe, en direction de l'espèce de gare que nous avions trouvée précédemment. Nous avons ensuite suivi l'une des rames, pendant ce qui m'a semblé être une éternité. Un tunnel sans aucune lumière n'est pas le meilleur endroit où se balader.
Nous devions atteindre un ascenseur, en espérant trouver une échelle, ou quelque chose comme ça. Mais rien. Un immense trou, causé par une explosion, laissait apparaître complètement la cage d'ascenseur, elle-même dévastée. Nous avons du descendre en rappel, sur bien quatre cent mètres. Je n'avais pas trop de problèmes, mais je me demande bien comment faisaient les Spaces Marines, avec leur lourde armure.
La descente s'est enfin terminée quand nous avons atteint des débris, complètement broyés, et une porte fermée. Aldenis a appliqué le rituel standard, et nous sommes entrés dans le centre de commandement ... enfin, dans ce que nous pensions être le QG. C'était extrêmement différent de toutes les passerelles de commandement de vaisseaux, ou de centres terrestres. Celui-ci était composé d'une trentaine de gigantesques panneaux en verre, d'environ un mètre de haut et deux mètres cinquante de long, très fins, transparents. Ils faisaient tous face à la planète, et étaient disposés en double cercle. On devinait cependant leur utilité au vu du nombre assez conséquent de câbles qui en sortaient, et des chaises posées devant. Au centre du cercle se trouvait ce que j'avais deviné être une table : un bloc rectangulaire, de cinq mètres par deux mètres, avec, sur le dessus, une multitude de circuits électroniques derrière une plaque de verre extrêmement fine. Même maintenant, je ne suis toujours pas sûr de ce que c'est exactement.

Au fond de la salle était placardé un panneau rouge, qui indiquait "Salle de gestion de l'énergie – à droite". Trop facile. Cela m'a fait peur, c'était trop facile. Surtout que le panneau était écrit en Haut Gothique. Comment, dans une installation Eldar ?
En suivant les panneaux, nous avons rejoint une grande salle circulaire, dont les murs étaient tapissés d'écrans conventionnels. Droit en face de nous se trouvait un panneau en marbre, avec une roue dont l'axe rentrait dans le mur. Le marbre était admirablement gravé, et quelque était écrit en langue Eldar cette fois. J'avais appris à la lire, quand j'étais prisonnier de ces xénos sur Kronus. Je m'en suis approché, et j'ai compris : "Tournez cette roue pour alimenter la Forge, dévier votre destin à vos risques et périls." Toujours les mystères eldars, me suis-je dit. Ne peuvent-ils pas dire les choses clairement, une bonne fois pour toutes ? Ces stupides xénos nous éviteraient nombre de problèmes.
Une flèche était dessinée dessus, qui indiquait visiblement le sens de rotation.
J'ai saisi la roue, et j'ai commencé à la tourner. Mais impossible de la faire bouger. Il fallait soit beaucoup de force, soit c'était impossible. Me voyant lamentablement échouer, Aldenis me poussa sur le côté, saisi la roue et commença à la tourner avec succès. J'ai remarqué peu après qu'il l'avait empoigné avec une force monstrueuse, car la trace de ses gants était visible.
Après quelques secondes, un monstrueux plissement de tôles s'est fait entendre, accompagné d'un grincement épouvantable. L'un de nous a crié : "Dehors ! Regardez dehors !". Nous nous sommes tous précipités sur la fenêtre en plexiglas, et nous avons immédiatement compris d'où la Forge tirait son énergie.
Un titanesque panneau solaire était en train de se déployer, à mesure qu'Aldenis tournait la roue, et s'orientait gentiment vers l'étoile la plus proche. "Qu'est-ce qui se passe là-dehors ?" a hurlé le terminator, qui accusait des signes de fatigue. Certains de nous sont alors allés l'aider dans sa tâche, tandis qu'on lui expliquait ce qu'il se passait.
A mesure que le déploiement continuait, des écrans commençaient à s'allumer, montrant toute une série de jauges reliées à différentes salles sur un plan.
Aldenis s'est arrêté de tourner. "Ca bloque", a-t-il expliqué. Mais nous avons compris que le panneau s'était entièrement déployé, car toutes les jauges étaient au niveau maximal. Nous sommes alors retournés dans le centre de commandement, et avons vu les panneaux en verre allumés, affichant différents messages. L'un d'entre eux, écrit en Eldar, disait que l'alimentation de la Forge était en cours, et qu'il fallait attendre deux jours avant que le bâtiment ne soit complètement opérationnel. D'autres faisaient mention d'une armada de drônes de réparation qui seraient lancés pour réparer les dégâts, et certains panneaux mentionnaient même l'activation du système de défense. Nos technaugures devront y jeter un œil.

En attendant la fin de l'alimentation, nous sommes retournés au vaisseau, où nous avons appris les découvertes de l'autre équipe. Nous verrons ce que nous ferons par la suite, si l'Empereur le veut.

++++++++++++++++++++++++++++++
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Forge   Mar 23 Juin 2009 - 20:10

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 31. 022M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Une seule question nous envahit l'esprit à présent : comment utiliser la Forge, comment créer une flotte d'assaut afin d'accueillir chaleureusement Hydre ?
D'ailleurs, nos astropathes (l'Empereur les maudisse) nous ont encore fait part d'une mauvaise nouvelle. Maintenant nous n'avons pas qu'un seul vaisseau léger en approche, c'est carrément une Flotte-Ruche mineure, toute une flotte ! Nous devons activer la Forge, coûte que coûte.

Nous avons déplacé notre QG, et nous sommes établis dans le centre de commandement de la Forge. Gendol en est complètement fou. Il bondit d'écran en écran, lisant tout ce qu'il peut, et se posant quelques secondes pour essayer d'interpréter. Anteas et les technaugures y vont plus gentiment, mais l'excitation se fait sentir. Cette sensation me gagne également. Je n'arrive plus à réfléchir correctement, je ne cesse de regarder les écrans.
L'un des technaugures (l'Empereur le bénisse celui-là) a réussit à réactiver la multitude de canons à tir rapide qui jonchent la surface de la Forge, et a programmé les systèmes d'autodéfense pour ouvrir le feu sur les cibles non-impériales. Cependant, il n'a pas réussi à déprogrammer l'ordre précédent : protection des objets eldars. Complètement verrouillé, a-t-il dit. Ça ne doit pas être trop grave, car, si les xénos n'avaient pas voulu que nous posions le pied sur la Forge, ils nous auraient attaqués depuis longtemps. Sont-ils avec nous ce coup-ci ? Ce serait presque trop beau. J'espère avoir une réponse assez rapidement.

Nous allons partir en reconnaissance d'ici quelques minutes. Peut-être pourrons nous voir les drônes de réparation eldars au travail. Ils se sont activés il y a environ deux heures, et ont déjà tous disparus.

++++++++++++++++++++++++++++++
Revenir en haut Aller en bas
Gulliman



Messages : 295
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21

MessageSujet: Re: Forge   Mer 24 Juin 2009 - 11:14

Vraiment bien :)

_________________
« Il n’y a de bien en cette vie que l’espérance d’une autre vie. »
- Blaise Pascal
Revenir en haut Aller en bas
Milleuros
Sans Titre.bmp


Messages : 941
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Suisse

MessageSujet: Re: Forge   Jeu 25 Juin 2009 - 20:50

++++++++++++++++++++++++++++++
Entrée 32. 022M42
++++++++++++++++++++++++++++++

Que se passe-t-il ? Qu'est-ce que je vais faire ? C'est quoi ce bordel ?
Je dois me calmer. Je vais gentiment tout récapituler ici, ça me permettra d'y voir plus clair.

Trois escouades, de deux gardes et un marine chacune, sont parties en reconnaissance. J'étais dans l'escouade une, sous le commandement d'Aldenis. L'autre garde était Dalmius. On nous a chargé de patrouiller dans le seul couloir accessible sans passer par l'ascenseur, qui est d'ailleurs déjà réparé et fonctionnel.
Ce couloir était vide. Pendant une demie-heure interminable, nous avons erré entre deux murs infinis. Puis, nous sommes arrivés dans une grande salle, visiblement un dortoir couplé avec une cantine. Mais, à part les lits et les tables, il n'y avait rien. C'en était même inquiétant tellement c'était vide. Et là ... Dalmius a vu une sorte de cône blanc, d'une trentaine de centimètres de hauteur, posé sur l'une des tables. Nous nous sommes approchés, méfiants. Nous n'aurions pas du. J'ai soudain remarqué un détail frappant : "C'est de la moelle spectrale", ai-je dit. J'aurais mieux fait de me taire. A peine avais-je fini ma phrase que son sommet s'est ouvert dans une petite explosion, libérant une boule lumineuse droit vers le haut.
Je ne sais pas pourquoi, j'ai eu le maudit réflexe de me boucher les oreilles et de fermer les yeux. Malgré ça, j'ai pu voir une intense lumière et entendre un sifflement strident. Quand tout s'est calmé, j'ai réouvert les yeux. Aldenis et Dalmius étaient par terre, immobiles. Leur coeur battait toujours, ils étaient comme paralysés. J'avais moi-même de la peine à bouger.

Soudain, je l'ai vue. Une sorcière Eldar se tenait en face de moi, à seulement quelques mètres. Son armure était au couleur d'Ulthwé. J'ai immédiatement soulevé mon bras, et mis mon fusil en joue ... enfin, je l'ai cru. J'ai commencé à paniquer quand j'ai vu que mes membres étaient restés le long de mon corps, et mon Mk.LX qui pendait, accroché à ma main. J'essayais désespérément de l'épauler, je sentais mes bras s'exécuter, mais je les voyais rester inertes.
"Humain borné !" pesta alors la xéno. "Si j'avais voulu te tuer, cela ferait longtemps que tu ne serais plus qu'un tas de cendres."
Elle avait raison. Je me suis un peu calmé, et j'ai essayé de parler. Là encore, je sentais ma bouche s'exécuter, mais aucun son n'en sortait.
"Aucune inquiétude à avoir", me dit-elle. "Tu pourras bouger dès que j'en aurais envie. Ça peut être d'ici quelques secondes ou d'ici un siècle."
Mon inquiétude augmenta d'un bond. Juste après, je la vis et l'entendis rire légèrement, malgré son casque. Un Eldar d'Ulthwé, un Prophète de surcroît, qui rit ? Je n'aurais pas cru ça possible. J'ai pensé à ces bêtes dont on entend parfois parler, les Eldars noirs, mais je pense que si elle avait été l'un de ces pirates, elle m'aurait torturé jusqu'à la mort.
La sorcière s'est rapidement ressaisie, et sembla réprimer son rire. Cela correspond un peu plus au peu que je connais des Eldars. Elle se tourna vers moi, et commença à parler d'une voix étrange ... Je ne saurais dire pourquoi, mais ses mots ont résonné et résonnent toujours dans mon esprit. Je la vois toujours en train de me parler :
"Humains. Vous cherchez désespérément à activer cet artefact. Vous cherchez à utiliser sa puissance pour survivre. C'est un but plus noble que ceux que vous poursuivez généralement. Je tiens à vous avertir, mais vous ne m'écouterez pas. Toi, Matius Than, tu dois réussir à amener avec toi un maximum de personnes pour ouvrir la porte derrière moi. Elle renferme la clé de votre survie."
Puis elle ajouta, sur un ton de léger amusement : "Et inutile de te conseiller de ne parler de ceci à personne. Un traître ayant reçu des secrets de la part d'une sorcière, qui cherche à exécuter sa volonté ..." Puis je la vis disparaître dans un éclat blanc, à la manière des araignées spectrales.

Elle avait raison. Je devais cacher cette rencontre. Je m'étonne qu'ils aient cru à ce que j'ai raconté : j'ai dis que j'avais réussi, par je ne savais quel miracle, à ne pas m'évanouir suite à une grenade étourdissante, qui était reliée aux systèmes de défense de la Forge. Puis, j'ai raconté qu'une formation de quatre genealstealers a traversé la salle avant de se barricader derrière la porte, que je n'avais pas réussie à ouvrir.
Ils m'ont tous cru. Nous préparons une expédition pour déverrouiller cette porte, et nous serons une quinzaine. Tous sont persuadés d'aller tuer du tyranide, mais en réalité, nous ne savons pas ce que nous allons trouver là-derrière.

Ai-je bien fait ?

++++++++++++++++++++++++++++++
Revenir en haut Aller en bas
Harkan
Heros de l'Empereur


Messages : 2768
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21
Localisation : Si tu veux savoir la vérité à ce sujet, choisis la pillule rouge.

MessageSujet: Re: Forge   Ven 26 Juin 2009 - 7:17

:bave: gaaaaa

c'est (honetement) la meilleur fic que j'ai lus.
Revenir en haut Aller en bas
Maitrelam



Messages : 2023
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 24
Localisation : Dans le warp

MessageSujet: Re: Forge   Ven 26 Juin 2009 - 7:56

Trés bonne fic, vraiment

Continue comme ca ;) .

_________________
Il est bon que la guerre soit terrible, sinon nous ne pourrions plus nous en passer.

N´interrompez jamais un ennemi qui est en train de faire une erreur.

Se préparer à la guerre est le meilleur moyen de préserver la paix.

"La victoire ne consiste pas simplement à vaincre l'ennemi mais à le détruire entièrement, à effacer son souvenir de toutes les mémoires, à ne laisser nulle trace de ses oeuvres, à jeter au sol ses édifices jusqu'à la dernière pierre et à retirer des archives jusqu'à la moindre trace de son existence. Car d'une telle défaite, aucun ennemi ne pourra jamais se relever. Voila ce qu'est la victoire."
Revenir en haut Aller en bas
Gulliman



Messages : 295
Date d'inscription : 17/06/2009
Age : 21

MessageSujet: Re: Forge   Lun 29 Juin 2009 - 7:33

Je réitère mon avertissement, si ta fiction a plus de succés que la mienne, je te tus :hap:

Sinon, bah comme d'habitude hein, superbe fiction.

_________________
« Il n’y a de bien en cette vie que l’espérance d’une autre vie. »
- Blaise Pascal
Revenir en haut Aller en bas
Lupercal_06



Messages : 45
Date d'inscription : 29/06/2009
Age : 24
Localisation : Derrière toi^^

MessageSujet: Re: Forge   Mar 30 Juin 2009 - 11:17

Vraiment bien :)
Me suis arrêté à l'entrée 17 et quand je vois le reste...
M'enfin 'faut que je lise ça !
Revenir en haut Aller en bas
Njarll
Prêtre des Runes


Messages : 3895
Date d'inscription : 01/07/2009
Age : 24
Localisation : Fenris.

MessageSujet: Re: Forge   Mer 1 Juil 2009 - 14:45

Vivement la suite :)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Forge   Mer 1 Juil 2009 - 17:08

c géniale se que tu fais continue
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Forge   Aujourd'hui à 14:53

Revenir en haut Aller en bas
 
Forge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vends demon majeur de Khorne forge world
» La Forge de Durgeddin - section personnages -
» Forge, Urgent!
» commande forge world
» forge world AERONAUTICA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Galaxy in Flames :: Librarium :: Fanfic et créations perso-
Sauter vers: